Rechercher dans ce blog

31 janvier 2021

TAUX OU TARE (LEM 1209)

                       
La pandémie sévit et met à la torture
Les gens, les politiques et tous ceux qui l’endurent.
Faut-il un couvre-feu ? Un peu tôt ? Pas trop tard ?
Pire, un confinement… arrivant en retard ?
Le peuple est abattu ; c’est la mort des fêtards,
Des restos, des cafés qu’on a mis au rancard.
Les taux des infectés, des morts, des contagieux
Egrènent un bilan que l’on sent désastreux.

Je me lève trop tard : les censeurs ont raison ;
Mais c’est l’étau des tares ! C’est l’effet polochon !
Tôt de cholestérol ? Tare de l’édredon ?
Mais pourtant je n’ai rien du lent colimaçon !
Si je prends du retard, c’est que c’est ma façon,
De peser tard et tôt pour mûres réflexions.
Mes idées, en balance, on les pèse sans tare ;
Leur taux d’erreurs est bas, sans être trop… vantard.

En retard ? Ah, mais non ! C’est un peu court,  pendards :
On pourrait dire aussi, bien des tares, sans fard ;
Par exemple, tenez : il est minuit, Schweitzer !
 C’est trop tard ou trop tôt, c’est l’heure mensongère …
S’il n’est jamais plus tard que ce fameux minuit,
C’est trop tôt pour demain, trop tard pour aujourd’hui…
C’est toujours l’impatient qui arrive en retard,
Dont le taux d’accidents en fait un faux fêtard.

Si se coucher tard nuit,  méfions nous des nuits brèves,
C’est que les levers tard, sont très bons pour les rêves.
« Mourir jeune et sans tare » ?  Mais le plus tard possible :
« Mieux  vaut jamais que tard » est alors notre cible.
C’est toujours bien trop tôt qu’apparaît le « plus tard ».
Le poids de mes propos tient compte de ces tares.
Les grasses matinées font des soirées tardives.
Par les voies du « plus tard », à  « jamais »  on arrive !


« Je suis venu trop tard dans un siècle trop vieux »
A dit un grand génie au caractère anxieux.
Dans ce siècle trop jeune, est-ce moi le gâteux ?
Pouvoir être en retard est un plaisir des dieux !
L’avenir est trop tard et le présent trop tôt.  
Trop tard est le salaire et trop taux est l’impôt.
Covid ou pas covid, écoutons nos guitares ;
Et le doux lever tard est le meilleur nectar.
 
                                       Jacques Grieu
                        
Os court :
«   Je pense qu’il faut revenir aux fondamentaux de l’humanisme, aussi bête  que cela puisse paraitre. Je crois que si on en revenait à cette vision du monde, les choses pourraient avancer beaucoup plus. »
                                 
Pierre Bénichou ( journaliste, 2015)

Lettre d'Expression médicale
 
LEM n° 1208   1er février 2021   

Le temps d'un instant (Exmed)

   Un étrange chronomètre viral a colonisé nos cerveaux. Nous en sommes là, autant que las, avec tous ces récits covidiformes conduisant à un véritable harcélement psychologique. Alors, pour se défendre, un seul remède : se détendre. Sans pour autant quitter le présent.
   

   Ces artisans des mots, ces poètes et ces écrivains, si méprisés par les gens se disant indispensables, retrouvent miraculeusement leur fonction indispensable à toute vie vraiment vivante.


   Voici cette pause pour remonter notre pendule avec Jacques GrieuTAUX OU TARE, la LEM 1208 du 1er février 2021.

François-Marie Michaut

28 janvier 2021

Le variant anglais ? (Exmed)

   Le grand méchant loup tétanise les esprits. SARS-Cov-2 fait son boulot avec ses armes à lui pour coloniser les cellules assurant son évolution. Alors, il se joue bien des frontières terrestres et ne cesse ses allées et retour entre les humains et les animaux sauvages ou domestiques accueillants. Cette gymnastique le contraint à modifier en permanence son génome dès que les cellules hôtes trouvent le moyen de le neutraliser. On oublie ces défenseurs silencieux et très actifs.

    Récit simplificateur ? Son seul objectif est d’ouvrir un peu les yeux de la foultitude ignorant les sciences du vivant autorisant une lecture systémique de la réalité. Alors, comme la grippe espagnole ne fut nommée ainsi que par la censure des militaires, le mutant anglais n’a rien de britannique.

    Il est vrai que VUI-202012/01 , c’est pas vendeur, Coco.



