LEM 959 Transhumanisme

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 958 
http://www.exmed.org/archives16/circu958.html
11 avril 2016


 

    

       

                    Transhumanisme
                               Docteur François-Marie Michaut
                      

  Nous sommes en vérité fort nombreux à voir notre méfiance clignoter dès qu’il est question d’un mot se terminant par « isme ». Qu’est-ce que c’est donc que ce transhumanisme ? On en parle fort peu chez nous, de ce mouvement international des idées qui a pris naissance à l’Université de Los Angeles ( Californie), le fameux UCLA qui illustre tant de torses, pas forcément intellectuels, dans le monde entier.
Le mot lui-même semble avoir été employé la première fois en 1957 par le biologiste Julian Huxley. Oui le frère d’Aldous, l’auteur du fameux « Le meilleur des mondes ».

Des futurologues américains ont précisé, au cours des années 1980, ce qu’ils entendaient par là. Certains états que nous connaissons depuis toujours sont considérés comme inutiles et qu’il est possible de les éviter. Ainsi en est-il de la souffrance, des handicaps, des maladies, et même du vieillissement et de la mort ! Il est surprenant, le mot est faible, que tous ceux dont le quotidien professionnel baigne dans cet univers jusqu’à ce jour inévitable, ne reçoivent jamais ( du moins à ma connaissance) le moindre écho de ce fameux « transhumanisme».
Comment donc rendre parfaite cette espèce animale encore bien peu achevée dans son évolution à laquelle nous appartenons ? Mazette, l’ambition n’est pas mince;

Les partisans du transhumanisme, qu’il s’affichent ouvertement ou non comme tels ( par exemple avec le logo H+ ou par un engagement dans une société déclarée), ont une piste à leurs yeux infaillible. C’est celle des biotechnologies, ainsi que toutes les techniques émergentes.
Il y a là une volonté qui semble rechercher l’amélioration de la condition humaine. Comment ne pas songer aux si dangereuses théories eugénistes qui ont conduit aux catastrophes que chacun connait ?

La foi aveugle dans les progrès de l’humanité qui devait résulter du développement des sciences et des techniques a vécu avec la fin du deuxième millénaire. L’addition des conséquences de ces fameux progrès sur nos populations et notre planète elle même est sans appel pour nos consciences. Nous avons raté pas mal de marches quand on observe l’état de nos sociétés : sans envisager un mythique bonheur, un simple bien-être de la vie quotidienne est bien loin d’être au rendez-vous.

Deux éléments d’actualité me semblent à prendre en compte pour se situer soi même sur la pertinence de ce mouvement transhumaniste.
- Le premier est celui de la montée en puissance d’un certain piétisme religieux. D’un côté des groupes qui sont persuadés que le livre dont ils se réclament est la transcription absolue  et indiscutable du message aux hommes du seul créateur de toute réalité. Donc, une seule recette possible : imposer à toute la planète leur façon de se soumettre à la volonté divine. Affrontement idéologique absolu avec ce qui vient de l’Occident : le matérialisme sous toutes ses formes. Le transhumanisme, athée par essence, en est un cas de figure, pour ne pas dire un extrêmisme.
Le second, qu’on me pardonne ce chauvinisme, est beaucoup plus subtil. Il est né, et ne s’est encore exprimé clairement (1), que dans des cerveaux francophones. Il concerne les fondements mêmes de la physique, qui est la mère indiscutée de toutes les sciences, et donc de toutes les technologies qui en découlent. Quand c’est l’existence physique de la matière elle-même qui est mise en cause par une énergie de l’information, totalement immatérielle, qui commence à émerger, tout bascule. Les certitudes d’il y a peu ont perdu de leur belle solidité. Travailler à construire notre avenir à tous à grands coups de technique, sans savoir où nous allons, sans savoir pourquoi nous y allons, sans savoir ce que nous pouvons réellement espérer risque bien de ne faire rêver personne d’autre que ceux qui comptent bien y trouver leur bénéfice personnel. 
Le matérialisme implicite dominant nos esprits est-il encore scientifiquement, comme humainement, concevable ? C’est le seul véritable défit intellectuel que nous avons à affronter si nous ne voulons pas sombrer dans un suicidaire sous-humanisme.

 Que le lecteur me pardonne de ne pas avoir étayé mon propos par des citations et des références. La question est trop grave pour s’abriter derrière ce que d’autres pensent et disent.

Notes:
(1) C’est grâce aux moyens actuels de diffusion personnelle que ces véritables innovations commencent à pénétrer les esprits. Les médias traditionnels, sans doute effrayés par ce qui ne vient pas de la pensée made in USA, demeurent muets sur ces avancées de la physique.


Os Court :
 «   Dans trente ans, 5% de la population mondiale suffira à faire fonctionner la machine, les 95% restant vivront dans le virtuel et consommeront. »

       Bill Gates

Posts les plus consultés de ce blog

Placebo, faille béante
 LEM 964

TES complétement fou CO Exmed

Etudiants disparus CO Exmed