lundi 30 avril 2018

Sans conscience, pas d'intelligence (Exmed)

Sans conscience, pas d’intelligence




   La robotisation croissante de multiples tâches humaines est à la fois admirable et redoutable. La vieille crainte de l’apprenti sorcier, le conte de Goethe de 1797, n’a pas pris une ride. La publicité dont bénéficie de que nous nommons l’intelligence artificielle mérite d’être passée au microscope critique de nos connaissances de 2018. 
  Au passage, même si ça choque encore la majorité des soignants, que notre pensée n’est pas une fabrication de notre cerveau ! Voici la LEM 1065 : Ce que n’est pas l’Intelligence Artificielle. Bonne lecture.

 François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 2-3 mai  2018

vendredi 27 avril 2018

Faire le mai (Exmed)

Faire le mai



   Surprise un matin de 1er  mai. Le tout jeune généraliste que j’étais découvre sur la place de l’église du village, où je venais d’ouvrir mon cabinet, un bric à brac de vieux objets, ferrailles, engins agricoles, carcasses de voitures. Enquête faite, les jeunes du pays durant la nuit avaient « fait le mai». Coutume rurale ancienne pour débarrasser au printemps la  communauté de ce qui n’avait plus d’usage. 


    Finalement, les anciens de la terre n’avaient pas tort. Au lieu d’offrir un brin de muguet ( plante toxique), faire l’effort chaque année de se débarrasser des choses matérielles et intellectuelles qui encombrent inutilement notre environnement professionnel et personnel serait un exercice libérateur. Écologie de l’esprit, pour paraphraser le livre phare de Grégory Bateson en 1972.

 François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 27 avril - 1er mai  2018

mercredi 25 avril 2018

Vous ne prenez pas ma tension, docteur ? (Exmed)

           Vous prenez pas ma tension, docteur ?



   Il y a belle lurette la prise de la pression artérielle était un geste systématique de toute consultation chez un médecin généraliste. Le : «vous avez une tension de jeune fille» avait un pouvoir rassurant quasi magique pour nos anciennes. Inversement, une consultation ne comportant pas ce rite médical laissait un aigre sentiment d’abandon au patient. Baromètre de la santé pour beaucoup de famille avant la déferlante internétique.
  Le nombre de sujets actuels ignorant que leur tension pose problème ou qui ont un traitement insuffisant n’aurait-il pas quelque chose à voir avec la disparition accélérée des médecins généralistes en France, tant en vile que dans les campagnes ?

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 25-26 avril 2018

lundi 23 avril 2018

Main intendable (dessin) LEM 1064

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1064 sur Exmed à 
http://www.exmed.org/archives18/circu1064.html
        23 avril 2018

                              Main intendable
                 

                                               Docteur Cécile Bour

    
Os Court : 
  «   Vraiment malchanceux celui qui cherche et ne trouve nulle part une main tendue pour l’aider à exprimer un besoin. »
 Daniel Desbiens

Télémédecine, un vrai progrès ? (Exmed)

Télémédecine, un vrai progrès ? 


     Comme des gamins, nous sommes fascinés par les discours des marchands de jouets miraculeux. Les médecins de chair et de sang disparaissent de nos vies. Tout le monde semble se réjouir sans réserve, tant le battage médiatique est univoque, de la large utilisation de la télémédecine. Il manque pourtant ce qui commence et ce qui termine tout acte médical digne de ce nom : une poignée de main entre deux personnes humaines.
Voici la LEM 1064, dessinée de sa propre main, par Cécile Bour.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 23-24 avril 2018

vendredi 20 avril 2018

La main invisible du Net (Exmed)

La main invisible du Net



   De sérieux nuages sont en train de s’accumuler pour les utilisateurs de ce qui nous est présenté comme des services. Ou des progrès essentiels dans notre vie quotidienne. Pas une semaine sans une annonce sensationnelle de lancement d’un nouveau service, en particulier dans le domaine de ce qui est dit grandiosement de la santé. La philosophe Odile Marcel qui a participé aux débuts de ce site parle fort justement de la technoscience, cet hybride glouton des sciences et des techniques. Pour nous mettre en garde. De toutes parts, on invente et on commercialise le plus vite possible. Avec l’espoir, bien humain, de gagner le mieux possible sa vie.


