Rechercher dans ce blog

27 avril 2021

Vrai ou faux passeport (Exmed)



   Contrairement à ce que prétendent les esprits simples, rigides et totalitaires, un passeport vaccinal, ne serait au mieux qu'une présomption d'immunité, dont on ignore non seulement l'efficacité pour un sujet donné, mais aussi la durée... et jusqu'à preuve du contraire ce document ne serait, en aucun cas, une preuve de non contagiosité.
   Comme en atteste la prudence des autorités sanitaires en matière de levée des mesures de protections pour les sujets vaccinés.
Ce passeport sanitaire est une mesure faussement rassurante. En un mot : digne du père Ubu.
 Mais qui a lu, et digéré, le livre Ubu roi d’ Alfred Jary ?

J-F  Huet ( additif final de François-Marie Michaut )

 27 avril 2021

22 avril 2021

Vaccinodrome, vaccinodrame (Exmed)


   À défaut de rassemblement sportif faisant vibrer les foules, voici nos arènes transformées en tristes usines à vacciner. Images en boucle, débilitantes avec leurs acteurs déguisés n’ayant rien à dire.  Puisse cette organisation collective d’immunisation porter ses fruits espérés !

   Et ne pas se transformer en un drame de plus, un drame de trop : le vaccinodrame !

   En attendant, ne cessons pas de nous escrimer à communiquer en refusant l’autocensure galopante et contagieuse chez les non manipulateurs.

François-Marie Michaut

18 avril 2021

MATHÉMATIQUES E = MC2
 (LEM 1220)




On adore encenser ceux qu’on dit  forts en thème,
Mais ce sont les matheux que les entreprises aiment.
Assurance, industrie, bourse,  finance ou banque,
Chiffrent des statistiques à longueur de think-tank.
Toute l’astronomie, la fée informatique,
Les sciences naturelles et l’immense physique,
Même l’agriculture, entonnent le cantique :
Bio ou pas bio,  gloire aux mathématiques !
Confions l’exportation aux savants cosinus,
Qui savent mesurer ce qu’est l’hypoténuse.

Quoi de plus convaincant qu’un ferme théorème,
Qu’une belle intégrale expliquant nos problèmes ?
Quoi de plus éloquent qu’entendre l’hyperbole,
Qu’au discours politique joindre la parabole,
Qu’un graphique épousant la courbe du chômage,
Pour que des citoyens on contienne la rage ?
Les racines carrées ont de jolies rondeurs,
Quand la bosse des maths habite leurs auteurs !
Les savants logarithmes n’ont jamais leurs pareils,
Pour des grandes dépenses justifier l’appareil.

Loin du rêve idyllique, de la grande illusion,
Qui  se passe de mode à la moindre élection,
Leur rigueur nous rassure à chaque décision,
Et vient clore le bec à toute discussion.
La relativité, d’Einstein cette équation,
Nous fera j’en suis sûr, trouver les solutions.
Eux = aime sérieux, est formule magique,
Pour relativiser nos déficits chroniques.
Chassant les loteries, aux cent supputations,
Elle évite à chacun les trop dures questions.  


De la fiscalité les heurts sinusoïdes,
Font l’effet, aux experts, d’une épicycloïde.
Et si le contribuable la trouve « exponentielle »,
La hausse des impôts est pourtant bien réelle.
Les gracieux solides dits « de révolution »
Auraient-ils inspiré ceux de l’opposition ?
Car si l’économie tourne comme une ellipse,
Notre niveau de vie subira des éclipses !
Tout budget d’un pays, plongé dans le liquide,
Archimède l’a dit, de bas en haut se vide ...

La courbe de la dette est si asymptotique,
Que même l’infini reste moins fatidique !
Aux calculs népériens on fera donc confiance,
Et les subtils quantas viendront sauver la France.
Car les maths sont aussi  poésie de la science,
Instrument qui nous sert à prouver la croissance.
Un problème d’algèbre ? Un peu d’arithmétique ?
Mais ces deux là aussi sont des mathématiques !
Le grec ou le latin font hausser les épaules :
Pythagore ni Platon ne jouaient au football...

                                         Jacques Grieu

NDLR : Ce texte est une rediffusion volontaire d’une LEM de  février 2014 (N° 847) tant sa vision de nos façons de raisonner se montre depuis des années fortement prémonitoire de la confusion générale actuelle, tous pays confondus.
 

