mardi 5 février 2019

À votre bon coeur (Exmed)

      Ainsi parlaient au siècle dernier ceux qu’on nommait, sans état d’âme, les mendiants en tendant la main à la sortie de la messe du dimanche. La charité s’est déchristianisée, mais n’a pas péri. Des associations puissantes ont vu le jour pour porter secours aux grandes  causes publiques négligées par les états.

    La générosité du public pour contraindre le pouvoir politique à soutenir enfin la recherche. Bonne idée tant que le pouvoir ne fait pas la sourde oreille pour assurer sa mission. Sinon ? Les donateurs finissent par ne plus donner. C’est aussi humain qu’irreversible.

François-Marie Michaut
Exmed 6-7 février 2019

2 commentaires:

Anonyme a dit…

lorsque les riches ont refusés la solidarité ils ont inventés la charité A-Camus

Effet Mem a dit…

Si je pose la question au dictionnaire Larousse, voici ce qu'il répond à monsieur Albert Camus,célèbre auteur de "La Peste" :


°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

nom féminin

(latin caritas, -atis)


Dans la théologie chrétienne, amour de Dieu et du prochain comme créature de Dieu : La Foi, l'Espérance et la Charité sont les trois vertus théologales.
°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°°

French Health Data Hub ? (Exmed)

   
En langue hexagonale, cela voudrait dire quelque chose comme plateforme de confiance des données de santé. L’idée est de constituer en F...