mardi 20 août 2019

La haine se porte très bien
 (Exmed)

  Bien étrange sentiment, si facilement contagieux, que d’être actionné par le désir de faire mal à l’autre pour lui nuire. Incriminer la diffusion sans limite des messages numériques sur la planète comme seule cause n’est que prendre l’ombre pour la proie.

   Les soignants, dont la fonction officielle est d’apporter de l’aide à toute autre personne humaine malade sans distinction, sont-ils pour autant immunisés contre toute haine dans leur vie quotidienne ? Les débats récents autour de l’homéopathie montrent, hélas, que nous en sommes à des années lumière.
   La haine est-elle une maladie non reconnue comme telle ? Ne serait-elle pas, au bout du compte, que la traduction d’un profond désamour de sa propre personne ?
L’industrie pharmaceutique ne va-t-elle pas nous sortir de son chapeau quelque molécule
 miracle ?

 François-Marie Michaut 
21-22 août  2019

4 commentaires:

  1. "Ne serait-elle pas, au bout du compte, que la traduction d’un profond désamour de sa propre personne ?"

    Ou plutôt un tel amour de sa personne que l'on ne peut pas supporter la contradiction?
    Et donc la haine de la personne qui contredit nos "croyances".

    RépondreSupprimer
  2. Astucieux votre commentaire, cher MG. J'y réponds avec plaisir.
    Quoi que... comme dit le grand Devos, un personnage fonctionnant en autosuffisance totale ne doit pas pouvoir penser que qui que ce soit puisse porter ombrage à sa supériorité absolue.
    La Bible - je sais, c'est pas une référence scientifique- insiste sur ce truc curieux que le créateur aime sans distinction ses créatures. Dont chacun des bipèdes que nous sommes.
    La haine est une faille qui ne semble guère exister chez d'autres vivants que nous. Descartes aurait-il du dire une horreur comme "je hais donc je suis" ? Je lui ai envoyé un SMS : pas de réponse à cette heure.

    RépondreSupprimer
  3. Oui, absolument, je pense que la haine est la traduction d'un désamour envers sa propre personne ! C'est terrible et cela me rend malade... Mais je ne sais pas ce que l'on pourrait faire...sauf essayer d'en parler avec chaque personne porteuse de cette haine, et essayer de lui montrer la "bonne" personnalité de chacun...en étant gentil et aimable avec chacun!!!
    Juliette



    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Hélas, il y a un certain pourcentage ( que j'ignore) de la population qui prennent au pied de la lettre de "la vie est un combat". Chaque autre est alors un ennemi à occire, comme au foot ou dans un jeu d'échec.
      Toute "gentillesse", chaleur humaine, altruisme est alors vécu comme une preuve de faiblesse qu'il faut être assez malin pour utiliser à son profit.
      Cette perversion des valeurs fondamentales ( le bien devient le mal, et le mal devient le bien ) est si choquante qu'on fait comme si elle n'existait pas.
      Parade ? Je ne sais pas si c'est réversible par quelque moyen que ce soit. Seul objectif possible : apprendre à reconnaitre les gens pervers pour s'écarter de leur route.
      D'autres idées dans la salle ?

      Supprimer

Enregistrer ici votre commentaire personnel. Merci.

Plusieurs systèmes ou un seul (LEM 1138)

                         
                            Feuillets de systémique médicale (9)   Les études médicales nous familiarisent avec...