Rechercher dans ce blog

10 octobre 2021

PETITS SOINS (LEM 1244)


  
« Elle eut soin de se peindre et d’orner son visage
Pour réparer des ans, l’irréparable outrage 
»
Le soin qu’elle y mettait, avec sollicitude,
Était d’autant plus grand que la tâche était rude !

« À vous le soin », dit-on, dans la belle marine,
Quand on transmet le quart, que le sien se termine.
Qu’on aimerait entendre une telle supplique,
Quand nos nouveaux ministres entrent en république !

C’est une maladie qui sévit aujourd’hui :
On se soigne, on se soigne et le jour et la nuit.
Chacun doute et se tâte en espérant trouver
Où se situe le mal qu’il sent lui arriver.

L’artiste est un malade : il se soigne en créant :
À force de créer, le mal monte, empirant.
Alors il doit trouver d’autres médicaments :
Et donc change de style en cherchant un calmant.

On est aux petits soins pour combler nos besoins ;
Mais on écrit en mails sans le moindre des soins !
Nos défauts, après tout, sont bien moins ridicules
Que le soin qu’on emploie à masquer leurs férules.

Blessure de parole est plus dure à soigner
Que celle du couteau qui vous a transpercé.
Avoir froid, que ce soit au cœur ou bien au corps,
Est souffrir sans blessure : aucun soin ne l’endort.

On peut bien mieux soigner des genoux écorchés
Que les coups pris au cœur ou même à nos idées.
Les soins des chirurgiens nous font des nouveaux… nez,
Mais ceux de nos psychiatres, aux âmes ont moins d’effets.

C’est la vie qui se soigne et pas la maladie ;
Un corps dont on prend soin dure… toute la vie !
Epicure l’a dit : jusqu’au dernier soupir,
Prenons soin de bien vivre afin de mieux mourir.

    
                                   Jacques Grieu ( PETITS SOINS)
Os court :

« Nous troublons la vie par le soin de la mort : l’une nous ennuie, l’autre nous effraye.  »

 Michel de Montaigne

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1244 10 octobre 2021
 


                        
             
                                               

Tagada, tsoin, soin
 (Exmed)

    Les métiers du soin, c’est tellement plus que la technicité la plus pointue. On l’oublierait si facilement en ce moment.

     Grâce aux mots bien choisis de Jacques Grieu, voici, avec de vraies paroles, un bien utile rappel pour tous de la vraie vie des vrais gens. 
   
À vous la LEM 1244 : PETITS SOINS.


François-Marie Michaut
10 octobre 2021

06 octobre 2021

Thérapies de conversion (Exmed)

 
  Laisser croire au public qu’on peut « scientifiquement» transformer l’orientation sexuelle d’un être humain laisse de marbre la pensée médicale de 2021 ? Sous le nom de thérapie, il est signifié que c’est du domaine de la médecine, pourquoi pas de l’hygiène sociale, de se donner le droit de manipuler les façons de penser et d’être, estimées par certains «déviantes».

     
L’homosexualité n’a été rayée de la liste des perversions sexuelles en psychiatrie que dans les années 1970. Des gens, de par le monde, ne semblent pas avoir pris le métro en marche.
On n’entend guère les autres.

   Dangereuse aphasie, non?

François-Marie Michaut

6 octobre 2021

03 octobre 2021

Certainement trop simple (Exmed)


   Les choses qui ne reprennent pas les sujets à la mode du brouet de la communication collective finissent par oublier d’être dites. Redoutable tare que cette exclusion de fait de nos esprits les plus percutants pour notre vie à tous.
   Voici donc, sans aucune prétention pédagogique ou militante, la LEM 1243 : Des choses et des hommes.
Il n’est pas interdit de la lire.

François-Marie Michaut

3 octobre 2021

Des choses et des hommes (LEM 1243)


       Pardon de paraphraser ainsi le titre de l’ouvrage de John Steinbeck, mais nous sommes en pleine actualité. Les médias nous ont informés qu’en France, depuis le début du SRAS2, environ 5700 lits d’hôpitaux publics ont été supprimés. Paradoxal, non ? Plus de chambres à un seul lit, cela peut se défendre en cas de risque infectieux. Et pour le confort des hospitalisés, c’est bien.

  Hélas, de telles dispositions ne dépendent que des sphères gestionnaires des grandes administrations. Les soignants n’ont pas leur mot à dire. Sous prétexte de rationalisation, de plans, d’optimisation des locaux et des équipements, de management rationnel que ne fait-on pas ? Que ne fait-on pas faire à ceux qui sont sur le terrain? Faire plus avec moins, tel semble être le défit jamais mis en cause. Et pourtant, regardons ce qui se passe dans la vie quotidienne des établissements de soins.

  Avez-vous remarqué le glissement de sens de la notion de personnel ? Jadis, c’était ainsi qu’on nommait l’ensemble des personnes travaillant dans un même lieu. Les directeurs du personnel sont devenus des directeurs des ressources humaines, comme si c’était une banale matière première comme une autre. Et un personnel est devenu la façon de désigner une personne. X personnels se sont rendus sur les lieux de la catastrophe disent les médias. Chacune  des personnes de chair et d’âme est privée de sa singularité essentielle : que nous disons donc par contagion des choses fondamentales et lourdes de sens sans en avoir conscience !

   Et bien, ce qui coince le plus dans le fonctionnement des hôpitaux, pour rester dans notre univers, c’est la pénurie chronique en personnel, des médecins aux agents techniques. Ceci n’a rien de nouveau, les plus anciens d’entre nous l’ont vécu et en ont témoigné. Mais rien n’a été fait pour rendre enfin attractifs sur le long terme ces métiers qui attirent toujours autant de bonnes volonté juvéniles. Quelques mesures cosmétiques, souvent ponctuelles ne changent rien à cette situation dont souffrent avant tout les humains au travail et les patients qu’ils soignent. Les déserts médicaux piteusement solubles dans la télémédecine, quelle misère. Et tout le monde d’applaudir. Quelle deshumanisation aveugle, ces prothèses technologiques . La presse, hélas, préfère chanter les louanges des miracles de la chirurgie, de la technologie et des médicaments riches de promesses de santé retrouvée.

  Est-il inutile de dire que soigner les autres n’est pas un métier comme les autres, et que n’importe qui ne peut pas l’exercer avec talent s’il n’est pas profondément humain ? L’humanité vraie ( des simulacres depuis toujours courent les rues) n’est pas une valeur quantifiable. L’intelligence artificielle si à la mode ne peut donc pas la déceler, ni contribuer de quelque façon que ce soit à son «développement».
  Est-il stupide de penser que cette qualité rare d’humanité n’est pas donnée à tout le monde, qu’elle ne dépend d’aucun système de formation ou de formatage, qu’elle est liée à ce qu’est vraiment une personne et pas ce qui se trouve dans les livres, aussi savants soient-ils?  À ce titre, elle doit être profondément respectée par chacun, quelque soit sa fonction dans la société. Parce qu’elle est fragile, très vulnérable, cette qualité, à toutes les agressions, à tous les mépris et à toutes les indifférences. Les humains qui soignent, pas toujours des saints , c’est évident, ne sont pas des pions anonymes interchangeables. Juste des personnes, jamais des personnels avec ce que recouvre de dramatiquement impersonnel ce détournement du sens des mots.
 


                                                              François-Marie Michaut

Os court :

« Nulle qualité humaine n’est plus intolérable dans la vie ordinaire, ni, de fait, moins tolérée que l’intolérance.  »

Giacomo Leopardi (1798-1837)


  Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1243 3 octobre 2021



          
             
                              

30 septembre 2021

Psychologie remboursable (Exmed)



   Les actes effectués par nos collègues psychologues vont être pris en charge par l’assurance maladie en France. Enfin, est-on tenté de dire, tant la non reconnaissance de cette profession pour le bénéfice des patients parfois modestes semble injuste.
    Cependant, ce sont les médecins qui demeurent les indispensables prescripteurs, et le nombre et la valeur des séances sont strictement limités.
Position de subordination qui n’est pas justifiable. Les médecins se posent parfois en concurrents de ces spécialistes et n’ont aucune envie de leur céder la main. Le défaut de formation psychologique digne de ce nom dans les études médicales fait que beaucoup sont incapables de repérer les situations pouvant bénéficier de cette aide précieuse dans des cas bien précis.


François-Marie Michaut

 30 septembre 2021

27 septembre 2021

Effondrement (Exmed)


   Tant de choses que nous pensions durables s’effondrent sous les coups de la réalité que nous en souffrons. Le plus souvent silencieusement, hélas.
Ces brisures méritent de ne pas faire semblant qu’elles sont sans importance. Jacques Grieu sait bien nous stimuler à sa manière si personnelle. Voici la LEM 1242 : BRISURES.
Saine lecture, non ?

 27 septembre 2021


François-Marie Michaut

26 septembre 2021

BRISURES (LEM1242)

             
            
Les brisures, souvent, font perdre la boussole ;
Mieux vaut briser le bras que briser la parole !
Bien des hommes violents ne sont que « brise-touts »
Ou bien des « brise-fers », voire des « brise-cous ».

Quand le chêne est brisé, le roseau est plié
Et aucun brise-vent ne lui est sûreté.
Papillon qui se pose a ménagé sa branche
Et n’a jamais brisé la plus faible pervenche.

