À quand les 80 pilules par mois ? (Exmed)

                           À quand les 80 pilules par mois ?

Le Parisien du 22 mars 2018 titre : « 10.000 décès par an dus à une mauvaise utilisation des médicaments ». Soit, en France,  environ trois fois la mortalité liée aux accidents routiers. C’est,  si la rigueur du macabre décompte est vérifiée, bien entendu inacceptable pour ce que nous disons sans rougir être l’un des meilleurs systèmes de santé au monde.
  
   Nos pouvoirs publics vont réagir, avec leur subtilité coutumière. Voici deux propositions pour lutter avec efficacité sur ce, pas nouveau du tout, «fléau de santé publique».


   - l’instauration d’un permis à points de prescrire et de délivrer des médicaments pour les médecins et les pharmaciens en fonction de chaque décès constaté sur un registre national obligatoire.

   
- la limitation sur toutes les prescriptions du nombre maximum mensuel de prise d’unités médicamenteuses à 80 par mois.


L’instauration immédiate d’une police sanitaire sur tout le territoire s’impose.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 23-25  mars 2018

Commentaires

Dr MG a dit…
Quand je lis ce genre d'informations sur les morts dues aux conséquences des prescriptions, je me demande si la dernière tribune de confrères contre l'homéopathie n'est pas l'arbre qui cache la forêt.
Par ailleurs ces parangons de vérité scientifique pointe du doigt la dangerosité de l'homéopathie, non dans sa prise mais parce qu'elle se substituerait aux traitements conventionnels.
Cette affirmation, j'aimerai bien qu'elle soit étayé par des chiffres.
Combien de morts dus à l'homéopathie?
Or aucun chiffre n'est annoncé.
Sans doute qu'il n'en existe aucun.
Mais est-ce alors de la rigueur scientifique d'affirmer sans preuve?
N'est-ce pas reprocher aux autres ce que l'on fait soit même?
Effet Mem a dit…
Deux remarques, si vous voulez-bien MG :
- l'indigence totale de la formation médicale en ce qui concerne les traitements non médicamenteux. La confusion de fait de la pharmacologie et de la thérapeutique ( bravo le lobbying pharmaceutique triomphant) est une catastrophe. L'enseignement médical exclusivement aux mains des praticiens hospitaliers fonctionnaires discrétement entretenus par les labos, ce n'est plus acceptable. Un jour l'ardoise à payer est là : on y est.
- juger de la valeur de soins comme l'homéopathie en ne considérant que la valeur des substances utilisées sous l'angle des seules propriétés pharmacologiques n'est pas acceptable. C'est considérer comme nulle la prise en compte des détails très personnels du quotidien de chaque patient au cours d'un interrogatoire très fouillé. Belle façon de stimuler les forces d'autoguérison ( ou d'autosoulagement ) de chacun se sentant reconnu par l'autorité médicale. On ne sait ce que c'est que ces forces d'autoguérison ? Ben si et ce sont les pharmacologues eux-mêmes qui ont vendu la mèche : c'est l'effet placebo. Energie potentielle, de nature encore inconnue, qui n'est ni dans le médicament, ni dans la personne du prescripteur mais dans TOUT ETRE VIVANT. Rien que nommer un faux médicament un placebo ( le dictionnaire le fait) indique qu'on n'a rien compris.
Mes propos doivent être critiqués, faut-il le dire ?
NOTE : je n'ai jamais pratiqué de ma vie active l'homéopathie ou l'acupuncture.
Dr MG a dit…
Échanger est ce qui permet "d'avancer"
Or aujourd'hui, l'invective et la détention de la vérité font la loi.

Je partage votre façon de penser sur le sujet.
Je ne suis pas toujours d'accord avec vous, mais comment cela se pourrait-il car nous ne sommes pas identique.

Aujourd'hui l'autoritarisme médical fait la loi jusqu'au plus haut niveau.
J'en suis personnellement affecté car ce n'est pas ma façon de fonctionner.

En tout cas, il me parait important que vous puissiez continuer à vous exprimer et à poser des "problèmes" de réflexion.

Bien à vous
Effet Mem a dit…
MG, je rebondis sur votre dernier commentaire.
Pour saluer votre courage de dire tout haut sur ce blog ouvert à tous ce que vous pensez. La flicomanie ambiante de tout ce qui est médical a un double résultat.
- nous rendre muets. Je le constate depuis plus de 20 ans dans mes activités sur Internet. Ce que j'ose publier est tellement décalé par rapport à la traditionnelle pensée académique que je devrais être inondé de noms d'oiseaux et autres procès en sorcellerie. Et bien RIEN ne se passe. Les lecteurs ( plusieurs centaines par jour quand même dans le monde entier) n'expriment pratiquement jamais leur opinion.
- renforcement constant de "l'autoritarisme médical"qui sait parfaitement utiliser les médiateurs numériques réduits à servir de porte voix.
Echanger sur un blog oblige à tenir compte du fait que des tas de gens lisent ce qu'on écrit et, l'humain étant ce qu'il est, pas toujours avec la plus grande bienveillance.
Voici donc comment échanger directement par mail avec moi. Adresse à transcrire lecteurs(arobase)exmed.org
lecteurs(arobase)exmed.org
Dr MG a dit…
Il est clair que tout est fait pour faire taire la pensée critique.

Il y a les autorités.
Qui a oublié que le président du conseil de l'ordre des médecins menaçait les médecins critiques de l'obligation vaccinale?
Mais il y a aussi certains auteurs de papiers sur des blogs ou ailleurs qui ne supportant pas la critique, méprisent où insultent ou plus subtilement excluent tout commentaire critique.

Je ne sais pas si il faut du courage pour s'exprimer.
Personnellement, je ne me trouve pas particulièrement courageux.
Mais ce qui est clair, c'est que l'invective plus ou moins importante ne favorise pas l'expression de tout ce qui sort de la "norme".
Effet Mem a dit…
Au centre de tout règne Sa Majesté le Dogme.
Larousse dit :
- Point fondamental et considéré comme incontestable d'une doctrine religieuse ou philosophique, ensemble de ces points constituant une doctrine : Les dogmes cartésiens. Le dogme chrétien.
-Opinion donnée comme certaine, intangible et imposée comme vérité indiscutable : La suppression de tout contrôle des prix est le dogme du libéralisme. Fin de citation.

Faire partie des zélateurs du Saint Dogme impose un certain type de fonctionnement. Celui de la culture intensive de son ego personnel (1). Rien de mieux que cela pour gravir les échelons de cette église universelle. Toute contestation est vécue comme une atteinte personnelle et doit être traitée comme une hérésie au temps de l'Inquisition. Les chiens de garde se déchainent, c'est bien vu MG.

Alors, je maintiens que montrer ouvertement qu'on ne fait pas partie du courant dominant ( main stream en Français) nécessite un courage indiscutable et une foi solide. Celle que la quette de toute vérité, dans quelque domaine que ce soit, impose de prendre ce risque.

(1) Etre obsédé par son ego signe, hélas pour ceux, innombrables,qui en sont atteints, un invivable doute sur la valeur intrinsèque de cet ego.

Posts les plus consultés de ce blog

Exmed, curieuse clientèle

Santé, nous Trump t-on (Exmed)

Permaculture et médecine (LEM 1056)