vendredi 30 septembre 2016

Haut diplômés socialement éjectés CO Exmed

Haut diplômés socialement éjectés


Selon l’Institut national d’études démographiques , parmi ceux qui n’ont plus de domicile fixe, il y aurait dix pour cent de titulaires d’un diplôme de l’enseignement supérieur. L’idée répandue selon laquelle le remède absolu à la paupérisation est un haut degré d’instruction vole en éclat. Qu’est-ce qui se passe pour que cette population jugée officiellement d’un niveau supérieur de performance intellectuelle soit ainsi éjectée de la vie sociale la plus ordinaire ? Qu’est-ce qui cloche tellement dans certains cerveaux performants pour qu’ils soient inaptes à la vie quotidienne ? Invoquer des pathologies mentales ou des addictions ne fait que botter en touche. Sous-entendu : c’est à vous les médecins de dépister et de traiter ces malades. Injonction implicite inacceptable : les soignants n’ont pas pour mission de réparer les dégâts causés par une société aussi destructrice de l’humain par le manque de réflexion que la nôtre.
F-M Michaut CO Exmed 30 sept-2 octobre 2016

mercredi 28 septembre 2016

Enseignants déclassés

Enseignants déclassés


Le journal Le Monde du 27 septembre 2016 titre ainsi « Comment le système éducatif français aggrave les inégalités sociales». Réquisitoire implacable pour une situation indigne d’un pays comme le nôtre, dont voici les détails.   

Il est stupéfiant, en ces temps où tous les professionnels mettent l’accent sur la nécessité impérieuse de la formation tout au long de l'activité que le corps enseignant en charge des adolescents soit le seul à échapper à ce recyclage organisé.


Mais, au fait, ceux qui enseignent  toute leur vie aux étudiants la médecine ont-ils la moindre obligation statutaire de ne pas rester figés sur ce qu’ils ont appris lors de leurs lointaines études ? Quand les connaissances et les techniques sont en pleine évolution, cela dépasse de loin, pour les malades comme pour les étudiants, toutes les considérations déontologiques.
Curieux pays quand même que celui où les statuts les plus prestigieux vous figent si naturellement en... statues. Au mépris intolérable de toute autre considération d’intérêt général.

F-M Michaut CO 28-29 septembre 2016 www.exmed.org

lundi 26 septembre 2016

J'ai enseigné " Le Fait Religieux" LEM 982



                            

                       J’ai enseigné le « Fait Religieux »   
                     
                             Dominique Ramarlah


     De septembre 2003 à juin 2006, j’ai animé un « Atelier Philo » fortement teinté de « Fait Religieux » auprès des élèves de la classe de quatrième et de troisième dans un collège privé catholique à La Réunion.

   J’ai vécu cette formidable expérience dans le cadre d’un bénévolat car mes filles ne voulaient plus assister aux séances de catéchisme. Notons qu’aucun établissement ne peut forcer les catholiques d’y assister, et encore moins d’y participer les protestants (dont les témoins de Jéhovah) et les musulmans de cet établissement.

  Au lieu de laisser traîner les collégiens dans la cour, j’ai proposé au directeur de les prendre une heure par semaine. Ce dernier était enchanté d’avoir un « surveillant » ne coûtant rien et c’est ainsi que j’ai pu vivre dans la réalité le rêve formulé par deux personnalités.

- Régis Debray : il a été en février 2002 l’instigateur de l’enseignement du Fait religieux . Lien : http://www.education.gouv.fr/cid2025/l-enseignement-du-fait-religieux-dans-l-ecole-laique.html)

- Jacques Salomé : qui « rêve… qu’un jour la communication puisse être enseignée à l’école comme une matière reconnue à part entière ». Lien  (http://www.j-salome.com/01-info/biographie.php)

   N’ayant pas fait l’IUFM ( Institut Universitaire de Formation des Maîtres)  je suis parti de rien ou plutôt de TOUT : de mon coeur... pour improviser. Un petit mot sur mon intérêt personnel. Cette période coïncidait avec mes débuts de recherche sur toutes les religions, lors de mon projet sur la rédaction du livre sur la « Croyance des Bara ». Lien  (https://sites.google.com/site/barademadagascar/programmes-de-recherche)

Voici comment j’ai procédé.

