dimanche 31 juillet 2016

Le temps du post-religions est là. LEM 974

                           Le temps du post-religions est là
                     
                             Docteur François-Marie Michaut



« Le XXIème siècle sera religieux ou ne sera pas ». Cette prophétie attribuée à André Malraux n’est pas de lui, disent ses exégètes.  Et pourtant nous sommes en plein dedans, ce début du 3ème millénaire de notre ère occidentale. Jamais, depuis des siècles, la question des religions n’a occupé une telle place dans les esprits. Les si dramatiques convulsions sanglantes perpétrées en utilisant l’étendard de la grande religion islamique, et en instrumentalisant sans aucun état d’âme des esprits juvéniles pathologiques que les psychiatres ne peuvent qualifier que de psychopathes (1).

Les images de représentants des différents cultes réunis pour des célébrations ou des déclarations toutes plus pacifiques les unes que les autres sont pain bénit pour les télévisions. Mais, elles ne peuvent hélas, nous l’avons expérimenté au siècle dernier avec Vatican II, conduire à rien. Chacun ne peut que demeurer campé sur les dogmes indiscutables de sa propre religion.

Dans un tel contexte de ce qui ressemble, à s’y méprendre, à un dialogue de sourds, il n’y aurait donc aucune solution possible à un affrontement planétaire au nom de la prééminence de sa propre foi, ou de sa propre culture ? Ceux qui nous traitent de « croisés » seraient-ils plus perspicaces que nous ? Pour l’instant, et du moins officiellement, nous n’avons aucun argument à leur opposer sur ce terrain précis. Ils nous parlent de guerre sainte, nous répondons canons, avions, prison, blocus économique, consommation et surtout... finances.

 Pendant ce temps, les esprits continuent de travailler et d’accumuler des montagnes de connaissances dans tous les domaines des sciences et des techniques. L’occident de la pensée, même s’il s’est amputé au nom de la supériorité de la connaissance scientifique de toute notion  spirituelle, est la force intellectuelle motrice dominante en 2016. De façon infiniment moins spectaculaire, des avancées majeures sont en cours de diffusion tant du côté des traditions spirituelles sur la voie de l’unification que de certaines sciences de pointe sortant de leur dogmatisme matérialiste pour nous permettre de comprendre un peu mieux comment fonctionne notre univers, et quelle place, nous les petits humains, croyants ou non, y tenons.

Pour parler sans détour, voici ce dont nous avons besoin. Une connaissance suffisamment large du réel capable d’englober, sans qu’elles s’excluent mutuellement - comme actuellement - les traditions spirituelles et religieuses les plus élevées et tous les apports des sciences ayant enfin renoncé à leurs dogmes impérialistes des siècles derniers. Il serait bien naïf d’attendre d’une quelconque autorité, politique ou institutionnelle, qu’elle en prenne à notre place l’initiative. Nos puissants sont infiniment plus sous notre dépendance que nous ne pensons comme des enfants être sous la leur. Seul ce que nous voulons, si c’est clairement pensé et formulé peut les faire enfin bouger.
Le temps du post-religions ( le pluriel de la dénomination me semble indispensable)  est né dans un certain nombre d’esprits avisés, même si la presse se garde bien d’en parler. Un certain nombre de correspondants me le signifient clairement. Poussés par le danger, la nécessité et l’indigence de nos gouvernants dans leurs analyses et leurs actions, nous n’avons pas d’autre alternative que de chercher nous-mêmes comment dépasser enfin toutes nos oppositions nées au fil de l’histoire de situations culturelles imprégnées de pensées religieuses enfin dépassées. La mondialisation, grace aux techniques de communication et d’échanges utilisées sans vergogne par nos destructeurs, est infiniment plus riche qu’une simple histoire de commerce, de propagande et d’argent.
La physique de l’information est à nos portes, ouvrons nos yeux et nos oreilles. Le coeur est important, la compassion vraie, les intentions généreuses sont indispensables. Mais insuffisantes. La réflexion personnelle approfondie, y compris son versant émotionnel,  est plus nécessaire que jamais.
______________________________________________________

