Accéder au contenu principal

Savoir ne pas savoir (Exmed)

Savoir ne pas savoir



   Les messages publicitaires télévisés à flux continu pour nous inciter à consommer de multiples médicaments n’y sont certainement pas pour rien. Un simple médicament contre la douleur ou la fièvre n’est jamais anodin pour tout le monde. Les professionnels le savent. Le grand public peu fort bien ne pas le savoir ni même en soupçonner le risque.
Illustration en image, et avec le secours de Fénelon, avec la LEM 1067 de Cécile Bour Autotoxicité. Bonne lecture à chacun.


 François-Marie Michaut, CO d’Exmed 14-15 mai  2018

Commentaires

Anonyme a dit…
Pas évident du tout pour le médecin. Nous avons été dressés à pouvoir apporter à toute situation un diagnostic ( donner un nom à ce qui va pas) et un traitement efficace ou... pas.
Se faire appeler docteur, celui qui sait, est un piège...

Posts les plus consultés de ce blog

Santé, nous Trump t-on (Exmed)

Nous Trump t-on ? Le Président des USA a 71 ans. Son dernier bulletin de santé rendu public nous dit qu'il est en pleine forme selon l'hôpital militaire qui l'a examiné. Sur quels arguments ? Les organes de presse indiquent qu'il s'agit uniquement de son poids, de sa pression artérielle et de son taux de cholestérol sanguin.

Vous trouveriez crédible et fiable un tel bilan pour l'un quelconque de vos patients ou de vos proches ? Moi non plus.

 F-M Michaut (Exmed)

Permaculture et médecine (LEM 1056)

Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1056 http://www.exmed.org/archives18/circu1056.html
      26 février 2018




    Permaculture et médecine

                                                    François-Marie Michaut
                          
     Pourquoi rapprocher la médecine et la permaculture, le petit dernier à la mode médiatique de l’agronomie ? Salon de l’agriculture à Paris  et discours présidentiel y incitent. Bon, d’accord,  les plantes cultivées et les animaux domestiques font partie, comme les hommes, du monde du vivant. Sans les uns, les autres ne peuvent pas exister. Et réciproquement aurait ajouté Pierre Dac. Pour ne pas remonter au déluge, nous avons une récente histoire commune. Celle des industries de guerre gigantesques qu’il a bien fallu recycler après les deux effroyables conflits mondiaux du XXème siècle. Les chars d’assaut sont devenus des tracteurs et engins agricoles, et les explosifs de l’industrie chimique ont fait le lit des engrais agricoles tout com…