dimanche 7 janvier 2018

Un Ordre du vivant ? LEM 1049


Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1049
      8 janvier 2018

Un Ordre du vivant ?

                           François-Marie Michaut


   Cela fait bien plus de vingt ans que je suis à la recherche d’une clé de compréhension assez solide pour donner un fondement bien établi à ce que je nomme une médecine systémique. Jusqu’à ce jour simple hypothèse issue de mes rencontres thérapeutiques si complexes avec des patients alcooliques avant même que l’on parle d’alcoologie (1). Que ce qui est de l’ordre du vivant fonctionne par cycles subtilement imbriqués les uns dans les autres est une évidence pour n’importe quel médecin ou biologiste. Mais comment tout cela peut-il se mettre en route et s’organiser, avec ou sans quelques défaillances, pour aboutir à ce que nous nommons l’évolution personnelle ou collective d’une espèce ? Répondre par l’intervention du hasard est une façon faux cul d’avouer notre ignorance. Il y a bien un plan général, il y a bien un moteur pour l’actionner : où se cachent ils donc ? Notre laïcité scientifique de bon ton refuse toute sorte de Grand Horloger. Pourtant, il y a un sacré ordre dans ce que nous observons du réel. Ce n’est pas le chaos.


  Vous pouvez comprendre mon émotion quand je suis tombé sur le livre intitulé : L’Ordre étrange des choses (2). Son auteur, Antonio Damasio, portugais de naissance, est un neuro-scientifique et un enseignant de tout premier plan (3).
Le tableau qu’il brosse de tout le vivant, de ses formes les plus simples et archaïques à ses représentants les plus sophistiqués - ouf, nous en faisons partie - est impressionnant et non sans poésie, nous obligeant à penser comme des généralistes et pas comme des spécialistes. Sans nous laisser enfermer dans des limites académiques.
Cet inventaire nous conduit à réviser fondamentalement ce que nous avons appris à l’école sur notre fonctionnement et ses racines biologiques les plus anciennes. Rôle éminent des émotions.
Audacieusement, car c’est à contre courant de la pensée dominante, Damasio parvient à cerner un principe unique qui a permis au vivant d’exister et de croitre puis de décroitre. Il le nomme l’homéostasie. Façon condensée de dire qu’un truc fait que les choses font tout pour demeurer ce qu’elles sont. Et, en particulier, tout ce qu’il faut pour lutter contre ce qui les empêcherait de continuer à exister. L’idée est séduisante, et la démonstration brillante.

  Mais qu’est-ce que c’est que cette homéostasie ? D’où sorte-t-elle donc celle-là, toute chargée d’une étrange dynamique? Comment a-t-elle pu exister plutôt que de ne jamais être ? Notre ami Damasio se garde bien de se hasarder sur ce terrain. Prudence de scientifique patenté ? C’est possible, mais l’homme est courageux et l’écrivain habile. Il se tait volontairement.
   
   Il y a pourtant un indice qui mérite qu’on y prête grande attention.
Il se trouve dans le titre de l’ouvrage et ce serait faire injure à l’intelligence de l’auteur de dire que c’est une erreur d’écriture.
Ce n’est pas de l’ordre étrange des choses dont il est question. Mais bien et bel et bien de l’Ordre des choses. Un ordre avec une majuscule, comme s’il avait quelque chose d’absolu. Il y a là dedans une façon de dire les choses sans les dire, méthode éprouvée de se faire comprendre aux yeux et à la barbe de tous les inquisiteurs de tous les temps et de tous les pays.
    Soyez remercié, cher confrère, puisque vous êtes médecin, de nous mettre sur une telle piste en nous laissant la tâche, si nous le pouvons (4), d’aller plus loin.
              
  ______________________



Notes :



(1)F.Michaut, De qui souffrez-vous, 1992 en ligne sur ce site

(2)A.Damasio, L’Ordre étrange des choses, 2017, Odile Jacob

(3)Plus sur l’auteur

(4) Il n’y a aucune raison logique, à ce jour, de penser que nous ne le pouvons pas. Une prochaine LEM, fondée elle aussi sur un travail scientifique de haut vol en témoignera !


Os Court : 
  «   Un couteau sans lame auquel il ne manque que le manche  »
 Lichtenberg

Vision systémique du vivant (Exmed)

 

 

Vision systémique du vivant


    La connaissance de la médecine est tellement vaste, compartimentée et exigeante que les médecins eux-mêmes ont le plus grand mal à se faire une idée de ce que peut bien être l’ensemble du vivant. Voici, dans la LEM 1049, une invitation à une lecture de grande qualité pour mettre à jour notre logiciel personnel de connaissance scientifique.

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 8-10 janvier 2018

COURBURES (LEM 1111)

                 COURBURES 
                               
                   Jacques Grieu La couleur est ma muse et inspire mes fo...