Un cœur jamais brisé n’est pas vraiment un cœur ;
Après être brisé, il garde sa vigueur.
Nos actes sont miroirs qu’on voudrait voir brisés.
Aucun dos n’est brisé d’être trop incliné.

Les brisures de riz sont, dit-on, pour les chiens,
Mais celles de nos truffes ont de fervents soutiens…
La brise de nos plages a de quoi rendre heureux,
Mais la « brise de mer » est un gang dangereux.

Certains font des efforts pour voir « briser la glace ».
Mais se brisent souvent sur une triste impasse.
« Brise-lames »,  « brise-roches » sont partout efficaces :
Le mur d’indifférence a seul, une cuirasse.

Le tout petit caillou peut briser grande marche.
Aller sur nos brisées est néfaste démarche…
Bon, eh bien, brisons-la ! Et sur ces lourd constats,
Abandonnons la plume et brisons le débat !

                    Jacques Grieu

  

Os court :


« Les brisures d’une table de marbre. C’est Dieu qui voulait montrer qu’il donne la mort et qu’il ressuscite, qu’il secoue la terre et la brise et qu’il guérit en un moment toutes ses brisures. »
Bossuet

 

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1242 26 septembre 2021
 

18 septembre 2021

Affrontement passifiable (Exmed)

 
   Jadis, la notion d’incommunicabilité entre les êtres humains fut très à la mode chez les intellectuels d’après-guerre. La pandémie numérique, comme l’effondrement des théories politiques binaires, l’ont rendue obsolète pour le plus grand nombre.
   Ce qui ne veut pas dire que parler d’une même chose impose d’être gouverné par une logique unique.
    Tel est l’objet de la LEM 1241 : Certitude administrative, incertitude scientifique.

Bonne lecture.

François-Marie Michaut

Certitude administrative, incertitude scientifique (LEM 1241)

   La nette opposition, pour ne pas dire contradiction dans nos esprits, entre la lecture de la réalité objective perçue par les pouvoirs administratifs et les pouvoirs scientifiques n’est pas un élément favorable pour vivre au mieux les temps présents. C’est en entendant René Rosanvallon, sociologue politique renommé, que cette évidence m’est apparue.

   Pour un médecin, la question du pouvoir, donc des décisions et choix à effectuer, se traduit au grand jour dans les hôpitaux publics.
Depuis 1968, et la disparition des mandarins tout puissants, l’administration hospitalière n’a pas cessé de s’étendre, et les prérogatives des praticiens de se réduire à des fonctions de plus en plus techniques. On peut s’en réjouir du côté des administratifs. On ne manque pas d’en critiquer les conséquences pratiques indésirables du côté des soignants et de leurs patients.

   Qu’est ce qui fait que les choses ne fonctionnent pas au mieux pour parvenir aux intentions affichées, souvent centralisées, jusqu’en haut de la pyramide administrative d’État et de ses animateurs politiques ?
N’oublions pas que l’École Supérieure de Santé Publique de Rennes a été créée à l’initiative de Simone Veil, ministre de la Santé. Elle fut aussi une personnalité respectée du monde juridique. Une pépinière des cadres administratifs des hôpitaux publics était née.
Notons quand même que chez nos confrères militaires, la direction administrative au plus haut niveau n’est confiée qu’à des médecins. Pour quelle raison ?
   Les médecins sont contraints, par leur indispensable culture scientifique, à demeurer dans l’incertitude permanente du devenir de leurs patients. Les mots toujours et jamais, nous enseignait-on jadis, ne font pas partie du vocabulaire médical. C’est à la fois peu rassurant et en même temps réconfortant.
La logique administrative, pour demeurer efficiente, ou, au minimum, applicable aux situations concrètes, ne peut sortir d’une réponse par oui ou non. Aucune place au peut-être ou au on ne sait pas toujours.

  Il serait stupide de vouloir se passer de l’une ou l’autre de ces logiques. Les deux ont leur nécessité. Admettre qu’elles puissent être contradictoires n’impose pas de mener un combat en faveur de l’une ou l’autre. Toute polémique, le mot le dit, est une forme de guerre. Le jeu, s’en est un, est de tuer symboliquement ceux qui pensent autrement que nous.
   Comment s’étonner de la violence des échanges dans nos sociétés si fortes en gueule ?
  Politesse, courtoisie, respect de la personne de l’autre mériteraient-ils de sortir des oubliettes de nos richesses culturelles dynamitées par la violence ?
  Juste pour nous aider les uns et les autres à vivre... moins mal.
 


                                                  François-Marie Michaut

Os court :

« Toute certitude est par essence contradictoire avec la philosophie de la recherche. »

Pierre Joliot ( Biologiste, académicien, fils de Frédéric Joliot-Curie)


Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1241 19 septembre 2021
 


          
             
                              

14 septembre 2021

Mise en danger de la vie d’autrui (Exmed)

 
   C’est sous ce chef d’inculpation qu’Agnès Buzin, médecin de formation puis ministre de la santé a été traduite devant une assemblée ayant pour mission de juger son action avec le Covid19. Il a fallu que les législateurs précisent depuis longtemps qu’un acte médical, aussi invasif, «chirurgical», soit-il, ne peut pas être considéré comme des coups et blessures.
Se mettre  au volant ou fournir de l’énergie électrique dans une habitation ne peuvent sérieusement être considérés comme, principe de précaution oblige, ne comportant aucune possibilité de risque fatal pour autrui ?


  Laissons les médecins faire leur travail, laissons les politiques demeurer des êtres humains. C’est à dire, n’en déplaise à tous les justiciers impitoyables,  faillibles.



François-Marie Michaut, 15 septembre 2021


12 septembre 2021

RAYONNAGE (LEM 1240)


    


En connaître un rayon signifie qu’on est fort :
C’est, dans des professions, un très bon passeport.
Il ne s’agit pas là de rayon de courbure
Qui n’aiderait personne à la candidature,
Mais plutôt du rayon qui, dans bien des boutiques,
Est un lieu consacré à des choix spécifiques…

Le rayon de braquage est, lui, fort éloigné
D’un brigand menaçant volant à main armée.
Il serait chef de bande et pas chef de rayon :
On ne saurait confondre et serviettes et torchons…
Quand au rayon d’action, il n’est pas sur la roue
Et son action n’est pas celle d’un risque-tout.

De nos bibliothèques, les rayons sont culture
Et rayons de soleil par la littérature :
Les mots sont rayons X,  ils transpercent les corps
Mais leurs ombres s’impriment en trouvant des accords.
Qu’ils soient ultra-violets, infrarouges ou cosmiques,
Les rayons font partie de notre sémantique.

Le rayon de Schwarzschild  vous dit-il quelque chose ?
C’est un rayon à trou, mais de trou fort grandiose,
Puisqu’il nous parle-là des terribles trous noirs,
Et leur gravitation aux appétits notoires.
Peut-être ce savant au nom si émouvant
Aimait-il bien le miel aux rayons si tentants ?

La roue de la vie tourne : où donc sont ses rayons ?
Elle tourne trop fort pour que nous les voyions.
Beaucoup de grands esprits tentent tout pour briller :
D’autres, bien mieux, rayonnent sans s’être démenés.
Leur rayon est interne et dur à déceler ;
Comme chez les poètes c’est une chose innée…

                            Jacques Grieu
  

Os court :

« Belles personnes,
Rayonnez, fleurissez, soyez des échansonnes

De rêve, d’un sourire enchantez un trépas,

Inspirez-vous des vers... mais ne les jugez pas!»

Edmond Rostand (Cyrano de Bergerac)


 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1240 12 septembre 2021
 



                

Temps précovidien (Exmed)

    Mais qu’avions-nous donc dans la tête avant que Corona le virus du syndrome respiratoire aigu sévère n°2 ne monopolise sans relâche jusqu’à l’abrutissement nos petites - comme grosses- têtes ? Un petit air d’un avant déjà perdu.

     Tiré de nos réserves encore inédites ici, voici la LEM 1240 de Jacques Grieu RAYONNAGES.

 Bonne lecture ne nécessitant, on respire un peu...  aucune modération.

   François-Marie Michaut, 12 septembre 2021

05 septembre 2021

Ceci n’est pas de l’antiscience plus que du proscience
 (Exmed)


  
  Le moins qu’on puisse dire est que la science, comme ceux  qui ont pleine confiance en elle, sont rudement mis en cause dans les échanges publics. Être pro ou anti, pour quelque raison que ce soit là n’est pas l’important pour comprendre ce qui nous arrive.
   La LEM 1239 tente de faire cet effort sans chercher à distribuer de bons et de mauvais points. Voici : Systémique, le grand frein.
À vous, les lecteurs, d’en faire ce qui vous semble juste.

