mardi 29 novembre 2016

Malheur aux entre deux CO Exmed 30 nov 1 déc.













                                                            Malheur aux entre deux

    On parle beaucoup dans nos gazettes de la sécurité sociale modèle français. Qu’il faille maintenant pour soigner ses maladies ordinaires disposer d’une assurance complémentaire pour pallier le désengagement croissant de notre sécu (taux maximum de remboursement hors ALD 65%) semble finalement ne choquer personne. Que les plus démunis disposent de la possibilité de soins gratuits pour eux est une mesure fort estimable. Que les plus nantis, ou ceux qui bénéficient d’une mutuelle fournie par l’employeur, puissent s’offrir ce confort, fort bien pour eux.

   Mais les autres, les entre deux, ceux qui ont trop pour être assistés et pas assez pour se payer leur «mutuelle», comment peuvent-ils se soigner de façon décente ? Ils renoncent aux soins, et pas parce qu’ils n’ont pas de cabinet médical à leur porte.
   Et ne parlons pas des soins dentaires ( les fameux «sans dents»), des lunettes de vue ou des prothèses auditives.

F-M Michaut CO Exmed 30 novembre-1er décembre 2016

dimanche 27 novembre 2016

FERRAILLAGES FERS FORGÉS lem 991


Lettre d'Expression médicale d'EXMED

LEM n° 991
    28 novembre 2016


                           
                             FERRAILLAGES
                            
FERS FORGÉS
                     
                               Jacques Grieu

   
                    


Notre chemin de fer est un danger pour nous
SNCF l’avoue et crie « gare ! » partout.
Pour les nés daltoniens, chemins de fer proscrits
C’est la critique d’art, qui n’a pas d’interdit.
Dictature du fer ou anarchie de l’or ?
Pot de terre ou de fer, lequel a vraiment tort ?

Pourquoi, ce pauvre fer, faut-il se mettre à battre
Dès qu’on dit qu’il est chaud ? Affaire de psychiatre !
Feu le rideau de fer, usait du fer à glace,
Pour chauffer guerre froide et querelles de race.
À coups de Croix de Fer on mit fer dans la plaie :
Aucun fer à cheval un répit ne pouvait…

Le fer a ses humeurs de métal… pointilleux :
Le fer blanc est tout gris, le fer doux bien… rugueux,
Et la paille de fer rebute le bétail.
Même le mâchefer a le goût de ferraille.
Le fer à repasser passe combien de fois,
Avant de repasser ? Deux, trois ou trente trois ?

Le feu des quatre fers est ancienne expression
Mais qui évoque encor les bons vieux éperons.
Employer fer et feu est dans la même veine
Pour quatre fers en l’air imaginer sans peine.
Jamais le fer de Lens ne fut spécialité,
Ni la mine de fer, indice de santé.

Frapper marteau d’argent ouvre portes de fer :
Le football du Qatar a bien su comment faire.
Pourtant, sur la balance, on voit que fer vaut or !
Mais à trop bien peser probité s’évapore…
La volonté de fer qu’on affiche est louable,
Mais rouille aisément en compromis coupables.



 

 Os Court :

 «   Bouillabaisse : seul plat français permettant de facturer le rouille au prix du fer forgé. »
 Philippe Bouvard

    
     




Traitement martial CO d'Exmed

Traitement martial LEM 991


Si notre imaginaire de soignant, laminé par le surmenage, a tendance à s’anémier, voici une potion. Pas magique, juste efficace. Avec l’air de ne rien faire, Jacques Grieu nous administre une salutaire dose de fer. Et pas besoin de dosage sanguin ni de visite au pharmacien, juste la lecture de la LEM 991 : FERRAILLAGES FERS FORGÉSwww.exmed.org/archives16/circu991.html
F-M Michaut CO Exmed 28-29 novembre 2016 www.exmed.org

jeudi 24 novembre 2016

Plein le dos CO Exmed

Plein le dos


Les lombalgies sont très fréquentes en médecine générale. Elles sont souvent invoquées pour obtenir un arrêt de travail. C'est connu comme le loup blanc par les publics friands de ce genre d'extorsion de repos, le diagnostic médical ne repose que sur les dires du sujet. Quant aux traitements, mieux vaut ne rien en dire tant ils sont aléatoires.

  Alors quand l'assureur unique obligatoire ( la CNAM) monte au créneau pour lutter contre ce «mal du siècle» ( Cyrille Dupuis, QDM du 24 novembre 2016) on ouvre les oreilles. Outre des mesurettes cosmétiques rituelles à l'efficacité improbable, le fond du problème surgit. Une meilleure vie pour les assurés sociaux ? Pas du tout. Un milliard d'euros d'économies sur les dépenses.
Plein le dos d'une société qui ne sait que ramener toute chose à une question d'argent. Il n'y a pas que les plaies du portefeuille dans la vie humaine !