Note:
(1) Le catalogue américain de classification des troubles mentaux (DSM) parle, de façon aussi édulcorée que dissimulant l’incapacité de la psychiatrie et de la psychologie à tout traitement, de «personnalités antisociales». C’est pourquoi la justice imposant des mesures de suivi thérapeutique à de tels sujets se trompe, et nous trompe, lourdement.
 Pour plus de détails sur la sociopathie.

______________________________________________
   
 

 Os Court :

 «   Les religions portent des noms différents, mais elles contiennent les mêmes vérités. »

         Mohammed Ali, alias Cassius Clay

Plus c'est confus, plus ça devient clair

Plus c’est confus, plus ça devient clair
  
L’actualité nous plonge dans un environnement humain qui semble devenu totalement déboussolé. Donc dans une confusion des plus nuisibles à la santé de populations entières. La gymnastique de l’analyse systémique, à condition qu’elle  sache rester «généraliste»,  que nous pronons sur ce site depuis des années, se révèle un outil bien utile pour se faire une idée sur les drames qui nous touchent. La LEM 974 lance une curieuse nouvelle dans son allure paradoxale : Le temps du post-religions est là.
Lisez, faites lire, construisez votre façon de voir et critiquez sans aucune retenue.
F-M Michaut CO d’Exmed 1-2 août 2016

mercredi 27 juillet 2016

Tout droit du ciel CO Exmed

Tout droit du ciel


Le futur est déjà là nous démontre le physicien Philippe Guillemant. C’est, au moins en partie, ce que nous en attendons que nous provoquons par notre action. Regardons de cette façon inhabituelle le tour du monde de l’avion Solar Impulse. Utiliser uniquement de l’énergie non polluante n’était qu’un rêve lointain. C’est maintenant entré dans les projets réalisables, au moyen de grands efforts technologiques, parce quelques farfelus, n’écoutant que leur libre arbitre, ont su surmonter tous les doutes des gens raisonnables.

Aucun profit immédiat à en tirer : l’exemple est magnifique et ne peut que donner courage à ceux qui sont de vrais voyants d’un monde de demain différent de celui que nous voyons périr dans la confusion et la violence. Une bien belle bouffée d’air pur, quel beau cadeau pour chacun.


F-M Michaut CO d’Exmed 27-28 juillet 2016

dimanche 24 juillet 2016

En vous... un mot LEM 973

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 973
 
25 juillet 2016

                            


                           En vous... un mot
                     
                              Juliette Goldberg



 

Entrer en vous profondément
et en prenant tout votre temps
extirper des entrailles le mot
qui votre sentiment aussitôt
pourra peindre, décrire, faire rêver
de façon exacte, détaillée.
Chacun d’un endroit spécial vient,
cela dépend du sentiment,
de la place, l’envie et l’amie,
qui surgissent, vous tiennent compagnie,
et soudain en vous les merveilles
jusque-là bien enfouies, réveillent
fantasmes et fantômes de votre âme,
qui entrouvrent puis déploient les charmes
de votre vie, tant spirituelle
qu’intérieure et intellectuelle.

Décrire ce mot, l’envelopper
de fleurs, couleurs, développer
ses qualités et synonymes,
parfois y rajouter des rimes,
qu’enfin il s’épanouisse en ondes
et se répande dans le monde,
apportant gaieté, profondeur,
joie de vivre, ouverture, bonheur.


                                                     Juliette Goldberg
                                                Janvier 2013



Os Court :

 «   Lorsque les mots perdent leur sens, les gens perdent leur liberté. »

          Confucius ( -551, - 479) 

              

S'exprimer

 S’exprimer

La magie unique d’être le seul animal de la planète utilisant des mots est tellement banale, et tellement dévoyée, qu’on en viendrait à l’oublier. Heureusement que Juliette Goldberg nous fait le cadeau précieux d’un aide-mémoire pas du tout rebutant.
Bonne lecture de la LEM 973 : En vous... un mot.

