Rechercher dans ce blog

04 avril 2019

Médecin-capitaine Marc Laycuras (Exmed)


   Il est mort à 30 ans dans une explosion de son véhicule sur une piste au Mali au cours d’une intervention militaire (Le Monde 3 avril 2019).

   C’est le risque du métier qu’il a choisi diront certains, d’autres expriment leur compassion.
  

  Saluons ici à sa juste valeur, j’en ai été jadis le témoin direct dans  le Sahel, le travail médical de haute qualité et d’une modestie absolue, auprès des populations dépourvues de médecins,  des praticiens militaires détachés au service  de la Coopération technique.


François-Marie Michaut
Exmed 5-7 avril 2019

1 commentaire:

  1. Qu'est-ce qui pousse un être humain à choisir, au risque d'y laisser la vie, de mettre ses compétences et son savoir au service de populations que la guerre décime ? Voilà la question que je me pose face à la médecine de guerre, et selon moi la réponse se situe bien au-delà de l'engagement militaire. Je pense aux médecins, mais également aux soignants de toutes formations qui les assistent, les aident, et les soutiennent. J'ajoute une pensée pour le Docteur Marc Laycuras et pour ses proches...

    RépondreSupprimer

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

Mots qui puent, mots qui tuent (LEM 1226)

   L’invention de l’imprimerie a été un des moteurs de la Renaissance en Europe. Les textes enfin sortis de la seule tradition orale ou des ...