     Certains économistes pensent que la seule régulation possible des échanges est le fait de la main invisible du marché. Et bien, de grands entrepreneurs (tous ?) de l’internet semblent partager cette croyance en une auto-régulation allant magiquement dans le sens d’un perfectionnement des services de la Toile.
   On a des problèmes avec une technique ? La technique améliorée fournira le remède. Souvenons-nous d’un certain coeur artificiel Carmat dont parlait avec emphase toute la presse en France il y a 10 ans ...


À suivre.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 20-22 avril 2018

mercredi 18 avril 2018

De sac et de corde
 (Exmed)

 

 

De sac et de corde



   Vieille expression française signifiant qui mérite le pire supplice. Un député du parlement européen a interpellé le 17 avril à Strasbourg le président Macron en tenant à la main un rouleau de cordage vert de piètre qualité. Son objectif : mettre ainsi en boîte un dirigeant qui a utilisé l’image d’un premier de cordée dans un de ses discours. Toujours difficile de savoir de qui rient les rieurs, quand il y en a. Pas inutile de donner un coup de chapeau bien mérité à un certain Roger Frison-Roche, alpiniste, journaliste, écrivain, résistant, élu local autour d’un certain : Premier de cordée, publié en 1941. Un bouquin qui a profondément marqué plusieurs générations, ce n’est pas rien.
   Rions de nos outrances en n’oubliant pas qu’il existe beaucoup de paroles purement verbales dans nos échanges. Des mots qui n’engagent pas.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 18-20 avril 2018

dimanche 15 avril 2018

Livraisons (LEM 1063)

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1063


sur Exmed.org http://www.exmed.org/archives18/circu1063.html
        16 avril 2018


                              Livraisons

                            

                                        Jacques Grieu

    


   
               

« L’homme est un livre où Dieu lui-même écrit »,
A dit Victor Hugo ; subtile théorie !
Mais alors, la préface, en est-il bien l’auteur ?
Et pour les ex-libris, Dieu le dessinateur ?
La naissance en serait l’incipit naturel,
Et la mort l’épilogue aux pages si cruelles ?
Car sa propre épitaphe, on ne peut pas la lire,
Sauf si, de son vivant, on a dit quoi écrire …

« Le livre est ma fenêtre ouverte sur le monde »
Prononça un poète à la muse profonde.
Pourtant, poèmes ou livres ont tous le même puits :
Les bons vieux dictionnaires où les mots sont enfouis.
Certains tels des élus, ne brillent qu’en leur titre.
On peut aimer un livre en un petit chapitre,
Ou bien pour sa reliure ou encor son papier,
Ou sa seule préface en détestant l’entier.

« Plutôt qu’un mauvais livre aimez mieux un bon mot »
A dit un humoriste en plaidant pro domo.
Tout le monde ne peut se nourrir d’incunables
Beaucoup préféreront la liseuse adaptable.
L’autobiographie serait d’autant plus noire,
Que ses pages en sont blanches où l’on décrit l’histoire ?
Certains livres se lisent en allant aux toilettes,
D’autres dans le salon ; faut-il une étiquette ?

« Le livre est compromis entre auteur et lecteur »
Sauf le livre de bord ou bien le livre d’heures ?
Le livre le meilleur dit ce qu’on sait déjà,
Mais le dire il sait mieux que les autres qu’on a.
Si parler comme un livre est un bel avantage,
Ce ramage parfois montre moins beau plumage.
La musique des phrases, allant de pages en pages,
Ne prouve pas toujours que la parole est sage.

« Une pièce sans livre est un corps sans son âme. »
Soutient un érudit qui trop haut le proclame.
Si vous jugez un livre, aussi bien il vous juge ;
Bien malin qui dira lequel est le transfuge.
Le livre a deux auteurs : celui qui le lira
Et celui qui l’écrit. Lequel le comprendra ?
Ce que veut le lecteur, n’est autre que SE lire,
Et je vous livre là ce que je crois sentir …




Os Court : 

«  Là où l’on brûle les livres, on finit par brûler les hommes. »
  Heinrich Heine (1797-1856)




Livres de médecine, où êtes-vous ? (Exmed)


              Livres de médecine, où êtes-vous ?  


