jeudi 29 novembre 2018

Prodrome des gilets jaunes
 (Exmed)

      La médecine sait depuis longtemps que certains signes surviennent avant qu’une maladie se déclare. Ces prodromes ( comme la fièvre brutale avant une infection urinaire, une crise de paludisme ou une grippe ) ne prennent leur signification que quand la pathologie devient manifeste. Les fameux gilets jaunes sont le prodrome d’un bouleversement de société d’une ampleur dont nous ne pouvons pas encore avoir l’idée. Ils ne sont pas eux-mêmes la maladie ; ce n’est pas eux qu’il convient de soigner.


    Faisons l’effort, un instant, de faire abstraction de ce que déclarent , demandent, voir exigent, devant les caméras complaisantes des médias, ceux qui manifestent. Et y prennent un évident plaisir, aussi victimaire que soit l’image qu’ils se donnent pour émouvoir les braves gens.
Que signifie l’énergie jaune fluorescente qu’ils arborent ? Les porteurs, ceux qui les approuvent (84% de la population selon le sondage Figaro- Eudoxa du 29 novembre 2018) ne savent pas encore le formuler. Ils le «sentent».


    Voici une hypothèse. En tant que telle, elle doit être discutée. Il existe quelque chose en chacun de nous dont nous venons juste, et avec la plus grande surprise, de faire la découverte. Une force hors des schémas connus pour vivre le front haut les temps à venir. Nous avons perdu toute foi en nos leaders, parce que la doctrine rationaliste et matérialiste qui est la seule qui les anime est en train de s’effondrer devant la réalité. La foi néolibéraliste, avec sa conséquence toxique de l’hyperconsommation hautement polluante, a échoué. La nature ayant horreur du vide, le cycle suivant arrive Il sera ce que nous en ferons.


François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 30 novembre - 2 décembre 2018

mardi 27 novembre 2018

Mieux vaut être sourd (Exmed)


   Une société, dont le nom n’a pas à être ici, « créée en 2013, développe des solutions de suivi médical à l’aide de l’intelligence artificielle». I.A. en gras, s’il vous plait. C’est ce qu’affirme le courriel publicitaire dont j’ai été victime non consentante. Liste des soutiens officiels sur le site de cette start-up, impressionnante.
Lisons la suite : « Au coeur des enjeux médicaux et économiques générés par les évolutions du monde de la santé, notre société développe des robots conversationnels accessibles à tous ! ». Jargon techno-commercial où ne manque qu’un détail. Le malade, le médecin se trouvant libéré de lui parler, la machine « reposant sur les SMS et le machine learning» comme ils le disent.


    Encore un peu d’efforts de la part des marchands d’illusion, et nos sociétés pourront se passer de ces empêcheurs de nous tromper en rond au nom de la santé que sont ces dinosaures encombrants de médecins.



François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 28-29 novembre 2018

dimanche 25 novembre 2018

Paradoxale actualité
 (Exmed)

      Sous le nom de «gilets jaunes» un évènement collectif encore jamais vécu par son apparente survenue spontanée et acéphale a gagné la France. La difficulté des commentateurs à en déchiffrer la signification est remarquable. Par son défaut de lecture systémique, tant nos esprits ont l’habitude de fonctionner avec leurs seuls repères anciens.

   
Cela donne encore, s’il le fallait, un regain d’intérêt à notre LEM 1095 : Feuillets de Systémique médicale 2, Stratégie d’abord,  Bonne lecture.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed
26-27 novembre 2018

Feuillets de Systémique Médicale (2)

                                   

                                      

                                                          François-Marie Michaut


                                                 Stratégie d’abord


   Vous avez compris, je pense, qu’il n’y a pas ici de volonté de détruire quoi que ce soit qui a participé à l’évolution de ce que nous nommons la médecine depuis nos plus lointaines origines d’Homo Sapiens. Pas de révolution dans l’air, pas d’épuration au programme. Nous avons la chance, inimaginable il y a seulement un demi siècle, de disposer d’une quantité extraordinaire de documents venant des cultures dont nous sont parvenues des traces traduites, ou non, en textes ou toute autre forme d’expression. Les implacables techniciens de la fée numérique parlent de Big Data pour en gonfler le ventre de leurs insatiables machines. Enthousiasmant, nous avons à notre entière disposition tout ce que les cerveaux humains ont inventé, cultivé, développé et choisi de nous transmettre des origines à nos jours. Cela rappelle la grande espérance, celle du développement des Lumières, des encyclopédistes D’Alembert (1) et Diderot au XVIII ème siècle en France.