F-M Michaut CO d’Exmed 25-26 juillet 2016

vendredi 22 juillet 2016

Eau, ma non troppo

Eau, ma non troppo
 CO Exmed

Les conseils infantilisants supposés nous prévenir de tous les dangers de la vie nous sont assenés jusqu’à la nausée. Le thermomètre flirte avec les 30 degrès Celsius ? À l’eau, citoyens, bébés, adultes, vieillards. Liquidons nos litrons sans modération pour éviter la deshydratation, claironnent les médias à l’unissons. Buvons, buvons, buvons, tel est le commandement de la bien pensance sanitaire. Pas soif, veux pas le savoir.


Sauf que l’hyperhydratation, mal connue du grand public comme de certains professionnels, bien étudiée chez les sportifs d’endurance, peu se révéler bien plus dangereuse que la deshydratation.  Les spécialistes parlent d’hyponatrémie d’effort, avec comme conséquence un gonflement anormal des cellules, pouvant conduire jusqu’au coma ou au décès. Alors, raison sachons garder en faisant l’effort d’écouter notre corps au lieu d’obéir bêtement aux injonctions de ceux qui prétendent savoir mieux que nous ce qui nous convient à nous.

F-M Michaut CO d’Exmed 23-24 juillet 2016

mercredi 20 juillet 2016

La seule urgence française
 CO Exmed

La seule urgence française


Elle n’est pas du tout celle votée par les parlementaires. La seule force est celle de l’esprit capable de regarder la réalité en face. Nous vivons les derniers soubresauts terrifiants de la mort des religions à vocation dominatrice. L’époque, totalement inédite depuis nos origines, du post religions est ouverte. Quelque chose qui englobe ( et non détruit stupidement) et dépasse par sa portée universelle tout ce que les religions et les traditions nous ont déjà amené depuis la nuit des temps est en train de surgir.

Et pas n’importe où, les terroristes ne s’y trompent pas : dans notre Hexagone. Les médias habituels passent à côté. L’enjeu est pourtant considérable, cela mérite bien de s’y intéresser en prenant le risque de penser par soi-même.

F-M Michaut CO d’Exmed 20-21 juillet 2016

lundi 18 juillet 2016

Mine de rien, une mine de tout LEM 972

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 972
http://www.exmed.org/archives16/circu972.html
18 juillet 2016

                            


                          Mine de rien, une mine de tout
                     
                             Docteur François-Marie Michaut



Nos temps bousculés, rentabilisés mais aussi explosés ne sont guère propices à ce qui n’est ni standardisé, ni prédigéré ni numérisé ? Autrement dit  que chacun ne peut que perdre son temps à lire ce que disent les poètes qui vivent la même vie que nous. Et bien expérience faite on ne peut plus subjective, il me semble que c’est exactement l’inverse qui est vrai. Comme jamais, autant qu’il soit possible d’avoir conscience de ce que furent les époques passées, la nourriture de l’esprit que produisent ceux qui ont le don et le talent d’écrire ne se révèle aussi vitale.
Quand les drames nous broient, quand les émotions nous nouent les tripes, quand les perspectives de ce qui peut nous advenir nous paralysent, les capacités de décider de nos projets, une issue de secours est à découvrir pour vivre comme des hommes.

Telle est la conclusion à laquelle je suis parvenu après avoir lu le deuxième recueil de poèmes de Jacques Grieu. C’est un ouvrage tonique, digne d’un jeune homme qui a souflé ses octantes six bougies sans devenir, autrement que pour rire et faire sourire ses lecteurs, un vieux ronchon radoteur. Le titre lui-même annonce la couleur : Papiers de vers.
Nulle prétention, juste une sollicitation à se laisser aller à l’explosion des mots et des sons. Le bruit d’un artisan qui polit avec patience sa pièce de bois, de métal ou de pierre jusqu’à lui donner, grain après grain, la forme exacte et la finition qu’il en attend.