  Commenter Aristote et Hippocrate a longtemps été la colonne vertébrale de l’enseignement académique. Et en latin, la langue des intellectuels, s’il vous plait. Puis vint le rouleau compresseur de la pensée scientifique avec ses extraordinaires applications technologiques que nous continuons d’exploiter. Tout cela n’a pu exister depuis 3 siècles, et selon la méthode brillante des encyclopédistes, que grâce à la diffusion de l’écrit. Des comptes rendus, puis des revues et enfin des livres principalement consacrés à la diffusion des enseignements les plus prestigieux. Depuis la deuxième guerre mondiale, l’invasion mondiale de la langue anglaise a fait disparaitre la prolifique presse médicale comme les ouvrages novateurs de langue française. Nous sommes envahis et pervertis par une communication qui est en tout point comparable à celle de nos indispensables notices techniques.

    Mort définitive ou réversible grâce au double miracle du numérique et de la percée planétaire inattendue de la francophonie : l’avenir nous le dira.
En attendant, nous laissons la parole à un expert du langage écrit pour nous exposer ses « Livraisons» dans la LEM 1063.



François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 16-17 avril 2018

jeudi 12 avril 2018

Fin du far-west numérique (Exmed)

 

 

 

 

 

Fin du far-west numérique



   Courrier International en fait sa une cette semaine avec le titre «  Géants du net, la fête est finie». Pourquoi le nier, nous avons été emballés comme des enfants par l’idée d’un système de communication autorisant de tout échanger sur la Toile mondiale. Nouveauté technologique sans précédent historique, il nous a fallu expérimenter la valeur de ces « réseaux sociaux». Terme en lui-même trompeur en laissant supposer qu’en publiant n’importe quoi et en brassant très fort, cela ferait naitre «du social», des liens nouveaux entre des personnes éloignées. Naïf enthousiasme, les voyous et les manipulateurs pervers en ont fait leur terrain de jeu.


    Que de grandes sociétés aient surfé habilement sur cette vague n’a rien d’étonnant. Mais la révélation du danger de la constitution de gigantesques bases de données sur chacun des utilisateurs en vue de les commercialiser au plus offrant est en train de nous faire changer notre fusil d’épaule.
     
Puissent nos chantres d’une immense banque de données dans le domaine de la santé, avec la complicité active des soignants, comprendre à quel jeu dangereux ils jouent.
Des requins du profit maximum à n’importe que prix sont en embuscade.
Ouvrons les yeux.


François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 13-15 avril 2018

mardi 10 avril 2018

Autisme, Parkinson, Alzheimer
 (Exmed)





Autisme, Parkinson, Alzheimer



   Trois affections jadis ignorées du public dont tout le monde parle partout, même au bistrot et à la télé, en ce moment. Mettre un nom sur une maladie a quelque chose de rassurant, mais aussi de trompeur.
Les médecins reconnaissent que mes symptômes ont une cause  bien répertoriée. Rassurant pour moi.  Mais cela n’a jamais voulu dire qu’ils savent exactement ce que c’est que cette cause. Zut.
   Les neurosciences, dans leur état actuel d’avancement, malgré de multiples hypothèses, sont toujours dans l’ignorance de l’étiologie de ces grands maladies du cerveau. Parce que le cerveau, on ne sait pas comment ça marche.

Faire miroiter autre chose, quelles qu’en soient les nobles ( ou ignobles) raisons,  est une tromperie manifeste.