Oui, c’est là dedans qu’il va falloir nous immerger, modestement nous insérer pour y ajouter,  si possible, une toute petite pierre. Le risque est évident. Celui de la noyade tant la masse de connaissances accumulées est énorme et multiforme. Pour compliquer encore toute exploration, il faut tenir compte de tous les aspects de l’activité humaine dont la pratique des soins aux malades n’est qu’une partie. Une partie du tout de la vie d’homme depuis qu’il est homme. Surtout, tenir compte que la primauté que nous accordons à la science dans la connaissance de la réalité ne date guère que du XVIIème siècle et de Galilée. Comment faire ? D’abord, garder son calme pour tenter d’aller à l’essentiel sans se laisser détourner par les détails. Il est là notre GPS, plus poétiquement notre seul fil d’Ariane (2). L’écueil dénoncé par le psychiatre américain Paul Watzlawick est à garder en mémoire. Celui des  «  terribles simplifications » (3) .

Mon professeur André Bourguignon dans ses réunions du mercredi à Créteil dans les années 1960 avait coutume de nous le dire. Aux époques les plus anciennes, c’était une seule personne qui cumulait les fonctions de juge, de prêtre et de médecin. Je ne sais pas d’où il tirait cette affirmation, mais elle m’a marqué. Trainons-nous, sans le savoir, quelque traces inconscientes de ce passé ? Droit, religion et médecine coulant d’une source unique ? Nous serions de lointains héritiers de ce que notre modernité juge comme un inadmissible mélange des genres ? Des esprits parvenaient à assurer leur triple mission sans y percevoir de contradiction, nous avons du mal à le comprendre.
Comme si une énergie les actionnait    , dont nous avons perdu la connaissance. Parce que l’oubli (4) est bien une de nos caractéristiques de fonctionnement cérébral. Il suffit d’avoir un jour rencontré un homme capable de sentir l’eau à des kilomètres au milieu de ce qui vous semble un désert aride pour ne pas en douter. Ou croisé un amérindien qui n’a pas besoin de la moindre boussole ou GPS pour deviner sans se tromper où est le nord.

Il n’est injurieux pour personne d’affirmer qu’en 2018, toutes les grandes idéologies qui ont actionné les peuples en vue de construire un avenir plus humain sont mortes ou agonisantes. Inutile d’en faire l’inventaire ici. Vide effrayant de toute vision d’un à venir collectif organisable, mal compensé par une fuite vers une consommation compulsive des biens marchands toujours plus nombreux. La fréquence considérable des symptômes dépressifs (5) dans un pays aussi nanti que la France en est un indicateur. Le «  No future » du mouvement punk des années 1970 est-il toujours plus que jamais d’actualité ? Le mois de novembre 2018 montre en France une marée spontanée de gilets jaunes occupant les voies de circulation. Quelque chose se passe dans les esprits, encore illisible pour les observateurs avec leur grille habituelle de lecture.

Un phénomène inattendu nait sous nos yeux. Depuis des dizaines d’années des hommes de science nous informent que nos façons de vivre en exploitant les ressources de la planète, si nous ne les modifions pas mettent en péril la survie de notre espèce. Certains d’entre nous les écoutent, d’autres tentent d’exploiter le filon pour leurs ambitions politiques. Le réchauffement climatique (6) est là, nous sommes contraints à ne plus faire comme si notre planète était immuablement réglée sur le thermostat de la moyenne statistique, la révérée moyenne.

Nous avons donc à vivre un présent bien étrange parce qu’il nous écartèle. D’un côté, une masse de connaissance considérable, et en expansion quantitative continuelle, matériellement accessible à la majorité des peuples du monde. La nommer information est, dans un certain sens, tentant. Effectivement, elle a quelque chose d’informe.
En face de cette nouvelle montagne collective virtuelle, il y a chacun de nos petits cerveaux, qui aussi instruit puisse-t-il être, est devenu incapable d’en acquérir la maîtrise générale. Un Pic de la Mirandole (7) contemporain semble impossible. Constat d’échec désespérant ne manqueront pas de dire certains lecteurs.
À moins que…
     Mais, cela, vous en prendrez connaissance à partir du prochain feuillet de cette série.


