Un "JE SUIS" à ne pas rater. LEM 896



Lettre d'Expression médicale
LEM n° 896 http://www.exmed.org/archives15/circu896.html
   
19 janvier 2015

              
 
                                                           
                  Un « JE SUIS ...» à ne pas rater
                               

                                Docteur François-Marie Michaut  

   Le 11 janvier 2015, des millions de gens défilant ensemble dans les rues, dans les campagnes, à Paris et toutes les villes de France, des cortèges semblables dans de nombreux pays du monde, quel évènement ! Que ces rassemblements n’aient donné lieu à aucune violence relève de l’inédit.
Que chaque participant, ou presque, de sa propre initiative ait tenu à brandir un  « Je suis Charlie », avec un certain nombre de variantes personnelles, mérite une grande attention.

Ce ne sont pas les corps constitués, les groupes organisés, les responsables religieux, philosophiques, syndicalistes, associatifs, les leaders culturels ou les ténors des médias qui ont pris cette initiative. Juste la trouvaille pleine de talent d’un internaute qui n’a pas oublié Kennedy à Berlin. Comme par génération spontanée, ces sortes de cartes d’identité montrées à tous sont apparues dans un ensemble totalement hors de nos habitudes. Le fait que les mots juif, policier, musulman, au féminin comme au masculin, que le «je» cherche parfois à devenir le «nous» se voulant rassembleur, soient affichés n’a entrainé  dans les rues aucun conflit apparent.

Il ne reste alors, pour qui veut pousser sa vision d’une journée sans aucun précédent connu, qu’à se demander ce que veut dire cette revendication de reconnaissance d’identité quand, oubliant un instant Charlie et tous les autres, on ne prend en compte que le JE SUIS.
Je l’écris volontairement en lettre capitales pour signifier qu’il s’agit d’un cri, silencieux mais puissant. Ce n’est pas  une affirmation douce ou un banal verbe auxiliaire. J’affirme mon existence, ce n’est pas rien.
Qu’il ait été figuré en lettres blanches sur fond noir souligne la gravité de la déclaration.

Affirmer aux yeux de tous sa volonté personnelle d’être un humain capable de choisir par lui-même sa propre conception de la vie et des rapports aux autres n’est pas un exercice habituel. Nous sommes tellement  rodés à n’être que des numéros, comme pour la sécurité sociale, les administrations, des électeurs pour les politiques, des consommateurs pour les vendeurs, des fidèles ou des infidèles pour les organisations religieuses, ou intellectuelles ! L’individu, celui qu’on ne peut pas couper en morceaux, est une espèce en voie de disparition. L’individualisme est partout vilipendé, point de salut hors des groupes constitués semblait-on nous faire croire jusqu’au 11 janvier 2015.
Alors, retour de bâton magistral dans le sillage involontaire du fameux Charlie et de ses voisins d’affichage. Je prends conscience que je suis, sans le savoir le plus souvent, le porteur de valeurs d’ordre métaphysique, pour ne pas employer le terme  sulfureux de spirituel. Je dis sans me cacher aux yeux si facilement moqueurs des autres, que c’est là ma colonne vertébrale et que je ne donne à personne le droit d’en disposer à sa guise. Peu importe que certains y accolent de grands mots, de grands principes, l’essentiel n’est pas là.

Voilà ce que j’ai cru comprendre avant que le rouleau compresseur des commentateurs de tous les bords ne produise une bouillie intellectuelle des plus indigeste.

Une fois encore, même si elle n’est pas pleinement mise en avant, la question du libre arbitre  de chaque humain refait surface. Mais qui se soucie encore de lire, Maïmonide le médecin, Thomas d’Aquin le théologien,  Spinozza le philosophe, parmi bien d’autres,  quand les images et les bavardages factuels nous inondent ?
Alors au lieu de nous précipiter sur des mesures matérielles pour «lutter contre» notre peur, perdons tout le temps nécessaire pour prendre la mesure de ce que le réel nous a dit à tous.

   Au moment de mettre un point final à cette lettre, me revient en mémoire un avis d’internaute, il y a quelques semaines, me reprochant -très justement - de ne pas aller assez loin dans mes conclusions. Alors, allons-y.
Oser dire «je suis», ce n’est pas une forfanterie gratuite, ce n’est pas tenter de faire croire à qui que ce soit que je suis quelqu’un... d’important. C’est affirmer que je suis conscient d’avoir une existence propre, et à nulle autre semblable, qui mérite d’être respectée. Je n’ai pas à me prendre la tête afin de devenir ce que les autres (famille, religion, métier, tradition, culture etc...) me poussent, parfois avec violence, à être. M’accepter comme je suis, sans me juger, exactement comme Socrate disait à ses disciples « connais-toi toi-même».
Cette prise de conscience ne peut avoir aucune conséquence pratique sur notre avenir le plus quotidien ? Bien malin est celui qui peut le parier. 
Qui d’entre nous, il y a seulement un mois, aurait misé un kopeck sur le retentissement mondial fulgurant d’un journal marginal brûlant ses dernières cartouches financières, faute de lecteurs ? 
Cet hebdo agonisant se nommait Charlie, personne ne l’a oublié. Nul ne sait à cette heure quel sera son avenir et... le notre.




                 répondre    

  
Os Court :
«  Je suis celui qui est. » 

    Dieu à Moïse (L’Exode)

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Exmed, curieuse clientèle

Sans instructeurs, pas d'instruction (CO Exmed)