François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 11-12 avril 2018

dimanche 8 avril 2018

Premier de cordée (LEM 1062)

Lettre d'Expression médicale


LEM n° 1062 sur Exmed

        9 avril 2018

 

 

                           Premier de cordée

                            

                                             François-Marie Michaut

    


  La curieuse capacité humaine de fabriquer de la connaissance et de la transmettre aux autres n’a rien de banal. Les prothèses numériques de mémoire sans limite, de capacité de calcul et d’ersatz de communications planétaires, les algoritmes devenant  des maitres pour agir, les réseaux dits sociaux qui ne rassemblent rien du tout  ne doivent pas faire illusion. Par une voie demeurée mystérieuse, quelques rares cerveaux  d’Homo sapiens ont l’aptitude de se brancher bien avant les autres sur ce que nous ne connaissons pas encore. On peut se moquer d’eux, faire semblant de ne pas les entendre ou les écouter avec attention sans perdre une miette de son esprit critique. Troisième option choisie ici.



   Notre alpiniste du jour est Philippe Guillemant, l’auteur du livre Le Pic de l’Esprit (1). Le sous-titre annonce : une randonnée initiatique dans le territoire de la pensée. Ne pas se laisser impressionner,  le ton est celui d’un récit mêlant avec pudeur, sincérité et humour la réalité d’un itinéraire humain avec une intrigue romancée pour assurer la digestion et éviter l’écueil du one man show. Son Pic de l’Esprit, c’est la connaissance après laquelle nous ne cessons pas de courir. Le problème, car il y en a un gros, c’est que le sommet de ce pic demeure pour nous tous dans les nuages (2) et que nous n’avons pas la moindre idée de ce qu’on peut voir d’en haut. D’où la nécessité de s’assurer des services d’un guide aussi compétent que possible. Le nôtre part des rivages intellectuels de la science. Il n’est pas illogique d’envisager que d’autres itinéraires soient déjà tracés, et praticables ou pratiqués avec plus ou moins de succès. Car la connaissance est une et se moque comme d’une gigne des frontières de compétence et de méthode derrière lesquelles  se barricadent depuis Descartes les sciences.
On le sent, le projet d’escalade est grandiose et ne peut pas s’accompagner de prudences oratoires superflues. Les lecteurs habituels de Philippe Guillemant ( La route du Temps, La physique de la conscience), eux, ne sont pas désarçonnés dans des certitudes amidonnées. Finalement, peu importe ce que nous montre l’auteur tout en haut du Pic, qui n’a peut-être qu’une valeur symbolique. Un petit parfum de « La Soupe aux choux » de René Fallet pour montrer que l’humour n’est pas aux abonnés absents. Philippe Guillemant nous dit, si j’ai bien compris : n’hésitez pas, l’escalade vers une connaissance de la réalité beaucoup plus large que celle que nous adorons  au nom des dogmes scientifiques classiques est possible. Cerise sur le gateau, s’il en est besoin, nos esprits sortent de contradictions logiques intenables qui conduisent notre espèce, comme beaucoup d’autres, à la disparition rapide.

    Ce type est-il fou ? Bien entendu, il faut se poser cette question. Je vous incite fortement, rien ne valant votre regard clinique personnel, vos yeux et vos oreilles à prendre connaissance de sa dernière conférence devant des étudiants à Grenoble. Une video à ne pas manquer, et certainement à faire connaitre largement auprès de tous les gens capables de comprendre.  Pas besoin d’avoir un bagage particulier en science physique pour suivre le propos. Sans quitter  l’exigence de la rigueur scientifique remise à sa vraie dimension dans tous les domaines, nous avons chacun un rôle particulier à jouer, sans la moindre allégeance à qui ou à quoi que ce soit , pour influencer au moins en partie ce que sera la réalité de demain dans le sens de la vie ou dans le sens de la mort.
Puissent les lecteurs pardonner à notre auteur du jour une double tare aux yeux des canons de la crédibilité intellectuelle du moment. Celle d’être de nationalité et de culture française. Et celle d’écrire et de parler en utilisant le vecteur de la francophonie. Voici le lien utile : L’urgence d’une physique de la conscience.



 Une ultime mise en garde concerne en toute amitié nos professionnels de la communication de France. Le site qui édite nos lettres hebdomadaires comme celle-ci assiste à un étrange mouvement  croissant. En dehors de toute publicité, le lectorat international consulte de plus en plus nos textes.
Ainsi pour la journée du 6 avril 2018 avons-nous comptabilisé 7292 pages lues au cours de 237 visites. Les plus gros consommateurs, et de loin, sont venus des USA, puis dans l’ordre décroissant d’Allemagne, des Pays de l’Union Européenne, du Canada et ensuite seulement de la France (3).

