Rechercher dans ce blog

29 août 2021

PLEURNICHAGES (LEM 1238)

  

0n dit souvent que rire est le propre de l’homme.
On pourrait dire aussi que pleurer, c’est tout comme.
On a rarement vu un animal pleurer,
Sauf les gros crocodiles et ça n’est pas prouvé.
Rire et pleurer aussi sont donc notre dada.
« Tel qui rit vendredi, dimanche pleurera »

Pourtant, rire et pleurer,  chacun on doit décrire :
On « donne » à pleurer alors qu’on « prête » à rire !
Si le vin fait chanter, c’est l’eau qui fait pleurer ;
Mais chanter, c’est pleurer si l’on veut méditer.
On vieillit bien plus mal à se gausser des autres
Qu’à pleurer sur soi même avec des patenôtres.

Si pour faire pleurer, il faut pleurer soi-même,
Pour savoir faire rire, restez digne à l’extrême.
On a des mots qui pleurent et des larmes qui charment ;
La bouche sourit mal quand les yeux sont en larmes
Mais la larme de l’œil rit du bruit de la bouche.
Mieux vaut pleurer pour rien que trop rire à la louche.

Qui n’a jamais pleuré, ses larmes a bien masqué,
Car souvent le mouchoir les a dissimulées.
Où sont allées les larmes empêchées de couler ?
Parfois sous les lunettes on les a bien cachées !
La vie est un oignon qu’on épluche en pleurant
Et l’on n’a pas trouvé de légume hilarant…

                   Jacques Grieu

 
 

Os court :
«  Quelle chose merveilleuse serait la société des hommes, si chacun mettait du bois au feu, au lieu de pleurnicher sur des cendres. »
Alain


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1238  29 août 2021



                 
             
                         
 

Émotivement exprimer (Exmed)


     
Les émotions, il faut bien le dire, n’ont pas une bonne réputation auprès de ceux qui se veulent des intellectuels sérieux. Et pourtant, nos cerveaux ne nous laissent pas de marbre quand nous sommes brassés pendant des mois par les informations d’un monde riche de menaces de tout calibre, et pas seulement sanitaires.

   Parole aux poètes, ces indispensables inutiles pour simplement survivre. Voici « PLEURNICHAGES» la LEM 1238 de Jacques Grieu.
Bonne lecture à chacun.

François-Marie Michaut  28 août 2021

27 août 2021

«Mammo ou pas ?» (Exmed)



    Tout est dit dans ce livre qui prend le parti de la liberté éclairée de choix des femmes devant la poussée de ceux qui prônent une prévention systématique des cancers du sein.

    Notre amie et collaboratrice d’Exmed depuis des années - oui, conflit d’intérêt du signataire de ce papier - avec une parfaite courtoisie- nous explique à tous pourquoi et comment elle a écrit cet ouvrage qui ne peut pas demeurer négligé par la communauté des soignants eux-mêmes.

  Pour en savoir plus, voici le lien :


François-Marie Michaut

24 août 2021

Toutes les barrières (Exmed)

 

  Qu’on se le dise, braves gens. Qu’elles soient sanitaires ou pas,  les barrières sont faites pour... être franchies. Ainsi parlaient aux carabins d’avant 1968 certains maîtres de la psychiatrie française.


   Le développement de l’escroquerie aux faux passes sanitaires met à mal la promesse d’invulnérabilité de nos grands serveurs numériques nationaux, les dépositaires des traces de nos petits et grands secrets personnels de vie et de santé.
 

   Il n’y aurait pas quelque abus de confiance des promoteurs, comme de tous ceux qui les suivent, sans se poser de question, sur leurs inévitables dérives liées à leur porosité ?

François-Marie Michaut, 25 août 2021

22 août 2021

Pour savoir mesure garder ( Exmed)



   Exmed s’est fait gentiment reprocher par une lectrice assidue de publier trop peu de Coups d’oeil du jour depuis un certain temps. Nos messages médiatiques dans leur uniformité presque totale conduisent dangereusement au silence les lecteurs priés de se soumettre au discours dominant.
  


   Continuer à tenter de conserver le sens de la nécessité de prendre toute la mesure des réalités, tel est ce que nous tentons d’illustrer.

  Voici la dernière LEM 1237, «Santé, ultime bouée politique» destiné à stimuler les neurones  indépendants encore disponibles.
Bonne lecture critique.


François-Marie Michaut , 22 août 2021

Santé, ultime bouée politique ? (LEM 1237)


 La qualité du niveau général de santé semble bien être devenu le baromètre le plus convoité par ceux qui dirigent nos pays. La santé, bien que difficilement mesurable, si on sort du cadre trop étroit des maladies comptabilisables et comptabilisées, semble promue au rang de valeur suprême dans nos sociétés. Voilà qui interpelle la conscience de ceux qui veulent bien réfléchir un peu sur les temps étranges que nous vivons.

