Accéder au contenu principal

Vrai médicament pour fausse maladie
 (Exmed)

 

 

 

Vrai médicament pour fausse maladie



   Rien de plus simple. Votre laboratoire a acheté une molécule. Elle a peut-être été commercialisée, avec plus ou moins de succès commercial, dans une indication thérapeutique précise. Il suffit de chercher quels sont les effets secondaires les plus fréquents. Par exemple la sécheresse buccale avec un antispasmodique atropinique.

  Voilà votre remède pour l’hypersialorrhée tout trouvé. Il suffit alors de donner un nom ronflant à ce symptôme bavant. Du genre « Syndrome d’hyperfonctionnement des glandes salivaires ( SHGS )» ( de préférence en anglais) puis de trouver quelques cliniciens complices pour publier quelques articles dans des revues internationales.
    Le buldozer commercial n’a plus qu’à faire son travail hautement lucratif en direction des médias et des prescripteurs.


 Mes remerciements vont à Luc Perino qui m’a inspiré ce papier avec son article Très lointaines humeurs  féminines.

F-M Michaut ,


CO d’Exmed 6-7 décembre 2017

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Santé, nous Trump t-on (Exmed)

Nous Trump t-on ? Le Président des USA a 71 ans. Son dernier bulletin de santé rendu public nous dit qu'il est en pleine forme selon l'hôpital militaire qui l'a examiné. Sur quels arguments ? Les organes de presse indiquent qu'il s'agit uniquement de son poids, de sa pression artérielle et de son taux de cholestérol sanguin.

Vous trouveriez crédible et fiable un tel bilan pour l'un quelconque de vos patients ou de vos proches ? Moi non plus.

 F-M Michaut (Exmed)

Permaculture et médecine (LEM 1056)

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1056 http://www.exmed.org/archives18/circu1056.html
      26 février 2018




    Permaculture et médecine

                                                    François-Marie Michaut
                          
     Pourquoi rapprocher la médecine et la permaculture, le petit dernier à la mode médiatique de l’agronomie ? Salon de l’agriculture à Paris  et discours présidentiel y incitent. Bon, d’accord,  les plantes cultivées et les animaux domestiques font partie, comme les hommes, du monde du vivant. Sans les uns, les autres ne peuvent pas exister. Et réciproquement aurait ajouté Pierre Dac. Pour ne pas remonter au déluge, nous avons une récente histoire commune. Celle des industries de guerre gigantesques qu’il a bien fallu recycler après les deux effroyables conflits mondiaux du XXème siècle. Les chars d’assaut sont devenus des tracteurs et engins agricoles, et les explosifs de l’industrie chimique ont fait le lit des engrais agricoles tout com…