dimanche 28 avril 2019

FLÉCHISSEMENT (LEM 1117)


                                
                          
                               
                                 

Comme si les Français, s’étaient tous mis de mèche,
Jamais on n’entendit autant parler de « flèche ».
Il ne s’agissait pas de flèches d’arbalète,
Ni d’acerbes propos que la rumeur répète,
Telle flèche de Parthe à mauvaise intention.
Encor moins d’un chemin ou d’une direction.

Ils voulaient tous parler de celle, incendiée,
Celle de Notre Dame, à terre fracassée,
Et sur qui tout Paris a pleuré et soupire.
Si on en parle tant, c’est pour son avenir :
Faut-il la supprimer ou bien la reconstruire ?
Qui doit-on consulter pour y bien réfléchir ?

Comment imaginer Notre Dame sans flèche,
Et un toit reconstruit sans la moindre des brèches ?
Ce faîtage trop long serait bien monotone
Sans cet élan joyeux qu’une flèche lui donne.
Victor Hugo aussi dans sa tombe dirait
Que de Quasimodo l’histoire on trahirait.

Faudra-t-il s’inspirer de l’aspect d’origine,
De notre Moyen-Age évoquer les racines,
Ou de Viollet-le-Duc recopier les idées ?
La faire encor plus haute ? Et ornée ? Dénudée ?
Faut-il la faire en bois, pour en garder l’esprit,
Ou employer l’acier comme le sage dit ?

Telle le mât de flèche ou comme une boussole
Elle était un signal, un peu comme un symbole.
Jaillie telle un geyser, c était comme un salut,
Un refuge pour l’âme, un guide, une statue.
Depuis son empennage elle était un appel,
A regarder plus haut en pointant vers le ciel.

Certains voudraient y voir comme le doigt de Dieu
Nous montrant  que sa chute indiquerait l’adieu
A toutes nos valeurs d’une époque finie :
Lassée de nos erreurs c’est elle qui… fléchit.
Mais peut-être, après tout, lance-t-elle un défi,
Avec le bel espoir d’être un jour démentie ?

                        Jacques Grieu




                      
Os court :
«    Je ne plie le genou devant rien ni personne : j’ai de l’athrose.» 

  Louis Scutenaire


Lettre d'Expression Médicale


LEM n° 1117 sur le site Exmed

29 avril 2019 

                             

Fléchir et réfléchir
 (Exmed)

  Pas question ici de faire passer à la trappe automatique des rebuts médiatiques l’incendie de Notre-Dame de Paris. Chacun en a vécu la charge émotive, beaucoup ont affirmé y percevoir un symbole.

   Sans pouvoir, ou vouloir, en exprimer la nature profonde. Dire sans dire tout en disant plus que ce qui est apparent, privilège rare des poètes.

Voici la LEM 1117 de Jacques Grieu : FLÉCHISSEMENT.
François-Marie Michaut
Exmed 29-30 avril 2019

jeudi 25 avril 2019

Connexion toxique (Exmed)

    La publicité claironne les bénéfices fabuleux pour notre santé d’une foule croissante d’objets numériques dits connectés. Un paquet de renseignements sur notre intimité se trouve collecté par nos téléphones numériques. Pour notre bien ? Comme si devenir dépendants, sans pouvoir les interpréter correctement, d’une masse de données chiffrées n’était pas une entrave majeure à notre tranquillité  mentale ? Comme si les renseignements collectés ne faisaient jamais l’objet d’une cession lucrative à des entreprises commerciales ?


Déconnectez-vous : bientôt une nouvelle prescription dans une relation médecin-malade soucieuse du respect de l’humain ?


François-Marie Michaut
Exmed 26-28 avril 2019

mardi 23 avril 2019

French Health Data Hub ? (Exmed)

   
En langue hexagonale, cela voudrait dire quelque chose comme plateforme de confiance des données de santé. L’idée est de constituer en France le plus grand stock possible de renseignements sur notre santé à chacun. La valeur marchande pour les industriels, investisseurs et banquiers-assureurs est considérable. Avec le rêve, jamais démontré depuis les Encyclopédistes du 18ème siècle, que l’accumulation de données accumulées et croisées entre elles conduit obligatoirement à de nouvelles découvertes.  On met tout dans une centrifugeuse et on filtre.

