Rechercher dans ce blog

dimanche 17 mai 2020

Mal pansés parce que mal pensés (LEM 1171)

 
  Cela ressemble à une blague facile que de rapprocher panser et penser. D’une part mettre un pansement comme le fait tout soignant, de l’autre faire usage de ses capacités de compréhension de la réalité.
A tout problème, sanitaire ou non, existent plusieurs solutions. Les bonnes et les mauvaises. Comment se fait la distinction sans faire appel à des notions dogmatiques ou idéologiques  impossibles à partager par tous ? C’est la réalité qui indique sans ménagement qui a raison et qui a tort.

   Notre réalité du moment, montée en mayonnaise média    tique partant dans tous les sens, nous conduit à un sentiment dont nous pensions être prémunis par toutes nos sources d’information. L’écrivain et patron de presse Éric Fottorino a su lui donner un nom : l’inintelligibilité (1). Nous ne comprenons pas la situation que nous vivons depuis que le Corona virus 2019, supposé être dénué de toute intelligence mais dont l’émergence nous a contraints à stopper toutes nos activités et à nous enfermer  comme l’humanité ne l’a jamais fait.

   Tout s’est arrêté en 2020, sommes-nous capables de comprendre pourquoi ? C’est notre façon de faire et de vivre les choses depuis des siècles qui nous a conduits là. Un tel échec collectif (2) dans un monde dont nos sciences admirent la beauté et la fabuleuse capacité d’adaptation depuis ses origines, est le signe que quelque chose ne fonctionne pas. Où le situer, si ce n’est dans notre façon de penser la réalité. Il ne s’agit pas d’un simple prurit philosophique pour intellectuels distingués, mais bien de notre outil le plus productif. Notre cerveau, celui qui nous fournit une image de la réalité sans laquelle nous ne pourrions pas agir sur elle. On construit dans sa tête avant de réaliser avec ses mains, il suffit d’observer un enfant qui joue pour l’observer.

L’ère covidienne (3) ne peut que demeurer «inintelligible» pour qui ne peut en percevoir que la dimension virologique, épidémiologique, économique, sociale, psychologique, politique ou toute autre. La confrontation est hautement systémique. En face l’un de l’autre deux entités. D’une part l’effondrement en château de cartes de toutes les valeurs après lesquelles nous n’avons cessé de courir avec les seuls moyens technoscientifiques dans un idéal de «développement» sans limite. D’autre part, les seules capacités de nos cerveaux humains enfin libérés de leurs freins (4).
Apprendre à penser large demande un effort. Nous croyons tellement à la supériorité intensèque des expertises et des connaissances les plus «pointues» sur toute autre forme de savoir. « Penser globalement, agir localement » nous conseillait l’inventeur des antibiotiques, le français René Dubos (5). Qui fut également, jusqu’à Kennedy, le conseiller présidentiel pour l’écologie.
Et si cet apprentissage vital du penser large était déjà sous nos yeux sans que nous en ayons compris la valeur ? Pour panser correctement, c’est à dire au bon niveau d’efficacité, les maux que nous avons créés de toute pièce, nous avons le dos au mur. Penser enfin correctement, c’est à dire en utilisant à fond notre libre-arbitre personnel. Celui qui avait eu la possibilité de se réveiller un peu durant nos deux mois de réclusion forcée. 


   Penser devenant plus important que dépenser.
Et pourquoi pas ?

                           François-Marie Michaut


________

Notes :

(1) F-M Michaut,  Dame terre» a parlé, Coup d’oeil du jour, 11-12 mai 2020.

(2) Nos esprits, sauf d’inévitables exceptions relevant de la pathologie, ne peuvent plus adhérer à l’explication rituelle ancienne d’un bouc émissaire qui serait le seul responsable de cet effondrement. Aucun massacre ne peut nous tirer d’affaire.

(3) La période qui a commencé en 2019 avec la zoonose virale, encore non maitrisée, dont les conséquences sur notre vie se révèlent progressivement. La distinction entre le causé par et l’associé à s’impose.

(4) Les neurosciences, pas plus qu’aucune science, ne nous apprennent rien là dessus. Elles ne voient pas la pensée. Le physicien Philippe Guillemant évoque  sans ménagement « le parc de la pensée» comme notre prison à tous.

(5) René Dubos, Mirage de la santé, Payot 1961

_______________________
 

Os court :

«  Penser les maux, panser les mots. » 
 
  Philippe Aalberg (1955)

 

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1171    11 mai 2020

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

POURQUOI ? (LEM 1172)

       Certains vont jouer au bridge, aux échecs, au jeu d’oie ; Moi, je joue aux questions ; et que je pose à… moi. Me tirant par la manche...