Pour le reste, je suis bien incapable d’en tenter une description tant la palette des sujets traités est vaste. C’est à chacun d’en explorer, dans le sens qui convient à son humeur du moment, les feuillets.
Une mention spéciale, quand même, à un certain Docteur Pipelette qui vaut son pesant de nougats pour ceux qui ont entendu beaucoup de gens utiliser à leur sauce personnelle les termes de la médecine.
Est-ce oeuvre de moraliste, de jongleur des mots, de philosophe ou d’homme de lettres ? Certainement de tout cela à la fois.
Et en plus d’homme courageux, capable de passer au dessus des blocages des éditeurs traditionnels pour qui la poésie ne rapporte pas assez d’argent pour en faire des livres, n’hésite pas, bien que romancier reconnu, à se transformer en auto-éditeur.
Juste pour finir une confidence de mon ami, et complice fidèle  depuis dans la rédaction des LEM : le succès de ses deux premiers recueils dépasse toutes ses espérances. Et un troisième bébé est en gestation.
______________________________________________________

Note pratique:

 Pour tout renseignement ou demande de commande de « Papiers de vers » ISBN 978-2-9555076-1-2 , 13 euros, le site transmettra votre message à l’auteur éditeur
______________________________________________
   


 Os Court :

 «  Les pensées volent haut mais les mots vont à pied ;
Les verbes ont de quoi tout brouiller.
Plusieurs sens à un mot est tare bien française,
Pour la plus grande joie de celui qui le pèse ...
Il s’amuse avec lui et le fait rebondir,
Le lance et le reprend, sa moelle lui soutire,
Puis le relance encor comme un chat sa souris,
Et ne le laisse choir que quand il a tout dit. »

         Jacques Grieu, Papiers de vers

C'est à lire

C’est à lire LEM 972


Plus l’actualité est lourde, plus se fait ressentir le besoin, non pas de s’évader ou de s’étourdir, mais de stimuler les forces de résilience qui sont en nous dont rien ni personne ne peuvent nous priver. La lecture proposée ici va totalement dans ce sens.
Pourquoi s’en priver ? www.exmed.org/archives16/circu972.html


F-M Michaut CO d’Exmed 18-19 juillet 2016

jeudi 14 juillet 2016


Débastillons-nous, citoyens


Débastillons-nous, citoyens


On a fait péter des pétards, on a guinché en plein air partout chez nous. Et on a arrosé ça comme il se doit. Pour célébrer la prise de la Bastille. Le symbole collectif  de libération nationale demeure fort et vivace. Impossible cependant de penser que tous les emprisonnements de quelque ordre que ce soit ont été purgés définitivement en 1789.
Il y a ceux, évidents, que chacun peut constater, déplorer et même dénoncer en public. Mais il y a aussi tous les autres, infiniment plus hypocrites. Nous contraindre à nous comporter comme des consommateurs, comme des sujets dépourvus de toute possibilité de décider de ce qui est bon pour eux, comme de simples pions mécaniques d’une économie de marché planétaire, comme des assujettis ( parfum d’Ancien Régime) à des machineries anonymes broyeuses de toute humanité, et la liste est incomplète, ce sont autant de bastilles qui demeurent à détruire.


Y a encore du pain sur la planche, sans culottes mes semblables !