_________

Notes :

(1)  Auteur de l’Os court de Feuillets de Systémique Médicale (1)

(2) Fil rouge qui a permis au héros Thésée, dans la mythologie grecque, de ne pas se perdre dans le labyrinthe et de détruire le sanguinaire Minotaure qui s’y cachait.

(3) P. Watzlawick, J. Weakland, R. Fisch , Changements, paradoxes et psychothérapie. Le Seuil , 1975.

(4) Fonction dont ne peut être dotée aucune machine numérique, aussi « intelligente » soit-elle censée artificiellement  être ou devenir.

(5) Tout comme les addictions à l’alcool qui concernent, et dans tous les pays du monde, musulmans compris,10% de la population adulte des deux sexes.

(6) Même si sa cause n’est pas uniquement liée aux seules activités humaines polluantes, comme on le laisse trop souvent entendre pour mieux nous culpabiliser.

(7) https://fr.wikipedia.org/wiki/Jean_Pic_de_la_Mirandole



Os court :
«  J’accuse mes maîtres de m’avoir, par leur ton et celui de leurs livres, laissé croire à une immobilité possible du monde. »
       Boris Vian

Lettre d'Expression médicale


LEM n° 1095
  sur le site Exmed
      26 novembre 2018

jeudi 22 novembre 2018

Que de soucis ces sous (Exmed)

   Les questions d’argent, soyons francs, aussi fauchés ou aussi nantis que nous soyons, nous polluent la vie. Le sort des «sous le seuil de la pauvreté » en Europe fait rêver les jeunes de presque tous les pays d’Afrique. Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_pays_par_PIB_par_habitant.

  Tout ramener de nos vies à de simples termes financiers, n’est-ce pas faire du pouvoir d’achat le but suprême de toute existence humaine ?

  Courir de plus en plus vite pour faire la course à la course, quel beau programme absurde pour gâcher sa courte vie et celle des autres !

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 23-25 novembre 2018

mardi 20 novembre 2018

Règne du «pas pour de vrai» (Exmed)

    
Chacun devant son écran du matin au soir, et pour certains presque du soir au matin, les pouces en mouvements compulsifs, coupés des autres. Qui n’a été témoin de ce spectacle ? Les petits animaux jouent sous le contrôle des adultes pour apprendre à vivre dans la réalité dont dépend leur survie. Les petits humains le font, et savent très vite faire la différence entre la réalité et ce qui n’est pas « pour de vrai » comme ils disent.

    La fascination croissante par les messages et les images nous coupe du réel. Sommes-nous condamnés à en subir dans nos vies toutes les nuisances physiques, psychiques, culturelles, sociétales ? 

    Madame Jean M.Twenge
, professeur de psychologie à l’université de San Diego (Californie) a tiré la sonnette d’alarme «Les smartphones ont-ils détruit une génération?»
Lien

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 21-22 novembre 2018

dimanche 18 novembre 2018

COSMOS (LEM 1094)

                                

             COSMOS


                   Jacques Grieu


Les étoiles, une à une, où la nuit les allume,
Font des ombres étranges avec lueurs d’écume.
Depuis que l’homme pense, il étudie le ciel :
Au dessus de sa tête : est-ce bien du réel ?
La voie lactée s’allonge et les planètes tournent
La  lune chaque mois, au même endroit retourne…
C’est une vaste sphère où les astres collés
Sont finement réglés par le Grand Horloger.

Ératosthène, Hipparque, Aristote ou Vinci,
Copernic, Galilée y ont fort réfléchi .
 Tycho Brahé, Képler, expliquent les planètes,
Huygens et Cassini les affinent et complètent.
Après Newton, Einstein, Hubble ou bien Hawking,
Notre vue du cosmos subit bien des dopings ;
Avec nos télescopes et nos fines études,
On va  pouvoir fixer toutes nos certitudes.

On suit les galaxies en leur folle expansion,
On traque leurs planètes, elles sont des millions…
On remonte le temps : on arrive au big-bang
Où nos savoirs trébuchent, où Max Planck nous harangue ;
Son « mur » est la barrière arrêtant nos calculs ;
Nos interprétations cherchent des particules…
La théorie des cordes est une déception;
Que sont les multivers ? Où sont les gravitons ?