F-M Michaut CO Exmed 25-27 novembre 2016 www.exmed.org

mardi 22 novembre 2016

Sondons les sondages CO Exmed

Sondons les sondages


  Le nombre des erreurs de prédiction du résultat d’une élection par la méthode des sondages statistiques est impressionnant. Pour quelle raison, toute erreur technique ou méthodologique se trouvant éliminée par cette multiplicité ? Le plus simple est d’étudier un système physique aussi peu peu complexe que le calcul des trajectoires d’un billard. C’est la recherche étonnante  effectuée par un physicien fondamental, par ailleurs pionnier dans le domaine de la vision artificielle. Voici, dans une courte vidéo, le résultat  qui atomise quelques certitudes bien ancrées. Lien  
     Pour les plus curieux :  GUILLEMANT, Philippe, et al, Characterising the transition from classical to quantum as an irreversible loss of physical information, Arxiv 1311:5349, Quantum Physics, 2013 . Lien
 
    Passer sur le billard n’est décidément jamais un long fleuve tranquille. À quand le tour, à mes yeux inévitable, de l’impressionnant arsenal statistique  utilisé par les sciences médicales et pas mal d’autres ?

F-M Michaut CO Exmed 23-24 novembre 2016 www.exmed.org

lundi 21 novembre 2016

L'homme qui voyait ... LEM 990


Lettre d'Expression médicale
 LEM n° 990

    21 novembre 2016

                          


                             L’homme qui voyait ...
                      

                               Docteur François-Marie Michaut
  
                   

 Dans les années 1980, quand, au cours de réunions de l’UNAFORMEC (1) nous demandions à des médecins généralistes quel était le domaine pour lequel ils ressentaient le plus grand besoin de formation continue, un thème précédait tous les autres. Celui des aspects psychologiques, ou plus largement relationnels, de la pratique médicale. Ce manque ressenti de compétence a-t-il été totalement comblé depuis ? Il est permis d’en douter. Comment ne pas rêver d’avoir les moyens, pour soigner au mieux quelqu’un, d’accéder à son mode personnel de fonctionnement mental ? Voilà à quoi m’a fait penser le titre du dernier livre d’Éric-Emmanuel Schmitt : L’homme qui lisait à travers les visages (2).
Oui, c’est un roman, genre en apparence aux antipodes d’un ouvrage scientifique « sérieux »  digne de figurer en bonne place dans une bibliothèque de médecin « sérieux».  Ne vous y fiez pas.
L’auteur de 56 ans, dont le père ancien champion de lutte fut kinésithérapeute, est de formation strictement littéraire,  ancien élève de Normale Sup et professeur agrégé de Philosophie pour être précis.

   Alors, pourquoi donc parler de lui sur un site traitant de médecine ? Tout simplement parce qu’il aborde au travers d’une fiction habile un sujet qui ne peut pas laisser un soignant indifférent. Celui de la violence et de son rapport profond avec le sacré (2), en particulier dans les trois religions des descendants d’Abraham.  Mais le propos, dans son inspiration métaphysique au sens premier du terme, dépasse largement le cadre des institutions et traditions religieuse.
Tout commence par un attentat suicide à la bombe à Charleroi. Et, dans un style et avec un rythme  qui m’évoquent ceux d’une bande dessinée, une riche histoire se déroule. Là se passe une chose extraordinaire, le personnage principal socialement décalé perçoit une réalité qui demeure étrangère aux autres.
Nouvel écho en moi : celui de la présentation ici même d’un livre sur l’observation scientifique des états modifiés de conscience (EMC) non ordinaires en Suisse  (3). La fiction littéraire, toute nourrie d’une érudition solide jamais étalée et toujours audacieuse venant rencontrer des pionniers des lisières encore négligées de la connaissance scientifique, la coïncidence est tellement forte qu’elle ne peut pas être le fruit du hasard.

   Voici donc, au delà de la qualité évidente d’une écriture lumineuse et stimulante d’écrivain de grand talent, pourquoi ce livre est important à mes yeux. Sans souci de démontrer quoi que ce soit comme le fait la science, il ose ouvrir des fenêtres sur des réalités que ne peut pas, ni ne veut, prendre en compte le déterminisme matérialiste dominant notre culture occidentale. Une possibilité d’échapper au « Parc de la pensée» où nous sommes enfermés décrit par le physicien fondamentaliste Philippe Guillemant (3), ça ne court pas les rues. Une façon totalement inédite de percevoir la réalité dépassant en les englobant les apports de toutes nos connaissances qu’elles soient scientifiques ou non, tel est la perspective qui est en train de se développer. Cerise sur le gâteau:  elle ne vient ni des USA, ni d’Allemagne, ni d’Angleterre ni du Japon mais bien de cerveaux « made in France ».
Il va donc falloir à nos médias professionnels, et à nos élites patentées,  un bon moment pour comprendre cette  phase en expansion de l’évolution des esprits.

  Notes:

(1) Union nationale des associations de formation médicale continue. Site de l'UNAFORMEC


(2) Albin Michel 2016, 420 p, 22 euros    

                        
(3) D’une façon qui n’a rien à voir avec la théorie mimétique défendue par l’anthropologue  René Girard dans « La violence et le sacré» Grasset (1972)

(4) Michaut F-M LEM 986 du 24 octobre 2016 Approche scientifique de la conscience

(5) Michaut F-M LEM 961 - Lettre ouverte à Philippe Guillemant


Os Court :

 «   Qui écrit quand j’écris ? »
 Éric-Emmanuel Schmitt

    
    

Norvège (LEM 1137)

                   Norvège  
                           Cécile Bour
 Ciel et mer vers l'infini lanternent, La nue se noie dans l...