F-M Michaut CO d’Exmed 15-17 juillet 2016

lundi 11 juillet 2016

La pensée médicale est boiteuse
 LEM 971

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 971 sur Exmed
11 juillet 2016

                            


                         La pensée médicale est boiteuse
                     
                             Docteur François-Marie Michaut


Pour tout vous dire, j'ai hésité à baptiser cette lettre : updatons nous les uns les autres. La proposition d'utiliser de façon un peu provocatrice quelque chose ressemblant à une mise à jour de ces chers écrans ( sans nous identifier à ces machines pour autant) est de l'ordre du remède pour éradiquer certains de nos beugues. Pas si vite. En saine médecine, il faut d'abord un diagnostic pour prétendre soigner.
Quand le déroulement des années permet de prendre du recul sans courir aucun risque, il est naturel de tenter d'en profiter, et aucunement interdit d'en parler publiquement. La pensée médicale, c'est à dire la façon dont les sociétés, des plus archaïques aux plus dans l'air du temps, comprennent ce qu'est la maladie, est une aventure majeure, et riche en enseignements de la culture humaine. Dominique Lecourt, dans un gros ouvrage collectif en a fait un dictionnaire : La pensée médicale.
Fort bien, mais l'accumulation encyclopédique de tous les détails de notre passé donne-t-elle une clé de compréhension de l'état actuel de cette pensée médicale ? Hélas, maudit soit René Descartes, diviser à l'infini la connaissance pour mieux la maîtriser est aussi illusoire que de réduire la pratique de la médecine générale à un feuilleté condensé de ce que font, chacun dans leur domaine, les multiples spécialistes de la santé (1). Les systémiciens nous l'affirment : un système est bien plus, et d'une autre nature, que la somme des éléments dont il est constitué.

En gros, chez nous, jusqu'au 17ème siècle, disons Galilée pour simplifier, tout semblait clair. La vision religieuse faisait de toute maladie une punition divine directe, ou indirecte, à nos péchés. La faute originelle, tout comme la possession diabolique avaient le dos large. C'était d'ailleurs tellement évident que la pratique médicale, longtemps exercée par les moines, était réservée aux seuls clercs. Avec l'interdiction jusqu'au temps de Molière de contracter mariage qui allait avec.
Peu à peu, christianisme et science se sont perçus comme des ennemis irréductibles. Au point que la science, comme la médecine, se sont considérées comme la seule vraie et unique religion de la modernité, dans le sillage du positivisme d'Auguste Comte.
La querelle entre les religieux et les scientifiques ne s'est jamais éteinte, les excommunications réciproques ont fait flores. La société, poussée par la fièvre consumériste, a été séduite par les prouesses des techniques. Les confondant d'ailleurs régulièrement avec les sciences. Le mythe du progrès, rejetant au musée les anciennes croyances, a conduit à un matérialisme pur et dur. Seul a de l'importance ce qui se voit, ce qui se mesure, ce qui rapporte de l'argent. Tout le reste n'est que le produit sans aucune réalité d'esprits à la Don Quichotte, qui ne méritent que la dérision aux yeux des gens « ayant les pieds sur terre».