- J’ai fait un sondage auprès des adolescents pour savoir les sujets qui les intéressent.
- Je leur ai demandé de préparer une petite présentation (afin d’éviter les sujets polémiques ou provocateurs) de telle manière que le sujet qu’on retiendra pour la prochaine séance sera cadré  à l’avance par eux-mêmes. Et pas par un adulte voulant imposer ses choix.
- Je n’étais alors qu’un simple « modérateur » de leur riche débat où la notion de « Civisme » restait le fil conducteur en fonction de l’actualité. C’était, en vérité, assez mouvementé car après le 11 sept 2001, il était déjà beaucoup question d’Islam.

   Si bien que j’étais obligé de m’informer alors que je ne disposais pas d’internet. Il me fallait donc tout faire à l’encyclopédie ! Et grâce à ce travail, c’est ainsi que j’ai découvert toutes les sensibilités de l’Islam car les jeunes musulmans de ma classe se montraient particulièrement participatifs.

 Il y a un ou deux ans, une de mes filles à croisé un camarade de classe qui avait lui aussi participé à ces ateliers philo/faits religieux. Ce jeune homme (25 ans actuellement) lui a dit qu’il a gardé un « excellent souvenir des cours de ton papa ».

 Autrement dit, pour moi : mission accomplie ! Effectivement, mon  fil conducteur à l’époque était : « Tant qu’il y un seul élève qui participe (c’est-à-dire qui s’exprime) , cela vaut le coup de continuer ». D’ailleurs j’invitais ceux qui, inévitablement, se montraient « dissipés »  :

- soit à ne plus venir, puisque ce n’était pas obligatoire
- soit à rester à leur place et en profiter pour réviser une autre matière.

   A ma grande surprise, même ceux qui avaient leur nez plongé dans leur cahier ou leur… téléphone portable, réagissaient sur certains items et n’hésitaient pas à lever le bras avant de prendre la parole et partager leur avis, ou tout simplement émettre une critique.

  Ainsi, j’ai eu l’occasion de mieux comprendre les adolescents (donc, au passage, mes enfants) et de m’enrichir à leur contact.

 J’ai encore toutes les archives de cette période de ma vie car j’avais envisagé de suivre le cursus des « Sciences de l’éducation » à l’université pendant cette très longue période de chômage où aucun laboratoire d’analyses médicales ne voulait m’embaucher. Mais ça, c’est une autre histoire.


 

 Os Court :

 «   Le débat religieux n’est plus entre religions, mais entre ceux qui croient que croire a une valeur, et les autres.»

         Paul Valéry

 

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 982 
http://www.exmed.org/archives16/circu982.html
   26 septembre 2016

Lui a osé le faire

Lui a osé le faire LEM 982


J’ai proposé ici même le 21 septembre 2016 un texte en faveur d’une Connaissance des religions. Voici, en écho, l’expérience pratique menée auprès de jeunes par Dominique Ramarlah, biologiste médical, fils et petit-fils de médecin malgache, set fidèle collaborateur d’Exmed. lien http://www.exmed.org/archives12/circu745.html
Un témoignage rare, précieux, humain et d’une remarquable modestie : ne boudons pas notre plaisir avec la LEM 982 J’ai enseigné « le Fait Religieux». www.exmed.org/archives16/circu982.html

F-M Michaut CO Exmed 26-27 septembre 2016

vendredi 23 septembre 2016

Insanité de la santé CO d'Exmed

Insanité de la santé


Les brigueurs du trône élyséen s’en donnent à coeur joie dans la surenchère des promesses. Calculez le nombre de fois où le mot santé est utilisé. Promettre aux électeurs quelque chose comme une meilleure santé est une escroquerie intellectuelle pure et dure.

La santé, aucun professionnel sérieux n’est capable de dire exactement ce que c’est. Ce n’est en tout cas ni un état stable, ni une marchandise, ni, surtout le résultat mathématique d’une stratégie établie derrière des écrans.


Santé est un mot si dangereux que son usage mécanique en fait, merci la langue française, une insanité.