François-Marie Michaut 5 septembre 2021

Systémique, le grand frein (LEM 1239)

   

   Si je suis tombé dans la bassine de la pensée systémique, c’est à cause des malades alcooliques  que j’ai choisi de prendre en charge pour les soigner en un temps où on ne s’en préoccupait guère du côté de la citadelle médicale (1). Les soins, alors orientés par la seule obsession d’empêcher par tous les moyens (2) les malades de boire  jusqu’à la fin de leurs jours, les conséquences bien connues de leur alcoolisation étant dramatiques. Oui, la lutte contre l’alcool s’est avérée une voie thérapeutique on ne peut plus désespérante,tant pour les soignants que les soignés et... leur entourage. Erreur de compréhension d’une pathologie, tant féminine que masculine, impliquant toujours un entourage particulièrement complexe (3). Ne s’occuper que de la substance toxique a conduit à une sorte de négation de la personne humaine dans toute sa complexité.
Rendons à César ce qui lui appartient. La notion d’addiction  (anglicisme francisé) proposée par le psychiatre Jean-Paul Descombey ( in «Alcoolique, mon frère, toi», Privat 1985) a été une ouverture majeure, la personne reprenant la priorité sur la substance toxique.
Une industrie pharmaceutique aux  aguets d’une clientèle potentielle énorme s’est engagée dans le créneau de la nouvelle alcoologie, avec un biais majeur. La course après la substance capable de faire disparaitre, ou diminuer, les comportements de dépendance à l’éthanol. Là encore, il n’y a pas eu de miracle, les promesses sont tombées... à l’eau.

   C’est finalement la thérapie familiale en psychiatrie, dans la lignée de l’école californienne de Palo-Alto, qui a ouvert une porte inédite. Celle de l’abord systémique des situations de chaque personne et de chaque groupe concernés par cette «addiction» dévastatrice.

   Je le dis sans détour, ayant mis en place un bon nombre de formations de professionnels, cette idée même de pensée systémique ne séduit pas les esprits. Trop complexe, trop nouveau, trop dérangeant dans nos précieuses routines. Ce qui ne veut pas dire dénué d’intérêt et sans avenir possible.

   Et pourtant, notre culture biologique ne cesse de décortiquer plus finement les systèmes qui pilotent le fonctionnement du vivant. Du cycle de reproduction au système neuro-endocrinien, de l’embrryologie aux acides nucléïques, nous jonglons avec une quantité de systèmes. Cela pourrait être un chaos. Pas vraiment, tout le vivant semble présenter une surprenante harmonie, et un mouvement d’ensemble souvent nommé l’évolution. Bien que celle-ci ne semble pas toujours rectiligne.

  À quoi obéit cette myriade d’entités systémiques, dont nous ne connaissons toujours (4) qu’une partie. Au hasard dit-on, pour camoufler notre ignorance. N’est-ce pas alors ériger, Philippe Guillemant l’affirme, cette indétermination en une divinité absolue ?
Un autre physicien, David Bohm, a proposé la notion d’un ordre impliqué capable de mettre en route l’ordonnancement des réalités que nous constatons. Un biologiste d’origine britannique, Rupert Sheldrake, propose l’hypothèse de champs morphogénétiques jouant le même rôle de signaux déclencheurs des mécanismes organiques. Le même auteur nous invite à continuer à nous émerveiller dans son livre de 2012 : Réenchanter la science ( Albin Michel). Tout un programme.
   La connaissance scientifique tourne autour du pot d’une connaissance globale et unifiée de la réalité. Pourquoi n’y parvient-elle pas ?
   Serait-ce lié aux frontières qu’elle s’impose elle-même par souci de rigueur et d’objectivité ? Ses méthodes la rendent-elles aveugle et muette à ce qui est hors de son champ d’investigation?
   Tentons de formuler clairement la situation. Peut-il exister un système des systèmes ? Sans sombrer dans des pistes ésotériques ou spirituelles incontrôlables, notre intelligence humaine est-elle physiologiquement capable d’accéder à ce savoir des savoirs ? À ce que Dominique Aubier nomme le système des systèmes, le système absolu ? Les scientifiques, dont elle n’était pas, continuent de faire comme si elle n’avait jamais existé.
Ou bien, comme nous avons tendance à le faire dans de multiples domaines, est-il sage d’attendre que l’intelligence artificielle soit capable de fournir la clé de cette grande énigme ? Notre avenir en dépend à court terme, cela nous est assez dit sur tous les tons.
On continue de passer à côté comme si on avait rien vu ?


François-Marie Michaut
_____________________________________

Notes:


(1) Quelques détails https://www.exmed.org/exmed/and.html


(2) Y compris par des cures de dégout, des implants sous-cutanés de subtances dites antabuse ( espéral), des enfermements en services fermés, des chimiothérapies diverses etc...

(3) D’où un engagement actif dans l’Association pour le développement de la recherche des intervenants en alcoologie (ADRIA),  la Société française d’alcoologie (SFA) et la société médicale Balint locale.


(4) Les virus, comme les prions, parmi bien d’autres, nous le disent sans ménagement.


____________________________________________

 


Os court :

« À vieille mule, frein doré. »
Proverbe français

 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1239 5 septembre 2021
https://www.exmed.org/archives21/circu1239.html   

01 septembre 2021

Et mu (Exmed)




   Ça continue, la valse des mutants du COVID. L’OMS nous incite à nous méfier du dernier mutant (connu), repéré en Amérique du Sud.
Baptisé de la lettre grecque mu, notre m à nous. Bon, c’est bien gentil tout ça, mais l’alphabet réputé plus savant que le notre ne comporte que 24 lettres. Juste un peu mieux que les 22 de l’hébraïque, mais limité quand même.

  Un peu naïf de croire que l’oméga final atteint, le virus se sente obligé de disparaitre de la circulation des humains et autres animaux sensibles.

François-Marie Michaut

 2 septembre 2021

29 août 2021

PLEURNICHAGES (LEM 1238)

  

0n dit souvent que rire est le propre de l’homme.
On pourrait dire aussi que pleurer, c’est tout comme.
On a rarement vu un animal pleurer,
Sauf les gros crocodiles et ça n’est pas prouvé.
Rire et pleurer aussi sont donc notre dada.
« Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera »

Pourtant, rire et pleurer,  chacun on doit décrire :
On « donne » à pleurer alors qu’on « prête » à rire !
Si le vin fait chanter, c’est l’eau qui fait pleurer ;
Mais chanter, c’est pleurer si l’on veut méditer.
On vieillit bien plus mal à se gausser des autres
Qu’à pleurer sur soi même avec des patenôtres.

Si pour faire pleurer, il faut pleurer soi-même,
Pour savoir faire rire, restez digne à l’extrême.
On a des mots qui pleurent et des larmes qui charment ;
La bouche sourit mal quand les yeux sont en larmes
Mais la larme de l’œil rit du bruit de la bouche.
Mieux vaut pleurer pour rien que trop rire à la louche.

Qui n’a jamais pleuré, ses larmes a bien masqué,
Car souvent le mouchoir les a dissimulées.
Où sont allées les larmes empêchées de couler ?
Parfois sous les lunettes on les a bien cachées !
La vie est un oignon qu’on épluche en pleurant
Et l’on n’a pas trouvé de légume hilarant…

                   Jacques Grieu

 
 

Os court :
«  Quelle chose merveilleuse serait la société des hommes, si chacun mettait du bois au feu, au lieu de pleurnicher sur des cendres. »
Alain


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1238  29 août 2021



                 
             
                         
 

Émotivement exprimer (Exmed)


     
Les émotions, il faut bien le dire, n’ont pas une bonne réputation auprès de ceux qui se veulent des intellectuels sérieux. Et pourtant, nos cerveaux ne nous laissent pas de marbre quand nous sommes brassés pendant des mois par les informations d’un monde riche de menaces de tout calibre, et pas seulement sanitaires.

   Parole aux poètes, ces indispensables inutiles pour simplement survivre. Voici « PLEURNICHAGES» la LEM 1238 de Jacques Grieu.
Bonne lecture à chacun.

François-Marie Michaut  28 août 2021

27 août 2021

«Mammo ou pas ?» (Exmed)



    Tout est dit dans ce livre qui prend le parti de la liberté éclairée de choix des femmes devant la poussée de ceux qui prônent une prévention systématique des cancers du sein.

    Notre amie et collaboratrice d’Exmed depuis des années - oui, conflit d’intérêt du signataire de ce papier - avec une parfaite courtoisie- nous explique à tous pourquoi et comment elle a écrit cet ouvrage qui ne peut pas demeurer négligé par la communauté des soignants eux-mêmes.

  Pour en savoir plus, voici le lien :


François-Marie Michaut

24 août 2021

Toutes les barrières (Exmed)

 

  Qu’on se le dise, braves gens. Qu’elles soient sanitaires ou pas,  les barrières sont faites pour... être franchies. Ainsi parlaient aux carabins d’avant 1968 certains maîtres de la psychiatrie française.


   Le développement de l’escroquerie aux faux passes sanitaires met à mal la promesse d’invulnérabilité de nos grands serveurs numériques nationaux, les dépositaires des traces de nos petits et grands secrets personnels de vie et de santé.
 

   Il n’y aurait pas quelque abus de confiance des promoteurs, comme de tous ceux qui les suivent, sans se poser de question, sur leurs inévitables dérives liées à leur porosité ?

François-Marie Michaut, 25 août 2021

22 août 2021

Pour savoir mesure garder ( Exmed)



   Exmed s’est fait gentiment reprocher par une lectrice assidue de publier trop peu de Coups d’oeil du jour depuis un certain temps. Nos messages médiatiques dans leur uniformité presque totale conduisent dangereusement au silence les lecteurs priés de se soumettre au discours dominant.
  


   Continuer à tenter de conserver le sens de la nécessité de prendre toute la mesure des réalités, tel est ce que nous tentons d’illustrer.

  Voici la dernière LEM 1237, «Santé, ultime bouée politique» destiné à stimuler les neurones  indépendants encore disponibles.
Bonne lecture critique.