N'empêche que la médecine n'a pas du tout les pieds sur terre. Deux exemples.
- Nous revendiquons, avec les neurosciences, une certaine connaissance de ce qui est de l'activité cérébrale. Certes les aspects structurels, et physiologiques sont de mieux en mieux connus avec le secours des techniques d'imagerie et les apports de la biochimie et de la génétique.
Mais il manque l'essentiel. Comment nait la pensée humaine ? Où et comment se créent, puis se modifient subtilement, ce que nous nommons notre mémoire et notre conscience ? Nous avons beau regarder de tous les côtés de ce qui nous sert de corps, il n'est nulle structure qui est reconnue remplir de telles fonctions. Les mécanismes bien connus de transmission des influx nerveux cachent notre ignorance de ce qui les met en route ou les inhibe. Pas l'ombre de quelque chose de non matériel, genre cloud de nos ordinateurs, qui aurait comme fonction d'engranger pour notre compte les masses d'informations sans lesquelles rien ne peut être.
- Nous plaçons tout ce qui est capable de mouvoir notre corps du côté de l'univers macroscopique géré par la seule physique héritée de la relativité générale d'Einstein. Comme s'il existait en nous une frontière, l'infiniment petit, celui des constituants de l'atome, n'aurait aucune action sur nous ? Nous serions mystérieusement « quantiques-proof» ? L'histoire bien connue des expérimentateurs qui , par leur seule présence, modifient la réalité observée, ne concernerait pas les blouses blanches ? Nous ne serions pas contitués, in fine, des mêmes atomes que le reste du vivant ou de l'organique ? Obsédée par sa recherche constante, pour ne pas dire obsessionnelle, des détails de notre corps si complexe, la pensée médicale en vient à négliger de s'interroger sur ce qui la fait boiter dans sa façon de comprendre le réel sans laisser de zones interdites. Tout le monde, sans en avoir obligatoirement une claire conscience, souffre de ces incohérences ancrées dans des croyances dogmatiques..
La fascination populaire, souvent bien légitime, devant les prouesses techniques attribuées à un «progrès médical» estimé sans limite, ne saurait indéfiniment perdurer. La connaissance n'est plus, et tant mieux, un territoire réservé à une élite triée sur le volet.

Note de l'auteur:

(1) D'où l'impossibilité de former des jeunes généralistes de qualité. L'enseignement n'est assuré, en France, que - pratiquement- par des médecins spécialistes n'ayant jamais quitté les hôpitaux. Quant à la recherche en Médecine générale, cette spécificité n'étant chez nous que virtuelle, elle manque dramatiquement de moyens.

   
 

 Os Court :

 «  Penser est difficile, c’est pourquoi  la plupart se font juges.»

         Carl Gustav Jung

            

Notre pierre angulaire CO 11-14 juillet

Notre pierre angulaire LEM 971

De génération en génération, comme animés par un zèle plus religieux que rationnel, les cerveaux médicaux, malgré leurs immenses et indéniables qualités inventives, sont parvenus à un point critique. Ils se heurtent à des contradictions de plus en plus difficiles à vivre qui les ligotent devant tous les pouvoirs en les condamnant à un utilitarisme sans vision d’ensemble cohérente. Ce n’est le procès, bien inutile, de quiconque. 

Oui, le sujet ne respire pas la franche rigolade estivale. Est-il cependant un moment plus propice dans l’année pour s’offrir le luxe, et le temps, de réfléchir pour son propre compte.

Bonne lecture de la
LEM 971 : La pensée médicale est boiteuse.
www.exmed.org/archives16/circu971.html

F-M Michaut CO d’Exmed 11-14 juillet 2016

jeudi 7 juillet 2016

Parole de sarcopène CO Exmed 8-10 juillet 16

Parole de sarcopène
En vérité, jusqu’à hier, et avant d’avoir lu Les Échos, je vivais heureux. Je ne savais pas encore que mes soixante seize printemps me condamnait à une toute nouvelle maladie. Son nom est ronflant : la sarcopénie. Bon, il y a une petite odeur de sarcophage, juste de quoi faire prendre l’affaire au sérieux. De quoi s’agit-il ? Tout simplement de la perte de poids musculaire inhérente au vieillissement physiologique. Mes anciens patients parlaient de «vieuture».

Et bien, c’est devenu, ne souriez-pas, «un problème de santé publique». Comme par hasard, les industriels, attirés par un fabuleux marché ( tous les vieux ), se sont lancés dans la course au remède capable de traiter  la «nouvelle maladie». Vieux futurs et actuels, mes frères, ouvrez les yeux. Une fois encore, une fois de trop, les laboratoires pharmaceutiques, sous couvert d’études épidémiologiques qu’ils financent, inventent une maladie pour placer mondialement la molécule qu’ils vendent. Se faire manipuler de la sorte, en actionnant notre peur de la maladie, de la vieillesse-naufrage en faisant miroiter les miracles de la chimie devient de moins en moins supportable. La conscience écologique se développe, et elle saura se manifester de plus en plus. Si, sarcopènes comme normopathes, nous cessons de laisser faire et de tout gober comme des enfants.