F-M Michaut CO  d'Exmed 23-25 septembre 2016

mardi 20 septembre 2016

Connaissance des religions CO d'Exmed

Connaissance des religions


Éric-Emmanuel Schmitt , agrégé de philosophie et écrivain renommé, propose ( France-Info du 20 septembre 2016) de rendre obligatoire pour tous les élèves du primaire et du secondaire un enseignement sur les grandes religions. Apprendre comme des matières aussi importantes que toutes les autres ce que Christianisme, Islam, Judaïsme, Boudhisme  et Athéisme nous enseignent sur leur vision de l’Univers et de l’homme. Excellente idée pour couper sous le pied l’ignorance totale de beaucoup de jeunes qui constitue le terreau idéal pour recruter des extrémistes si dangereux.
Une seule question. Pourquoi limiter cette étude du religieux aux plus jeunes ?  Sommes nous certains que nos héritages culturels issus des grandes religions n’ont plus rien à apporter aux manques béants de nos connaissances scientifiques ? Voilà qui concerne bigrement tous ceux qui font leur métier de soigner les autres. Tous les autres, sans discrimination aucune.

Bien entendu, aucune contradiction avec « Le temps du post religions »  évoqué ici.  Lien : http://www.exmed.org/archives16/circu974.html


F-M Michaut CO 21-22 septembre 2016

lundi 19 septembre 2016

JOUJOUE SOUS LE JOUG Lem 981

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 981
 sur Exmed  http://www.exmed.org/archives16/circu981.html
   19 septembre 2016

                            

                       JOUJOUE
                      
                    SOUS LE JOUG  

                     
                             Jacques Grieu



Dieu ne joue pas aux dés, c’est Einstein qui l’a dit.
Alors, à quoi joue-t-il pour éviter l’ennui ?
Peut-être avec le temps ? À voir tourner la terre ?
Le temps se joue de nous, le temps reste un mystère…

Sous le joug de la chance, on subit le hasard ;
Ce joug est un fardeau qui nous tue tôt ou tard.
Certains jougs sont pourtant choisis, délibérés,
Et le joug du mariage en est l’exemple clé.

La gifle épouse bien la forme de la joue,
Mais la colore en rouge et fait faire la moue.
Quand on tend la joue gauche, on joue avec le feu :
Si joue droite est frappée, main fait… ce qu’elle veut !

Celui qui joue, il perd ; et c’est mathématique.
Mais quand on ne joue pas, et là, ça se complique,
On ne peut pas gagner : même pas de suspense !
Cent pour cent des gagnants auront tenté leur chance…

On ne joue pas sa vie comme on joue au flipper
Où la partie gratuite est la fin qu’on espère.
Les hommes, dans leurs vies, ne jouent qu’un petit rôle :
Le hasard les commande et le diable contrôle !

Ce dont on joue le mieux sert à tenter sa chance :
L’abus de fausses notes apporte la sentence.
On joue sans le savoir à la roulette russe ;
Si le chargeur est plein, c’est pour le terminus…




 

 Os Court :

 «   Le hasard n’est que la mesure de notre ignorance.»

       
Alfred Capus (1858-1922)


Si par hasard LEM 981


« Si par hasard, su l’pont des Arts ... » chantait si bien Georges Brassens. Le si bien nommé vainqueur du dragon nous prenant dans ses bras pour donner du sens à nos vies.
Dans la LEM 981 notre fidèle barde exmédien nous entraine joyeusement. Ne boudons pas ce bon moment dans la lourdeur du climat actuel : Jacques Grieu JOUJOUE SOUS LE JOUG .
F-M Michaut CO 19-20 septembre 2016 www.exmed.org

jeudi 15 septembre 2016

C'est pas de l'eau de roche CO d'Exmed

 C’est pas de l’eau de roche


Certes sous nos climats, celle du robinet que nous buvons chaque jour est régulièrement analysée pour être déclarée potable. Les services officiels recherchent, selon une méthodologie restrictive imposée par la loi, les composés chimiques indésirables et les contaminations microbiennes. Les chiffres officiels sont bons ? Alors, buvez en paix, braves gens, même si ça pue le chlore, c’est bon pour votre santé.
Il faut quand même savoir qu’il n’est possible de trouver que ce que l’on cherche. Ainsi, aucune recherche n’est effectuée sur les résidus médicamenteux ( nos déjections urinaires et fécales les véhiculent) ni sur les micropolluants en général. La faiblesse des doses est une bien piètre justification quand les durées d’exposition ( donc d’accumulation potentielle) se comptent en dizaines d’années pour chaque personne. 
Encore un vaste chantier pour les responsables de la cité, avec de très, très puissants facteurs économique de résistance à la clef.