François-Marie Michaut , 22 août 2021

Santé, ultime bouée politique ? (LEM 1237)


 La qualité du niveau général de santé semble bien être devenu le baromètre le plus convoité par ceux qui dirigent nos pays. La santé, bien que difficilement mesurable, si on sort du cadre trop étroit des maladies comptabilisables et comptabilisées, semble promue au rang de valeur suprême dans nos sociétés. Voilà qui interpelle la conscience de ceux qui veulent bien réfléchir un peu sur les temps étranges que nous vivons.

   Il y a peu encore, la gestion des soins de santé était confiée aux seuls médecins et soignants qui jouissaient plus que tous les autres d’une exceptionnelle confiance des populations. Les professionnels se sont fait enfermer dans un concept purement technologique, pompeusement baptisé la santé publique. Il ne s’agissait au début que de la meilleure rationalisation de la gestion des moyens disponibles. C’était difficilement critiquable. Covid 19, agissant comme catalyseur sans frontière, a produit une mutation. Toute politique de santé, sous le poids de la déliquescence des discours politiques devant la maladie, est devenue le dernier espoir pour sauver la crédibilité des dirigeants. Il faut bien alors parler de santé politique pour y voir clair. Avec une dangereuse promesse implicite de bonne vie pour tous. Un piège pour capter les bulletins de vote quand le jour viendra. Qui peut en douter ?

   Les soignants peuvent-ils accepter que leurs fonctions soient ainsi instrumentalisées ? Ceux qui sont des artistes ou des artisans de la connaissance scientifique peuvent-ils assister muets à une telle exploitation de ce sur quoi travaille sans répit leur matière grise ?

   Comme il est répété ici, à en lasser le lecteur, tout mélange des genres est redoutable dans quelque domaine que ce soit. Il n’est jamais innocent. Mettre en accusation ceux qui se livrent à ce jeu est une perte de temps et d’énergie. En décrypter les motivations est l’unique façon d’en révéler, donc désamorcer la nocivité à court, moyen ou long terme.  

                                                 François-Marie Michaut

 

Os court :
« Tout homme a besoin de s’attacher à une bouée spirituelle ou superstitieuse, tourmenté qu’il est par le mystère de l’inconnu, notamment celui du secret de la mort. »
Jean-Jules Richard, écrivain québécois

  Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1237
22 août 2021   


            


 

15 août 2021

PASSE-PASSE ( LEM 1236)



« L’humaine condition » passe un mauvais moment
Et ce passage-là s’installe avec le temps.
« Passage », ou plus longtemps ? Définitivement ?
Où passe le Covid, est-ce éternellement ?
Le temps qui passerait arrangerait les choses ?
Les choses et pas les gens : ils sont en overdose !

Comme il faut vivre avec, passons donc à l’action :
Tous les gouvernements cherchent des solutions.
C’est un laisser-passer qu’en France on nous propose :
Le « passe sanitaire » ou c’est la porte close !
C’est le passe-partout, le sésame obligé
Mais pas obligatoire, pas vraiment exigé.

Alors, les bonnes âmes aux vertus indignées,
Crient à la tyrannie, se mettent à hurler
Que « notre république est partout en danger ».
« La dictature est là », il nous faut protester !
On foulerait aux pieds au moins les « droits de l’homme »
Ce serait du « nazisme », en tout cas, c’est tout comme.

Ces délires d’inconscients contre le « despotisme »
Sont bien de la même eau que ceux des « complotismes ».
Mais d’autres solutions, on n’entend pas parler :
Confinement total ? Et à perpétuité ?
Plus le mensonge est gros et beaucoup mieux il passe.
« La caravane passe » et bientôt on se lasse…

La liberté des uns s’arrête quelque part :
Là où celle des autres a un nouveau départ.
Quand le fleuve est trop large, on passe... à sa source !
Quand l’ennemi est là, c’est la vie ou la bourse.
Ce mauvais feuilleton aura-t-il une fin ?
Il faudrait pour cela se prendre par la main…

                                               Jacques Grieu

                    
    
 

Os court :
« Présage, signe que quelque chose arrivera si rien ne se passe.  »
     Ambrose Bierce



Lettre d'Expression médicale


LEM n° 1236  15 août 2021  

 

08 août 2021

Crise de civilisation (LEM 1235)



    Le terme a été tellement galvaudé qu’on n’ose plus s’en servir. Et pourtant, l’intrusion imprévue dans nos vies humaines du coronavirus du SRAS2, par ses conséquences perturbantes devrait nous ouvrir les yeux. Ne penser qu’en termes de crise sanitaire  - bien que très réelle, nul ne peut le nier sérieusement- est se condamner à ne voir qu’une facette de la réalité. Prétendre que vacciner massivement les populations mettra fin à tous nos problèmes est un leurre qui n’a qu’un mérite. Celui de simplifier au maximum notre champ de la compréhension de la profondeur de ce qui nous atteint.

   Si des événements graves sont survenus, et surviendront inévitablement, dans nos vies, ce n’est pas pour rien. Ce n’est pas le fruit du hasard ou de je ne sais quelle malchance ou malveillance d’une puissance suprahumaine.
Nos façons de vivre, de penser et d’agir d’êtres humains depuis des millénaires n’ont cessé d’évoluer comme une chaîne que nous avons cru longtemps ne pas pouvoir s’arrêter. Cela a eu pour résultat de peupler massivement la planète jusqu’à... la surpeupler. Exploit unique d’une espèce animale, c’est remarquable.


   Mais à quel prix  ? Ce qu’il est lucide de nommer notre civilisation humaine, avec toutes ses composantes locales depuis les plus anciennes.  À quelles destructions de nos environnements nous sommes-nous livrés pour aboutir à notre inextricable impasse actuelle. Les écologistes nous le serinent, nos scientifiques le calculent et le prédisent depuis longtemps. Les remèdes semblent tellement parcellaires et superficiels qu’il est de plus en plus difficile de croire qu’ils nous sauveront de la destruction de la biosphère.
    Quelle douloureuse prise de conscience ! Avons-nous la force et la volonté de vivre suffisante pour cesser enfin de faire ce qui nous perd ?
    Une civilisation acceptable par tous qui fasse enfin d’Homo Sapiens une espèce qui cesse de cultiver les plus grands et les plus dangereux prédateurs qui ont jamais existé, telle devrait être logiquement la boussole de tous ceux qui ont la chance ( ou la malchance pour leur tranquillité) de pouvoir faire fonctionner leur cerveau tant qu’il n’est pas trop tard.
 Comment et pourquoi avons-nous ainsi dérapé, toutes nos connaissances accumulées, et pas seulement les technoscientifiques dominantes, sont conviées à cet indispensable examen de conscience au sens le plus large et le plus profond du terme.
                    
    
 
                                                François-Marie Michaut
Os court :

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. »
Jacques Chirac, sommet de la Terre,  Johannesburg, 2 septembre 2002.


     

      

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1235  8 août 2021   


                
             
                             

01 août 2021

CLOUDAGE (LEM 1234)

           
À mon âge avancé qu’on me dit canonique,
La clique des PC, des MAC, l’informatique,
Entre bug et coupure et cent disparitions,
Hante mes courtes nuits de sombres obsessions.
Mais une solution, soudain venue du ciel,
Est venue remédier à ma peur continuelle.

Plus d’arnaques et d’hackers, destructions et oublis,
Le miracle est bien là, le « cloud » change ma vie.
Même si je ne sais où se trouve son nid,
Il calme mes angoisses et rassure mes nuits.
Garage de mes œuvres, tanière à poésie,
Bien au chaud, tout là-haut, il sauve mes écrits.

Une adresse égarée ? Rendez-vous oublié ?
Vos photos disparues ? Un texte incomplet ?
Une panne, une erreur ? Ne soyez plus anxieux :
Le cloud, toujours le cloud, est là, sûr et sérieux.
Il faut « clouder », vous dis-je ! Cloudons les yeux fermés !
Quand tout sera « cloudé », nous serons tous sauvés !

C’est un « nuage », dit-on, très haut en altitude,
Veillant sur notre « ouaibe » en toute quiètude.
Serait-ce un cumulus, un sirius, un stratus ?
Toutes les météos là-dessus font… chorus
Pour garder le silence et mieux cacher l’objet.
Même les astronomes ignorent le sujet !

Ce mutisme est bizarre et pourrait sembler louche
A de mauvais esprits faisant la fine bouche.
Si chacun, comme moi, y stocke autant de choses,
Le cloud doit être un monstre, un réservoir grandiose !
S’il demeure invisible, est-il près de la lune ?
Avec des hommes verts du côté de Neptune ?

Je n’ai donc plus besoin de mes clefs USB
Que j’égare partout ou que je fais tomber.
Ainsi le « cloudement » est bien LA solution,
L’habile panacée, la géniale invention.
Il faut savoir clouder, clouder avec ardeur :
C’est en cloudant sans fin qu’on devient bon cloudeur.

Le cloudage est donc bien des octets le gardien,
Et c’est dans ce nuage où dormiront les miens.
Tous les réseaux sociaux n’ont qu’à bien se tenir,
Et de leurs fakenews ne pourront plus sévir.
Cloudons, cloudons ensemble et cloudons vers les cieux ;
C’est en cloudant, nous tous, que le monde ira mieux !