   Alors là, par prudence,  le gouvernement parle de confiance et sort son argument massue. La sécurité du coffre-fort pour éviter tout détournement de son contenu est garanti par « la maîtrise de l’État». Ce qui se passe pour la santé n’incite pas à la conviction.


   Retour sur la terre des terriens : aucune tour de Babel ( au propre ou au figuré) de l’humanité n’a atteint le ciel, aucune compilation de connaissances n’a donné naissance à une nouvelle découverte fondamentale, aucune barrière, aussi astucieuse soit-elle, n’est jamais restée inviolée. Ce serait faire fortune mondiale que d’inventer un remède contre la croyance aux illusions.


François-Marie Michaut 24-25 avril 2019

dimanche 21 avril 2019

Une autre issue (Exmed)

   
À Marseille ils l’ont surnommée, en l’invoquant sans cesse avec affection, La Bonne Mère, leur cathédrale. Notre Dame pour les parisiens. Elle vient de subir un spectaculaire incendie dont nous ressentons un sérieux contrecoup.

 

   Prendre un peu de temps pour mener sa propre enquête en allant droit à l’essentiel, indispensable pour se remettre les idées en place. La LEM 1116 vous propose : « Qu’est-ce qui a brûlé à Notre-Dame ?» . 


Bonne lecture.


François-Marie Michaut 22-23 avril 2019

Qu’est-ce qui a brulé à Notre-Dame ?
 (LEM 1116)

    Les images sur écran de l’embrasement de la charpente puis de la chute de la flèche de la cathédrale emblématique de l’identité de la France nous ont sonnés. Chacun, avec ses propres capacités de rationalisation et sa sensibilité, en ressent encore l’importance.
  Tout semble se passer comme s’il fallait se précipiter pour, vite, vite, effacer cette rupture brutale avec ce que nous avons toujours connu. Les dons d’argent à grand spectacle pleuvent (1) avant même que les braises soient éteintes. Il faut absolument reconstruire, en urgence, ce qui a été perdu ? Avant même de définir clairement de quelle perte il s’agit ? Sans prendre le temps de comprendre la portée de ce que tout le monde nomme un désastre ? Et qui est peut-être, beaucoup de lecteurs risquent de tomber de leur chaise, une chance pour comprendre enfin que c’est notre humanité toute entière qui s’écrase parce qu’elle a pris une mauvaise direction. Une flèche, bon sang, comme dans un jeu de piste, ça indique bien la direction qu’on suit. Savoir lire le panneau indicateur.
Donner un traitement avant d’avoir établi un diagnostic autre que symptomatique, aucun médecin sérieux n’y songe.

     Le diagnostic n’est pas dans l’analyse minutieuse de ce qui a conduit à la combustion des vénérables poutres, pas plus que dans l’action admirable des pompiers (2) dont le talent a fait que la cathédrale Notre-Dame elle-même  est toujours debout.

    C’est la flèche même, dominant le sol de ses 93 mètres l’édifice, qui doit être interrogée. Inaugurée en 1859, comme un pur produit de l’époque Napoléon III, son architecte est Eugène Viollet-le-duc.

   Reconstruire, ou restaurer, avec la plus grande ressemblance les édifices des batisseurs médiévaux alors très délabrés (3) de la France entière n’était pas son objectif. Ce qui avait pu pousser les constructeurs à bâtir des cathédrales ou des chateaux forts, l’énergie qui leur avait été indispensable, ne l’intéressait pas. Seule comptait à ses yeux la pure technique. Appelons en renfort le précieux dictionnaire Larousse : « Sa théorie veut que la «restitution» d’un édifice soit établie en fonction des principes architectoniques dont découlent ses formes : il est ainsi amené à interpréter des monuments selon une rationalité scientifique parfois peu accordée à l’invention créatrice des constructeurs médiévaux...»
Le grand mot est lancé, pardon du vilain jeu de mot, comme une flèche. La restitution, comme il se dit d’un objet volé, avec les seuls outils repérables par la connaissance scientifique. La réalité de 2019 vient de montrer que son projet d’aller ainsi au dessus de tout ce qui a été capital dans le passé vient de s’écraser au sol sous nos yeux incrédules. La fusée nous est retombée sur la tête.

