mardi 1 octobre 2019

La médecine générale contre toute attente
 (Exmed)

    En France les nouveaux internes viennent de choisir leur discipline d’affectation.  Alors qu’ils étaient boudés depuis des années par les étudiants, tous les postes hospitaliers de Médecine Générale sont pourvus. 

  

     La première a effectuer ce choix est classée 28 ème au classement du concours (QDM du 30 septembre 2019). Nos jeunes ne croiraient plus, comme leurs ainés depuis 1958 en la supériorité absolue des carrières au sein des hôpitaux publics ou des plateaux techniques ? Les postes de santé publique sont délaissés et la psychiatrie est la grande perdante. La maladie systémique du système à la française est si sévère que les troupes médicales en formation votent pour un autre avenir. Les mouvements de grève ont des conséquences pour ceux qui les vivent de près depuis des mois.
 

   Les actes sont toujours plus parlants que les déclarations et les discours. L’avenir ne peut plus être la prolongation linéaire de notre passé, quelque soit le talent et la bonne volonté de tous les réformateurs.
  
       Bonne - ou mauvaise- nouvelle : la médecine générale est un métier d’avenir.

François-Marie Michaut
2-3 octobre 2019


2 commentaires:

  1. tous les postes" hospitaliers"? joli lapsus. En tout cas tous les postes offerts par la filière sont pourvus et même si ça met en difficulté nos parcours de formation qui accuse une augmentation brutale des cohortes c'est en effet une très bonne nouvelle pour la discipline!

    RépondreSupprimer
  2. Lapsus écrivez-vous ? Il y a si longtemps que je suis choqué parce qu'on veut absolument que le lieu privilégié de formation de la médecine demeure, comme pour toutes les spécialités, l'hôpital public.
    Désolé, mais nommer de médecine générale un service hospitalier est une erreur grave. La médecine générale est une médecine de face à face direct et sans filet avec le patient et sa famille. A l'hôpital, c'est toujours une relation à trois : médecin (autre soignant) - patient ET institution hospitalière.
    J'ai assez vécu dans ma vie les deux systèmes pour me rendre compte qu'ils sont radicalement différents. Avec chacun ses avantages et ses inconvénients, mais irréductibles l'un à l'autre. Peut-être suis-je le seul à voir les choses ainsi.
    Quant à la discipline médecine générale, il ne peut revenir qu'à ses "spécialistes" les généralistes de lui donner le développement spécifique qu'elle mérite.

    RépondreSupprimer

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

Agonie des cabinets médicaux personnels (Exmed)

     L’Île-de-France, la région la plus riche en ressources de la nation, est touchée. Après avoir connu, comme dans les campagnes isolées, ...