Suivre par e-mail

vendredi 9 décembre 2016

Air de rien - CO Exmed

                       Air de rien


Juste un peu de froid sec, juste pas assez de vent, et notre seul et unique comburant vient à devenir difficile et dangereux à respirer autour des grandes villes d’Europe. A force d’exploiter sans aucune réflexion nos ressources naturelles comme si elles étaient inépuisables, nous nous piégeons nous-même. La conscience écologique a encore bien des cerveaux à conquérir dans tous nos domaines d’activité humaine.


F-M Michaut CO Exmed 9-11 décembre 2016

mercredi 7 décembre 2016

Signe d’une société malade
, CO Exmed

Signe d’une société malade


   Fort justement, les soignants témoignent publiquement de leur souffrance au travail. Médecins ou non, ils ne sont pas dégoutés de leur métier, majoritairement ils aiment ce qu’ils font. Leur fonction que ce soit dans les hôpitaux, les cliniques ou les cabinets privés fait qu’ils sont amenés à jouer le rôle d’amortisseur pour la société toute entière. Ils sont seuls pour trouver des remèdes aux conséquences de nos multiples dysfonctionnements. 

   Tout le monde, responsables en tête, se décharge sur leurs têtes de tout ce qui ne va pas.   Ce qui se passe dans les lieux où l’on soigne est l’image fidèle, en plus dramatique, de ce qui se passe partout. Cela ne relève pas de la médecine ou de la psychologie comportementale, mais bien de la politique au sens premier du mot : régler au mieux l’harmonie du fonctionnement d’une société.
 

F-M Michaut CO Exmed 7-8 décembre 2016

lundi 5 décembre 2016

Exmed s'exporte très bien LEM 992


Lettre d'Expression médicale LEM n° 992

Sur Exmed :  
http://www.exmed.org/archives16/circu992.html
   


                          
                                 

                                                Exmed s’exporte très bien
     
               
                               
             Docteur François-Marie Michaut

  
                 
    Il y a exactement 19 ans qu’est né le site Exmed, abréviation de cette expression médicale, encore confidentielle avec sa première édition papier, que la technique de la Toile rendait soudain possible et accessible à tous à faible coût au delà de toutes les frontières. Bien sûr, comme tant d’autres de cette époque de pionniers (1), cela m’a paru ouvrir des perspectives (2) dont nous ne pouvions même pas rêver auparavant.  Qu’est-il devenu au fil des années de parution d’Exmed ce bel enthousiasme des débutants ?
  Première surprise : en l’absence voulue de tout «modèle économique» et de toute institutionalisation, avec l’appui d’un réseau informel, et en évolution permanente, de collaborateurs bénévoles et de lecteurs n’hésitant pas à s’engager, la fréquentation du site n’a pas cessé d’augmenter. En novembre 2016, notre outil statistique Awstat 7.1. a dénombré 262 visites par jour. Il parait que c’est pas mal pour un site médical plutôt « austère »! Chaque jour encore, ce sont 1121 pages qui ont été consultées. Ce qui ne veut pas dire lues, et encore moins comprises, notons-le. Cependant, plus de 5 pages demandées par chaque visiteur, et une constance maintenue d’internautes, cela rend peu crédible que la fréquentation du site puisse être liée au simple hasard des fureteurs d’occasion.

  La seconde surprise est de taille.  J’ai été persuadé dès le départ, tout comme mon ami, et soutien fidèle depuis la première heure, Jacques Blais (3) que notre audience sur le réseau des réseaux ne connaissait qu’une limite. Celle, déjà considérable et très planétaire de la francophonie. Nous avions tort.
Voici, en ordre décroissant, pour le même mois de novembre 2016 et selon le même outil d’investigation, le palmarès des six premières nationalités des visiteurs du site.
Etats-Unis 17 310 pages vues, Allemagne : 4 605, France : 3 938, Canada : 1 788, Pays-Bas : 1361, Grande-Bretagne : 1 358.
Le choix d’Exmed affirmé et revendiqué de la langue française comme vecteur de communication sur le Net ne se révélerait pas comme un obstacle insurmontable dans des cultures anglophones , germaniphones ou flamandophones. Le fait est là, très troublant. 

    Oui, les internautes français sont largement dépassés en nombre et, avec leur troisième place, confirmée au fil des mois, ne peuvent prétendre qu’à une médaille de bronze. Nul n’est prophète en son pays dit la sagesse populaire. N’ayant strictement rien à gagner avec l’audience plus ou moins large de ce site, ou avec quelque reconnaissance que ce soit, je peux me permettre d’en sourire.
Mais les Français, les cerveaux made in France, ne comptent pas pour du beurre dans la pérennité du site. Comment ne pas saluer comme ils le méritent tous ceux qui ont apporté leur pierre à la vie d’Exmed. Parmi bien d’autres qui, j’espère, me pardonneront cette sélection, un trio s’est imposé au fil des années. La très discrète Christine Bruzek à son poste ingrat de webmécanicienne, Cécile Bour dont les caricatures médicales sont toujours largement regardées et Jacques Grieu qui démontre sans cesse que la rigueur scientifique de son métier d’origine d’ingénieur fait un heureux ménage avec la poésie dont il sait nous régaler et nous enrichir. Juste la quantité qu’il faut pour faire passer dans les lettres hébdomadaires ( les LEM) quelques pilules pas toujours de digestion facile ou d’abord aisé.
L’aventure numérique, celle où nous n’avons rien à  vendre ni rien à acheter, continue vers un avenir dont personne n’est encore en mesure de préjuger.
Celui que nous forgeons au jour le jour, nous les utilisateurs de la Toile.