F-M Michaut CO d’Exmed 8-10 juillet 2016

mercredi 6 juillet 2016

Futur sans si


Futur sans si


Agacement auditif persistant devant ce travers d’utilisation de la langue française . L’utilisation du futur après un si.  Exemple : si demain vous viendrez, je serai pas là. Il va gagner l’étape s’il pédalera plus vite que les autres.
Prurit de puriste rétrograde ? Ce ne serait rien.
Bien plus grave, faute majeure contre la logique. Ce qui adviendra ne pourra qu’être ou ne pas être. Hamlet, au secours !

Soumettre cette réalité à venir à  la réalisation d’une condition quelconque n’a tout simplement pas de sens.
« Si j’aurais sû, j’aurais pas venu» , c’est du même tonneau.
Nous voici avec Petitgibus dans « La guerre des boutons» ! Choisissons d’en rire, ce serait, et ce sera aussi,  le meilleur remède.

F-M Michaut CO d’Exmed 6-7 juillet 2016

lundi 4 juillet 2016

Parents... Enfants LEM 970

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 970 sur Exmed 
http://www.exmed.org/archives16/circu970.html
4 juillet 2016

                            


                        Parents... Enfants
                     
                            Juliette Goldberg




Vos enfants, petits, sont-ils mignons ?
adorables ? Parfois oui, parfois non !
Vous voulez dormir, vous reposer,
sortir avec une amie, ciné ?
Oh oui ! Mais n’oubliez pas « bébé »…
Le faire téter, changer, apaiser
ses maux de ventre, frayeurs, insomnies.
Il grandit… ses problèmes avec lui…
chutes marquant le début de la marche…
la rencontre, parfois sans grand panache,
avec d’autres gosses au jardin d’enfants !
Leurs premiers sourires, balbutiements,
leurs yeux qui s’ouvrent sur vous, se fixant,
leurs petits bras qui se tendent vers vous,
leur bouche tachant de sucer votre joue !

C’est ici que commence le moment
d’essayer de connaître votre enfant,
ses caractère, défauts, qualités.
Les détails d’une personnalité
sont importants pour pouvoir l’aider,
dans le monde, à bien se diriger !
Non pas le faire vous-même, oh non pas !
Frontières ? Oui. Des conseils ? Surtout pas !
L’écouter, lui poser des questions 
afin qu’il approfondisse lui-même
ses idées, visions de ce qu’il aime,
ses rêves, ses fantasmes, et plus encore
ce qu’il voudrait devenir, très fort !
Qu’aimerait-il étudier, élargir ?
Que ressent-il déjà qui l’attire ?
Plus tard, se retirer doucement…
afin qu’il devienne indépendant,
premier stade important de sa vie,
que probablement il apprécie !
Pour vous, c’est dur d’assister aux chutes,
vous savez qu’en vue d’atteindre ses buts,


se tromper, errer, est nécessaire,
mais que pouvez-vous, devez-vous faire ?
Certainement pas, oh non ! critiquer,
oui poser des questions, l’écouter,
pour qu’il approfondisse ses idées,
peu à peu se découvre tout entier !
Plus tard, vos opinions… exposer…
Ainsi peuvent les échanges se former,
sans se disputer, tranquillement…
les relations s’épanouir, doucement !


                                                       Juliette Goldberg
                                                       4.10.2015      


 

 Os Court :
 «  Quand j’ai été kidnappé, mes parents ont tout de suite agi : ils ont loué ma chambre.»

      
  Woody Allen

              

Que dit la nation France ? (Exmed)

    Des gens plein les rues pour se faire entendre. Les motifs invoqués constituent un patch work sans autre lien commun que la mise en que...