F-M Michaut CO d'Exmed  16-18 septembre 2016

mercredi 14 septembre 2016

Éradication ? Mon oeil



Eradication ? Mon oeil
Grapillé en vitesse dans un tombereau de textes Internet présentés comme des nouvelles. Afin de ne stigmatiser personne, son auteur n’est pas nommé ici. Il parait que le paludisme aurait été éradiqué au Sri Lanka. Il n’y aurait pas eu un seul cas de maladie déclaré depuis 3 ans. De gros et couteux travaux ont été réalisés dans cette ile pour y arriver.
Bien sûr, il y a de quoi se réjouir quand des vies ( principalement celles des enfants jusqu’à 5 ans) sont épargnées. Mais demain, dans dix ans ?
Qu’a-t-on fait d’autre que de tuer les moustiques porteurs du redoutable plasmodium ? Impossible de croire que le fait de ne déclarer aux autorités sanitaires aucun cas soit  conforme à la réalité. Impossible de croire que 100% des anophèles a été occis, sans aucun dégat collatéral pour les autres insectes et leurs prédateurs. Impossible de croire que le parasite de cette espace animale ne trouve pas le moyen de contourner toutes les barrières que nous lui opposons.
Alors, restons les pieds sur terre, et gardons nous bien de claironner que nous sommes, dans l’état actuel de la science, capables d’éradiquer ( enlever les racines) toute maladie infectieuse quelle qu’elle soit.  


F-M Michaut CO d'Exmed 14-15 septembre 2016

dimanche 11 septembre 2016

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 980
  http://www.exmed.org/archives16/circu980.html
12 septembre 2016

                            

               La France est tellement plus qu’une idée  
                     
                             Docteur François-Marie Michaut



 « La France, c’est... une idée», nous a dit François Hollande, avec sa diction hachée coutumière, à Paris le 8 septembre 2016 dans son discours de Wagram. Attirer notre attention sur ce qui est la colonne vertébrale de notre pays est judicieux.  Ce qui nous anime tous, chacun à notre façon comme collectivement, c’est tellement plus important que le PIB, la croissance ou tous les problèmes de la vie quotidienne, aussi dramatiques et angoissants soient-ils. Qu’il s’agisse du chômage, de la pauvreté, de la maladie, des injustices, du saccage de la nature, des inégalités, des violences, la liste n’est pas exhaustive, il ne s’agit que de conséquences ce que nous avons raté jusqu’à ce jour.
Il ne nous dit pas, notre Président, ce que peut bien être cette « idée» constituant la singularité de la France. En quoi cela peut-il bien concerner chaque citoyen, chaque électeur-potentiel ? Nous les râleurs proverbiaux, les infatigables insatisfaits, les critiques systématiques de tous et de tout, bien malgré nous, nous sommes collectivement les porteurs de quelque chose d’exceptionnel pour la planète, l’hypothèse mérite d’être creusée. De Gaulle affirmait, en toute connaissance de cause, que les Français sont des veaux. En même temps il proclamait, tel un prophète : la France c’est beau ; la France c’est grand; la France c’est généreux. Cela a fait ricaner les jeunes de ma génération.

Il suffit pourtant d’écouter ce que disent de ce pays beaucoup d’étrangers. Le prestige du «made in France» continue de s’étendre sur tous les continents. Il y a bien derrière tout cela un «je ne sais quoi», une énergie mobilisatrice unique dont nous sommes les vecteurs inconscients.

Le développement exponentiel récent de l’usage de la langue française dans le monde est une réalité. Nous, les Français de nationalité, en sommes les premiers surpris. Et il serait grotesque de penser que nous sommes propriétaires de cet énorme outil d’échange ! Pour en savoir un peu plus long, le site de l’Organisation Internationale de la Francophonie, dont la secrétaire générale est Michaëlle Jean, ancienne Gouverneure Générale du Canada, née en Haïti.  Lien : https://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_internationale_de_la_francophonie . Plus modestement, chaque responsable d’un site Internet est surpris de constater l’extraodinaire diffusion de ses publications sur tous les continents.
Une énergie est en mouvement, faisons l’effort d’aller un peu plus loin.

