dimanche 10 novembre 2019

Retour de manivelle du savoir
 (Exmed)

   Partant d’une observation directe de sa Normandie natale, Jacques Grieu nous livre sa symphonie «picturotextuelle» (*) sur un sujet qui nous touche tous au plus profond.

   La pollution de la planète dont nous sommes à la fois les auteurs et les victimes, sans toujours songer que tout cela est le fruit des productions imprudentes de nos cerveaux  de créateurs et d’utilisateurs crédules depuis fort longtemps.
Voici  la LEM 1145 : «POLLUTION»



   (*) Mon moteur de recherche m’avise que ce terme n’est pas (encore) connu sur Internet.

François-Marie Michaut
11-12 novembre 2019

POLLUTION (LEM 1145)








                          POLLUTION
                      
                                  

L’autre jour, sur le port, l’eau huileuse en surface,
A frappé mon esprit en montrant ses menaces.
En guidant mon pinceau, cette tache me hante,
Et m’a fait dessiner des puanteurs gluantes.
Elle rampe et avance, exhibant ses couleurs ;
Sournoisement ses flaques, insinuent leurs rondeurs :
La pollution est là, flanquée de ses odeurs,
Envahissant nos vies sous des aspects truqueurs.
Ravageant les espèces, attaquant nos enfants,
Elle fait s’amoindrir tout ce qui est vivant.
On ne se méfie pas de ses viscosités,
Et on ne veut pas voir ses dangerosités.
Montagnes ou océans, au sol, en atmosphère,
Ses tentacules enserrent et dévorent la terre.
On ne pourra pas dire « on ne l’avait pas vue » ;
Saura-t-on l’arrêter avant qu’elle nous tue ?