jeudi 18 octobre 2018

Mais qu'est-ce qui ne va pas en nous ? (Exmed)

   Nous sommes un Français sur dix à avoir présenté un « état dépressif caractérisé»  en 2017, selon «Baromètre santé» cité par le Quotidien du Médecin  du 16 octobre 2018. Cette pathologie, mettant parfois le pronostic vital en jeu dans ses formes les plus graves, est en constante progression depuis 2010, avec une prédominance féminine. L’industrie pharmaceutique y trouve un marché très rentable, bien que l’action pharmacologique de ses antidépresseurs soit loin d’être beaucoup plus concluante que celle obtenue avec un placebo.


   Les neurosciences nous expliquent qu’il y a un trouble des neuromédiateurs. Mais ne peuvent rien dire sur ce qui cause ces perturbations. Les visions purement psychologiques demeurent très partielles. Une vision écologique de la personne en souffrance en interaction avec son environnement n’existe pas encore.
Tant qu’on n’aura pas compris pourquoi et comment certains d’entre-nous présentent cette maladie de l’humeur et qu’on se contera de bricoler les neuromédiateurs, cette bien étrange «épidémie» poursuivra ses dégâts destructeurs.


      Comment faire ? Une seule chose est sûre : la réponse ne peut pas provenir des recherches recevant le soutien de l’industrie pharmaceutique.



François-Marie Michaut,
CO d’Exmed  19-20 octobre 2018

1 commentaire:

Effet Mem a dit…

Mais pourquoi cela nous tombe sur la tête ?
Max Dorra a déjà répondu il y a... 8 ans. Qui l'a écouté ?
Il s'est exprimé sur Expression médicale : voici son texte " La maladie de la valeur" qui n'a pas pris une ride.
http://www.exmed.org/archives10/circu646.html
FMM

Médicaments britanniques (Exmed)

    
Nos amis malades d‘0utre-Manche ne sont pas rassurés. Selon Le Monde du 18 février 2019, sous la plume d’Eric Albert Publié, la surven...