   Il y a peu encore, la gestion des soins de santé était confiée aux seuls médecins et soignants qui jouissaient plus que tous les autres d’une exceptionnelle confiance des populations. Les professionnels se sont fait enfermer dans un concept purement technologique, pompeusement baptisé la santé publique. Il ne s’agissait au début que de la meilleure rationalisation de la gestion des moyens disponibles. C’était difficilement critiquable. Covid 19, agissant comme catalyseur sans frontière, a produit une mutation. Toute politique de santé, sous le poids de la déliquescence des discours politiques devant la maladie, est devenue le dernier espoir pour sauver la crédibilité des dirigeants. Il faut bien alors parler de santé politique pour y voir clair. Avec une dangereuse promesse implicite de bonne vie pour tous. Un piège pour capter les bulletins de vote quand le jour viendra. Qui peut en douter ?

   Les soignants peuvent-ils accepter que leurs fonctions soient ainsi instrumentalisées ? Ceux qui sont des artistes ou des artisans de la connaissance scientifique peuvent-ils assister muets à une telle exploitation de ce sur quoi travaille sans répit leur matière grise ?

   Comme il est répété ici, à en lasser le lecteur, tout mélange des genres est redoutable dans quelque domaine que ce soit. Il n’est jamais innocent. Mettre en accusation ceux qui se livrent à ce jeu est une perte de temps et d’énergie. En décrypter les motivations est l’unique façon d’en révéler, donc désamorcer la nocivité à court, moyen ou long terme.  

                                                 François-Marie Michaut

 

Os court :
« Tout homme a besoin de s’attacher à une bouée spirituelle ou superstitieuse, tourmenté qu’il est par le mystère de l’inconnu, notamment celui du secret de la mort. »
Jean-Jules Richard, écrivain québécois

  Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1237
22 août 2021   


            


 

15 août 2021

PASSE-PASSE ( LEM 1236)



« L’humaine condition » passe un mauvais moment
Et ce passage-là s’installe avec le temps.
« Passage », ou plus longtemps ? Définitivement ?
Où passe le Covid, est-ce éternellement ?
Le temps qui passerait arrangerait les choses ?
Les choses et pas les gens : ils sont en overdose !

Comme il faut vivre avec, passons donc à l’action :
Tous les gouvernements cherchent des solutions.
C’est un laisser-passer qu’en France on nous propose :
Le « passe sanitaire » ou c’est la porte close !
C’est le passe-partout, le sésame obligé
Mais pas obligatoire, pas vraiment exigé.

Alors, les bonnes âmes aux vertus indignées,
Crient à la tyrannie, se mettent à hurler
Que « notre république est partout en danger ».
« La dictature est là », il nous faut protester !
On foulerait aux pieds au moins les « droits de l’homme »
Ce serait du « nazisme », en tout cas, c’est tout comme.

Ces délires d’inconscients contre le « despotisme »
Sont bien de la même eau que ceux des « complotismes ».
Mais d’autres solutions, on n’entend pas parler :
Confinement total ? Et à perpétuité ?
Plus le mensonge est gros et beaucoup mieux il passe.
« La caravane passe » et bientôt on se lasse…

La liberté des uns s’arrête quelque part :
Là où celle des autres a un nouveau départ.
Quand le fleuve est trop large, on passe... à sa source !
Quand l’ennemi est là, c’est la vie ou la bourse.
Ce mauvais feuilleton aura-t-il une fin ?
Il faudrait pour cela se prendre par la main…

                                               Jacques Grieu

                    
    
 

Os court :
« Présage, signe que quelque chose arrivera si rien ne se passe.  »
     Ambrose Bierce



Lettre d'Expression médicale


LEM n° 1236  15 août 2021  

 

08 août 2021

Crise de civilisation (LEM 1235)



    Le terme a été tellement galvaudé qu’on n’ose plus s’en servir. Et pourtant, l’intrusion imprévue dans nos vies humaines du coronavirus du SRAS2, par ses conséquences perturbantes devrait nous ouvrir les yeux. Ne penser qu’en termes de crise sanitaire  - bien que très réelle, nul ne peut le nier sérieusement- est se condamner à ne voir qu’une facette de la réalité. Prétendre que vacciner massivement les populations mettra fin à tous nos problèmes est un leurre qui n’a qu’un mérite. Celui de simplifier au maximum notre champ de la compréhension de la profondeur de ce qui nous atteint.