Os court :
«    Les mathématiques ne peuvent effacer aucun préjugé.  »

 Goethe

 

  Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1220
  19 avril 2021 



                       
                                          

Piqure de rappel (Exmed)

  Quels êtres étranges que ces poètes ! Ce poème de Jacques Grieu asticotant déjà en 2014 notre adoration béate devant tout ce qui a un habit mathématique, quelle actualité ! Le flou intellectuel pesant que nous impose dans notre vision l’invasion du Corona montre qu’il n’y a pas à pavoiser sur notre pouvoir humain. Bien des choses ont été dites et écrites, mais qui écoute ceux qui savent dire autre chose que les autres ? Le rappel est douloureux,  comme bien des vérités.
Jacques Grieu, LEM 1220, MATHÉMATIQUES E=MC2 ( deuxième publication sur Exmed).

François-Marie Michaut

19-21 avril 2021 

13 avril 2021

Dengue ?
 (LEM1219)



                                                                 
      Vous aurez peut-être noté dans les études faites, notamment par les laboratoires produisant les vaccins, le silence assourdissant concernant la période pourtant critique de 14 jour qui suit une vaccination.
   Hors durant cette période qui, au passage, justifie la deuxième injection, non seulement un bon nombre de gens peuvent contracter la maladie, mais sont susceptibles d'être atteints de formes plus graves en ayant développé des anticorps liants et non neutralisants.
La réaction inflammatoire étant aggravée par des anticorps facilitants .

    En vaccinant massivement y compris des gens qui n'ont pas besoin de l'être EN PLEINE ÉPIDÉMIE, c'est à dire en dehors de l'action préventive habituelle des vaccins, on expose une partie indéterminée, mais de plus en plus importante, aux phénomènes d'anticorps facilitants
                  UN VACCIN N'EST PAS UN TRAITEMENT ! ( Sauf pour la rage, ndlr)

Pour info :
EXTRAIT D'ARTICLE PARMI D'AUTRES

"Anticorps facilitants et pathogénèse du COVID 19

F. Negro et al. Is antibody-dependent enhancement playing a role in COVID-19 pathogenesis? Publication Date: 16.04.2020, Swiss Med Wkly. 2020;150:w20249

Réviseur : Pr Jean-François Balavoine


La pathogénèse du COVID 19 peut impliquer un mécanisme bien connu qui pourrait avoir des implications sur la maladie : celui des anticorps facilitants (ADE en anglais).

La pathogénèse de COVID-19 implique des mécanismes directement cytotoxiques et d’autres à médiation immunitaire. Un mécanisme supplémentaire peut jouer un rôle dans l’infection à COVID 19. L’entrée des virus et les dommages subséquents peut impliquer un mécanisme bien connu et que l'on appelle les anticorps facilitants (ADE en anglais). L'ADE est une cascade d'événements très connue dans plusieurs maladies virales (Dengue, Ebola ou VIH par exemple). Les virus voient leur pénétration dans les cellules hôtes facilitée par un mécanisme impliquant une interaction entre des anticorps non neutralisants (ou des composants du complément) et le virion. Les virions sont reconnus par les anticorps hétérotypiques d'une infection antérieure. Ces AC sont non neutralisants. Les complexes se lient ensuite au récepteur Fcγ à la surface des macrophages et intériorisent le virus. La réplication intracellulaire entraîne une augmentation très importante de la charge virale et un basculement fonctionnel des macrophages vers un profil sécrétoire pro-inflammatoire des cytokines, profil qui est probablement dans les cas sévères à la base de la symptomatologie présentée par les patients.


Ce phénomène, bien connu et décrit par F. Negro dans l’exemple de la Dengue, est extrêmement important non seulement pour la compréhension de la pathogénèse virale, mais aussi pour le développement de stratégies antivirales, notamment de vaccins. Il pourrait jouer un rôle important dans l’affection à COVID-19.

 
                                        Jean-François Huet


Os court :
«    Les mouches dingues font plus de ravages que la dengue des moustiques »

 Claude Waia Némia


 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1219  14 avril 2021   
https://www.exmed.org/archives21/circu1219

08 avril 2021

Vrai et faux changement (Exmed)

      C’est un thème classique des thérapies systémiques, la réalité d’un changement. Dans un système qui dysfonctionne parce que ses éléments constitutifs  aboutissent  toujours exactement à ce ne souhaite pas ou plus jamais, la même erreur méthodique se renouvelle. Un faux changement, ce que Paul Watzlawick nomme avec humour un toujours plus de la même chose, survient quand on se contente de permuter simplement les éléments constitutifs.


  Toute réforme, par exemple celle de la filière de formation de nos serviteurs de l’Etat les plus qualifiés, ou celle des études médicales, est soumise à cet aléa.
      Qui vivra verra dit la sagesse populaire. Et qui verra la réalité ne gardera pas sa langue dans sa poche le moment venu.