Et chaque découverte et chaque théorie
Nous pose des questions butant sur l’infini ;
On voit que du cosmos on ne sait presque rien :
Matière, énergie noires ? On y perd son latin !
On en vient à douter : comment expliquer tout ?
Comprendre l’univers n’est-il pas un tabou ?
C’est là que Dieu ressort, à défaut de l’humain ;
Certains voudraient déjà qu’Il reprenne la main…
              

                                      
        Os Court : 
 
«   Tout individu collabore à l’ensemble du cosmos. »

         Nietzche

Lettre d'Expression médicale


LEM n° 1094 sur le site Expression Médicale
      19 novembre 2018   

Savoir : tabou ou pas
 (Exmed)

    Il est habituel d’affirmer que la connaissance de toute vérité, donc de tout absolu, est humainement impossible. Dont on déduit facilement que la vérité n’existe pas. Comme il ne peut y en avoir aucune preuve acceptable par la science, ce ne peut être qu’une croyance.

   Qui, comme n’importe quelle autre croyance doit être étudiée par... la science.  Le serpent se mord la queue !

Paradoxe avec lequel il faut bien composer.
COSMOS de Jacques Grieu, LEM 1094, attend votre lecture active.


François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 19-20 novembre 2018

jeudi 15 novembre 2018

Fièvre jaune
 (Exmed)

   Le mouvement, par cristallisation des réseaux sociaux, des citoyens de France en colère contre l’augmentation du prix des carburants s’est dénommé : les gilets jaunes. Ceux-là même qu’il est obligatoire d’avoir dans toute voiture et de porter sur la chaussée en cas d’arrêt d’urgence. La diffusion de cette mobilisation, en parler para-scientifique du moment, est dite virale.


    Péjorativement, on se souvient que les jaunes étaient au siècle dernier ceux qui refusaient de s’associer aux grévistes.
Nous médecins avons appris en faculté l’existence de cette maladie redoutable d’Afrique et d’Amérique intertropicales. Le virus amaril ( de l’espagnol amarillo, jaune) est transmis par un moustique. Aucun traitement curatif, 50 à 80% de mortalité. Le plus souvent par hémorragie digestive connue sous le nom de vomito negro.
   L’une des plus efficaces vaccinations au monde, avec une injection unique.


    Comment le réel va faire évoluer cette fièvre jaune des gens exprimant sans porte parole leur opinion  sur un sujet les touchant directement ?

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 16-18 novembre 2018

mardi 13 novembre 2018

French Big Doc power ? (Exmed)


   Pour n’importe quel acteur d’une administration privée ou publique, sa Majesté Le Dossier est l’alpha et l’oméga de sa raison d’être et de son pouvoir. Le tandem Assurance maladie obligatoire et Ministère de la santé, avec grand renfort de publicité télévisée, cherche à imposer cette vision de la réalité aux malades et à leurs médecins. Le Dossier Médical Partagé (DMP), amicalement nommé Big Doc ici, est un rêve technocratique.  Le seul vrai dossier indispensable en pratique médicale est celui que le soignant a dans sa tête. C’est à lui de le nourrir, de l’enrichir en fonction de sa personnalité et de son expérience, de le faire évoluer au fil du temps.


  L’amoncellement des documents touchant la santé d’une personne, devenant vite pléthorique et brownien, ne peut pas être exploité pour soigner au mieux. Relire ce que Balint a écrit sur «les gros dossiers», explorer l’exploitation qui est faite de n’importe quel dossier hospitalier.
On entend affirmer que le système informatique sera inviolable : c’est faire injure aux capacités de tous ceux qui ne rêvent que de pouvoir s’y introduire pour vendre à, prix d’or, nos renseignements les plus intimes. Big Business se frotte les mains.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 14-15 novembre 2018

lundi 12 novembre 2018

Sortir de l'informulé (Exmed)



     Une idée n’est rien tant qu’une forme ne lui a pas été donnée par un cerveau humain. Libre ensuite à chacun d’en faire ce que bon lui semble. Ce qui est nommé sur ce site « Systémique médicale » est dans cet état qu’un zoologiste pourrait qualifier de larvaire ou un médecin d’embryologique.

   Voici ce qui vous est proposé si l’aventure intellectuelle de vouloir aller plus loin vous tente. Une série consacrée à une autre vision de la médecine que celle qui a cours dans nos cerveaux occidentaux. Sans recherche de sensationnel, ni même de révolutionnaire. Nous n’avons rien à vendre, tout à comprendre.

La LEM 1093 : « Feuillets de Systémique Médicale (1) » attend votre lecture active.



