Rechercher dans ce blog

31 mai 2020

Autodéconfinement (LEM 1173)

 

     « Comment écrire sur quelque chose dont on ignore encore les répercussions à long terme ?» s’interroge le romancier américain Douglas Kennedy dans une Tribune au Monde du 30 mai 2020. Mais, il a raison de pointer  notre ignorance elle-même. La découverte soudaine de la présence du Coronavirus19 chez l’homme nous a conduits, à raison ou à tort, à bloquer toutes nos activités de groupe (1). Le confinement, en l’absence de tout traitement, a été décidé par des pouvoirs et appliqué par des populations terrorisées avec une étonnante soumission (2).

  Le temps a passé et le couple inédit virus-humain a poursuivi sur la planète son petit bonhomme de chemin jusqu’au moment de la décision politique de déconfinement. Dûment encadré de barrières hygiénistes dictées par des voix se réclamant de la rigueur scientifique. Nous devons rester à distance, ne pas avoir de contacts physiques et nous cacher le visage sous ce qui ressemble à un bâillon. Symboliquement (3), nous devrions ne pas dire tout ce que nous pouvons et voulons dire ? Quels pouvoirs se sentiraient ainsi mis en danger ?  Silence des penseurs.

     La direction des peuples n’a eu d’autre ressource que de se mettre dans les pas des scientifiques. Eux-mêmes fort dépourvus, et comme il leur est coutumier, très divisés. La connaissance scientifique a ainsi probablement perdu l’aura d’insurpassabilité sur tout autre forme de savoir qu’elle avait auparavant (4).

    Alors qu’est-ce que c’est que cet autodéconfinement évoqué en titre de ce papier. Pourquoi inventer un tel mot ? Parce que chacun s’invente en permanence son propre monde. Qui a ses limites, ses confins au delà desquels on hésite à aller. Peut-être faut-il avoir une idée des confins qu’on s’impose à soi-même ? Avant d’oser en éprouver la solidité et la pertinence, tout comme le font si soigneusement les scientifiques dans leur travail.

    Nous sommes entrés dans une nouvelle ère, cela se dit partout. L’ancienne périt sous nos yeux parce que nous nous sommes trompés nous-mêmes. Notre culture en se planétisant a poussé au maximum ses feux, son développement tous azimuts sans autre critère que l’accumulation des biens matériels que nous avons appris à fabriquer. La réalité la plus élémentaire vient de démontrer la fragilité de verre de ses rouages : un événement aussi banal que la zoonose actuelle met par terre tout notre édifice dans un énorme effet domino. Et pourtant, nous sommes tellement persuadés de la solidité de nos façons de concevoir la réalité. Lire ou relire l’essai brillant de Siri Hustvedt,  également romancière reconnue (5). 

    Personne cependant, à mon sens, n’est capable de déconfiner, au sens où nous l’entendons ici, qui que ce soit. Chacun de nous, à la place où il vit, est le seul responsable de ce qu’il fait lui-même. Oui, c’est autrement difficile que de se frotter les mains au gel hydroalcoolique en allant boire son café à la terrasse du bistrot du coin enfin ouvert ! Même à un mètre de Douglas Kennedy et de Didier Raoult masqués tous les deux.

                             François-Marie Michaut



______________________



Notes de l'auteur :


(1) De savantes recherches ne manqueront pas de l’établir.



(2)  Là encore, ce sera un intéressant terrain pour les chercheurs.



(3) Un symbole était en Grèce une tablette d’argile portant un message écrit. Cassée en deux et portée par deux porteurs différents, elle ne devenait compréhensible et garantie authentique que par son seul destinataire.


(4) Michaut F-M , La science sacralisée a péri, LEM 1168, 27 avril 2020
 


(5) Siri Hustvedt, Les mirages de la certitude, essai sur la problématique corps/esprit, Actes Sud, 2018, 23€50,  ISBN 978-2-330-09261-0
titre original :The Delusions of Certainly, Simon & Shuster New York 2016

         
 __________________________
 
Os court :

« L’Espoir est un état d’esprit (...) C’est une orientation de l’esprit et du coeur (...) Ce n’est pas la conviction qu’une chose aura une issue favorable, mais la certitude que cette chose a un sens, quoi qu’il advienne.»

Vaclav Havel


 Lettre d'Expression médicale
n° 1173
1er juin 2020

Essayer de comprendre (Exmed)

     Tant pis pour les experts et tous les leaders d’opinion, pour les lecteurs dans le marc de café, pour les affamés de reconnaissance égotique et pour les manipulateurs à l’affut de tout et de n’importe quoi pour en tirer profit. Il n’est question ici que de chaque être humain, dans son infinie originalité, qui doit vivre ce qu’Homo Sapiens n’a jamais vécu depuis ses origines. Pas d’histoire antérieure à tenter de remettre au gout du jour pour s’orienter. L’aventure actuelle est absolue, aucun retour à un avant ne peut plus fonctionner. 


   Angoissant, stimulant ?  La LEM 1173 Autodéconfinement se permet d’y mettre son grain de sel.
Bonne lecture critique.


François-Marie Michaut 
 1-2 juin 2020

PETITS SOINS (LEM 1244)

   «  Elle eut soin de se peindre et d’orner son visage Pour réparer des ans, l’irréparable outrage  » Le soin qu’elle y mettait, avec solli...