   Si cette façon de voir les choses n’est pas complétement idiote, elle doit être poursuivie soigneusement pour décider lucidement s’il faut poursuivre dans la même voie (autant que possible d’une seule voix) pour s’engager  sans peur sur une voie d’une autre nature que celle du strictement matériel. Nous constatons que ce n’est pas celle de l’unique connaissance technoscientifique. Il faut bien lui donner un nom, même si sa charge symbolique aux contours flous peut rendre méfiant chaque rationaliste dûment cathéchisé depuis l’école.

  Celle de l’Esprit, quelque qualificatf que chacun décide de lui accoler. Il n’y a pas d’autre remède pouvant éviter en retour (4) un embrasement incomparablement plus destructeur.
_____________________________________

Notes :

(1) Comme si l’argent était la seule réponse sérieuse à tous les problèmes de l’humanité. Du mesurable, du comptable, du médiatiquement clinquant, du frappant à coup sûr et parfois douloureusement les plus démunis économiquement.


(2) Le mot pompier est trompeur en Français. Depuis le Moyen-Âge, des soldats se sont spécialisés pour détruire des enceintes fortifiées en creusant des tunnels, d’où le terme de sapeurs, en vue d’y déposer des charges explosives faisant d’eux des bombiers. Bombeiros disent encore les portugais.



(3) Depuis la Renaissance, les beaux esprits ne voyaient dans le Moyen-Âge qu’une sombre époque obscurantiste. Les Romantiques issus de la tradition germanique en donnèrent leur image «revisitée».
 
(4) Dans la mesure où les mêmes causes produisent les mêmes effets. La médecine n’en doute guère.



    

21 avril 2019        François-Marie Michaut

               

Os court :
«   L’Homme, non pas centre statique du Monde - comme il s’est cru longtemps - mais axe et flèche de l’Évolution. » 
 
                       Pierre Teilhard De Chardin scientifique et prêtre catholique(1955) 


Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1116

 

jeudi 18 avril 2019

Feu et psychisme (Exmed)


Puisque le 'Coup d'œil du jour' du 17-18 avril 2019 est 'Sous le signe du feu', il est peut-être temps de se poser la question sur 'Ce que l'incendie de Notre-Dame de Paris révèle de nos émotions collectives' comme nous le propose le magazine Psychologies : https://www.psychologies.com/Planete/Societe/Articles-et-Dossiers/Ce-que-l-incendie-de-Notre-Dame-de-Paris-revele-de-nos-emotions-collectives 
Dominique Ramarlah

Nota : Petit ajout d’actualité brulante de la rédaction sur la flèche de Notre-Dame de Paris,  emprunté à Confucius ( Kong Qiu, 551-479 av. JC) : Quand le sage montre la lune, le sot regarde le doigt.

Une flèche qui pointait vers le ciel, cherchez le sage.  FMM



Exmed 19-21 avril 2019

mardi 16 avril 2019

Sous le signe du feu (Exmed)

   Des «gilets jaunes» autour des feux allumés pour bloquer les routes et les pouvoirs politiques, des manifestants incendiant des poubelles, des pneus ou des voitures, voici que Notre-Dame, la cathédrale symbolique de Paris dans le monde, vient de voir sa tête détruite par les flammes. Trop réducteur de se satisfaire des explications ponctuelles de chacun de ces évènements dont on ne sait pas encore tout.

 

   Comme des enfants, et dans toutes les activités, y compris celles qui touchent à notre santé, nous ne cessons jamais de jouer avec les allumettes.
Culte de l’action pour l’action, mépris pour la connaissance de ce qui n’est pas  immédiatement utilitaire et rentable.