François-Marie Michaut

29-31 janvier 2021

26 janvier 2021

Lexique covidien (Exmed)

       Mais où est le temps d’antan où le parler latin d’office était une prérogative doctorale permettant à Molière d’amuser les foules ? Le Covi-2, remarquable magicien, nous a inventé son parler. Ainsi une jauge, si souvent invoquée, désigne la capacité que doit avoir un récipient déterminé. Venu de l’anglais encore, un cluster signifie une grappe et non un foyer épidémique. Brexit oblige, le fameux tracking  n’est rien d’autre que le traçage de nos chasseurs de France.

   
Cela ne vous suffit pas ? Une perle de la plus belle eau, et bien de chez nous. Le plateau ascendant d’une courbe. Quand l’horizontale commence à tortiller sa définition, la manipulation «pour notre bien»  sort de son terrier.
Poquelin n’est pas encore re-né. 

Ou, positivons, n’a pas encore eu le temps de nous masser les neurones commandant les zygomatiques.
 
François-Marie Michaut
27-28 janvier 2021


24 janvier 2021

DEMAIN LA VEILLE (LEM 1208)

         

Si le jour d’«avant-hier» est bien veille d’«hier»,
Le mot «surlendemain» de l’«avant-veille» est frère.  
Si le mot de «la veille» au mot «demain» s’oppose,
Alors celui d’«hier» ne sert pas à grand-chose.

Pourquoi le jour d‘«après», dans notre dictionnaire,
Est-il toujours placé avant le jour d’«hier
«Hier», lui, est placé après le «aujourd’hui
«Passé» après «futur» est tout aussi gratuit !

Quand on dit que demain rouvriront les cinés,
Les bars et les restos, c’est façon de parler;
Urgence et contagion nous ont fait confinés !
Les couvre feux d’hier sont-ils bien les derniers ?

Promettre est-il toujours la veille de tenir ?
Tenir n’est pas toujours lendemain de prédire.
Entre hier et demain on rencontre «aujourd’hui»
Qui passe de la veille au présent par minuit.

Aujourd’hui plus qu’hier et bien moins que demain,
Les choses qu’on veut faire expirent au lointain.
Quand les morts de demain vont saluer ceux d’hier,
Alors c’est la Toussaint qui nous sert de repère…

Le plus beau lendemain ne nous rend pas la veille :
On ne crée pas deux fois ce qui nous émerveille.
Les mensonges d’hier sont dogmes ce matin.
Ce que j’étais hier, le serais-je demain ?

                                            Jacques Grieu
                           

 
Os court :
«  Chacun est prisonnier de sa famille, de son milieu, de son métier, de son temps. » 

           Jean d’Ormesson

 Lettre d'Expression médicale
 
LEM n° 1208   25 janvier 2021   


                 

                                                

Questions de temps (Exmed)

 
Pas facile à vivre, ce manque de visibilité de ce qui va nous arriver dans les semaines et mois à venir. Scruter sa montre avec impatience n’est guère plus efficace que de lire dans le marc de café des prédictions contradictoires.
Alors, ce temps personnel que les obligations sanitaires nous octroient, sans guère de mode d’emploi, utilisons-le pour regarder un peu ce qu’il cache aux humains toujours pressés.


Voici la LEM 1208 : DEMAIN LA VEILLE. À vous de la découvrir. Si votre emploi du temps le permet, cela va sans dire.

François-Marie Michaut
25-26 janvier 2021

21 janvier 2021

Privés de grimaces (Exmed)

    Déjà les voix assourdies par les masques obligatoires perdent une bonne partie de leur intensité de communication, en particulier pour les vieilles oreilles. Mais, personne ne semble vraiment y prêter attention, nous voici amputés d’un de nos modes de contact avec les autres qui n’a rien de verbal. Sous nos visages cachés, les grimaces, et autres mimiques habituelles ne sont plus visibles. 


   Vous en doutez ? Essayez donc de tirer la langue à la prochaine personne que vous croiserez. Le contact de la langue avec le textile filtrant humidifié vous arrête immédiatement. Oui, oui, il reste les gestes des mains à cultiver pour ne pas renoncer à montrer à l’autre en face nos émotions. Quand le téléphone portable ne monopolise pas les doigts.

François-Marie Michaut
22-24 janvier 2021

19 janvier 2021

Pauvres canards (Exmed)


    Une fois de plus la grippe aviaire tombe du ciel des oiseaux migrateurs pour contaminer leurs élevages agricoles destinés à nous nourrir. Réponse immédiate des autorités : abattage massif des animaux risquant d’être contaminés.