   Si des événements graves sont survenus, et surviendront inévitablement, dans nos vies, ce n’est pas pour rien. Ce n’est pas le fruit du hasard ou de je ne sais quelle malchance ou malveillance d’une puissance suprahumaine.
Nos façons de vivre, de penser et d’agir d’êtres humains depuis des millénaires n’ont cessé d’évoluer comme une chaîne que nous avons cru longtemps ne pas pouvoir s’arrêter. Cela a eu pour résultat de peupler massivement la planète jusqu’à... la surpeupler. Exploit unique d’une espèce animale, c’est remarquable.


   Mais à quel prix  ? Ce qu’il est lucide de nommer notre civilisation humaine, avec toutes ses composantes locales depuis les plus anciennes.  À quelles destructions de nos environnements nous sommes-nous livrés pour aboutir à notre inextricable impasse actuelle. Les écologistes nous le serinent, nos scientifiques le calculent et le prédisent depuis longtemps. Les remèdes semblent tellement parcellaires et superficiels qu’il est de plus en plus difficile de croire qu’ils nous sauveront de la destruction de la biosphère.
    Quelle douloureuse prise de conscience ! Avons-nous la force et la volonté de vivre suffisante pour cesser enfin de faire ce qui nous perd ?
    Une civilisation acceptable par tous qui fasse enfin d’Homo Sapiens une espèce qui cesse de cultiver les plus grands et les plus dangereux prédateurs qui ont jamais existé, telle devrait être logiquement la boussole de tous ceux qui ont la chance ( ou la malchance pour leur tranquillité) de pouvoir faire fonctionner leur cerveau tant qu’il n’est pas trop tard.
 Comment et pourquoi avons-nous ainsi dérapé, toutes nos connaissances accumulées, et pas seulement les technoscientifiques dominantes, sont conviées à cet indispensable examen de conscience au sens le plus large et le plus profond du terme.
                    
    
 
                                                François-Marie Michaut
Os court :

« Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. »
Jacques Chirac, sommet de la Terre,  Johannesburg, 2 septembre 2002.


     

      

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1235  8 août 2021   


                
             
                             

01 août 2021

CLOUDAGE (LEM 1234)

           
À mon âge avancé qu’on me dit canonique,
La clique des PC, des MAC, l’informatique,
Entre bug et coupure et cent disparitions,
Hante mes courtes nuits de sombres obsessions.
Mais une solution, soudain venue du ciel,
Est venue remédier à ma peur continuelle.

Plus d’arnaques et d’hackers, destructions et oublis,
Le miracle est bien là, le « cloud » change ma vie.
Même si je ne sais où se trouve son nid,
Il calme mes angoisses et rassure mes nuits.
Garage de mes œuvres, tanière à poésie,
Bien au chaud, tout là-haut, il sauve mes écrits.

Une adresse égarée ? Rendez-vous oublié ?
Vos photos disparues ? Un texte incomplet ?
Une panne, une erreur ? Ne soyez plus anxieux :
Le cloud, toujours le cloud, est là, sûr et sérieux.
Il faut « clouder », vous dis-je ! Cloudons les yeux fermés !
Quand tout sera « cloudé », nous serons tous sauvés !

C’est un « nuage », dit-on, très haut en altitude,
Veillant sur notre « ouaibe » en toute quiètude.
Serait-ce un cumulus, un sirius, un stratus ?
Toutes les météos là-dessus font… chorus
Pour garder le silence et mieux cacher l’objet.
Même les astronomes ignorent le sujet !

Ce mutisme est bizarre et pourrait sembler louche
A de mauvais esprits faisant la fine bouche.
Si chacun, comme moi, y stocke autant de choses,
Le cloud doit être un monstre, un réservoir grandiose !
S’il demeure invisible, est-il près de la lune ?
Avec des hommes verts du côté de Neptune ?

Je n’ai donc plus besoin de mes clefs USB
Que j’égare partout ou que je fais tomber.
Ainsi le « cloudement » est bien LA solution,
L’habile panacée, la géniale invention.
Il faut savoir clouder, clouder avec ardeur :
C’est en cloudant sans fin qu’on devient bon cloudeur.

Le cloudage est donc bien des octets le gardien,
Et c’est dans ce nuage où dormiront les miens.
Tous les réseaux sociaux n’ont qu’à bien se tenir,
Et de leurs fakenews ne pourront plus sévir.
Cloudons, cloudons ensemble et cloudons vers les cieux ;
C’est en cloudant, nous tous, que le monde ira mieux !

                                 Jacques Grieu
    
   

 

Os court :
« À la saint Cloud, la lampe au clou. »
Dicton


 Lettre d'Expression médicale
 
LEM n° 1234  1er août 2021   


                
                               

Affrontement passifiable (Exmed)

     Jadis, la notion d’incommunicabilité entre les êtres humains fut très à la mode chez les intellectuels d’après-guerre. La pandémie numé...