  François-Marie Michaut, CO d’Exmed   12-13 novembre  2018 www.exmed.org

dimanche 11 novembre 2018

Feuillets de Systémique médicale1 (LEM)

                          Feuillets de Systémique médicale (1)

                                                                                   François-Marie Michaut

              

                                        État des lieux,  prospective  

    Depuis plus de 21 ans sur le site Exmed, le concept de Systémique Médicale est régulièrement invoqué. J’ai tenté de démontrer ici, à travers des situations multiples, qu’il constitue un outil précieux de compréhension élargie de tout ce qui touche, de près ou de loin, à la santé des hommes. Il m’a semblé que cette façon de penser était dans l’air du temps, et qu’elle ne pouvait que trouver des esprits ayant envie d’en assurer le développement et la diffusion qu’elle mérite. La technologie de l’Internet assurant des communications sans frontières (1) rend cela matériellement  possible. Je me suis trompé. L’idée, faute de relais perceptible est restée…. dans l’air. La systémique médicale, autant que je puisse en être informé à cette heure, n’a pas dépassé le stade d’un coffre qui n’a jamais été ouvert. Son contenu n’a pas encore été rendu public.
    Pas question pour autant de baisser les bras. Rien d’autre à faire que de relever mes manches pour dessiner une esquisse à soumettre à l’esprit observateur et critique sans lequel aucune médecine humaine n’aurait pu voir le jour et évoluer comme nous le constatons - non sans fierté mêlée d’inquiétude - depuis des siècles. Ambition démesurée, j’accepte la critique. Je n’ai pas d’alternative,  le temps, mon temps personnel de mortel pour pouvoir travailler,  est mesuré. Alors, j’ose oser.

    Je ne saurais, faute de compétence, de titre, d’accréditation ou de reconnaissance par quelque autorité que ce soit, proposer un enseignement en bonne et due forme. La rédaction d’un ouvrage didactique, là encore sous réserve de compétence de l’auteur (2), ne pourrait que clôturer un champ d’investigation dont une des caractéristiques est de devoir demeurer ouvert. La marche vient en marchant, nos petits d’hommes le démontrent. Le vieux Socrate, qui n’était pas n’importe qui, n’a jamais rien écrit et se contentait de déambuler en dialoguant avec ses disciples. À chacun sa méthode.

    Voici donc ce que je propose avec ce dont je dispose. Utiliser la Lettre d’Expression Médicale (LEM) avec son format volontairement réduit à une page format A4, de fréquence hebdomadaire (3), pour publier un certain nombre de feuillets ( petite feuille) numérotés. L’objectif est de pouvoir utiliser les commentaires, remarques, critiques et interrogations que chacun pourrait faire parvenir (4). Navigation à vue dirait-on dans l’aéronautique. Ressources de l’interactivité plaideraient les chantres de la « communication ». Démarche heuristique si vous préférez un terme plus ronflant.

      Information pratique.Vous avec donc sur votre écran «  Feuillets de Systémique Médicale (1) » avec le sous-titre «  État des lieux,  prospective ».
Pour consulter ultérieurement ce contenu sans en avoir conservé l’adresse, il vous suffira de rentrer dans la rubrique « Mots clés sur exmed.org »  (notre moteur de recherche interne), le titre avec le numéro ou le sous-titre (5).

    Avant tout, un point de vocabulaire doit être précisé, car la confusion n’est pas rare. Ce qui est systémique n’est pas du tout ce qui est systématique. Et réciproquement aurait ajouté Pierre Dac.  Aussi honorable et précieuse soit la science dite la systématique depuis Linné « qui a pour objet de dénombrer et de classer les êtres vivants » ( Wiktionnaire ).        


   À moins que de colère vous n’ayez déjà passé par la fenêtre votre fidèle écran, suite au prochain numéro. Comme on dit dans tous les bons feuilletons (6). Juste pour rester jusqu’au bout de cette LEM, inaugurale d’une série pas tout à fait comme les autres. Parce qu’elle est sans plan prédéfini à l’avance.
Ce sont vos réactions de lecteurs qui orienteront le développement de cette entreprise. À vos neurones, lecteurs.


__________________________________

Notes :
(1) Et sans coût financier, ce qui peut en assurer l’indépendance rédactionnelle par rapport à toute institution traditionnelle.

(2) Un peu plus sur lui www.exmed.org/and.html

(3) Parution comme d’habitude entrecoupée par d’autres sujets et d’autres auteurs pour ne pas lasser la patience des lecteurs.

(4) Rubrique « Donner votre avis » en fin de texte ou mail à l’adresse dédiée: lecteurs(signe arobase)exmed.org

(5)Page d’accueil du site à www.exmed.org, en bas à droite.

