lundi 31 juillet 2017

Expression (LEM 1026)

Lettre d'Expression médicale



LEM n° 1026 
http://www.exmed.org/archives17/circu1026.html
    31 juillet 2017

                           
              

                                Expression

                                  
               

                               Docteur François-Marie Michaut
  

       
 Bien que ne marchant depuis longtemps sous aucune bannière collective, je suis bien obligé d’admettre qu’il y a quelque chose d’inédit dans les prises de parole du président Macron. Peu importe ici les thèmes abordés et la valeur politique intrinsèque des orientations présidentielles. Qui est vraiment l’auteur des déclarations est secondaire. L’essentiel est ce « je ne sais quoi», difficilement analysable, qui passe à travers le langage verbal et gestuel de cet homme. Rien à voir avec les recettes de tentative de séduction, donc de manipulation, que vendent si bien les professionnels patentés de la communication.

Expression - sans la moindre surprise tant ma monomanie est flagrante- est le mot qui s’impose à moi. Voilà qui mérite une petite  dissection. La pression est là. Comme la pression artérielle est le résultat mesurable du moteur cardiaque. Retenons qu’il y a là une énergie, cette étrange force qui fait que les choses ne restent pas immobiles, mais cherchent à aller dans une certaine direction. Un traitement qualifié d’énergique parle aux oreilles médicales.

Vous me direz que nombreux sont les mots qui utilisent le même suffixe. L’impression est bien plus que la géniale invention de l’imprimerie. Sans cesse ce ressenti purement émotionnel d’une réalité interfère avec ce que nous croyons percevoir autour de nous. Ou en nous.
La suppression tranche dans le vif. Ce qui est ne doit plus être. Et pas de discussion dans les rangs.
Quant à la dépression, aussi souvent invoquée dans le parler de chaque jour, que mystérieuse dans sa genèse, elle nous interroge. Qu’est-ce que c’est que cette pression (1) défaillante qui nous est indispensable pour pouvoir fonctionner, comme le montrent les symptômes bien connus des médecins qui apparaissent quand elle n’est plus là.

Il se passe donc quelque chose qui est étranger au cadre dominant de la pensée matérialiste. Aussi génant que soit pour beaucoup ce constat, il est aussi inconfortable que bien réel.

Juste une petite pirouette pour terminer ce papier. Une simple formule de politesse, parfaitement compassée dans notre encore nouveau troisième millénaire.

Chers lecteurs, d’avoir eu la patiente courtoisie de me lire jusqu’ici, veuillez recevoir l’expression de ma considération distinguée (2).

  
 Notes :
(1) La notion d’élan vital mise en avant par Henri Bergson au siècle dernier dans le champ de la philosophie est peut-être à remettre au goût du jour.
(2) La distinction de cette considération m’a toujours parue orgueilleusement ampoulée. Suis-je le seul ?



Os Court :

 «   Des preuves, des preuves... Eh bien, qu’est-ce que ça prouve ?»  
 Alphonse Karr



mercredi 26 juillet 2017

Pasteur est mort, la rage non (Exmed)

 

 

 

 

 Pasteur est mort, la rage non

En ces temps de querelles byzantines sur l’opportunité de porter à onze le nombre de vaccinations obligatoires en France, regarder plus loin n’est pas interdit.
   Ainsi au Cambodge ( Médiscoop du 25 juillet 2017), la rage tue un millier de patients par an. Faute de pouvoir accéder à la vaccination après une morsure canine, aucun traitement curatif de ce virus neurotrope  ne peut éviter la mort.

    Il y a cinquante ans, au Tchad, les autorités, faute d’autres moyens, encourageaient la destruction systématique des chiens errants par la population, enfants en tête.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 26-27 juillet 2017

dimanche 23 juillet 2017

Véridique ! LEM 1025

Lettre d'Expression médicale


LEM n° 1025   
http://www.exmed.org/archives17/circu1025.html
    24  juillet 2017

                           
              

                              

 

 

             Véridique !

                                  
               


                               Jacques Grieu


   
C’est du latin verus, parti à la dérive,
Que dame vérité aborda sur nos rives.
Sortit-elle du puits comme on l’a affirmé ?
Si c’est vrai, en sortant, elle s’est donc mouillée !

Vérité en deçà et erreur au delà,
Du haut des Pyrénées, Pascal avait vu çà.
Et pourtant, on le dit, jamais il n’y alla ;
C’est là qu’est le génie des très grands d’ici-bas.

Deux demi vérités ne font pas vérité,
Et font même un mensonge, un mensonge complet.
La vérité n’est pas, non plus, dans l’aphorisme,
Qui n’en est que moitié ou un double truisme.

Nos quatre vérités, on croit bien les connaître,
Mais on devrait s’attendre à voir d’autres paraître ;
D’ailleurs, ma vérité n’est pas non plus la vôtre :
La vérité d’autrui en est toujours une autre.

Mensonge ou vérité ? L’art exploite les deux…
Ou plusieurs vérités si on aime ça mieux.
Car si la vérité était toujours la même,
Comment peindre cent toiles avec un même thème ?

Mensonges du matin font vérités du soir,
Quand c’est le dictateur qui raconte l’Histoire.
La règle, c’est l’erreur, on se trompe toujours :
La vérité n’est donc qu’accident de parcours.

