Épidémie d’à-peu-près
 (Exmed)

 

 

Épidémie d’à-peu-près



    Il est toujours tentant de forcer le trait pour tenir captifs ceux à qui on s’adresse. La vieille recette de nos conteurs n’a pas pris une ride : tremblez braves gens. Ces jours-ci, en France, l’un des sujets vedette pour nos gazettes est la survenue de cas de rougeole. Morts à l’appui pour faire bon poids. Immédiatement, et à partir de cas très isolés, la presse, tout comme le Ministère de la santé parle d’une épidémie.
Le dictionnaire Larousse définit ainsi ce qu’est une épidémie : « Phénomène pernicieux, nuisible qui atteint un grand nombre d’individus ». Quelque chose qui plane au dessus d’un peuple dit exactement la racine grecque.

  
Plus que le virus morbilliforme avec lequel notre Occident a pris, au moins depuis le 7ème siècle, l’habitude de vivre - dans la majorité des cas sans gros dommage - c’est un autre mal contagieux qui nous met en danger.  Celui du flou, de la paresse de l’esprit, du manque de rigueur dans la façon de dire et de penser les choses telles qu’elles sont perceptibles.

   La langue nous est indispensable pour vivre. Y porter atteinte par insouciance, sans tomber dans le ridicule du purisme, c’est rendre malade notre société. Donc, chacun de nous-mêmes. Et là, pas le moindre vaccin injectable en perspective.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 14-15 février 2018

Commentaires

Anonyme a dit…
En ces temps de fake-news à gros débit, de théories du complot, de lavage de cerveau pour vendre plus etc... la question de la non manipulation des connaissances est prioritaire.
Pas de culture sans langage. Langage dévoyé, culture en danger.
La bible raconte ainsi le début de la création : au départ était le verbe ( le mot), le mot (verbe) était auprès du créateur (Dieu) et le verbe était le créateur. Notre racine culturelle commune nous ment ?
Anonyme a dit…
merci de tenir bon contre la désinformation
Salamandre a dit…
Informer à la plus exacte mesure de ce qu'il peut comprendre celui qui confie ce qu'il a de plus précieux ( sa peau) au médecin ne peut être fait par aucune machine, aucun message, aucune institution, aucune équipe. Foin du renoncement, du recroquevillement sur sa petite affaire, de la peur de se faire remarquer par quelque Grand Inquisiteur.
J'enfonce une porte ouverte ? À l'évidence, mille fois hélas, pas par tout le monde.
Retourner inlassablement aux fondamentaux d'un métier vraiment pas comme les autres. Perdre du temps à en souligner la nécessité autour de soi, c'est contribuer à dessiner un avenir simplement humain.
hexdoc a dit…
Je comprends qu'il y ait à peu près dans le titre car dire que l'on vit sans gros dommage dans la majorité des cas avec le virus de la rougeole (et non morbiliforme qui concerne l'exanthème) sans citer aucune source, c'est effectivement de l'a peu près.
"avant l’introduction de la vaccination, la rougeole était un véritable fléau et en France,
plusieurs dizaines de cas d’encéphalites aiguës rougeoleuses ainsi que plusieurs dizaines de décès liés
à des complications de la rougeole survenaient chaque année. Depuis 1996, le nombre annuel de décès
liés à la rougeole est autour de 5"
source : http://opac.invs.sante.fr/doc_num.php?explnum_id=5708
Effet Mem a dit…
Critique acceptée et vous avez raison, ce n'est pas virus morbiliforme que j'aurais du écrire mais bien virus morbileux.
Pouvez-vous m'aider à trouver les références de travaux démontrant la réalité de la disparition d'un quelconque virus par le simple fait de fournir à des organismes vivants les anticorps nécessaires à la non apparition des symtômes cliniques ? La prétendue éradication de la variole ( j'ai été le dernier médecin à faire face à une épidémie en 1967 au Tchad, avec 25% de mortalité cf ma thèse de doctorat dactylographiée : Pratique médicale au Lac Tchad en 1966-1967, Faculté de Médecine de Paris 1969) n'est qu'une CROYANCE. Finalement insultante pour tous les virus dont les capacités d'adaptation et de camouflage dans des milieux extremes. Juste un peu de modestie de nos grands stratèges sanitaires simpose...

Posts les plus consultés de ce blog

Santé, nous Trump t-on (Exmed)

Permaculture et médecine (LEM 1056)