   Nous n’avons à nous en prendre à personne d’autre que nous-même. « Faites vous-même votre malheur» titrait dès 1983 avec humour le psychiatre systémicien autrichien Paul Watzlawick.

François-Marie Michaut


17-18 avril 2019  Exmed

dimanche 14 avril 2019

Katie Bouman a réussi (Exmed)


    Une astrophysicienne américaine de 29 ans est devenue le 10 avril 2019 à 15 heures 7 minutes heure de Paris ( Le Monde du 11 avril 2019)  une vedette médiatique mondiale des mystérieux trous noirs. Vous savez ces gigantesques aspirateurs à espace-temps. Voici son parcours.

  
Magnifique exploit technique, confirmation géniale d ‘Albert Einstein qui avait défendu il y a un siècle l’existence de cette réalité non observable, c’est évident. L’inculture en astrophysique quasi généralisée du public est facilement remédiable grâce à Christophe Galfard présenté sur la LEM 1051 : Exploration du savoir . 
    Mais nous aimons bien ici porter un regard décalé et élargi sur les événements de la Planète.
Voici la LEM 1115 : TROUS NOIRS de Jacques Grieu. Bon voyage en esprit à  chaque lecteur.

François-Marie Michaut 15-16 avril 2019

TROUS NOIRS (LEM 1115)

                   
Ça y est, on le tient, on en a chopé un
Un vrai, photographié
, disent nos physiciens.
Ils parlent du trou noir comme on traque un lapin
Et brandissent leur chasse avec beaucoup d’entrain.
Il est vrai qu’on doutait que ce trou-là existe,
Alors qu’on n’avait pu croiser toutes ses pistes

Il faut craindre les trous, tous les trous nous font peur :
Il n’y a pas de trou qui soit porte-bonheur.
Même le trou normand  qui réjouit nos banquets,
Incite aux beuveries pour nous intoxiquer.
Car, boire comme un trou reste une affreuse tare,
Le trou fût-il breton, alsacien ou picard.

Faut-il, disaient certains, avoir peur des trous noirs ?
D’abord, existent-ils et doit ont bien y croire ?
Personne n’en a vu, de ces curieux mouroirs
Pourquoi seraient-ils noirs, si on ne peut les voir 
?
Si un jour on découvre un trou noir blanc ou rose,
La science est dans le trou et son aura explose.

On sait que les trous d’air sont pour les aviateurs,
Ce que les trous dans l’eau sont aux navigateurs.
Pour un spéléologue, un trou est une aubaine,
Mais  s’il est par trop noir, il en sort à grand-peine.
Pourtant,  pour les gangsters, les truands, les marlous
Grandes chances ils ont tous, d’aller finir … au trou.

Des trous dans son budget, la France en est truffée ;
C’est le plus noir des trous : il va nous étouffer.
Nos ministres auraient-ils des goûts cavernicoles,
Pour ainsi dans le trou rechercher le pactole ?
Pour boucher ce grand trou, faut-il en creuser d’autres,
Ou pour ce trou si noir, agrandir tous les nôtres ?

On va en trouver d’autres, assurent les savants
Car chaque galaxie en a un dans ses flancs.
Le nôtre est bien lacté mais est tout aussi noir
Et l’on saura bientôt comment l’apercevoir.

Il croque nos étoiles, engloutit leurs planètes,
Et sa moralité n’est sans doute pas nette…


La chasse est donc ouverte à tous les trous trop noirs
Qui bientôt n’auront plus aucune échappatoire.
Leur mise en examen est une question d’ans,
Avec leur historique ainsi que leur bilan.
Je voudrais vous citer un des trous les plus noirs,
Mais … suis victime alors d’un gros trou … de mémoire !