NDLR  :
(1) Editions Guy Trédaniel, 2017 ISBN : 978-2-8132-1567-3, 372 pages, 23 euros.


(2) D’où la croyance - car, faute de preuve, c’en est bien une - que la connaissance accessible aux cerveaux humains est sans limite.


(3) Selon Advance Web Statistics 7.1 ( build 1.983 ) le classement par pages lues sur Exmed depuis le début du mois d’avril 2018 est le suivant : USA : 17164, Allemagne : 1841, Communauté Européenne : 917, Canada : 890, France : 314.
Les internautes français ont commencé à être «doublés» sur ce site par les américains puis les allemands en 2014, en même temps que l’audience n’a pas cessé de croître.
La rédaction serait ravie de prendre connaissance d’une quelconque explication de ce phénomène de contagion intellectuelle aussi paradoxale qu’inattendue.


Os Court : 
  « Il fait toujours sombre dans un esprit étroit. »
  Anne Barratin (1913)

Ne plus subir (Exmed)

 

 

Ne plus subir 


      
Le catéchisme du déterminisme matérialiste ancré dans nos esprits, quoi que nous puissions faire, nous condamne à mort. Et s’il y avait quelque solide raison de comprendre que les choses peuvent être autrement  pour sortir de cet univers hautement dépressiogène ? 

Tel est le pari intellectuel hors du commun présenté par la LEM 1062 : Premier de cordée.

Bonne ascension à chaque internaute.


François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 9-10 avril 2018

vendredi 6 avril 2018

L'air des enfants (Exmed)

 

 

L'air des enfants  


  
Un colloque a eu lieu à la mairie de Paris le 5 avril 2018 consacré aux conséquences sur la santé de la pollution de l’air des villes. Les dégats respiratoires, cardio-vasculaires et cancéreux sur les adultes sont bien connus. Une étude de Biological Psychiatry montre une relation entre l’air respiré - même aux doses tolérées de polluants- pendant la grossesse et des déficits  du développement cérébral chez les bébés. Aucun traitement curatif n’est possible, chacun le sait.

     Vous claironnez prévention ? Aux actes, responsables.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 6-8 avril 2018

mercredi 4 avril 2018

Docteur, je suis contre (Exmed)

 

 

Avant de commencer votre consultation,

sachez que je suis totalement contre le diagnostic que vous allez faire et je refuse le traitement que vous allez me prescrire.
Petit dialogue médical aussi imaginaire qu’absurde. 


   Toute allusion au spectacle qu’offre au pays la tentative de traiter les maux bien réels de nos chemins de fer nationaux n’a rien d’imaginaire.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 4-5 avril 2018

lundi 2 avril 2018

Vous avez dit qualité (dessin LEM 1061)



 Lettre d'Expression médicale

 LEM n° 1061 sur le site Exmed

        2 avril 2018


Vous avez dit qualité ?

                            



Docteur Cécile Bour

 

   
 NDLR  : pour reproduire ce dessin, l’autorisation de la créatrice s’impose, ainsi que la mention du site qui l’a déjà publié.



  

Os Court : 
  «   L’homme de qualité exige tout de soi. C’est un souverain. L’homme sans qualité exige tout des autres. C’est un despote. »
  Louis Pauwels

Croisement sanglant entre deux logiques (Exmed)

Croisement sanglant entre deux logiques



Tout bricoleur le sait à ses dépends. Trop serrez un écrou est une façon garantie de détruire un pas de vis. Se livrer à une chasse sans fin des indices évaluant la qualité des soins médicaux conduit à l’extermination de la médecine de qualité. Cécile Bour nous l’illustre en trois coups de crayons dans la LEM 1061  Vous avez dit qualité ?
Selon quel langage, celui des malades et des médecins, ou celui de la logique bureaucratique ?

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 2-3 avril 2018


Que dit la nation France ? (Exmed)

    Des gens plein les rues pour se faire entendre. Les motifs invoqués constituent un patch work sans autre lien commun que la mise en que...