                                 Jacques Grieu
    
   

 

Os court :
« À la saint Cloud, la lampe au clou. »
Dicton


 Lettre d'Expression médicale
 
LEM n° 1234  1er août 2021   


                
                               

25 juillet 2021

Synthèse plus que jamais (LEM 1233)



        
    Cela nous arrangerait bien, cette croyance que la médecine bien ancrée dans la connaissance scientifique et les exploits technologiques est capable de tout voir, tout comprendre et tout prévoir de nos ennuis de santé. Comme des enfants sans parents, nous errons, tentés par les chants des prometteurs de miracles, ou de tomber dans la nasse de ceux qui ne veulent plus rien croire à rien.

   La pensée médicale, comme celle qui fut attribuée à Hippocrate et Aristote pendant des siècles, n’existe plus. Nous sommes devenus des caisses d’enregistrement de tout ce que nos technosciences peuvent capter dans leurs filets habilement dirigés par la toute puissante industrie chimique et ses associés économiques.

    Tant pis pour la répétition dans ces lignes personnelles, mais c’est indispensable. Le comment les choses se font, finalement ce que raconte la précieuse clinique des médecins, prend toute la place de notre travail mental. En extrapoler, par un résultat purement linéaire (A + B donne toujours C) ce qui va se passer demain en est le piège redoutable. La saga du Covid 19 signe la fragilité consternante de nos modèles mathématiques. Ces algorithmes dont se gavent nos technologies envahissantes.

   Le pourquoi les choses se font, ou non, d’une certaine manière et pas autrement, fait, depuis longtemps partie des interrogations des médecins. Cette chasse au pourquoi, nous ne la trouvons ni dans la philosophie, ni dans les sciences humaines. Des médecins s’y sont attelés, sans grand écho à ce jour (1).

     La synthèse des connaissances, scientifiques ou non, en évitant les puérils jeu de pouvoir et a priori idéologiques est le grand défi de notre avenir (2). Pour les médecins, comme pour tous ceux qui ont pour mission d’aider les autres à vivre le mieux possible.

    Si Covid19 parvient à nous aider à oser cet effort, il faudra alors lui en être reconnaissants. Paradoxal, non ? Mais question de vie ou de mort en quelques années pour toute notre biosphère. Notre poète Jacques Grieu a su habilement tirer cette sonnette dans la dernière LEM.

                                                  François-Marie Michaut

_________________

Notes :

(1) Huseman Friedrich (1887-1959), Walt Otto (1921-2003), La médecine à l’image de l’homme, 3 tomes Triades.
Citation de Dominique Aubier, La lecture des symboles, MLL 2021, p. 44 


(2) Prendre en compte les remarquables théories de David Bohm, physicien, sur la notion d’ordre impliqué et de Ruppert Sheldrake, biologiste, sur les champs morphogénétiques.



   

 

Os court :
« Un certain désordre favorise la synthèse » 


Michel Serres

 

  Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1233 25 juillet 2021  

21 juillet 2021

Contagiosité n’est pas virulence (Exmed)


    Comprendre le sens des mots est indispensable en ce moment. Confusion en matière virale. Contagieux veut dire qui se propage facilement d’un vivant à un autre. Exemple tous les virus du rhume ( rhinovirus sans gravité) . Virulent veut dire violent et facilement mortel, comme le demeure celui de l’Ebola. Faire peur aux foules en mélangeant les deux est-il humainement admissible, même au nom de la nébuleuse santé publique ?

    Quant à la mutatitivité des virus, elle fait partie intégrante de leur capacité d’adaptation, de leur mode d’exister. En faire une complication montre que ce mécanisme n’est pas compris, une lettre grecque ne change rien à l’affaire.


François-Marie Michaut

 21 juillet 2021

19 juillet 2021

BIOSPHERE (LEM 1232)



Bio ou pas bio ? Là n’est pas la question,
N’en déplaise à Hamlet (qui mangeait du poisson).
Shakespeare était-il anti écologiste ?
Car même Roméo était loin d’un gauchiste...    

La truffe et le caviar nous semblent-ils meilleurs,
Si on les garantit bio chez le vendeur ?
Car si la boîte est verte, avec de jolies fleurs,
Alors elle promet d’ineffables saveurs.    

Pour l’environnement le bio fait miracle
Et ses grands partisans assènent leurs oracles :
Tout en synthétisant les antioxydants
De bons polyphénols, il nous met sous la dent.

Champignons pathogènes, insectes ravageurs,
Pucerons, charançons, les suceurs, les piqueurs
Tous sont mis en échecs dès qu’on plante bio ;
Il protège les sols de la plupart des maux.

Abeilles et perdraux, cigales ou crapauds
Chacun à leur manière nous chantent le bio.                               Dentifrices aussi, crèmes, onguents divers,
Et même les savons, tous exigent du vert.

C ‘est une frénésie ! La course au bon label
Fait courir tout le monde et la pub le martèle.
« AB », quel beau logo ! Merveille des merveilles !
C’est plus cher, mais c’est mieux puisque c’est ça qu’on paye !

Autrefois nos anciens, dévots ou pas dévots,
Priaient les saints patrons pour adoucir leurs maux :
Saint Antoine ou Thomas, saint Michel ou Bruno...
Aujourd’hui, c’est fini : on prie Saint Bio !

                            Jacques Grieu
   

 

Os court :
« L’ignorance mène à la peur, la peur mène à la haine, la haine conduit à la violence... voilà l’équation. » 

      Averroès (Ibn Rachd , médecin Cordoue 1126-1198)

 Lettre d'Expression médicale
 
LEM n° 1232 18 juillet 2021   


               

             
                        

        
        

11 juillet 2021

Et maintenant ? (LEM 1231)

       

   Peu à peu, ce qu’à pu cacher, mieux qu’avec un masque, l’aventure collective de l’épisode covidien pénètre les esprits les plus alertes. Tout, absolument tout, sur fond dramatique de détérioration écologique irréversible de la planète, est remis en question.
Continuer à croire que la seule solution raisonnable pour l’avenir est de recommencer comme avant, et avec encore plus d’intensité témoigne d’une robuste naïveté.

    La médecine a pu être grisée un moment par les acclamations populaires initiales. Nos sauveurs, pensez-donc ces bons sauveteurs, faut leur passer la main dans le dos. De quoi dynamiser les tentatives médicales de vouloir prendre la main sur toutes nos décisions au nom d’une compétence professionnelle qui a largement fait pschitt devant les fantaisies comportementales d’un minuscule virus. Sous la bannière prestigieuse de la science et des techniques, son prestige s’est effondré. Son monolithisme quasi religieux a explosé, notre foi est en berne. Telle est la situation que nous vivons, nous ne savons plus à quel saint nous vouer, notre ciel est désert.

    Chaque jour qui passe montre qu’aucune proposition de vivre autrement notre existence d’humain en court sursis de disparition en quelques dizaines d’années ne surgit d’aucun pays. Rien, absolument rien ne vient «d’en haut». Inutile de se taper la tête sur les murs. Il reste une seule issue, aussi irréaliste peut-elle sembler aux yeux des plus rationnels d’entre nous. Du moins, ceux qui sont indiscutablement persuadés de l’être.
 Que chacun, dans sa petite ou grande sphère personnelle, utilise au  mieux son intelligence pour agir afin que nous ne retombions pas dans les mêmes erreurs qui nous ont conduits à 2021. La science, toutes les sciences, mérite notre respect. Si nous en comprenons les limites, c’est à dire les méthodes d’investigation et les cloisonnements, la transdisciplinarité unificatrice se révélant impossible, nous n’en attendons plus de miracles de compréhension globale de la réalité.
   Peut-on proposer de veiller particulièrement à un état d’esprit dont nous sommes si friands dans bien des domaines ? Je veux parler, comme beaucoup de gens qui tentent de comprendre la balle que nous nous tirons dans le pied depuis si longtemps, de l’obsession de l’uniformisation. Parce que le vivant, animal, végétal, minéral est tout sauf uniforme.  Exception faite des armées, et encore pas toujours, rien ne marche au pas.

  

                                    
 François-Marie Michaut

Os court :
«   La force de vie sacrée, invisible et puissante, contient la mémoire du passé et la vision du futur. Elle permet à la création de se manifester dans la matière ici et maintenant. » 

      Proverbe africain


 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1231 11 juillet 2021   


                
             
                            
 

08 juillet 2021

Au nom du non-libre-arbitre (Exmed)

     La résistance de nombreux soignants à la vaccination anti-covidienne est un fait. Insoluble dans les exercices de manipulation des dirigeants, disparaitra-t-elle magiquement avec une loi du Parlement ? Amende, interdiction d’exercer, peine de prison, jusqu’où irons-nous dans ce mélodrame de mauvaise facture ? La délation par l’assurance maladie auprès des médecins des non encore vaccinés, quelle atteinte aux droits de l’homme !


   Et si, in fine, les risques de toute nature de la vaccination se révélaient dans le futur plus importants et invalidants que ceux de la maladie à éviter ? Ceux qui ont pris dans la précipitation les décisions ne seront probablement plus là pour en répondre.


François-Marie Michaut

 Site Exmed

04 juillet 2021

POINTAGES VERS POINTUS
 (LEM 1230)

     
Le « point » est fort courant dans la langue française,
Mais on a « point » et « point » à plusieurs hypothèses ;
Le point de vue du sage est une vérité.
« Point de vue » peut nous dire : atteint de cécité !
Un joli point de vue est un panorama
Qui nous montre à quel… point on se réfère là.
 