      Jacques Grieu                  

   

Os court ;
«  Mon message, ici et maintenant, c’est que les trous noirs ne sont pas aussi noirs qu’on les dépeint. Ce ne sont pas les prisons éternelles qu’on a décrites. Des choses peuvent sortir d’un trou noir, dans notre Univers et peut-être dans d’autres. Donc, si vous sentez que vous êtes dans un trou noir, ne perdez pas espoir : il y a un moyen de s’en sortir.» 
 

 Stephen Hawking, physicien théoricien et cosmologiste (1942-2018)


Lettre d'Expression médicale 15 avril 2019

LEM n° 1115 sur le site Exmed

 

vendredi 12 avril 2019

Exmed est sécurisé (Exmed)

  
La Toile du réseau des réseaux, sans vouloir offenser qui que ce soit, n’est pas à l’abri de tous les détournements possibles. Les sites sont ainsi pillés de leur contenu ou détournés de leur objectif premier. Plus grave encore, durant leur connexion , les données personnelles des visiteurs peuvent être espionnés et les données subtilisées pour être vendues à prix d’or.


  C’est pourquoi le site Exmed, bien qu’il ne conserve aucun renseignement privé, est désormais sécurisé. Ce qui se traduit par la modification automatique de l’adresse : le http initial est transformé en https ( S comme sécurisé) et un petit cadenas vert fermé atteste la réalité du codage des données.
   Les internautes visiteurs n’ont rien à changer pour lire Exmed.

François-Marie Michaut 12-14 avril 2019

mardi 9 avril 2019

Poker viral ? (Exmed)

   
Les médecins savent depuis des années que les virus grippaux ont plus d’un tour dans leur sac. Ils ont le chic pour muter afin de mieux remplir leur fonction en fonction des obstacles qu’ils rencontrent. C’est à nous les humains de trouver une stratégie vaccinale préventive. Chaque année, six mois avant la période où le risque grippal en Occident est la plus forte, c’est l’Organisation Mondiale de la Santé ( branche de l’ONU) qui indique quelles  souches ont le plus de probabilité de causer une épidémie.

    Organisme politique, ou autorité scientifique reconnue, l’OMS ? Quels sont les critères qui déterminent un tel choix. L’industrie pharmaceutique, pour qui c’est une affaire très rentable, utilise les 6 mois suivants pour fabriquer un nouveau vaccin, avec le succès clinique discutable que nous constatons.

François-Marie Michaut
Exmed  10-11 avril 2019

lundi 8 avril 2019

Médecine européenne ? (LEM 1114)

    La sortie chaotique de l’Union européenne du Royaume-Uni après 46 ans de bon cousinage est un puissant signal d’alarme pour nous tous.  Qu’est ce qui est cassé, quelle est la voie que nos voisins jugent définitivement barrée ? Quelle est la vraie nature du surgissement de cet énorme panneau routier imposant son STOP sur fond rouge (1) ? Focaliser son attention sur la seule situation des sujets de Sa Gracieuse Majesté est se condamner à ne rien percevoir. Cette affaire concerne directement nos 28 nations.

    Bien entendu, chaque observateur y va de son couplet en mettant en avant, pour faire valoir sa vision, le domaine où il s’estime compétent. Économie, politique, sociologie, industrie, agriculture, écologie, tout y passe sans véritablement convaincre un esprit normalement curieux. Le stop du Brexit nous contraint à nous poser des questions, probablement inconfortables puisque nous, les Européens, avons réussi à les laisser de côté pendant si longtemps (2).

   Si vous le voulez bien, jouons ici le même jeu, en restant dans le domaine qui est - ou a été- pour nous celui de la médecine. Avec ses deux versants que chacun connait : celui de la science (3) et celui plus familier de la pratique. Des pratiques, en fait, tant les intervenants dans les multiples domaines touchant à la santé, de plus en plus spécialisés, se multiplient sans cesse.

