jeudi 17 octobre 2019

Agonie des cabinets médicaux personnels (Exmed)


     L’Île-de-France, la région la plus riche en ressources de la nation, est touchée. Après avoir connu, comme dans les campagnes isolées, la raréfaction et le vieillissement de la population des médecins généralistes, voici que disparaissent à Paris de plus en plus de cabinets de médecins spécialistes. Il y a déjà un bon moment que les étudiants affirment leur préférence massive pour un exercice salarié. Il est bien naturel que tout évolue avec le temps.

  Il n’est pas totalement stupide de se demander avant qu’il ne soit trop tard si ce qu’on fait va bien dans l’intérêt du couple malade-médecin, et, par ricochet, du système de soins dans son ensemble. 
   Et, de grâce, pas seulement au nom des équilibres financiers !


François-Marie Michaut
18-20 octobre 2019

3 commentaires:

  1. C'est vrai ... les cabinets de médecins se raréfient, pas seulement en France d'ailleurs!!! En vérité je préfère ce qui se passe ici depuis bien longtemps, nous avons des organisations de médecins de tous genres. Chaque personne s'inscrit
    a l'une de ces organisations, paye par mois, et a droit aux médecins de tous genres sans payer! Bon, chaque pays décide....
    Bonne nuit !
    Juliette Goldberg (Jérusalem)

    RépondreSupprimer
  2. Il est étrange que notre société ait interdit depuis longtemps de payer les travailleurs à la tâche ou à la pièce.
    Nous considérons encore comme acceptable que les médecins "libéraux" voient leurs revenus dépendre ( presque intégralement) du nombre de consultations et d'actes qu'ils effectuent.
    Deux poids, deux mesures à conserver coûte que coûte ?
    Ceci dépasse le simple cadre politique ou syndical !

    RépondreSupprimer
  3. A Juliette, c'est intéressant, pouvez vous me donner les noms de certaines associations ?
    Le problème de l'exercice libéral rejoint en France celui de bons nombres d'activités économiques : beaucoup de contraintes, de réglementations, de taxes, et d'imposition, et pas beaucoup de liberté de mouvement.
    Les jeunes, élevés au contact d'hospitaliers pour la plupart ignorants de ces réalités du monde libéral, n'ont tout simplement pas envie de s'y plonger.
    Beaucoup de professions ont un tarif horaire, je ne pense pas que les médecins protesteraient si on substituait cela (100 euros de l'heure) au paiement à l'acte.
    Là encore, beaucoup de contraintes, peu de liberté.

    RépondreSupprimer

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

Retour de manivelle du savoir
 (Exmed)

   Partant d’une observation directe de sa Normandie natale, Jacques Grieu nous livre sa symphonie « picturotextuelle » (*) sur un sujet qui...