Rechercher dans ce blog

28 novembre 2021

Du pouvoir de dire non (LEM 1250)

 

         Au risque de verser dans les poncifs des rappels s'imposent ...

  En fait il y a assez peu de gens qui ont la capacité de dire non. Boris Cyrulnik, neuro-psychiatre renommé, explique pourquoi ( voir ses interviews sur YouTube).
En fait la plupart des gens aiment obéir.

  La Boétie et Bossuet et quelques autres  l'ont noté de longue date.
Aujourd'hui la psychiatrie et les neurosciences comprennent pourquoi.

 C'est une question de structure mentale acquise au cours de l'enfance dans les différents cercles éducatifs mais surtout affectifs dans lesquels on a grandi qui nous apprennent à nous respecter nous même ( ou pas ndlr) et à ne pas obéir à n'importe quoi sans analyse.

On aime  obéir essentiellement pour se RASSURER, pour être du côté des forts , de ceux qui commandent et obtenir par ce biais un confort moral ,et parfois des avantages matériels.

On le voit tous les jours et c'est pire en cas de crise comme celle que nous vivons tous en ce moment.
                                                       Jean-François Huet


    

Os court :

« Les assureurs ne veulent plus rien assurer sans avoir l’assurance que le risque qu’ils assurent est devenu inexistant. »

 Philippe Bouvard

 Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1250 29 novembre 2021
 


                       
            
                                              
 

2 commentaires:

  1. Cela fait un bail que je n'ai pas commenter les articles d'EXMED. Ce n'est pas par simple désintéressement.

    NON !

    C'est plutôt par faute de temps. Effectivement, je me suis investit dans un projet à Madagascar.

    Et nous y voilà, le lien avec le fait de savoir dire "non" ou pas du tout...

    En tant que chargé de mission j'ai dû renouer avec le contexte socio-culturelle malgache et je me suis rappelé qu'il est rare qu'un malgache dise "non".

    Serait-ce pas peur de "briser" l'harmonie sociale... même si cette dernière est plutôt anecdotique dans ce monde de la globalisation qui prône l'individualisme même en milieu rural malgache ?

    Dans tous les cas, ne pas en tenir compte est la garantie (cf. assurance) d'agrandir le "cimetière à projets" qu'est la Grande Île d'après les bailleurs de fonds !

    C'est ainsi que j'ai échappé à cet écueil comme je l'explique ici :

    https://sarybara.wixsite.com/paysansdupartage/post/penser-le-bien-commun

    RépondreSupprimer
  2. Cher DR,
    Les commentaires sont précieux et votre vision globale stimulante.
    J'en redemande : savoir dire non est aussi de ne pas se taire pour ne pas se faire remarquer quand on a un cerveau qui veut fonctionner pour guider ses actions.
    FMM

    RépondreSupprimer

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

Miroir déformant (Exmed)

 Selon Bruno Patino, auteur de « Tempête dans le bocal = la nouvelle civilisation du poisson rouge » , les réseaux sociaux ne sont qu’un mi...