     Impossible, sans besoin d’être un vegan militant, de ne pas faire le rapprochement avec ce qui nous arrive en ce moment, pauvres humains.
  Les barrières entre espèces vivantes sont si minces nous démontre la biologie.

   Un rêve secret pour quelques hygiénistes extrémistes ?


François-Marie Michaut
20-21 janvier 2021

17 janvier 2021

Ignorance
 (LEM 1207)


 

      Bien académiquement, partons d’une définition empruntée au bavard Wiki  : « L’ignorance est un décalage entre la réalité et une perception de cette réalité, décalage qui est la conséquence d’une croyance, d’un préjugé, d’une illusion ou d’un fait avéré de ne pas savoir ».
    Quelle que soit la façon de le dire, nous vivons depuis un an sur toute la planète un retour de bâton culturel jusqu’alors inimaginable. Un insignifiant virus s’introduit dans notre machinerie humaine et toute la vie habituelle que nous pensions si solide s’effrite. Et pourtant, que nous étions fiers de notre niveau de connaissance du monde où nous vivons de plus en plus nombreux (1). La médecine, pour rester dans notre domaine, laissait entendre aux populations qu’elle maitrisait désormais pratiquement toutes les maladies infectieuses. Avant de terrasser définitivement les autres maux nous faisant passer de vie à trépas.
   Rien, en vérité, ne semblait pouvoir nous résister, grâce aux merveilleuses applications techniques des sciences (2). Les discours autour de la santé et des sciences en général laissaient majoritairement entendre qu’en injectant encore plus de moyens matériels et humains (3) que nous ne faisions, nous allions vers une vie merveilleuse et de plus en plus allongée. Le journaliste François de Closets envoyait déjà en 1982 - bien que dans un autre domaine - un titre claironnant : « Toujours plus ! » (Grasset).

   La pandémie nous a mis, sans le moindre ménagement, le nez dans quelque chose de malodorant. Notre ignorance. Une méthode scientifique hissée au rang de valeur insurpassable des capacités de compréhension du réel se révèle ce qu’elle est. Non pas une sorte de machine à produire des certitudes, des vérités, mais un cheminement sans fin, une remise en question obligatoire de tout ce qui a été exploré auparavant.

    La notion même d’urgence sanitaire utilisée indique notre désarroi. Vite, agir. D’incertitudes et de temporisations imposées par les esprits authentiquement scientifiques, les responsables de l’état de santé d’une population ont la mission de répondre collectivement dans l’immédiat aux dangers encourus par chacun. Cela ressemble fort à ce qu’en aéronautique on nomme la navigation aux instruments. Sauf qu’ici, il n’ y aucun instrument pour déterminer comment peut et va évoluer la relation entre les organismes humains et les coronavirus. Heureux généraux antiques qui ne livraient jamais bataille avant d’avoir consulté leurs auspices.

     La religion scientifique ( qui n’est pas la science vraie) en déconfiture n’est pas la boussole salvatrice dont rêvait notre Premier Ministre, parce qu’elle n’a aucun moyen solide (4) de prévoir ce qui sera demain.

  Notre ignorance butte sur les limites que se donne à elle-même, et fort judicieusement,  la science.

  Terminons de façon positive. La prise de conscience massive de notre ignorance fait que nous venons de gagner une grand bataille au moment où nos façons d’agir depuis des siècles mettent le vivant en danger très proche d’extinction. Nous savons que nous sommes ignorants de la façon dont les choses se passent, ou ne se passent pas. Nous avons enfin franchi au forceps le temps de la croyance au père Noël.
   Alors, si nos cerveaux ne se sont pas atrophiés dans l’épreuve que nous vivons, mettons-les à contribution avec les yeux ouverts.
  Notre évolution est entre nos mains, rien de plus, rien de moins.

                                                           François-Marie Michaut
______________________________


Notes :


(1) Hélas, pas pour autant devenir de plus en plus heureux.


(2) Technoscience et thérapie: La médecine et l’imaginaire social, Odile Marcel, professeur de philosophie, Université Lyon iiI, 1998 ( 28 pages) lien : https://www.exmed.org/exmed/odmar.html

(3) Cf la prolifération d’appels à la générosité publique effectués, non sans manipulation culpabilisatrice, au nom de la santé et de la recherche médicale au moyen de spots publicitaires télévisés quotidiens.

(4) Malgré les efforts énormes des créateurs et utilisateurs de modèles mathématiques et d’algorithmes sophistiqués.

