Rechercher dans ce blog

dimanche 22 décembre 2019

Victime ou acteur (Exmed)


 « Que diable allait-il faire dans cette galère ?» met Molière dans la bouche de Géronte. Qui ne s’est jamais posé la question un jour ou l’autre ?
    Autrement dit , et la robotisation galopante du quotidien aidant : ce que je fais a-t-il un sens ? Il vous est proposé avec la LEM 1151 : Un tour de plus, non pas une réponse mais une piste d’observation et d’interrogation en dehors des chemins de la philosophie.

François-Marie Michaut  
23-26  décembre 2019

Un tour de plus (LEM 1151)

                                                  
                                     Le grand miracle annuel est là, devant nos fenêtres. Les ténèbres reculent et le soleil pâle, jour après jour, redonne vigueur progressive au monde du vivant. C’est devenu peu perceptible aux yeux des citadins polarisés par la surveillance aliénante de leurs écrans.
   Les humains célébrant avec faste cet événement cyclique selon les usages de leur culture ne se soucient guère d’en comprendre le sens. La peur que cesse de naitre un nouveau cycle entrainant la vie - autant que celle de la peur du noir et de la mort qui y sont liés- est profondément imprimée dans notre mémoire inconsciente collective. Hypothèse issue de la clinique qui s’accorde très bien avec ce que Carl Jung (1) nommait les archétypes. Dont on peut regretter qu’il n’ait pas pu aller jusqu’au bout en expliquant leur signification (2).

   Le regard des enfants, comme les fêtes des lumières, ont raison. Ceux qui veulent résumer comme des comptables ce qui s’est passé durant le dernier cycle planétaire au moyen des seuls bilans ou des évènements que nous avons subi ne font que nous détourner de l’essentiel. Un cycle a donné toute la réalité qu’il pouvait fournir, rien de moins, rien de plus. Au bout du compte demeurent quelques briques dont nait son successeur, comme les enfants naissent des gamètes de leurs parents.

   Tout cela est très simple, si simple même que nous devenons de plus en plus incapables d’en avoir conscience. Le « c’était mieux avant» renvoyé dos à dos avec le « ce sera mieux demain» nous prive de toute possibilité d’admiration en nous empêchant de voir le présent. Cette capacité du cerveau humain, si suspecte de naïveté incurable par ceux à qui «on ne la fait pas», est une richesse considérable. N’est-elle pas une inépuisable source d’énergie pour donner âme à sa propre vie, à ses actes de chaque jour ?

    Jour après jour, année après année, cycle solaire après cycle  solaire, la réalité du monde, du moins pour la partie capitale qui dépend de nous,  se construit. Contre, sans ou avec nous, chaque option est ouverte à notre liberté. 
  
  Ce passage du cycle terrestre achevé dans le nouveau à construire vaut bien la peine de le fêter, avec ou sans modération (3).


                       François-Marie Michaut

_________________



Notes :


(1) Carl Gustav Jung (1875-1961) est un psychiatre suisse considéré comme un des pères fondateurs de la psychanalyse. D’abord proche puis opposé à Freud sur la théorie analytique dès 1911.
Pour en savoir plus : LEM 853 Briseur de cloisons 17 mars 2014

(2) Aucune science humaine, à ce jour, n'a pu parvenir à nous faire comprendre quelle(s) réalité(s) cachent, au delà du symbolisme, ce que nous nommons des archétypes.

(3) Petite taquinerie du slogan médiatique automatique qui se voudrait préventif des consommations dangereuses d’alcool : à consommer avec modération.
__________________________



Os court :
«  Il y a dans les hommes plus de choses à admirer que  de choses à mépriser. » 
         

Albert Camus


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1151   23 décembre 2019
 

POURQUOI ? (LEM 1172)

       Certains vont jouer au bridge, aux échecs, au jeu d’oie ; Moi, je joue aux questions ; et que je pose à… moi. Me tirant par la manche...