mardi 8 octobre 2019

L'hydre à combattre (Exmed)

Discours solennel d’Emmanuel Macron à la Préfecture de Police de Paris célébrant les victimes d’une tuerie commise en son sein, retransmis et commenté le 8 octobre 2019 par les radios et les télévisions. Nous sommes exhortés, nous qui vivons en France, à participer à un «combat sans relâche» contre «l’hydre islamiste». L’image du monstre mythologique dont les têtes coupées repoussent est forte, le ton martial. Comme nous aimerions savoir quelle est la stratégie censée enfin y parvenir. Renforcer encore ce qui n’a pas marché jusqu’à ce jour : difficile de croire à son succès. 
  

  Alors, on fait l’effort de remonter le temps pour comprendre ce qui s’est passé entre nos cultures issues du même tronc pour qu’elles ne  cherchent qu’à s’éliminer mutuellement ? Combat, non pas des armes entre l’Occident et l’Orient, ce qu’on fait, mais des façons de comprendre la réalité. Ce qu’on ne fait jamais clairement ni d’un côté ni de l’autre.

François-Marie Michaut
9-10 octobre 2019

5 commentaires:

  1. Je suis toujours surpris qu'aucune autorité ne retienne jamais la possibilité de troubles mentaux dans ce type de comportement.
    Même si évoqué au départ, cette cause est vite balayée pour ne retenir que le "bouc émissaire" de l'islamisme radical.
    C'est tellement facile et surtout tellement "vendeur" d'un point de vue politique.
    Pourtant, ce type de comportement a plus à voir avec la "folie" qu'avec un comportement "normal", équilibré.

    RépondreSupprimer
  2. Ne passe pas à l'acte qui veut mais qui peut.
    La pierre angulaire se situe au niveau de la possibilité d'empathie. Celui qui se met à la place de l'autre a du mal à devenir assassin. Une lecture brève résume assez bien la question judicieusement posée par MG. https://fr.wikipedia.org/wiki/Psychopathie
    Le classement des professions les plus exposées à ce mode de fonctionnement psychopathologique (1% de la population) est à ne pas louper. Ne pas oublier, n'en déplaise aux bonnes âmes compatissantes, qu'aucun traitement n'existe.
    Cela dit, on a affaire à un duo infernal. Le bras maniant les armes ET le cerveau manipulateur pervers qui reste caché derrière. Ce sont ces manipulateurs pervers cachés sous le drapeau respectable de l'Islam dont il est capital de démonter et de faire connaitre largement les mécanismes pour les désactiver. L'Islam, par ses plus hauts représentants, est dans la meilleure position pour y contribuer activement. Seul moyen de lutter contre les amalgames si faciles.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu l'article wikipédia sur la psychopathie.
      Ce qui m'a frappé est le flou qui entoure ce "diagnostic".
      Visiblement, on ne sait pas grand chose sur le sujet.
      Par contre, je ne crois pas que ces personnes qui tuent au nom d'une religion, quelle qu'elle soit, soient à proprement parlé des psychopathes.
      Par exemple, je n'ai lu nulle part la propension des psychopathes au suicide par personnes interposées comme c'est le cas dans les actes de ceux qui sont catalogués comme terroristes.

      Par ailleurs ils ne sont pas asociaux dans la mesure où ils combattent notre société par ces actes meurtriers.
      Et effet, ils combattent pour l'avènement d'une autre société, qui dans le cas des djihadistes, est une société réglée par la charia, mais société malgré tout.

      Par contre comme je l'écrivais, ce sont des fous véritables ou pour être plus "correct" des malades mentaux.

      Supprimer
  3. Il me semble que l'élément essentiel se situe du côté de ce que nous nommons l'empathie. Le (traduction libre) " ressentir avec l'autre " est considérer que celui avec qui on est n'est pas quelqu'un dont les émotions manifestées sont une faiblesse constitutionnelle qu'il faut avoir l'intelligence d'exploiter pour son propre intérêt.
    Nous n'avons pas (encore?) inventé " d'empathomètre ", d'aire cé rébrale de l'empathie, ou de gène ad hoc, de traitements empathostimulants. Un formidable obstacle est celui de la simulation à la Tartuffe, si largement utilisé. Le faire-semblant de se préoccuper des autres pour mieux les manipuler et les embobiner.
    Souvenons-nous ce que veut dire le mot diable. Simplement le fait de passer à travers quelque chose. Alors, ouvrons les yeux, le diable se porte à merveille, aveugles que nous sommes à percevoir, faute d'outils diagnostiques simplement humains, qui il est sous son apparence séduisante.

    Tous ces auteurs de faits divers effroyables que les voisins décrivent comme des gens si gentils et si sans histoire, ce n'est pas un hasard.

    Merci de me permettre de m'exprimer librement : on est au delà de la folie, donc hors de portée des "médecins de l'âme" . Dans une forme clinique hautement problématique des variations de fonctionnement d'Homo Sapiens Sapiens.

    RépondreSupprimer
  4. Et soudain, après 8 ans de cavale, se fait arrêter à Glasgow un certain François-Xavier de Ligones dont l'affaire est à suivre de près.

    RépondreSupprimer

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

Suicides en hausse (Exmed)

    Le pays matériellement le plus riche de la planète vit une évolution dramatique. Celle du nombre des suicides. Une augmentation de 30% e...