Rechercher dans ce blog

22 novembre 2020

Silence, on tourne (Exmed)

      Contribution plastique à une apologie d’autres formes d’expression pour nos temps incertains. Une belle occasion de se taire un peu pour cesser, au moins un instant, de se prendre la tête.
     Voici donc, en guise de LEM 1198 :  Nature morte à la covid, de Jacques Grieu.

 François-Marie Michaut
   23-24 novembre 2020

Nature morte à la covid (LEM 1198)


   Nature morte à la covid
                           Jacques Grieu


  Pour montrer que ma boîte de cachets à la chloroquine n'est pas encore entamée...


                                                             (Tableau Jacques Grieu)

La boîte en est témoin, qui est restée fermée ;
Celle de chloroquine, jamais je n'ai usé.
Mais pour la protection gel hydroalcoolique
Je vide les flacons d'un geste automatique...
Alors où est le masque ? allez vous demander :
Pas besoin de chercher car je l'ai sur le nez...

JG

     Os court :

«  Mon but est de capturer ce qui se cache sous la surface. Il y a une histoire derrière chaque visage, chaque paysage, chaque nature morte. »
Hilary Duff 
  
     
 Lettre d'Expression médicale
 
LEM n° 1198   23 novembre 2020

19 novembre 2020

Le savoir être malade (Exmed)


   Guy Simonnet, neurobiologiste, tire le signal d’alarme : « L’être humain n’accepte plus d’être malade » ( Le Monde du 19 novembre 2020). Un rappel indispensable à tous les adeptes de la chimérique tolérance-zéro-maladie : « le vivant est avant tout incertitude».
  Tenter d’éliminer tout défaut de certitude n’est-il pas alors oeuvrer à notre propre deshumanisation ?

   Un soignant digne de la confiance dont il est , dit-on, largement crédité, n’a-t-il pas une mission paradoxale ? Aider tout malade, aigu ou chronique, à savoir vivre le mieux possible  sa vie jusqu’à la mort avec la pathologie qui le frappe ? L’un des acteurs les mieux placés pour le faire ont été, sont, et seront les médecins généralistes. Les négliger est ne rien comprendre à la réalité.


François-Marie Michaut
20-22 novembre 2020

17 novembre 2020

Avec cinq ans d'avance (Exmed)


Voici ce qu’a écrit en 2015 dans le roman Pandemia  Franck Thilliez,  ingénieur informaticien de formation  :

  L’incertitude est notre pire ennemi en termes de microbes. On peut prédire la trajectoire d'un astéroïde, la durée d'une éclipse solaire, or une pandémie est imprévisible. Et  complètement invisible. Elle n'abîme pas les infrastructures, les constructions, contrairement à une guerre. Elle ne s'attaque qu'à ce qui vit.

Le grand mot est lancé, nous l’éprouvons sévèrement : l’incertitude.

François-Marie Michaut
18-19 novembre

15 novembre 2020

Au diapason ? (Exmed)


   Tant de fractures, de divisions, d’oppositions se font jour, comme si nous étions incapables d’accorder nos violons sur le même la. Un son de 440 hertz, rien de moins subjectif. Il faut bien se rendre à l’évidence, nos cerveaux humains sont rebelles au bel ordonnancement d’un orchestre symphonique.

   Jacques Grieu nous entraine avec entrain et liberté sur le thème ACCORDAGES ACCORDAILLES ? avec la LEM 1197. Une bouffée d’air frais bien venue en ces temps lourds de ressentiment ! Ce poison dénoncé par Cynthia Fleury, psychanalyste et philosophe.


François-Marie Michaut
16-17 novembre 2020

ACCORDAGES/ ACCORDAILLES ?
 (LEM 1197)

                                                      
L’accord : un moindre mal quand on parle justice ?
Procès et avocats conduisent au supplice.
La dispute à l’air libre est bien meilleure option,
Que la résignation ou l’accord en prison.

On accorde à autrui rarement du génie,
Sauf si l’on est battu par ce même ennemi.
Succomber sous les coups d’un rival de talent,
Permet de s’accorder un échec glorifiant.
 
Accord commun, hélas, n’est pas commun accord !
En politique c’est souvent un… désaccord.
Même l’accord du verbe avec son vrai sujet ,
Est parfois difficile et sans accord bien fait.

Le cavalier nous vante un accord cheval-homme
Qui serait idéal et un modèle, en somme.
Mais cet accord parfait, jamais je ne le vois :
Sauf quand je suis assis sur un… cheval de bois !

Silence d’auditoire est-il signe d’accord ?
C’est que pas un n’écoute ? Ou tout le monde dort ?
Être d’accord sur tout, pour deux hommes parlant,
C’est qu’un seul des deux pense et que l’autre est absent.

Deux femmes, au grand jamais, ne peuvent être d’accord :
C’est là un théorème, une règle, ou un sort :
Sauf si (c’est l’exception qui confirme l’effet),
C’est sur le dos d’autrui que cet accord se fait.

De ceux qui sont toujours d’accord avec vous-même,
On n’apprend pas grand-chose, où que soit le problème.
Ce qui fait consensus n’est jamais productif ;
L’accord universel est souvent réductif.

D’accord sur le principe est courante expression
Qui signifie en vrai : aucune exécution.
Comment mettre d’accord la thèse et l’antithèse ?
Et si, la solution, c’était une… synthèse ?

La quête du bonheur dans la douleur s’explore :
Quand actes et discours vivent en plein accord…
Le plus beau des accords, réussite suprême,
C’est de se mettre enfin d’accord avec soi-même.

                     Jacques Grieu
                      
Os court :

« Il avait échoué à son permis de conduire. Le permis d’inhumer lui a été accordé au premier coup de volant »
 
Yvan Audouard 

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1197   16 novembre 2020

12 novembre 2020

Alors, si c’est sanitaire... (Exmed)


  Combien de publicités vantent leurs produits avec le label de sérieux canon : dispositif médical ? Il faut croire que c’est aussi vendeur que vide de sens pour un médecin.


     Et voici que surgit un nouveau concept dans les milieux syndicaux de la fonction publique enseignante : la grève sanitaire. Cesser son activité professionnelle pour favoriser l’état de santé de la population. N’est-ce pas exactement ce que nos gouvernants attendent de la prescription du confinement, la séquestration osait dire le professeur hygiéniste parisien Adrien  Proust  mort en 1903 ?
«Mirage de la santé» titrait déjà le pionnier René Dubos en 1961.


François-Marie Michaut
13-15 novembre 2020

Silence, on tourne (Exmed)

      Contribution plastique à une apologie d’autres formes d’expression pour nos temps incertains. Une belle occasion de se taire un peu po...