(6) La parenté entre feuillet et feuilleton n’est pas involontaire. Jouer avec les mots, leur parenté, leur signification, leur symbolisme fait partie de nos outils de travail les plus sérieux. C’est un moyen de stimulation des neurones du lecteur, bien au delà d’un simple artifice pour dissiper son assoupissement.

_______________________________________

        Os Court : 
  «   La médecine systématique me parait (et je ne crois pas employer une expression trop forte) un fléau du genre humain. »

 Jean le Rond d’Alembert ( encyclopédiste, physicien, mathématicien , 1717-1783)

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1093  
http://www.exmed.org/archives18/circu1093.html

      12 novembre 2018                       

jeudi 8 novembre 2018

Insupportables publicités (Exmed)


    En France, il est interdit de faire de la publicité dans la presse ou à la télévision pour les médicaments. Sage décision. La sanction pour les fabricants en cas d’infraction est la suppression de leur remboursement par l’assureur unique obligatoire.


    Nous voyons s’étaler sans vergogne sur les écrans des messages vantant les mérites, pour une meilleure santé de tous, de laboratoires fabricant uniquement des médicaments génériques.

    Légalement astucieux, financièrement juteux, éthiquement crapuleux que de faire croire au public que de laborieux fabricants de copies de remèdes déjà existants sont de grands défenseurs de la bonne santé de chacun. Tromperie manifeste des consommateurs, comme cela ne semble guère se dire publiquement.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 9-11 novembre 2018

mardi 6 novembre 2018

Addiction, on comprend toujours pas (Exmed)


  La recherche de la cause des comportements humains d’addiction butte sur une croyance. Que la substance utilisée est la seule responsable « sérieuse» de la maladie. Alcool éthylique, cannabinoïdes, opiacés, nicotine et autres substances sont examinés sous toutes les coutures par de nombreux chercheurs pour déterminer les mécanismes neurobiologiques qu’ils peuvent occasionner. Le rêve, hautement rentable pour l’industrie, que cela ne peut conduire qu’à la découverte de la molécule réparatrice, demeure ce qu’il est. Une illusion ; ce qui n’a rien de scientifique quelque habillage mercantile qui soit utilisé.


   Pourquoi ? Parce qu’il existe de multiples addictions sans produit ( sexe, jeu, sport, violence etc...).
S’adonner à un certain type de comportement nécessite qu’il y ait une raison impérieuse. Faute de pouvoir aller plus loin, se droguer ne peut être que la tentative de se débarrasser d’un manque essentiel dont on ne parvient pas à percevoir l’origine. Le manque, insupportable, cela parle tout seul. C’est celui de la personne infiniment plus que celui de la substance utilisée.


Max Dorra parle de «maladie de la valeur»  (Angoisse, le double secret, Max Milo 2017) : à lire sans faute.


François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 7-8 novembre 2018

dimanche 4 novembre 2018

Vertement exprimé (Exmed)

 
« avec rudesse, vivacité» précise le dictionnaire Larousse. Vertement fait aussi référence à la couleur verte, emblème des écologistes comme de l’Islam.  Au sens premier du grec : ceux qui parlent de la maison que nous habitons.
    Les atteintes de l’industrie chimique avec sa soeur pharmaceutique nuisent de plus en plus gravement au milieu de vie de tout ce qui est vivant. 

    Ceux qui consacrent leur vie à soigner les humains ne peuvent pas rester muets.
    Mais comment s’exprimer pour que le message soit entendu ? Nana Nopink, avec la LEM 1092 AU VERT CITOYENS ! lance son appel ;  à chacun sa propre appréciation.


François-Marie Michaut, CO d’Exmed 5-6 novembre 2018

Au vert citoyens ! (LEM 1092)

                                Au vert citoyens !


                                                                                  Nana Nopink

Os Court : 

  «  Une croissance indéfinie est impossible, nous n’avons qu’une seule Terre, mais une civilisation du bonheur est possible. Les solutions existent, mais l’opinion les ignore car les structures actuelles et les détenteurs du pouvoir économique et politique s’y opposent. »


René Dumont (1904-2001, agronome, auteur, homme politique)


Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1092
  sur Exmed
      5 novembre 2018

Que dit la nation France ? (Exmed)

    Des gens plein les rues pour se faire entendre. Les motifs invoqués constituent un patch work sans autre lien commun que la mise en que...