________________________________________
 


 
Os court :

«  L’ignorance des causes qui nous déterminent nous laisse croire que nous sommes libres  .  »


Baruch Spinoza

 Lettre d'Expression médicale
 
LEM n° 1206   18 janvier 2021   




Imparable évolution (Exmed)


 Les ressources trop peu explorées de la pensée de la réalité sur un mode systémique  (et non uniquement analytique) intégrant les acquis de la flamboyante méthode scientifique nous sautent au visage. Cela dépasse le simple débat d’idées, c’est l’avenir ou la fin de notre planète vivante qui ne dépend que de nous. De chacun de nous et non de lointains experts englués dans leurs conflits d’intérêt.


La LEM 1207 Ignorance emprunte sa voie personnelle pour prendre très au sérieux la formule faussement  humoristique de Pierre Dac : « Tout est dans tout, et réciproquement».
                  Bonne lecture à chacun, sans ou avec chromosome sexuel Y !

François-Marie Michaut

 Exmed CO du 18-19 janvier 2021
 

14 janvier 2021

Un personnel (Exmed)

   Jargon, quand tu nous tiens jusqu’à l’absurde. Le mot français de personne ne serait-il déjà pas assez farceur en signifiant à la fois un être humain et... l’absence de toute présence ? Il est devenu courant, dans les médias, de nous dire que telle opération publique a nécessité l’intervention d’un nombre donné de personnels. Passée à la trappe la singularité fondamentale de toutes les personnes, puisqu’il n’ a plus la mention de quelque personne que ce soit. On aurait du se méfier quand les administrations ont passé à la trappe leurs services du personnel pour les déguiser en directions des ressources humaines.

  Et personne - je ne pouvais pas la rater - pour pointer ces dangereuses deshumanisations dans les esprits des dirigeants formés dans nos moules intellectuels les plus respectés ?


François-Marie Michaut
15-17 janvier 2021

12 janvier 2021

Maman, j'ai peur (Exmed)


   Un arrêt de travail autoprescrit pour présomption de Covid19, avec indemnisation immédiate de l’Assurance Maladie. C’est la fin du monopole médical de la prescription thérapeutique raisonnée de cessation d’activité professionnelle.

    Un pas majeur de plus, après la gestion personnelle des urgences au cabinet au profit des seuls hôpitaux publics, vers la disparition du métier de médecin généraliste en France. L’assureur public unique obligatoire se substituant, avec sa proverbiale rigidité, aux décisions de votre médecin à vous, personne ne s’y oppose en France ?


   Faut-il supprimer légalement le métier de médecin généraliste indépendant, comme on le fit avec les officiers de santé créés en 1803 par la loi du 30 novembre 1892 ?



François-Marie Michaut
13-14 janvier 2021

10 janvier 2021

VACCINATION HÉSITATIONS
 (LEM 1206)

   
Piqué ou pas piqué ? Au train où vont les choses,
Ce sera la question que partout on vous pose.
Les citoyens seront de deux catégories,
Et à vous de choisir laquelle est bien guérie.

Comme il y a des bruns, et à côté, des blonds,
On aura les héros, hâbleurs et fanfarons,
Et puis les réticents, prudents et alarmistes.
Et encor les châtains, hésitants attentistes.

Les bruns fuiront les blonds ou bien les snoberont
Et notre société ne tournera plus rond.
La mention «vacciné» sera-t-elle exigée,
Pour aller au ciné on bien être embauché ?

«Jamais ce vaccin-là !» m’alerte ma concierge,
«Il vaut mieux, à l’église, aller brûler un cierge !
Dans les veines accepter ces grouillantes bestioles,
Est pire qu’avaler un pot de vitriol
»

« Venant des pangolins et des chauves souris,
Ces animaux puants qu’en Chine on apprécie,
Leurs miasmes vous tueront ! Ou d’autres maladies,
Viendront vous infecter, menaçant votre vie


Mon voisin de palier n’est pas plus chaleureux :
Le mari de la tante de son petit neveu,
Fraîchement vacciné, serait dans le coma  
Qui faisait la nouba pour aller fêter ça.

Mon coiffeur est formel : «Ce vaccin n’est qu’un leurre,
Une farce de Trump pour faire le bonheur
Des grands labos US. Il faut savoir attendre
Un vaccin de chez nous. Et avant, ne rien prendre !
»

Mon médecin traitant voudrait me voir piqué;
Je ne sais plus que faire et suis désarçonné.
Qui peut me conseiller ? Le maire ? Un député ?
La reine d’Angleterre est-elle vaccinée ?