Si le coureur à pied a des « points de côté »
Il n’est pas pour autant exclu de l’arrivée !
Si les points cardinaux sont d’usage courant
Ils sont points de repère et donc points importants.
A tel point que celui qui a perdu le nord
Est souvent « mal en point » et en danger, alors.

Quand le chef  « cuit à point » son rôti dans le four
Il ne s’agit point là d’un « point de non retour ».
Du point A au point B, le plus court des chemins,
N’est autre que la droite et c’est ce qu’on retient.
Le « point d’orgue » n’est point toujours un « point final »
Mais plutôt le summum, l’envolée principale.

On aime au plus haut point nous parler du « point G »
Ou du « point de Lagrange » ou du « point de rosée »
Qui n’ont point empêché quiconque de dormir.
On trouve un point d’appui où on veut le fournir...
Si le « point d’Alençon » méritait un bon point,
Il n’est plus à la mode et nous paraît fort loin.  

Points d’interrogation ou points d’exclamation,
« Faire le coup de poing » n’était pas ma mission.
De cette mise au point je n’ai pu m’empêcher ;
Juste « faire le point » était dans mon idée.
Pourtant des point-virgules, on dit « pas trop n’en faut ».
Alors, un point final ne sera pas de trop.

                         Jacques Grieu






 

Os court :
«  Un beau livre, c’est celui qui sème à foison les points d’interrogation. »

      Jean Cocteau


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1230 4 juillet 2021   


                  Jacques Grieu

27 juin 2021

Lettre à Marie Ahyerre
 (LEM 1229)

  


    Nos itinéraires, très inégaux en durée, ne se sont jamais croisés. Vous avez 23 ans, vous étudiez à Bordeaux et vous avez obtenu la plus forte note au concours national de l’internat. Superbes capacités cognitives jointes à une remarquable maturité.
    Ce que je trouve le plus époustouflant est l’affirmation tranquille de votre choix de la médecine générale pour trouver votre voie dans l’usine à gaz des disciplines médicales. Pour vous, c’est clair et net : vous voulez être généraliste, pas dermato, ophtalmo, chirurgien esthétique ou radiologue comme vos prédécesseurs. Vous le déclarez sans détour aux journalistes qui, visiblement, ne le comprennent pas.

   Vous êtes bien placée pour constater que la médecine générale est considérée par l’immense majorité des porte-drapeaux des médecines hautement spécialisées comme de qualité intrinsèque inférieure (1). Les médecins de famille ? Juste bons à s’occuper de pathologies bénignes, pour ne pas dire spontanément guérissables.
    Votre choix témoigne de votre liberté d’esprit : la vraie médecine n’est pas celle, très cloisonnée, des seuls organes à la recherche des pathologies les plus graves. Elle est, à l’image des vivants, celle de la durée. Ensemble pour le meilleur comme pour le pire selon les accidents comme les joies de la vie.

    Vous êtes jeune. Nos experts (2) prévoient que tout risque fort d’être bousculé dans nos manières de vivre dans 30 ans. Vous aurez alors 53 ans, le temps de la pleine maturité professionnelle, et vous aurez à prendre soin, là où vous serez, de cette humanité atteinte dans sa capacité de demeurer en vie.
Que vaudront alors les fleurons technoscientifiques de nos hyperspécialistes ?
La vie, celle que nous nous sommes acharnés depuis si longtemps à construire, qui pourra l’aider à ne pas disparaitre par incapacité d’adaptation ?
    
   Vous voyez, et je n’ai aucun titre pour vous donner le moindre conseil, votre responsabilité est considérable. Vous méritez amplement le plus grand respect pour oser prendre à bras le corps ce qui vous parait de la plus haute qualité en résistant aux sirènes de l’immédiat et du clinquant.

         Alors, si vous me le permettez, belle vie à vous et restez qui vous êtes, quoi qu’il advienne sur votre chemin de vie.

                                                 François-Marie Michaut

_________________

Notes:

(1) On peut dater le début de cet ostracisme, inconnu de nombreux pays comparables, à la réforme Debré de 1958 qui créa les Centres Hospitaliers Universitaires.


(2) JIM du 24 juin 2021 : lien 


 

 
«   Il y a des médecins qui vous sauvent - et il y en a qui vous guérissent.»

      Sacha Guitry

 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1229 27 juin 2021   
 

23 juin 2021

Militantisme si peu scientifique (Exmed)



   Les médecins n’ont jamais cessé de débattre entre eux pour remplir leur mission au mieux au fil des époques. Alors quand des médecins, au nom de la science et de la santé, se comportent comme des militants, le mélange des genres devient extrêmement dangereux pour le public et... les professionnels qui cherchent librement. Sommes-nous contaminés par la technique marchande des influenceurs dans la prévention des maladies ?
     Voici, en italiques,  le message d’une consoeur amie qui mérite d’attirer toutes les attentions :

 Je ne sais pas si tu as vu cela, mais peut-être cela pourrait intéresser les médecins blogueurs.
  Si nous ne réagissons pas les sites de santé seront passés au peigne fin pour être censurés.
  Tout est expliqué ici : http://mypebs-en-question.fr/actus/infox.php
et ici : https://cancer-rose.fr/2021/06/22/linca-de-mauvaises-surprises-en-mauvaises-surprises/

C'est un scandale, il faut qu'on se réveille avant d'être muselés !

Texte en anglais aussi : http://mypebs-en-question.fr/actus/infox_en.php



François-Marie Michaut


Site Exmed 23 juin 2021

20 juin 2021

J’veux pas le savoir
 (LEM 1228)


    Au temps révolu  du service militaire obligatoire, tout le monde ne vivait pas cette phase de vie comme une partie de plaisir. Devenir homme de troupe supposait une formation assurée classiquement par un adjudant instructeur, grade ultime des sous-officiers d’active.
« La discipline faisant la force principale des armées, il importe que tout supérieur obtienne de ses subordonnés une obéissance entière et une soumission de tous les instants» dit l’article 1er du règlement de discipline des armées entre 1933 et 1966.

     Tout questionnement, empreint ou non de malice de la part des bleus, sur la faisabilité d’une injonction attirait un je-veux-pas-le-savoir de la part du gradé. La hiérarchisation galopante de tous nos rouages d’organisation a horreur des gens qui posent des questions (1). À un degré de plus, montrer qu’on ose répondre est une attitude risquée. Le silence rituel des classes d’école devant les professeurs en France surprend beaucoup les jeunes d’autres pays. Le confinement, retour à l’actualité, des attitudes mentales ou psychologiques laisse une trace profonde. Un silence des expressions comme si les masques avaient le pouvoir de bâillonner nos capacités de penser et de communiquer aux autres notre pensée quand elle ne peut pas s’appuyer sur un groupe de pression protecteur.

    Risque d’hypotrophie de notre dimension humaine déjà durement éprouvée depuis des années par la dictature technoscientifique (2) ?
L’hypothèse ne peut être écartée d’un haussement d’épaules. Quand les grandes idéologies s’effondrent devant les modes de vie qu’elles génèrent, comprendre enfin pourquoi et comment la réalité qu’elles fabriquent les met en échec devient une urgence vitale.
   Une urgence qui tourne le dos à notre volonté si confortable de ne pas vouloir savoir. L’urgence de connaitre ce que, justement, nous ne connaissons pas encore avec nos outils intellectuels de 2021, les produits à tout faire du numérique avec leurs solutions simplificatrices, les fameuses applis en tête.

                                               François-Marie Michaut

Notes:


(1) Toute question susceptible de perturber les rouages d’un pouvoir reconnu vous fait souvent taxer durablement, ou définitivement,  de «mauvais esprit», donc dépourvu de sérieux.



(2) Odile Marcel, Technoscience et thérapie, Site Exmed,
lien https://www.exmed.org/odmar.html



Os court :
«   La culture, ce n’est pas ce qu’il reste quand on a tout oublié, mais, au contraire, ce qui reste à connaître quand on ne vous a rien enseigné.»

 Jean Vilar (1912-1972, créateur du festival d’Avignon)

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1228 20 juin 2021   


                                
                       
                                       
 

16 juin 2021


Les démasqués (Exmed)


    Que sommes nous devenus dans l’espace public sans nos masques imposés ? Avons-nous, les uns et les autres, changé durant l’épreuve prolongée du confinement ? Allons-nous même nous reconnaître face aux autres comme «avant» ?        


     Observateurs, à vos postes, nous avons certainement tellement à apprendre de ce temps nouveau  qui ne peut plus, quoi que nous fassions, être «comme avant».

François-Marie Michaut

  Exmed 16 juin 2021

13 juin 2021

BUT en BLANC
 ABUS (LEM 1227)

  


Des revendicateurs, ce n’est pas la devise.        
Au but, on a tous droit, quoi que certains nous disent.
Souvent les tirs au but ne sont pas tapés droits :
Ils manquent là leur but et on ne sait pourquoi.
Peindre le but en blanc n’aide pas à marquer,
Et s’il est tout en vers, le score est étriqué.
Pour atteindre le but, aller droit n’est pas tout ;
Il faut le dépasser, c’est le meilleur atout.

Avoir un but qui plaît abrège nos attentes.
Il devient point de mire et nous montre la pente.
Avoir la vie facile est un but difficile,
Mais n’avoir pas de but est cent fois plus futile.
Quand on n’a pas de but, sans boussole on navigue ;
La vie devient un jeu dont le bout nous intrigue.
    On bourlingue au hasard et toute honte bue,
Quand on arrive au but, juste on a survécu.    

