Césariennes "de confort" (Exmed)

    Le nombre d’accouchements par césariennes est en augmentation constante ( Quotidien du médecin du 15 octobre 2018, Sophie Coisne). La pratique de l’extraction du bébé vivant quand sa mère vient  juste de mourir est bien antérieure à Jules César. puis elle a été encouragée par l’Église afin de pouvoir baptiser d’urgence le nouveau-né pour sauver son âme.


    Au milieu du siècle dernier, il était obligatoire pour obtenir son doctorat d’avoir effectué au cours de ses études au moins trois accouchements. Les médecins actuels ont perdu cette expérience vécue et sont beaucoup plus aptes à effectuer une césarienne que de pratiquer un accouchement par les voies naturelles.


      Les femmes veulent de plus en plus planifier leur gestation en fonction de leurs obligations personnelles. Sans parler de la dimension économique (57% de césariennes au Brésil), sait-on avec certitude quelles sont les perturbations éventuelles du recours à la chirurgie, donc à l’anesthésie, pour la santé physique et psychique, immédiate et à long terme, tant chez la maman que chez le bébé ?

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed  17-18 octobre 2018

Commentaires

Charles P. a dit…
Cette histoire d'inflation du nombre de césariennes dans le monde est remarquable.
La machine médicale planétaire, comme une grande usine, fabrique des produits/"services" qu'elle vend en s'appuyant sur tous ses ouvriers. En profitant de la confiance aveugle d'un public en son sérieux scientifique prouvé par tant de prouesses vue à la télé.
Le résultat de ce que nous faisons à moyen terme, et encore plus à long terme ( cf les perturbateurs endocriniens ) ne trouble pas grand monde...
Charles P.

Posts les plus consultés de ce blog

Santé, nous Trump t-on (Exmed)

Permaculture et médecine (LEM 1056)