Mais encore un bruit court, qui aussi interpelle :
Certaines livraisons, transitant par Bruxelles,
Seraient faites en Chine, en garantie chinoise.
Y aurait-il un piège ? Une attaque sournoise ?


«Le vaccin n’est plus bon pour le variant anglais»,
Ce mutant contagieux dont on craint les méfaits.
S’il y a cent mutants, faudra-t-il cent vaccins ?
Et vous piquer l’épaule autant en un matin ?

«Il est urgent d’attendre», a dit mon pharmacien;
«Les doses vont manquer. Pour l’instant, je n’ai rien.»
Voilà qui réconforte et qui m’arrange bien !
Je lui rachète un masque. On verra bien demain…

Pourtant, si l’on trouvait un bon vaccin Pasteur
Contre tous les ragots, fake news et rumeurs,
Il faudrait sur le champ pour chacun l’exiger.
Et j’irai sans remords, me faire vacciner !
                                                  Jacques Grieu
 
Os court :
«  Il n’y a pas de vaccin contre la stupidité.  » 
Albert Einstein

 Lettre d'Expression Médicale 1206

Chinoisons un peu (Exmed)

    De la Chine, c’est, dit-on, certain, est venu notre Covid19. Le premier écrit médical connu sur la technique de vaccination est également chinois. C’est celui du médecin Zhang Lu qui date de 1695 ( source site de l’Académie de Médecine). Il était alors question de variolisation, technique à haut risque avec l’agent d’une maladie endémique mortelle une fois sur quatre. Le docteur anglais Edouard Jenner eut l’idée géniale de transformer la variolisation utilisée à Constantinople en vaccination avec l’inoffensif Cow Pox bovin en 1796 ( Wiki). Déjà une histoire de variant anglais, le réel ne manque pas d’humour dans ses répétitions.

   
    Alors, histoire de chiner... une petite promenade numérique bien humaine en 2021 saura constituer un tonifiant bol  d’oxygène pour nos cerveaux confinés. Voici de Jacques Grieu un bien français : VACCINATION HESITATION, la LEM 1206.


François-Marie Michaut
CO d'Exmed 11-12 janvier 2021

07 janvier 2021

Distorsion de la réalité (Exmed)


     La rocambolesque actualité présidentielle américaine 2021 souligne la dangerosité potentielle de ce  comportement humain. Les médecins en parlent souvent comme d’un délire, caractéristique du fonctionnement psychotique de la personnalité, ce qui le range dans la case des affections psychiatriques devant donc être traité comme tel. Mais présenter aux autres un récit volontairement biaisé du réel pour en tirer un avantage personnel n’a rien d’exceptionnel. La menterie, pour  utiliser un mot québécois, est jugée moralement et religieusement comme un mal. Ce qui ne change rien à rien.


   Avez-vous remarqué que cette Intelligence Artificielle que nous admirons tellement n’est  pas capable de mentir, se mentir, comme nous le faisons depuis l’enfance ?

     Que détruisons-nous de bien réel - parfois avec de dramatiques retombées - quand, volontairement ou non, nous jouons ainsi avec ce que nous pouvons observer ou comprendre en le traduisant par des mots falsifiés ?
       La valeur intrinsèque de l’expression verbale sans qui rien ne peut advenir ?


François-Marie Michaut

 CO Exmed 7-10 janvier 2021

04 janvier 2021

Impasse du risque zéro (Exmed)

    Le simple fait d’admettre que nous ne sommes tous dès notre conception, biologie du vivant oblige, que des condamnés à mort en sursis devrait nous vacciner (actualité piquante impose) définitivement contre la notion même de risque zéro. Une telle idéologie justifie ce que naguère on nommait : ouvrir le parapluie. Providence de tous les décideurs, grands, moyens et petits qui ne veulent prendre aucun risque et n’encourir aucune responsabilité quand la réalité ne se plie pas aux projets, dûment chiffrés, qu’ils avaient établis derrière leurs écrans.

    

    Les humains qui ont comme métier de soigner les autres le vivent chaque jour. En médecine, deux mots n’existent pas : jamais et toujours.
Ont-ils tort, ont-ils raison ?


François-Marie Michaut

Coup d'Oeil d'Exmed 5-6 janvier 2021

CLOUDAGE (LEM 1234)

            À mon âge avancé qu’on me dit canonique, La clique des PC, des MAC, l’informatique, Entre bug et coupure et cent disparitions, H...