Vivre serait le but ? Le début ? Le rebut ?        
Bonheur est récompense et non l’unique but !
Le but de notre vie est-il le ciel sur terre ?
Notre modernité entonne bien cet air.
    « Société » n’est qu’un jeu où chacun suit son but,
Un but jamais atteint mais qui laisse fourbu …
Celui qui touche au but, alors, il arrive où ?
La mort n’est pas le but, mais elle est bien le bout …

                    Jacques Grieu
  

Os court :
«  Ce n’est pas le but  qui est intéressant, ce sont les moyens pour y parvenir.»

 Georges Braque


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1227 13 juin 2021   
 

07 juin 2021

Mots qui puent, mots qui tuent (LEM 1226)


   L’invention de l’imprimerie a été un des moteurs de la Renaissance en Europe. Les textes enfin sortis de la seule tradition orale ou des copies confidentielles pour les rares favorisés. Le seul animal doté de la capacité de langage articulé par sa physiologie fait ainsi un remarquable pied de nez au temps comme à l’espace.
   Enfin vint le réseau des réseaux avec sa toile numérique planétaire. Tout manipulateur de clavier dispose virtuellement d’une tribune d’expression sans limite. Plus besoin d’auteur patenté, plus besoin d’éditeur, plus besoin d’imprimeur, plus besoin de libraire.

Que faisons-nous de cet outil technique incapable d’oublier son contenu après quelques années d’utilisation intensive ? Un moyen d’ouvrir les esprits vers des connaissances jusquelà inaccessibles ? les pionniers en ont révé de ce «village planétaire» ( Marshal Mac Luhan, 1967).
Le libre-service des mots, fouété par l’illusion de la protection de l’anonymat a conduit, sous la protection très intéressée des réseaux sociaux, à l’explosion des mots utilisés comme des armes pour dominer les autres. Entendons ceux qui pensent autrement que soi, les pas comme nous, les gens vraiment bien. Rumeurs de stade, la machine collective catalysant le mimétisme cher à René Girard ( Des choses cachées depuis la fondation du monde, 1978) ne cesse de s’emballer. Odeur nauséabonde pour toute pensée refusant les attitudes simplistes des extrémisme de tout calibre. S’il ne s’agissait que de l’agacement olfactif de quelques sujets plus sensibles que les autres, cela n’aurait guère d’importance.
Mais, hélas, le passage à l’acte de cette violence des mots, des insultes et des menaces nous saute à la figure. Les anciens savaient bien que deux armées face à face ne pouvaient s’étriper qu’après s’être copieusement injuriés ( L’Iliade ). Ailleurs, tambours, peinture et danses de guerre étaient indispensables pour galvaniser les guerriers. Le passage de l’expression symbolique violente à la réalité de donner la mort à celui d’en face, connu ou inconnu, est trop familière à notre histoire pour qu’il puisse être nié.
Comment ne pas s’interroger quand une chaine publique de télévision propose sans hésiter à ses spectateurs leur «soirée meurtre». Comme un anodin divertissement ?
   Ceux qui soignent des malades savent l’importance des mots qui sont échangés. Ils peuvent soigner, ils peuvent soulager, ils peuvent  aussi contribuer à guérir, les mots et les gestes. Mais il peuvent aussi, hélas quand on n’y prête pas assez attention, conduire au désespoir et à la mort.
   Personne n’a le droit, sous quelque prétexte, toujours mauvais que ce soit, dire n’importe quoi à n’importe qui n’importe quand, n’importe où, n’importe comment . L’utilisation de termes techniques et scientifiques ne peut constituer aucune aseptie des messages. Les recettes dites de communication, concept très au gout du jour, ne sont que des leurres de manipulation des esprits.
  Tout humain est redevable vis à vis de la collectivité dont il est membre des mots qu’il utilise. Parce que chacun de ses mots construit une part de la réalité humaine que nous partageons dans leurs conséquences pour le pire, comme pour... le meilleur.

                                                   François-Marie Michaut
   
Os court :
«  Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. »

 Confucius


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1226  7 juin 2021   


               
                       
                                         

31 mai 2021

Le bébé de l’eau du bain (LEM 1225)




   Ne pas jeter le bébé avec l’eau du bain nous enjoint cette expression d’origine germanique médiévale. C’est l’image qui m’est apparue en prenant connaissance de la lecture de la réalité actuelle de notre situation faite par Emmanuel Macron dans le Zadig n°10 (1).

   Trouver un lien systémique crédible reliant nos difficultés nationales et celles de la planète entière dans la complexité de leurs interdépendances est une façon rafraichissante de sortir enfin des segmentations où sont enfermés tous les savoirs et leurs intarissables experts. Le sanitaire, le social, le politique, l’économique, l’écologique, le scientifique, le culturel et le psychologique (liste non exhaustive) embarqués sur un seul et indivisible bateau, celui du réel : le constat doit en effet être clairement formulé.
   Notre président, osant un instant prendre un peu de hauteur, au risque de se faire traiter de rêveur (2), nous fait une proposition. Les temps anciens dont la période covidienne agit comme un redoutable destructeur en chaine vivent leurs derniers moments. Le revivre comme avant est une illusion infantile, cet âge où tout est réversible, même sa majesté la mort.  Comme n’importe quel cycle dans le monde du vivant, comme ne cessent de nous l’enseigner dans toutes les disciplines les connaissances scientifiques, il y a naissance, développement et transformation pour donner vie à de nouveaux cycles.

    Nous serions en train de vivre un bouleversement majeur de notre civilisation comme en a connu l’Occident à la fin du Moyen-Âge très chrétien. La Renaissance vint, entre le 14ème et le 16ème siècle, nous donner une poussée civilisationnelle novatrice qui n’est pas encore éteinte. Monsieur Macron nous invite à une nouvelle Renaissance. Belle aventure en ligne de mire en vérité.
Hélas, le travail à mettre en oeuvre est gigantesque : il ne suffit pas de mettre un trait de crayon sur une culture jugée dépassée pour avoir la certitude de pouvoir faire autre chose « en mieux».

    Depuis nos origines, au moins le paléolithique nous disent les sciences, notre espèce n’a cessé d’évoluer en étant au contact direct avec un bon nombre de bains, les uns prenant la place des autres devenus obsolètes. L’hypothèse (3) que je propose au lecteur, c’est qu’en vidant ces différents bains - nous ne pouvions faire autrement- nous ayons jeté un indispensable ferment. Celui capable de développer une véritable humanité et non l’espèce animale la plus prédatrice et destructrice sans limite à laquelle un petit virus animal a l’incroyable mérite d’ouvrir les yeux sur ce qu’elle est devenue : une entreprise suicidaire.
   Alors, oui, et toutes nos connaissances, les authentiquement scientifiques comme les autres, ni plus, ni moins, nous y aideront. Il nous fait désormais filtrer sans a priori tous nos bains culturels pour y retrouver, ou trouver, tous ces bébés qui ont été jetés dans les poubelles de l’oubli et n’ont donc jamais pu faire souche.

Peut-être faudrait-il auparavant ne pas croire de façon aveugle aux sirènes des doctrines transhumanistes qui sont déjà du passé, de «l’avant» la fin du cycle trépassé.

                                          François-Marie Michaut

Notes :

(1)Lien  https://www.zadiglemag.fr/emmanuel-macron/



(2) Avez-vous remarqué que l’accusation - s’en est une pour les esprits utilitaires- est toujours associée à celle de douceur ?



(3) Une hypothèse n’est pas un acte de foi, une sorte de certitude ou de mystérieuse clairvoyance, elle est une simple proposition. Comme un et si ? dans une conversation amicale.

Os court :
« La vie n’a de valeur que si elle est un feu sans cesse renaissant. »

 Pierre Valéry-Radot

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1225 31 mai 2021 



                        
                       
                                             

24 mai 2021

Humilité négligée (LEM 1224)

 
   Quel mot démodé pour notre modernité pétaradante que celui d’humilité ! Et s’ il est périodiquement invoqué, c’est pour camoufler stratégiquement une hypertrophie du moi. Le «en toute humilité» est un vilain faux-nez facile à repérer : celui de la fausse modestie. Au temps présent des communicateurs compulsifs et autres hommes-sandwich numériques que sont les «influenceurs» de toute facture, les ressorts actionnant les communications entre humains sont brouillés. Pour mieux nous manipuler, nous les toujours pressés, les adeptes du toujours plus, du moi d’abord.

   Les mots ne sont pas des briques interchangeables, chacun a sa propre force pour qui veut bien les regarder deux fois. C’est à dire les respecter dit le français.
Alors humilité, cette façon d’être et de se jauger soi-même, si rare et si dépréciée, qu’est-ce que c’est ? Une vertu, dirait un moraliste, réservée aux plus faibles d’entre nous parce qu’ils ne chercheraient pas à écraser les autres ? Les Béatitudes évangéliques, franchement, ne militent pas pour la gloire des humbles, assimilés aux enfants, aux malades ou aux fous.

