jeudi 31 août 2017

Connectibilité problématique


 

 

Connectibilité problématique



Le Particulier n° 1136 fait ses choux gras des innovations numériques revendiquant une amélioration de l’état de santé pour leurs utilisateurs. L’offre est considérable : ce qu’il faut bien nommer les marchands de santé se déchaînent sans retenue.
  Pouvoir surveiller en permanence ses constantes biologiques, sa tension, sa balance calorique , avoir la possibilité d’un avis médical 24 heures sur 24, disposer d’un traitement automatique en fonction des symptômes, du rendez-vous le plus rapide auprès d’un spécialiste.
 
   Tout, tout, tout, vous aurez tout sur la santé aurait chanté avec un franc éclat de rire Pierre Perret. En cherchant bien, pas l’ombre d’un objet connecté ou d’une application vaccinant contre l’imposture.


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 1-3 septembre 2017

mardi 29 août 2017

Fric-frac carabiné

 

 

Fric-frac carabiné



   Précisions pour nos lecteurs lointains francophiles. Un fric-frac, en argot désuet, est un cambriolage. Un carabin est la dénomination populaire d’un étudiant en médecine. En France, l’enseignement médical depuis Napoléon 1er est exclusivement assuré par l’Etat, et les frais d’inscription demeurent accessibles à tous. Selon les échos de la presse, des associations d’étudiants affirment qu’il en est tout autrement pour la première année des études médicales.

     Il serait nécessaire pour les familles de débourser environ 6000 euros pour tenter le concours de fin d’année qui laisse sur le carreau... 85% des candidats. Inadmissible racket de toute une jeunesse tournée vers les autres que ce qui se passe dans la plus grande hypocrisie générale.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 30-31 août 2017

lundi 28 août 2017

La dictature des algorithmes (LEM 1030)

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1030
  http://www.exmed.org/archives17/circu1030.html

    28 août 2017

                                          

                         La dictature des algorithmes

                                  
               


                                        Docteur François-Marie Michaut


   Il est des gros mots qui ont le pouvoir de vous clouer le bec avant même que vous ayez pu l’ouvrir. Ainsi en est-il de celui d’algorithme.
Pour des oreilles médicales, la dissection du mot oriente sur une piste trompeuse. Celle des algies (algo). Que  vient donc faire la douleur dans cette galère ? Et bien rien du tout. Quant à la terminaison du vocable, au prix du remplacement du i par un i grec, elle branche les professionnels du stéthoscope vers une idée de pulsation. Rien à faire, même avec beaucoup d’imagination, ce mot savant au fort parfum technologique ne veut pas livrer ainsi son secret.

Quelques clics sur wiki https://fr.wikipedia.org/wiki/Algorithme, et on y voit plus clair. « Un algorithme est une suite finie et non ambigüe d’opérations ou d’instructions permettant de résoudre un problème ou d’obtenir un résultat.». Vous avez tout compris ? Moi non plus. Allons un peu plus loin : « Le mot algorithme vient du nom arabe du mathématicien perse du IXème siècle Al-Khwârizmî.». Fiat lux.

Alors tous ces algorithmes dont on nous vante la puissance inégalable pour résoudre nos problèmes les plus complexes, qu’est ce que c’est vraiment ? Donnons la parole à Gérard Berry lien: https://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Berryhttps://fr.wikipedia.org/wiki/G%C3%A9rard_Berry , chercheur en science informatique : « Un algorithme, c’est tout simplement une façon de décrire dans ses moindres détails comment procéder pour faire quelque chose. Il se trouve que beaucoup d’actions mécaniques, toutes probablement, se prêtent bien à une telle décortication. Le but est d’évacuer la pensée du calcul, afin de le rendre exécutable par une machine numérique (ordinateur...). On ne travaille donc qu’avec un reflet numérique du système réel avec qui l’algorithme interagit.».

Traduisible ou nom en équations, nous voici dans un monde étrange. Celui où, pour obtenir «des résultats», notre cerveau est prié de réduire sa perception de la réalité au seul reflet que peut traiter nos chères machines.

