Rechercher dans ce blog

13 avril 2021

Dengue ?
 (LEM1219)



                                                                 
      Vous aurez peut-être noté dans les études faites, notamment par les laboratoires produisant les vaccins, le silence assourdissant concernant la période pourtant critique de 14 jour qui suit une vaccination.
   Hors durant cette période qui, au passage, justifie la deuxième injection, non seulement un bon nombre de gens peuvent contracter la maladie, mais sont susceptibles d'être atteints de formes plus graves en ayant développé des anticorps liants et non neutralisants.
La réaction inflammatoire étant aggravée par des anticorps facilitants .

    En vaccinant massivement y compris des gens qui n'ont pas besoin de l'être EN PLEINE ÉPIDÉMIE, c'est à dire en dehors de l'action préventive habituelle des vaccins, on expose une partie indéterminée, mais de plus en plus importante, aux phénomènes d'anticorps facilitants
                  UN VACCIN N'EST PAS UN TRAITEMENT ! ( Sauf pour la rage, ndlr)

Pour info :
EXTRAIT D'ARTICLE PARMI D'AUTRES

"Anticorps facilitants et pathogénèse du COVID 19

F. Negro et al. Is antibody-dependent enhancement playing a role in COVID-19 pathogenesis? Publication Date: 16.04.2020, Swiss Med Wkly. 2020;150:w20249

Réviseur : Pr Jean-François Balavoine


La pathogénèse du COVID 19 peut impliquer un mécanisme bien connu qui pourrait avoir des implications sur la maladie : celui des anticorps facilitants (ADE en anglais).

La pathogénèse de COVID-19 implique des mécanismes directement cytotoxiques et d’autres à médiation immunitaire. Un mécanisme supplémentaire peut jouer un rôle dans l’infection à COVID 19. L’entrée des virus et les dommages subséquents peut impliquer un mécanisme bien connu et que l'on appelle les anticorps facilitants (ADE en anglais). L'ADE est une cascade d'événements très connue dans plusieurs maladies virales (Dengue, Ebola ou VIH par exemple). Les virus voient leur pénétration dans les cellules hôtes facilitée par un mécanisme impliquant une interaction entre des anticorps non neutralisants (ou des composants du complément) et le virion. Les virions sont reconnus par les anticorps hétérotypiques d'une infection antérieure. Ces AC sont non neutralisants. Les complexes se lient ensuite au récepteur Fcγ à la surface des macrophages et intériorisent le virus. La réplication intracellulaire entraîne une augmentation très importante de la charge virale et un basculement fonctionnel des macrophages vers un profil sécrétoire pro-inflammatoire des cytokines, profil qui est probablement dans les cas sévères à la base de la symptomatologie présentée par les patients.


Ce phénomène, bien connu et décrit par F. Negro dans l’exemple de la Dengue, est extrêmement important non seulement pour la compréhension de la pathogénèse virale, mais aussi pour le développement de stratégies antivirales, notamment de vaccins. Il pourrait jouer un rôle important dans l’affection à COVID-19.

 
                                        Jean-François Huet


Os court :
«    Les mouches dingues font plus de ravages que la dengue des moustiques »

 Claude Waia Némia


 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1219  14 avril 2021   
https://www.exmed.org/archives21/circu1219

Affrontement passifiable (Exmed)

     Jadis, la notion d’incommunicabilité entre les êtres humains fut très à la mode chez les intellectuels d’après-guerre. La pandémie numé...