Rechercher dans ce blog

28 février 2021

Bien sûr, il faut en rire (Exmed)

  Que nos hommes publics affichent des allures graves, pour ne pas dire sinistres ! Des populations ayant le moral en berne tant elles sont contraintes méritent autre chose pour aller mieux.

  Alors que diriez-vous d’une bonne pincée de salutaire auto dérision dans ce pays où tout finit par des chansons ?
Jacques Grieu, plume et pinceau associés, s’y attelle. Voici la LEM 1213 : Vive la France COUÉ SOIT LOUÉ.



François-Marie Michaut

1-2 mars 2021

Vive la France
 COUÉ SOIT LOUÉ (LEM 1213)

 



 
À mes enfants, j’ai dit : soyez fiers de la France ;
Sur les cinq continents, admirons sa puissance.
Dans toutes les matières, en toutes circonstances,
Depuis deux millénaires, elle « est » la connaissance.
Tu es terre des arts, des armes et des lois
Pays des Droits de l’Homme et du savoir gaulois,
Qui sur le globe entier a montré tes exploits.
Tu es la référence et tu donnes la voie.
A l’école on apprend qu’on était les meilleurs,
Que le génie français n’a pas d’égal ailleurs.
Et que dans l’hexagone, ingénieurs et savants,
Artistes et philosophes allaient toujours devant.
Que brandissant leur science ainsi qu’un étendard,
Ils éclairaient le monde, le guidant tel un phare.

Construit à Taïwan, mon réveil hollandais,
A une sonnerie aux accents irlandais.
Ce matin ma radio, qu’au Japon on fabrique,
Me servait pour musique, un rap qui vient d’Afrique.
Je tourne le bouton, du Schubert trouve enfin,
Chanté par une Belge  à l’orchestre italien.
Je  « breakfast »  de corn-flakes et d’un peu de soja,
D’une orange espagnole avant l’arabica.
Je le verse en un bol qui est  made in China
En le sucrant d’un miel produit au Canada.
Mon rasoir coréen m’ayant fait la peau lisse,
Dans ma Renault slovène,  j’ouvre ma radio suisse,
Tombe sur Monaco, où les Beattles trépignent.
La covid est partout mais par hasard indigne
Les vaccins sont chinois, russes ou allemands,
 Anglais, américains : Sanofi est absent...
À mes enfants, j’ai dit : soyez fiers de la France ;
Sur les cinq continents, admirons sa puissance.

Depuis la tour Eiffel jusqu’au canal de Suez,
Airbus ou TGV, c’est la touche française.
De Clovis à De Gaulle, à Sully à … Mitterrand,
Avec Napoléon, la France avait son rang.
Les Maurras, les Jaurès, les Barrès, les Briand,
Par leurs belles envolées, montrèrent ses talents
Comme firent avant eux Bossuet ou Talleyrand
Richelieu, Mirabeau, Thiers ou Chateaubriand.
De Bizet à Fauré, Debussy ou Ravel

La musique française eut des œuvres immortelles.
Que dire des Gabin, des Piaf et des Trenet,
Des Delon, des Brassens, des Brel ou des Jouvet !
À mes enfants, j’ai dit : soyez fiers de la France ;
Sur les cinq continents, admirons sa puissance

Au bureau, mon PC qui est  « made in Ireland »
D’invectives en anglais me tance et réprimande.
Et quand sur Internet, spams et virus se lâchent,
Il m’abreuve de  « bogs » ou « deamons »  qui fâchent.
Au self  pour déjeuner, c’est un osso-buco
Arrosé de ketchup sans un cocorico.
Fromage mimolette et glace gelati
Forment ce léger  lunch  avec un vin d’asti.
Alors mon téléphone, un Nokia de Finlande,
Fabriqué en Pologne, avec des piles Allemandes
M’appelle de Belgique où est ma direction,
Pour prendre le « shuttle » dès demain en mission.
Quand je rentre chez moi, un camion Tchèque bloque ;
Son chauffeur est Hongrois mais sa marque  amerloque .
À mes enfants, j’ai dit : soyez fiers de la France ;
Sur les cinq continents, admirons sa puissance.