Réduction séduisante pour pouvoir nager dans la complexité de tout ce qui nous entoure que nous révèlent chaque jour les sciences et les techniques. Mais, et je pense que beaucoup de cliniciens par leur vécu quotidien en sont persuadés, réduction aliénante.
Alors, tant pis pour les prévisions météorologiques, les orientations des politiques sanitaires, les plans d’action pour notre avenir, une prise de conscience s’impose. Sa Majesté L’Algorithme est un dictateur d’autant plus redoutable qu’il est virtuel. Sa technique : mettre à la poubelle de l’inexistant tous les aspects « ambigüs» (1) de la réalité que la Machine est incapable de comprendre.
Le monde des soins de santé est-il déjà tellement algorithmé qu’il soit incapable de penser autrement ? Un dernier clin d’oeil  au prémonitoire Parc de la Pensée de Philippe Guillemant lien : http://www.exmed.org/archives16/circu946.html, spécialiste de l’intelligence artificielle, régulièrement cité ici.

Note de l’auteur :
(1) Il y a là une négation du réel échappant à toute logique. Ne peuvent pas exister, «algoritmiquement» parlant, ce que nous ne savons pas encore, ou même, ce qui n’a rien de farfelu, ce que d’autres civilisations ont su et que nous ne savons plus.



    
Os Court :

 «  Les algorithmes proposent des prévisions du futur qui ressemblent à un passé calculé. »  
 Dominique Cardon



jeudi 24 août 2017

Monde de plus en plus violent ? (Co Exmed)

 

 

Monde de plus en plus violent ?



   Le bombardement médiatique quotidien ne sachant jouer que sur l’émotion alimente, images choc à l’appui, l’idée que nos sociétés sont de plus en plus soumises à la violence la plus meurtrière.  Effet collatéral de « l’état de guerre» pour lutter contre le terrorisme islamique ?
Que disent les faits ? Selon l’article Wikipedia « mortalité dans le monde»  https://fr.wikipedia.org/wiki/Mortalit%C3%A9_dans_le_monde , ce sont les maladies qui nous tuent le plus. Maladies cardiovasculaires et dégénératives en tête pour les plus riches, et pathologies infectieuses et parasitaires partout ailleurs.
Arrive largement en dernière cause de décès répertoriée par les organismes internationaux ( la 40 ième)  les guerres. Un ordre de grandeur pour fixer les idées ? Environ 1% des 57 millions de  morts comptabilisés en 2008.
Juste pour mémoire, les nouveaux petits terriens en 2014 ont été 139 millions.  https://www.planetoscope.com/natalite/16-naissances-dans-le-monde.html




Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 25-27 août 2017

mercredi 23 août 2017

Pire que les enfants soldats (Exmed)

23-24 août 2017


 

Pire que les enfants soldats 



L’UNICEF à Genève selon l’agence AFP le 22 août 2017 tire la sonnette d’alarme. Il y a de plus en plus d’enfants, surtout de filles, qui sont utilisés au sud du Lac Tchad comme bombes humaines. Le groupe Boko Haram - comprendre l’éducation occidentale est un péché - sème ainsi la terreur, entrainant un exil de 1,7 millions de personnes et une famine pour 450 000 enfants.
Quel ouragan d’indignation - parfaitement justifiée-  aurait saisie l’opinion publique si une telle sauvagerie avait eu lieu plus près de chez nous ! Le péché d’aller à l’école en 2017, par exemple pour savoir soigner les autres, on laisse passer sans rien dire, sans rien faire ?


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed 23-24 août 2017

lundi 21 août 2017

Accident routier (LEM 1029 )









Lettre d'Expression médicale
LEM n° 1029  
http://www.exmed.org/archives17/circu1029.html
    21 août 2017

                           
              

                         Accident routier

                                  
               

                           Docteur Cécile Bour



Os Court :

 «  C’est quand les accents graves tournent à l’aigu que les sourcils sont en accent circonflexe.»  
 Pierre Dac


Mon corps m’appartient (Exmed)

     Des adolescents américains font publiquement la leçon à leurs parents. Ils refusent que leurs photos ou videos soient publiés sur les r...