Rechercher dans ce blog

03 novembre 2020

Masques chirurgicaux (Exmed)

 
  Après avoir abandonné pour inefficacité la blouse chirurgicale à bavette textile incorporée, pourquoi porte-t-on en salle d’opération cet objet filtrant devenu emblématique de la  barrière contre le Covid 19 ? Pour protéger les opérateurs des projections possibles de fluides venant du champ opératoire. Plus altruiste : établir une barrière entre les bactéries transmissibles par la respiration des chirurgiens et de leurs aides et les plaies opératoires. Les niveaux de preuve d’efficacité sont étudiés par ACMTS.ca, l’Agence canadienne des médicaments et des technologies de santé,  lien . Organisme indépendant et sans but lucratif.

   

   Il n’est question que des bactéries. Leur taille est de 1 à 10 microns. Alors, pour la capacité  à retenir dans ces filtres des virus qui n’atteignent que 0,15 micron, il est logique, mètre en main,  de demeurer scientifiquement dubitatif. Cependant, comme symbole omniprésent de la peur collective à entretenir pour contraindre les citoyens à obéir, cela peut avoir une valeur... politique.


François-Marie Michaut


 4-5 novembre 2020

1 commentaire:

  1. bonjour, lisant par hasard votre commentaire et étant plutôt "anti masques en plein air" je rajoute que cependant ce sont les postillons qu'il s'agit d'arrêter par les virus avec le masque. Or ces gouttelettes parfois microscopiques peuvent aller à 4m de leur point d'émission. d'où le mouvement stop postillon qui en mars souhaitait que nous les affichions sur coronaclic...
    Et d'accord sur le stigmate que le masque signe: montrer qu'on fait attention, est plus facile que de respecter la distanciation physique de 2 m.
    Cordialement

    RépondreSupprimer

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

Silence, on tourne (Exmed)

      Contribution plastique à une apologie d’autres formes d’expression pour nos temps incertains. Une belle occasion de se taire un peu po...