Ma banque CCF, chez moi, dans mon courrier,
Redit qu’elle est mangée par une HSBC,
Que mes titres Arcelor sont devenus indiens,
Que mes  Eurotunnel  ne se portent pas bien.
Je cours me réfugier dans ma bibliothèque
Où la littérature est restée intrinsèque.
De Marot à Queneau, de Ronsard à Mauriac
De Montaigne à Rousseau, de Racine à Balzac,
Rabelais ou Pascal,  de Musset à Prévert,
Je me repais de Proust et puis passe à Flaubert.
Des vers de Mérimée, je saute à Giraudoux,
Avant de m’apaiser par un Rimbaud bien doux.
J’allume ma télé, une énorme machine,
D’une marque allemande, et qui est faite en Chine.
Au programme, je trouve un film américain,
Des séries autrichiennes, un document indien,
Un texte de Shakespeare, un ténor italien,
Un thriller écossais, un polar brésilien.
J’admire Thalassa qui en Corée s’en va,
Pour visiter Samsung, Daewoo et Kia,
Pour regarder comment nos cargos chez Hyundaï,
Sont construits en neuf mois pour charger à Shangaï.
L’équipage est roumain, le second australien…
Déprimé, je m’endors : un doux songe me vient :


Le Siège de l’ONU trône au quartier Défense,
Et les Jeux Olympiques auront bien lieu en France.
La langue de Molière en ces lieux prestigieux,
Triomphe et se répand parmi tous les milieux.
La coupe America se déroule à Marseille
Où dame CGT fait taire l’appareil.
Nos Universités que tout le monde envie,
Attirent les  cerveaux, les surdoués, les génies.
Budget en excédent, la dette résorbée ;
Bruxelles dit bravo ; nous sommes adoubés.
Si Renault double Ford et Peugeot Toyota,
Le Havre monte en flèche et passe Nagoya.
Chômage disparu; pouvoir d’achat splendide,
Pasteur crée un vaccin  qui tue tous les covid !
La Sécu euphorique, inondée d’excédents
Rembourse les lunettes et même chaque dent.
Nos chères trente-cinq heures en tous les pays plaisent ;
A Trappes, à Bobigny tinte la Marseillaise.
À mes enfants, j’ai dit : soyez fiers de la France ;
Sur les cinq continents, admirons sa puissance.

Mon réveil est brutal quand sonne mon portable.
Le « shuttle » est en grève ! Et ce report m’accable.
Je ne sais  pas pourquoi mon moral tombe en berne :
C’est que, probablement, je ne suis pas moderne.
Je sors donc mon mouchoir d’une veste écossaise ;
Mais l’un est de Hong-Kong, l’autre est taïwanaise.
Un vieil auteur a dit :  Ces choses-là sont rudes ;
Il faut pour les comprendre avoir fait des études .
Mais les études, ici, sont-elles comme il faut ?
Dois-je aller à Séoul, à Oxford, Toronto ?
Une idée, tout à coup : Coué au moins, est Français ?
Celui de la Méthode, un génie, comme on sait.
On pourrait l’exporter, la vendre au monde entier,
Redressant la balance avec ce grand surdoué !
« Bien français », me dit-on. Et donc, c’est l’espérance !
Alors, vive la France ! On a bien de la chance !

À mes enfants, j’ai dit : soyez fiers de la France ;
Sur les cinq continents, admirons sa puissance.
Sur les cinq continents, admirons sa puissance.
Sur les cinq continents, admirons sa puissance …

                       Jacques Grieu

Os court :
«  Ce n’est pas la volonté qui est la faculté première de l’homme, mais l’imagination. »

      Émile Coué ( pharmacien, à Nancy, 1857-1926 )

 

 

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1213  1er mars 2021  


                             

                                                 

Contagiosité n’est pas virulence (Exmed)

    Comprendre le sens des mots est indispensable en ce moment. Confusion en matière virale. Contagieux veut dire qui se propage facilement ...