   Nous ne cessons de nous gargariser de grands mots sans savoir en déterminer le sens. Par exemple, dans les discours technologico-politiques : « le développement durable ». La réalité de la fragilité de notre planète terre face à nos activités destructrices est une idée claire largement partagée chez nous. Mais ce « développement» , qu’est-ce que c’est ? Qu’est-ce qui est caché dans cette prétendue enveloppe à développer ? N’est-ce pas une chimère au nom d’expansion économique ? (4)  Pas d’hypocrisie, ce n’est qu’une question d’argent (5) hissé au niveau de bien suprême. Est-il encore pensable pour l’Europe de 2019 de concevoir une médecine qui ne soit pas esclave de l’économie de marché ?

   La médecine est mondialisée, sous la domination incontestée du modèle américain, elle parle, écrit et publie uniquement en langue anglaise. Négation des subtilités spécifiques que porte avec elle chaque façon de s’exprimer. Les multinationales de la chimie, pour leur plus grand profit, ne cessent d’en faire leur cheval de Troie pour entrer jusqu’au plus profond de notre intimité personnelle, sans, finalement, que les pouvoirs politiques censés défendre les intérêts de leurs citoyens s’expriment sans ambiguité.

   Chacun garde en mémoire tout ce que l’Ancien Monde a pu apporter à la médecine au fil des siècles derniers et comment il a pu imposer ses découvertes stupéfiantes à toutes les contrées. Nous sommes les héritiers de cette grande tradition. Le choix est ouvert. Ou bien nous y renonçons en nous sentant dépassés, ou bien nous relevons nos manches pour donner vie à une alternative intelligente au rouleau compresseur mondial aveugle des marchés de la santé.
Travailler à la connaissance de tout ce qui permet de comprendre les conséquences pour la santé humaine de nos activités et des orientations envisagées pour agir sur le futur fait-il partie ou non de ce dont l’Europe peut et doit s’occuper, au risque de baliser la route des autres pays du monde ? Il n’est pas indécent que les gens qui consacrent leur vie à tenter de soigner les autres se fassent entendre.
   Enfin...  avant que ne résonne le gong de fin pour Homo Sapiens Sapiens.


Notes :

(1) Image empruntée à Dominique Aubier, cf  Stop et Suite selon la Science, in « L’Ordre cosmique » (Qorban) p. 279-285.

(2) Il n’est pas exclus que, dans le futur, nous ayons à exprimer notre gratitude à la Grande Bretagne pour son aide paradoxale, bien involontaire, à la construction d’une Europe vraiment unie.



(3) En contester l’importance serait n’en rien connaître. La science est souvent confondue, tant elle en est devenue indissociable pour le public, avec la technique. Technoscience, comme dit Odile Marcel ( Technoscience et thérapie ).



(4) La croissance sans fin ne semble n’avoir jamais été observée dans le domaine du vivant.



(5) La vieille histoire des Juifs qui adoraient le veau d’or pendant que Moïse recevait les tables de la loi au Sinaï n’a pas pris une ride.


François-Marie Michaut
   

Os court ;
«  La médecine est une science des pannes, celles de l’organisme humain. Mais si le médecin est un dépanneur - rien de plus, rien de moins - il est le dépanneur d’une machine dont il ne possède pas les plans» 
 
Lucien Israël ( cancérologue 1926-2017 )


Lettre d'Expression médicale 8 avril 2019

LEM n° 1114 sur Exmed





dimanche 7 avril 2019

Ne pas considérer à la légère (Exmed)


   Il est des biens immatériels dont la valeur irremplaçable ne devient évidente qu’à leur disparition. Les chamboulements que connait notre espace européen nous obligent à ouvrir les yeux. Le domaine dit - abusivement- de la santé est un acteur de tout premier ordre pour notre avenir mondial.

   La LEM 1114 pose une curieuse question d’actualité : « Médecine européenne ?». Bonne lecture.
François-Marie Michaut 8-9 avril 2019

jeudi 4 avril 2019

Médecin-capitaine Marc Laycuras (Exmed)


   Il est mort à 30 ans dans une explosion de son véhicule sur une piste au Mali au cours d’une intervention militaire (Le Monde 3 avril 2019).

   C’est le risque du métier qu’il a choisi diront certains, d’autres expriment leur compassion.
  

