Sortir du grand « n’importe quoi » 
 de l’ancienne science LEM 962

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 962



http://www.exmed.org/archives16/circu962.html
9 mai 2016

      Sortir du grand « n’importe quoi » 
 de l’ancienne science

                               
                      

                          Philippe Guillemant




   En réponse à la lettre ouverte de la LEM 962, sur la question de savoir pourquoi vous avez si peu de réactions.... cela tient peut-être à la forme, ou à ce que personne ne peut aimer reconnaître qu'il porte en lui un paquet d'implants psychiques qui l'enferment dans une pensée esclave d'un système trop mécaniste et matérialiste. 
    Mais sur le plan plus général de l'ensemble de mon discours, qui a pour objet un pont entre la physique et la spiritualité, j'enregistre personnellement beaucoup de réactions, en grande majorité très positives, auxquelles j'ai à peine le temps d'envoyer un simple accusé réception ou remerciement...

   Et ce n'est que le début, car cela ne concerne encore que ceux d'entre nous qui percutent, soit par expérience de la vie, soit par intuition du vrai fonctionnement de la réalité, car il faut des années pour assimiler ces nouvelles idées sur le temps et la conscience.... et en particulier cette idée fondamentale que nos états de conscience construisent notre futur aussi surement qu'ils télécommanderaient un GPS calculant automatiquement notre parcours. 

 
Il faut donc laisser le temps au public, et en particulier aux rationalistes de façade, de changer de paradigme, de sortir du mécanicisme. Parmi ces derniers, si l'on considère le cas des médecins, des biologistes et même des neuroscientifiques, il convient de cesser de les considérer comme compétents pour nous donner un avis sur la question de la conscience. Je ne vois pas d'inconvénient au fait qu'ils s’intéressent à ses corrélats neuronaux, mais, à un niveau plus fondamental, la conscience relève de la double compétence des spécialistes de l'intelligence artificielle et de la physique fondamentale, comme je le rappelais à la fin de cette interview:
http://www.meditationfrance.com/multimedia/videos/2016/guillemant1.htm
    
    Croire qu'un neuroscientifique serait compétent pour nous parler de la conscience consiste à faire la même erreur que croire qu'un technicien qui répare un téléviseur serait compétent pour décrire le téléspectateur, alors qu'il n'arrive déjà même pas à trouver l'écran (qui se trouve dans le vide, soit dit en passant). Il nous faut sortir du « grand n'importe quoi » de l'ancienne science que nous avons appris sur les bancs de l'école. La science d'aujourd'hui a complètement changé. Elle a tellement évolué dans tous les domaines que même ses meilleurs spécialistes ont déjà décrochés, débarqués par leurs équations sur le rivage du formatage par excès de cloisonnement. La seule manière pour un scientifique de ne pas décrocher de la vraie science est de se cultiver en permanence, de tout apprendre quitte à apprendre superficiellement, de se mettre à l'abri de tout dogme issu du formalisme et surtout d'avoir une démarche interdisciplinaire exigeante et de préférence productive (on apprend mieux en faisant). Seule une telle démarche de véritable chercheur utilisant ses deux cerveaux permet de faire la synthèse dont la science et toute notre société ont cruellement besoin.

    

   Un magnifique exemple d'une telle synthèse qui réunit plusieurs branches de la physique et n'a même pas peur d'aborder la question de la religion - c'est dire l'ouverture d'esprit - est l'article publié en 2015 par le fameux physicien danois Holger Bech Nielsen sur la question de l'influence du futur et que je commente ici .
 


 Os Court :
 « Parce que la science nous balance sa science, science sans conscience égale science de l’inconscience.»

      
MC Solaar

                   


Posts les plus consultés de ce blog

TES complétement fou CO Exmed

Etudiants disparus CO Exmed

CHAPEAUX POINTUS TURLUTUTU LEM 987