Notes
(1) Nous avons été qualifiés par Philippe Eveillard, spécialiste de l’internet de santé,  comme « le premier webzine de santé francophone».

(2) Dans la ligne du fameux «village planétaire» de Mac Luhan en 1967                              

(3)  Jacques Blais 
 
Os Court :

 «    Je ne connais rien à Internet, que je ne sais même pas utiliser, mais j’ai l’impression qu’il y a là un espace de liberté créatrice. »
 
Gérard Depardieu


dimanche 4 décembre 2016

Le site saute frontière, CO d'Exmed

Le site saute frontière 


La réalité a un chic unique pour faire sauter les idées toutes faites qui conduisent nos actions.
Ainsi en est-il de ce site Expression médicale, comme vous l’allez voir dans la LEM 992 : Exmed s’exporte très bien. Bonne lecture, amis d’ailleurs et d’ici.

F-M Michaut CO Exmed 5-6 décembre 2016

vendredi 2 décembre 2016

Alcoolodépendance : ce bon vieux placebo CO Exmed





                     Alcoolodépendance : ce bon vieux placebo



  
L’histoire (récente) de l’alcoologie a été semée de traitements médicamenteux qui n’ont pas tenu leur promesse. De l’alcool intraveineux à l’espéral, puissant vomitif, en passant par toute une gamme de psychotropes, puis au très médiatisé baclofène ( décontracturant musculaire au départ), la liste est longue et pleine de déconvenues.
La dernière étude dans European Neuropsychopharmacology menée par une équipe d’Amsterdam est intéressante. Que ce soit par baclofène à faible dose, baclofène à haute dose ou simple placebo, tous les patients ayant un accompagnement sociopsychologique, le taux de maintien d’une abstinence totale ou partielle a été comparable. Au bout de quatre mois, le taux de réalcoolisation est semblable dans les trois groupes : environ 25%. 

 

   Finalement peut importerait l’efficacité pharmacologique des pilules utilisées. Mais il faut saluer le résultat remarquable de 75% de décrochage maintenu 16 semaines, lié à ce fameux suivi psychologique encore si mal compris et mal utilisé par les médecins. Le mystère du placebo demeure entier.

F-M Michaut CO Exmed 2-4 décembre 2016

mardi 29 novembre 2016

Malheur aux entre deux CO Exmed 30 nov 1 déc.













                                                            Malheur aux entre deux

    On parle beaucoup dans nos gazettes de la sécurité sociale modèle français. Qu’il faille maintenant pour soigner ses maladies ordinaires disposer d’une assurance complémentaire pour pallier le désengagement croissant de notre sécu (taux maximum de remboursement hors ALD 65%) semble finalement ne choquer personne. Que les plus démunis disposent de la possibilité de soins gratuits pour eux est une mesure fort estimable. Que les plus nantis, ou ceux qui bénéficient d’une mutuelle fournie par l’employeur, puissent s’offrir ce confort, fort bien pour eux.

   Mais les autres, les entre deux, ceux qui ont trop pour être assistés et pas assez pour se payer leur «mutuelle», comment peuvent-ils se soigner de façon décente ? Ils renoncent aux soins, et pas parce qu’ils n’ont pas de cabinet médical à leur porte.
   Et ne parlons pas des soins dentaires ( les fameux «sans dents»), des lunettes de vue ou des prothèses auditives.

F-M Michaut CO Exmed 30 novembre-1er décembre 2016

dimanche 27 novembre 2016

FERRAILLAGES FERS FORGÉS lem 991


Lettre d'Expression médicale d'EXMED

LEM n° 991
    28 novembre 2016


                           
                             FERRAILLAGES
                            
FERS FORGÉS
                     
                               Jacques Grieu

   
                    


Notre chemin de fer est un danger pour nous
SNCF l’avoue et crie « gare ! » partout.
Pour les nés daltoniens, chemins de fer proscrits
C’est la critique d’art, qui n’a pas d’interdit.
Dictature du fer ou anarchie de l’or ?
Pot de terre ou de fer, lequel a vraiment tort ?

Pourquoi, ce pauvre fer, faut-il se mettre à battre
Dès qu’on dit qu’il est chaud ? Affaire de psychiatre !
Feu le rideau de fer, usait du fer à glace,
Pour chauffer guerre froide et querelles de race.
À coups de Croix de Fer on mit fer dans la plaie :
Aucun fer à cheval un répit ne pouvait…

Le fer a ses humeurs de métal… pointilleux :
Le fer blanc est tout gris, le fer doux bien… rugueux,
Et la paille de fer rebute le bétail.
Même le mâchefer a le goût de ferraille.
Le fer à repasser passe combien de fois,
Avant de repasser ? Deux, trois ou trente trois ?

Le feu des quatre fers est ancienne expression
Mais qui évoque encor les bons vieux éperons.
Employer fer et feu est dans la même veine
Pour quatre fers en l’air imaginer sans peine.
Jamais le fer de Lens ne fut spécialité,
Ni la mine de fer, indice de santé.

Frapper marteau d’argent ouvre portes de fer :
Le football du Qatar a bien su comment faire.
Pourtant, sur la balance, on voit que fer vaut or !
Mais à trop bien peser probité s’évapore…
La volonté de fer qu’on affiche est louable,
Mais rouille aisément en compromis coupables.



 

 Os Court :

 «   Bouillabaisse : seul plat français permettant de facturer le rouille au prix du fer forgé. »
 Philippe Bouvard