Quelle «idée» colle finalement tellement à la France de 2016 que nous avons du mal à la déterminer, tant nous sommes  perturbés par nos dérisoires divisions internes ?
Tout se passe comme si notre pays, tel qu’il s’est constitué de bric et de broc, dans sa longue et tumultueuse histoire, pleine de sang et de fureur, constituait un creuset. Que fabrique-t-il ? Tout simplement de la connaissance. Elle est là, et nulle part ailleurs, notre spécificité. Nous avons tout ce qu’il faut pour développer cet atout unique. Encore faut-il le vouloir. Quand les obscurantismes cherchent à s’imposer partout par la force, nous avons une mission bien précise. Fabriquer une connaissance qui soit capable d’intégrer et de dépasser sans les exclure toutes les connaissances que les générations humaines ont su accumuler. Sciences, religions, arts, philosophie, rine ne doit être négligé. Oui, l’idée est bien là, et pardon si elle n’est pas du tout politique ou électorale, la France, c’est la connaissance de toutes les connaissances. Nous avons tout, absolument tout, sous la main, les pistes ne manquent pas, les cerveaux ont déjà travaillé : il suffit de faire l’effort de chercher et de comprendre. Alors, avons-nous vraiment de si solides raisons que cela de sombrer comme nous le faisons, parait-il, dans une vision pessimiste de la réalité de demain ?



 

 Os Court :

 « Le vrai pouvoir, c’est la connaissance.» Francis Bacon 1561-1626


   
   https://fr.wikipedia.org/wiki/Francis_Bacon_(philosophe)

Un peu plus loin, monsieur Hollande

Un peu plus loin, monsieur Hollande LEM 980


Interpellé, pas question de se taire quand on commence, enfin, à toucher ce qui dépasse le matériel et l’action politique immédiate.
Comprenne qui pourra et juge en toute liberté qui voudra.
Voici la LEM 98O : La France est tellement plus qu’une idée. www.exmed.org/archives16/circu980.html


F-M Michaut CO d’Exmed 12-13 septembre 2016

jeudi 8 septembre 2016


Liberté d’expression médicale

 
Liberté d’expression médicale

Un médecin havrais a été condamné par la section disciplinaire du Conseil de l’ordre à six mois de suspension d’exercice ( QDM du 8 septembre). Le motif ?  Ce généraliste a signé une tribune sur le site « Le plus de l’Obs », avec une invitation - sans doute aux lecteurs de gauche- à inséminer « les petites frontistes décérébrées».
Est-ce un délit de droit commun ? Est-ce un délit d’opinion ? Est-ce une action de la vie privée ou un acte exercé dans le cadre de sa fonction médicale ?
Pour mémoire, Céline lui-même, aux écrits si sulfureux et aux lourdes condamnations judiciaires,en tant que docteur L-F Destouches,  a été autorisé à exercer  à Meudon de 1951 jusqu’à sa mort en 1961.
 De ce lieu où l’expression médicale est une valeur fondatrice, Thierry Lecoquierre ne peut que recevoir un soutien inconditionnel, et les laveurs plus blanc que blanc de la profession, ce qu’ils méritent : un bonnet d’âne.

F-M Michaut CO d’Exmed 9-11 septembre 2016

mercredi 7 septembre 2016

Bon pour ma santé, grrr... CO Exmed

Bon pour ma santé, grrr...

Non mais c’est vrai. J’en ai marre que tout le monde, et pas seulement mes complices d’apéro, passe son temps à vouloir du bien à ma santé. Comme si je n’avais par le droit de penser que la fameuse santé n’a aucune existence. Tout au plus, celle d’un fragile équilibre entre les maux de la vie que je n’ai aucun moyen d’éviter. «Vendre» de la santé n’est que la forme actuelle de la poudre de perlinpinpin. Le marché est assez juteux pour aiguiser toutes les convoitises. J’en ai simplement assez d’agir comme si je gobais sans aucun examen toutes les manipulations que tous ces gens qui veulent mon bien se tuent à m’imposer.

F-M Michaut CO d’Exmed 7-8 septembre 2016

dimanche 4 septembre 2016

Anti seiche

  
Anti seiche


Sang d’encre au menu ? Que nenni, juste du bien ancré dans la vraie vie de tout terrien, sans avoir l’air d’y toucher ou de pontifier. Jacques Grieu nous propose sa LEM 979 : ANCRIER ENCRAGES. Bonne lecture.

