Rechercher dans ce blog

08 mai 2021

La connaissance (LEM 1222)



Quel beau mot que celui de connaissance ! Vivre à la vie, dit-il,  avec cette capacité spécifique que nous avons d’être dotés d’un cerveau qui parle ( Dominique Aubier). Bien sûr, il évoque en écho celui de renaissance avec le regain vital qui suit une sorte de mort partielle.
L’actualité si perturbante nous contraint à remettre nos pendules à l’heure du réel. Cette prestigieuse science dont nous attendions des directives capables de neutraliser ce fichu coronavirus a perdu sa domination absolue rassurante. Au risque de replonger les esprits dans la confusion la plus totale de ce qu’est la réalité.

   Un peu trop facile d’évoquer quelque conspirationnisme  ou des tentatives très politiques de récupération de la confiance des foules. Ce qui gène, ce sont les limites mêmes de la création de la connaissance scientifique. Sa méthode exige que toute son énergie soit consacrée à démonter de plus en plus finement les rouages du comment les choses se sont passées, et peut-être encore se passent. Voilà qui l’oblige à rester cantonnée au passé : elle ne peut parler qu’après avoir mené de longues, minutieuses et méthodiques recherches sur ce qui a déjà eu lieu.

   Impossibilité de réponse immédiate à ce qui nous arrive maintenant. La science a toujours besoin de temps, de preuves, de controverses pour se construire. Au temps du tout tout de suite et du risque zéro, la pilule passe mal. On veut des assurances, pas des doutes : la pensée scientifique ne mange pas de ce pain là. La science ne peut pas maitriser l’avenir.

   Finalement, il nous manque quelque chose pour comprendre le monde. Ce monde dont on traque partout, et avec grand succès, les mécanismes les plus intimes. Savoir comment ça marche est indispensable,  ce n’est pas sérieusement discutable.

   Mais, cela semble tellement oublié pour notre modernité arrogante : nous ne pouvons pas ignorer la question qui fâche le plus les pouvoirs. Pourquoi les choses et les êtres sont ce qu’ils sont et pas autrement ? Question infantile, direz-vous. C’est justement pour cette raison que nous ne pouvons plus l’éluder comme nous nous avons toujours réussi à le faire. Finalement, la culture, toutes les cultures, les arts comme les lettres de toutes les époques ne cessent de tourner autour de cette problématique essentielle.
   Prenons-les enfin au sérieux comme ils le méritent pour notre avenir à tous. Voyez-vous une autre issue à notre impasse planétaire actuelle ?

                                               François-Marie Michaut

 
Os court :
«     Le diable est dans les détails.  »
Freidrich Nietzsche


 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1222 9 mai 2021  



                     
                       
                                         

Affrontement passifiable (Exmed)

     Jadis, la notion d’incommunicabilité entre les êtres humains fut très à la mode chez les intellectuels d’après-guerre. La pandémie numé...