Alcoolodépendance : ce bon vieux placebo CO Exmed





                     Alcoolodépendance : ce bon vieux placebo



  
L’histoire (récente) de l’alcoologie a été semée de traitements médicamenteux qui n’ont pas tenu leur promesse. De l’alcool intraveineux à l’espéral, puissant vomitif, en passant par toute une gamme de psychotropes, puis au très médiatisé baclofène ( décontracturant musculaire au départ), la liste est longue et pleine de déconvenues.
La dernière étude dans European Neuropsychopharmacology menée par une équipe d’Amsterdam est intéressante. Que ce soit par baclofène à faible dose, baclofène à haute dose ou simple placebo, tous les patients ayant un accompagnement sociopsychologique, le taux de maintien d’une abstinence totale ou partielle a été comparable. Au bout de quatre mois, le taux de réalcoolisation est semblable dans les trois groupes : environ 25%. 

 

   Finalement peut importerait l’efficacité pharmacologique des pilules utilisées. Mais il faut saluer le résultat remarquable de 75% de décrochage maintenu 16 semaines, lié à ce fameux suivi psychologique encore si mal compris et mal utilisé par les médecins. Le mystère du placebo demeure entier.

F-M Michaut CO Exmed 2-4 décembre 2016

Posts les plus consultés de ce blog

TES complétement fou CO Exmed

Etudiants disparus CO Exmed

CHAPEAUX POINTUS TURLUTUTU LEM 987