F-M Michaut CO d’Exmed 5-6 septembre 2016

ANCRIER ENCRAGES LEM 979

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 979
 Sur le site Exmed
   5 septembre 2016

                            

                            ANCRIER
                       

                           ENCRAGES 

                     
                             Jacques Grieu


Anchora nautica, l’ancre est un beau symbole
Qui souvent, aux chrétiens, a servi d’auréole.
Figurant l’espérance et la solidité,
L’épître de Saint Paul dit que l’ancre est sacrée.
Avec trabe et gumène sur beaucoup de blasons,
Son image héraldique on plaça à foison.

De bossoir, de détroit, à jas ou bien à jet,
Dés qu’on sut naviguer, l’ancre fut grand sujet.
Ancres plates ou charrues, de touée ou bien de veille,
À bascule ou bien borgnes, on en fit des merveilles.
Encore de nos jours, nos modernes navires,
Ont toujours à l’avant, l’ancre prête à partir…

L’encre prête à partir…  est pour bien des journaux,
Une encre opportuniste et qui joue sur les maux.
Elle est souvent signée à l’encre sympathique
Sans la rendre pourtant, pas moins antipathique.
Écrire à l’eau bouillante était bien à la mode,
Mais l’encre d’internet a déjà tué ces codes…

Avoir la mer pour encre et terre pour papier,
Est pour un journaliste, un programme à rêver.
Certains achètent l’encre en bidon de cent litres
Et ont la maladie de grossir tous leurs titres ;
De trop de tâches d’encre ils veulent se charger,
Et leur encre flottante, ira bien les couler…

Est-ce pour lever l’encre ou bien en panne d’encre
Qu’on a vu autrefois tant d’écoles à cancres ?
Certains grands écrivains sont encrés dans un thème
Où leur chaîne de l’ancre est devenue système.
Ce que sang est au corps, l’encre l’est à la plume,
L’ancrage à style unique est lassante coutume.

Si l’ancre de mouillage est loin de l’encrier,
L’ancrier ne sert pas, à l’ancre, d’écubier.
L’ancre d’imprimerie écrit sur… les bas fonds :
L’impression à jet d’ancre est de vieille invention !
Le jet d’encre pourtant, fait encore impression ;
Sur les pages des vies, il ancre nos saisons.


 

 Os Court :

 «  L’encre d’un écolier est plus sacrée que le sang d’un martyr.»

        Mahomet


 

jeudi 1 septembre 2016

La prétendue élite des médecins du futur


La prétendue élite des médecins du futur


Cette élite en France est celle qui a été désignée par les épreuves classantes nationales numériques pour sélectionner les futurs internes. Sur les 200 premiers candidats, seulement 6 ont choisi comme discipline la médecine générale. Source QDM du 31 aout 2016.


La méthode de sélection des candidats, se voulant démocratique, équitable et objective est discutable. Ne sont retenus, en tant qu’élite intellectuelle reconnue, que les esprits les plus compliants aux enseignements reçus. Ceux-ci sont toujours déjà en retard sur l’évolution des connaissances scientifiques : nous apprenons depuis toujours la médecine de nos pères.

Le mimétisme intellectuel, cher à René Girard, agit à fond. Il est donc impossible de vouloir être généraliste quand on n’ a jamais été en relation maître-élève prolongée avec un vrai généraliste. Je veux dire par là quelqu’un qui a fait le choix de travailler dans son cabinet personnel seul face à ses patients. Alors, il faut cesser de faire semblant de croire que la véritable élite médicale - il en existe forcément une - se trouve là où pense la déterminer l’université. Le temps de la servilité intellectuelle, avec ses dramatiques zones aveugles, n’a plus de raison d’être autre que politique. Où sont nos novateurs du futur, où sont nos avant-gardes de demain ?  C’est à la profession d’en juger. Ailleurs, en tout cas, que chez les bons élèves.

F-M Michaut CO d’Exmed 2-4 septembre 2016

Agonie des cabinets médicaux personnels (Exmed)

     L’Île-de-France, la région la plus riche en ressources de la nation, est touchée. Après avoir connu, comme dans les campagnes isolées, ...