D’avoir la vérité, les hommes ont grand besoin ;
Mais du mensonge aussi, ils ne veulent pas moins.
Mensonge à proclamer, vérité à cacher ?
Le poète est menteur qui dit la vérité…


  

 

Os Court :

 « La vérité, c’est ce qui m’arrange.»  
 Wolinski



lundi 17 juillet 2017

Deux en un. LEM 1024

LEM n° 1024


http://www.exmed.org/archives17/circu1024.html
    17 juillet 2017


                           
Autodérision toujours LEM 1024


Plus on exerce des métiers de haute responsabilité moins il faut négliger un guide d’action majeur. Peu importe que les sots , ou les trop coincés dans un rôle qui leur est imposé, voient dans l’autodérision une atteinte à une prétendue «dignité».
Voici, proposé par Cécile Bour, une savoureuse mise en boite de nos comportements collectifs.

Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 17-18 juillet 2017

              

                              Deux en un

                                  
               

                               Docteur  Cécile Bour




   Os Court :

 «   On a fait de moi un personnage dont je refuserais de serrer la main.»  
 Jean Cocteau


mercredi 12 juillet 2017

Simple opinion et plein de questions (Exmed)

12-14 juillet 2017


                      Simple opinion et plein de questions

 

«Certains Français ont du mal à accéder à un médecin pour des raisons financières», déclare Agnès Buzyn , médecin hospitalier universitaire de la fonction publique hospitalière et ministre de la santé, au micro de RTL le 10 juillet 2017.


Combien de fois dans sa carrière médicale a-t-elle rencontré un patient ou une famille qui a renoncé à consulter un médecin personnel parce qu’il ne pouvait pas payer les honoraires ?


Combien de fois, au lieu d’écouter des doléances de malades supposées véridiques, a-t-on pris la peine de faire une enquête rigoureuse auprès des médecins de ville et des campagnes pour établir deux faits :

- Combien de patients avez-vous soigné sans leur demander le moindre paiement ?

- Combien de fois avez-vous accepté que des patients vous règlent seulement quand ils sont «remboursés» par l’assurance maladie ?

- Combien de patients avez-vous refusé de recevoir parce qu’ils n’avaient pas d’argent ?



Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 12-14 juillet 2017

lundi 10 juillet 2017

Les virus ont-ils une racine ? LEM 1023

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1023 http://www.exmed.org/archives17/circu1023.html
    10 juillet 2017

                           
              
           

                                 Les virus ont-ils une racine ?
                                  
               


                                       Docteur François-Marie Michaut
  

    
 L’Organisation Mondiale de la Santé des Nations Unies (OMS), dans sa communication souvent grandiloquente, nous parle d’éradication des maladies virales. Eradiquer, le mot le dit, c’est enlever la racine. Ce qui est fatal à nos cousins végétaux comme à nos dents. Question simple : qu’est-ce que c’est que cette racine des virus ? La savante virologie parle de réservoirs et identifie depuis longtemps des vecteurs. Mais pas la moindre allusion à ce qui pourrait constituer un système racinaire.

   Dans le blog du Monde « Passeurs de sciences » du 8 juillet 2017, Pierre Barhélémy écrit : «  une équipe canadienne a pu synthétiser  asse facilement un cousin du terribe ( et éradiqué )  virus de la variole » . Quelle peut bien être la motivation de ces chercheurs pour aller titiller ce virus, qui a toujours, les historiens en attestent; un redoutable compagnon de nos sociétés humaines ?
 La réalité a voulu que, bien malgré moi, je sois le dernier médecin français à avoir du affronter une épidémie de variole (1).  C’était en 1967, au bord du Lac Tchad, au milieu de nulle part. 25% de mortalité dans un groupe de  pélerins se rendant par caravane du Nigeria voisin à la Mecque.

Quand on a une idée de la vitesse comparative de multiplication des micro-organismes et de nous les vertébrés, nous demeurons des nains en matière de capacité de modifications génétiques.
Pouvons-nous cesser enfin de confondre ce qui n’est que des croyances avec ce que montrent des observations scientifiquement démontrées ? Qui peut affirmer qu’un virus quelconque ( poliomyélite, fièvre jaune, variole ou tout autre) a totalement et définitivement disparu de la planète, pourquoi et par quel mécanisme ?


Note :
Michaut F.,  Pratique médicale au Lac Tchad en 1966-1967, thèse de doctorat en médecine, Paris 1969, dactylographiée.                       

  

 

Os Court :

 «  Il pense par contagion et attrape une opinion comme un rhume.»  
 John Ruskin



vendredi 7 juillet 2017

Flop tabagique des ponctions d’argent- CO Exmed



Flop tabagique des ponctions d’argent
 
   Combien d’années faudra-t-il encore à nos préventologues de bureau pour comprendre :

- que l’addiction massive à la fumée de tabac a été une retombée de la guerre des tranchées, il y a un siècle. Avec un rebond redoutable à la fin de la dernière guerre mondiale, fort juteux pour les caisses publiques avec le monopole d’Etat de la production de l’importation et de la vente de l’herbe à Nicot.

-  que, par pur effet mimétique, l’usage du tabac est depuis les années 1990 en voie de disparition progressive chez les citoyens les plus favorisés socialement.

- que le recours à la nicotine constitue une des ultimes tentatives d’automédication ( hélas trompeuse et dangereuse ) de ceux d’entre nous qui vont le plus mal socialement, médicalement et économiquement.


   Augmenter sans arrêt le prix de ce toxique légal sans prendre en compte que ce sont les plus malheureux qu’on condamne ainsi à la double peine est profondément injuste. Faire payer pour obtenir un changement de mode de vie, ces gens sont hors de toute réalité !

 Les fraudeurs de tout poil ont un boulevard on ne peut plus rentable devant eux.
    À quand les ramasseurs de mégots ?


Dr F-M Michaut , CO d’Exmed, 7-9 juillet 2017

Agonie des cabinets médicaux personnels (Exmed)

     L’Île-de-France, la région la plus riche en ressources de la nation, est touchée. Après avoir connu, comme dans les campagnes isolées, ...