  Paradoxalement, c’est à la préoccupation croissante de l’écologie, sur fond de catastrophes annoncées si nous ne changeons pas nos instruments d’action, qu’il faut se référer. Humilité, je le sais depuis peu, a un rapport direct avec l’humus, la mince couche de terre fertile indispensable à toute vie.
  L’humble est celui qui a une conscience aigüe et permanente de n’être qu’un maillon parmi tous les autres constituant notre terre mère. Ce qui lui rend impossible, sans être en contradiction avec lui-même, de faire n’importe quoi de sa vie, comme de celle de tous les vivants, sous prétexte de faire tout ce qu’on peut et sait faire. sans se soucier du pourquoi on le fait.
   La vieille histoire de Voltaire, qui ne fut pas un modèle d’humilité en son siècle, nous conseillant dans Candide de cultiver notre jardin retrouve soudain une  actualité non négligeable. Les inévitables retours de bâton des décisions prises en cette période covidienne vont être d’impitoyables révélateurs. Les dés sont jetés, la science fait son travail d’investigation, la réalité une fois connue parlera sans prendre de gants.

   Toute cette lecture systémique, j’en conviens volontiers, est bien sévère. Nous ne serions pas en France si une petite pirouette finale ne venait l’adoucir. Allons en Italie pour une expression familière réservée aux personnages qui veulent imposer aux autres leur importance : « rimuovere el tappo». Quelque chose comme enlever le bouchon ! Et, en prime pour la patience du lecteur, ne pas rater l’Os Court final signé de l’aigle de Meaux et emprunté à l’Ecclésiaste ce qui ne nous rajeunit pas.

                                                  François-Marie Michaut

Os court :
« Vanité des vanités et tout est vanité.»

  Jacques-Bénigne Bossuet (1670)


 

 Lettre d'Expression médicale

Sur le site Exmed LEM n° 1224   24 mai 2021 



                      
                       
                                             x

 

18 mai 2021

Mais quelle famille (Exmed)


  Et bien celle, issue du Proche-Orient, qui se réclame de son ancêtre commun Abraham, ou Ibrahim, pour celui qui donna vie d’abord à Ismaël avec sa servante Agar, puis  avec son épouse Sarah à un certain Jacob devenu Israel.
   Une querelle de droit d’ainesse, celui-là même que supprima la Révolution en France en 1791. L’affaire entre les demi-frères ennemis n’a pas trouvé de solution depuis quelques trois millénaires.

   Est-ce bien par les armes, comme en ce moment, que peuvent être entendus et compris de tous - y compris les belligérants- quel est exactement cet héritage tellement plus précieux que le sang et les larmes qu’il fait couler depuis si longtemps ?

François-Marie Michaut

 19 mai 2021


16 mai 2021

NON-LIEU (LEM 1223)


Ici n’est pas le lieu de prêcher la morale
Mais plutôt de jouer en citant les… annales.
Le poète est un peintre et «sent» au lieu de «voir» ;
Ainsi le ressenti tiendrait lieu de savoir ?

On tient toujours un peu de son lieu de naissance
Et ce lieu-là nous tient depuis la tendre enfance.
Mais son lieu de naissance, si on avait son choix,
Bien des villes seraient des déserts sous les toits !

Comme la pire action qui n’a jamais eu lieu
Mais qui cause souvent un choc calamiteux,
Les départs les plus tristes aux déchirants adieux,
N’ont pas pu avoir lieu mais restent désastreux.

Qu’est-ce qu’un «idéal» sinon un lieu commun
Qu’on ne trouve jamais, qu’on sait jamais atteint ?
Dès que le temps s’arrête, alors, il devient «lieu»
Et le lieu… idéal pour les rêves chanceux…

Le «jugement dernier» ? Il a lieu tous les jours,
Et ce n’est qu’en haut lieu qu’on en fera le tour !
C’est le juste-milieu qui devrait nous guider,
Restant à mille lieues des excès débridés.

L’habitude, souvent, tient lieu de conviction
Comme l’avis du vieux tient lieu de prédiction.
Entre ce qui a lieu et ce qui n’a pas lieu
Il n’existe parfois que largeur de cheveu…

                         Jacques Grieu


 
Os court :
«  Il ne faut pas médire des lieux communs, il faut des siècles pour en faire un. »

 PJ. Stahl, écrivain et éditeur renommé sous son nom de Jules Hetzel (1814-1886).


     Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1223 16 mai 2021 

13 mai 2021

Tout ce qui est excessif... (Exmed)


   Talleyrand nous a informés : « Tout ce qui est excessif est insignifiant». Forcer l’expression des idées qu’on veut faire passer au détriment de ce que disent les autres est une tentation forte sur Internet.
    Des lecteurs fidèles d’Exmed manifestent leur désaccord avec la publication ici du post « Armageddon viral ou folie collective» le 11 mai 2021, autant sur la forme que sur le fond.
   Ma responsabilité de publication des textes qui me sont envoyés est engagée. Que ceux qui ont été blessés par ce papier, en effet incompatible avec notre ligne éditoriale habituelle, veuillent bien accepter mes excuses.

François-Marie Michaut

11 mai 2021

Armagueddon viral ou folie collective ? (Exmed)



Il faudrait peut-être admettre le fait que le Covid épargne plus de 99,9% des populations, qu'il guérit ultramajoritairement sans traitement et que même les formes graves sont, pour la plupart, traitées avec succès par des traitements symptomatiques.

Il faudra donc à un moment nous dire d'où sort la psychose induite par cette épidémie, certes préoccupante mais qui n'est en rien un armagueddon viral ? Sauf si on finit par induire un échappement immunitaire mondial par des traitements mutagènes et une pression sélective en faveur de variants monstrueux...

Il y a eu en 2020 une SOUS MORTALITÉ de toutes les classes d'âges en dessous se 65 ans...donc, pas de quoi motiver les jeunes pour des mesures restrictives délétères !

   En fait on se borne à foutre la trouille à tout le monde sans prendre de VRAIES mesures de protection, qui n'ont de sens que si elles sont CIBLÉES et transitoires ( 1000 ème répétition de ma part))

    Des sujets qui ne risquent rien, et qui de plus sont asymptomatiques,  peuvent se taper la bise autant qu'ils veulent...sauf à démontrer par des TRAÇAGES EFFECTIFS, que certains en sont morts.

   En fait les précautions aveugles TUENT LES VRAIES PRÉCAUTIONS qu'on doit impérativement prendre avec rigueur envers les personnes  à risque de formes graves .

   Et oui, dans les faits,  plus de 99,9% de la population N'A RIEN A CIRER DU COVID.  Pour autant protège-t-on vraiment ceux pour lesquels il est un risque mortel depuis un an ? La réponse est clairement NON

   On balance des mesures globales aveugles inutiles et  toxiques suivies par une bande de gogols apeurés.

(Note de la Rédaction : à rapprocher d’un remarquable travail de vulgarisation critique effectué par Christian Drosten à Berlin. Lien )

J.F Huet
11 mai 2021

08 mai 2021

La connaissance (LEM 1222)



Quel beau mot que celui de connaissance ! Vivre à la vie, dit-il,  avec cette capacité spécifique que nous avons d’être dotés d’un cerveau qui parle ( Dominique Aubier). Bien sûr, il évoque en écho celui de renaissance avec le regain vital qui suit une sorte de mort partielle.
L’actualité si perturbante nous contraint à remettre nos pendules à l’heure du réel. Cette prestigieuse science dont nous attendions des directives capables de neutraliser ce fichu coronavirus a perdu sa domination absolue rassurante. Au risque de replonger les esprits dans la confusion la plus totale de ce qu’est la réalité.

   Un peu trop facile d’évoquer quelque conspirationnisme  ou des tentatives très politiques de récupération de la confiance des foules. Ce qui gène, ce sont les limites mêmes de la création de la connaissance scientifique. Sa méthode exige que toute son énergie soit consacrée à démonter de plus en plus finement les rouages du comment les choses se sont passées, et peut-être encore se passent. Voilà qui l’oblige à rester cantonnée au passé : elle ne peut parler qu’après avoir mené de longues, minutieuses et méthodiques recherches sur ce qui a déjà eu lieu.

   Impossibilité de réponse immédiate à ce qui nous arrive maintenant. La science a toujours besoin de temps, de preuves, de controverses pour se construire. Au temps du tout tout de suite et du risque zéro, la pilule passe mal. On veut des assurances, pas des doutes : la pensée scientifique ne mange pas de ce pain là. La science ne peut pas maitriser l’avenir.

   Finalement, il nous manque quelque chose pour comprendre le monde. Ce monde dont on traque partout, et avec grand succès, les mécanismes les plus intimes. Savoir comment ça marche est indispensable,  ce n’est pas sérieusement discutable.

   Mais, cela semble tellement oublié pour notre modernité arrogante : nous ne pouvons pas ignorer la question qui fâche le plus les pouvoirs. Pourquoi les choses et les êtres sont ce qu’ils sont et pas autrement ? Question infantile, direz-vous. C’est justement pour cette raison que nous ne pouvons plus l’éluder comme nous nous avons toujours réussi à le faire. Finalement, la culture, toutes les cultures, les arts comme les lettres de toutes les époques ne cessent de tourner autour de cette problématique essentielle.
   Prenons-les enfin au sérieux comme ils le méritent pour notre avenir à tous. Voyez-vous une autre issue à notre impasse planétaire actuelle ?

                                               François-Marie Michaut

 
Os court :
«     Le diable est dans les détails.  »
Freidrich Nietzsche


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1222 9 mai 2021  



                     
                       
                                         

PETITS SOINS (LEM 1244)

   «  Elle eut soin de se peindre et d’orner son visage Pour réparer des ans, l’irréparable outrage  » Le soin qu’elle y mettait, avec solli...