Rechercher dans ce blog

14 mars 2021

In folio veritas (Exmed)

   
Faute de bars ou restaurants ouverts, la recherche de la vérité dans le vin est entravée. Alors, non pas dans de sérieux ouvrages d’imprimerie du format in-quarto, mais dans ce que peuvent évoquer ces merveilleux organes de toute vie végétale, allons à la peche.
Jacques Grieu, avec Feuilleton, la LEM 1215, nous convie dans sa balade commentée.
      Un bon bol d’air non confiné n’est pas superflu.

François-Marie Michaut

Feuilleton (LEM 1215)



Qu’elle soit feuille morte à sa branche arrachée,
Ou juste bourgeonnante à son arbre accrochée,
La feuille est toujours là qui marque encor nos vies,
Autant qu’elle a compté pour toutes les ethnies.
A la feuille de vigne, on fut fier d’ajouter,
La feuille des impôts et ses complexités.
Les habits des pygmées n’étaient que d’une feuille,
Et tous nos mille-feuilles ont été trompe-l’œil.

Les feuilles de nos arbres ont bien des différences,
Mais feuilles restent  feuilles et chacune a son sens.
Les feuilles de laurier ont fait tourner cent têtes,
Comme les feuilles d’or sur bien des épaulettes …
Si des feuilles de chou racontent des sornettes,
Quelques feuilles de soin parfois ne sont pas nettes :
Des feuilles ont bien en marge un air de forfaiture.
Ce n’est qu’en bas de feuille où est la signature …

Si la feuille de l’arbre est sa physionomie,
Cernant son caractère et son mode de vie,
Comme chez les humains, qu’ils soient laids ou bien beaux
Elle expose à tous vents qualités et défauts.
Certaines sont joviales, épanouies, bienheureuses,
Dynamiques et  rapides, actives et nerveuses,
Quand d’autres sont hautaines, ou même pontifiantes
Figées ou ralenties et parfois arrogantes.

Qui a trop peur des feuilles évite la forêt,
Mais tremble comme feuille à ne voir que des prés.
Les pensées sont des feuilles où les mots sont des fruits,
Mais les feuilles à journaux, l’œil souvent les détruit.
Les portefeuilles emplis n’attirent pas la chance :
Les trèfles à quatre feuilles n’ont pas de connivence ;
Durs de la feuille on reste, aux appels sans-le-sou.
Je hais le trop verni de la feuille de houx.

La vie est artichaut qu’on mange feuille à feuille
Assis sur un brûlot plutôt qu’en un fauteuil.
Mais les rêves et la vie sont feuilles du même arbre :
Arbre à feuilles caduques où plus rien n’est de marbre …
La racine et la feuille ont les mêmes parents ;
La feuille détachée va où lui dit le vent.
On laisse choir les ans comme arbres avec les feuilles ;
Feuille de faire-part n’atténue pas le deuil …

                                Jacques Grieu
 

Os court :
«Être dans le vent, une ambition de feuille morte...   »
Gustave Thibon (1903-2001)


 

 Lettre d'Expression médicale

 
LEM n° 1215 15 mars 2021 

PETITS SOINS (LEM 1244)

   «  Elle eut soin de se peindre et d’orner son visage Pour réparer des ans, l’irréparable outrage  » Le soin qu’elle y mettait, avec solli...