  Saluons ici à sa juste valeur, j’en ai été jadis le témoin direct dans  le Sahel, le travail médical de haute qualité et d’une modestie absolue, auprès des populations dépourvues de médecins,  des praticiens militaires détachés au service  de la Coopération technique.


François-Marie Michaut
Exmed 5-7 avril 2019

mardi 2 avril 2019

Qui fut Asperger ?
 (Exmed)

    Avoir son patronyme associé à une maladie est le rêve secret de tout étudiant en médecine.  Quand l’autisme est reconnu comme «grande cause nationale» en France, tout le monde  a entendu parler de sa forme socialement la  plus valorisante : le syndrome d’Asperger.

    Elisabeth Roudinesco dans Le Monde du 27 mars 2019 nous invite à savoir qui était Hans Asperger, psychiatre autrichien. Ses relations avec le régime nazi, en particulier sa participation active à la politique d’euthanasie des enfants atteints d’affections psychiatriques sont mises en question par une historienne américaine. L’enquête menée par Edith Sheffer ( « Les Enfants d’Asperger, le dossier noir des origines de l’autisme », Flammarion) est accablante pour cet eugéniste convaincu. Comment ne pas songer au travail du docteur Shiro Ishii au sein de l’Unité 731 de l’armée japonaise ? Source 

    
La moindre des prudences vis à vis de la vérité consisterait à ne plus associer aucun nom propre à cette forme clinique reconnue comme faisant partie du spectre des troubles autistiques. Du travail pour l’Académie de Médecine et les artisans de l’anti antisésémitisme.


   François-Marie Michaut 
   Exmed 3-4 avril 2019

lundi 1 avril 2019

BASSE TENSION (LEM 1113)


             BASSE TENSION 
                                 

                     Jacques Grieu


Peindre est bien fatigant, c’est là un fait acquis,
La couleur sur la toile use de l’énergie !
C‘est l’œil qui imagine et prend la décision :
Le pinceau obéit sans chercher d’autre option…

Haute ou basse tension ? Là est bien la question ;
Car il est des moments proches de l’explosion !
Un bon transformateur m’a été fort utile :
Ma peinture, il paraît, est beaucoup moins fébrile…

De la tête ou la main, qui travaille le plus ?
(La taille du tableau n’est pas sous-entendue ).
Neurone, muscle et nerf sont tous trois sous tension
Et l’on sait aujourd’hui, voir leur consommation.

Cette ligne électrique en courant continu,
Loin des vingt mille volts est alors bienvenue.
Dans les cinquante watts va consommer mon bras :
C’est moins de la moitié que mon cerveau prendra !

Je peins donc avec piles en grande économie ;
Mes toiles sont alors de bonne écologie !
Faire sauter les plombs n’est plus mon vrai souci ;
De la haute tension tous mes tableaux se rient…

De cette retenue, pourtant, par un miracle
Peut jaillir la lumière en faisant le spectacle.
D’une électrocution, pas de risque pour moi.
Mais les autres, parfois, se demandent pourquoi …

Mon imagination que traduit mon pinceau,
Comme un flux électrique crépite en un tableau.
Que la lumière soit ! Mais qui souvent, déçoit…
Car lumière ou couleur sont bien le même choix.
 Abstrait, figuratif, peut-on les mélanger ?
De me mettre à la masse, y a-t-il un danger ?
Il est pourtant des tons que je voudrais plus clairs…
Plus on est éclairé, moins on a de lumière ?

 
Tableau de Jacques Grieu




































Os court ;
« L’écriture s’accommode mal de la jeunesse. Écrire très jeune, c’est être soumis à une tension qu’on ne sait pas manier.» 
 Patrick Modiano
 1er avril 2019

Lettre d'Expression médicale


LEM n° 1113
 sur le site Exmed  

Voulons-nous des vies pourries ? (Exmed)

   Un certain Romain Verpillot, docteur en chimie, vient de lancer, avec sa société Alzohis le Nora test. En repérant et quantifiant dans le...