François-Marie Michaut

Coup d'Oeil 9-11 avril 2021

06 avril 2021

Consensus toxiques (Exmed)

 
   Une des caractéristiques de la gestion mondiale de l'épidémie de Covid aura été l'obstination mimétique dans des mesures débiles et toxiques.


    L'histoire jugera cette "crise " d’aveuglement planétaire contagieux avec le mélange de sévérité et de dérision qu'elle mérite.


    Message envoyé à Exmed par Jean-François Huet

7-8  avril 2021

04 avril 2021

FONDEMENTS
 FONDATIONS (LEM 1218)



Si haut qu’on soit assis, sur l’estrade ou le trône,
C’est sur son fondement, qu’on se croie une icône,
Qu’on soit roi, dictateur ou ministre ou despote
Lui qui use sans fin tous nos fonds de culotte.

Personne n’est fondé à se croire un héros
Tant qu’au fond nos motifs ne volent pas si haut.
Beaucoup de double-fonds se cachent sous l’exploit
Quand au fin fond des choses on gratte et qu’on nettoie…

Certains qui n’ont jamais la moindre chose à dire
Nous font bien des ennuis pour... nous en avertir.
Car la bêtise humaine, est un tonneau sans fond
Impossible à combler pour tous les trublions.

« La forme, c’est le fond qui remonte en surface »
A dit Victor Hugo, comme une dédicace.
Nombre de grands poètes vous le confirmeront :
De la forme en creusant, ils font naître le fond.

« Le fond de l’air est frais » nous a chanté Dutronc
« Mais la surface aussi », le frileux lui répond.
Les articles de fond vont bien au fond des choses,
Mais bien peu, en surface, émergent de leurs gloses.

Si les marins, en mer craignent bien les hauts fonds
Ce seront les bas fonds qu’à terre, ils fuiront.
Quant aux lames de fond , elles sont en surface :
Pourquoi nous feraient-elles, alors, boire la tasse ?

Au fond de son jardin sont autant de joyaux
Qu’au fin fond de la mer ou par monts et par vaux
Aller au fond de soi fait-il faire surface ?
Le risque d’essayer n’est que juste une impasse.
 
Fond du puits, fond de teint, fond des yeux, fonds des poches...
Ne sont que bruits de fond  pour nous faire reproche.
« Travaillons », nous a dit La Fontaine et « suons ! »
Ce qui manque le moins sera toujours le fond.

La vérité, dit-on, serait au fond du verre :
Mais je bois jusqu’au fond et...ne vois pas plus clair.
Bien des skieurs de fond sont très superficiels
Et leur fond de commerce est fort artificiel.

Le bonheur, tel la neige, est toujours pur et blanc.
Mais tel la neige, il fond, et va, disparaissant…
Alors, touchant le fond, on recherche un espoir,
En sachant bien qu’au fond, ce sera provisoire.

                               Jacques Grieu

 
Os court :
«   Qui se sait profond tend vers la clarté, qui veut le paraître vers l’obscurité : car la foule tient pour profond tout ce dont elle ne peut voir le fond. »

Friedrich Nietzche


 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1218 
5 avril 2021   




                       
                                               

 

Sous la surface (Exmed)

  Les dégoulinures envahissantes de tout le cortège émotif semblent envahir toutes les prises de parole, tous vecteurs accessibles aux autres inclus. La capacité d’éprouver des émotions est une de nos caractéritiques animales, probablement non exclusivement humaine. Mauvais combat que de vouloir les suprimer ou les canaliser.

   Si on faisait l’effort d’aller gratter ce qui git sous la surface de nos émotions ? Des pépites pour vivre, ou... rien du tout pour exister ?
Jacques Grieu est à la barre avec la LEM 1218 : FONDEMENTS FONDATIONS. 
Bonne exploration pour tous.

François-Marie Michaut

01 avril 2021

Ne respirez plus (Exmed)


     Souvenir antique du temps où on soumettait les enfants de mon âge à subir une radioscopie pulmonaire à l’école. Tuberculose, la peur majeure des familles depuis plus d’un siècle. Une tueuse honteuse dont nous n’avons même plus l’idée maintenant et tant mieux pour nous.
    L’injonction du médecin derrière l’écran noir était un vibrant : ne respirez plus, l’autorisation de reprendre son souffle manquait parfois.
Bloquer le BK embusqué en ne respirant pas, cela ne vous évoque pas une certaine stratégie de confinement ?


     Attendons la suite, celle que personne encore ne sait déchiffrer. Elles nous manquent bien nos Pythies, même si elles parlaient à Delphes une langue que personne ne comprenait.


François-Marie Michaut
2-4 avril 2021


CLOUDAGE (LEM 1234)

            À mon âge avancé qu’on me dit canonique, La clique des PC, des MAC, l’informatique, Entre bug et coupure et cent disparitions, H...