Fin du far-west numérique (Exmed)

 

 

 

 

 

Fin du far-west numérique



   Courrier International en fait sa une cette semaine avec le titre «  Géants du net, la fête est finie». Pourquoi le nier, nous avons été emballés comme des enfants par l’idée d’un système de communication autorisant de tout échanger sur la Toile mondiale. Nouveauté technologique sans précédent historique, il nous a fallu expérimenter la valeur de ces « réseaux sociaux». Terme en lui-même trompeur en laissant supposer qu’en publiant n’importe quoi et en brassant très fort, cela ferait naitre «du social», des liens nouveaux entre des personnes éloignées. Naïf enthousiasme, les voyous et les manipulateurs pervers en ont fait leur terrain de jeu.


    Que de grandes sociétés aient surfé habilement sur cette vague n’a rien d’étonnant. Mais la révélation du danger de la constitution de gigantesques bases de données sur chacun des utilisateurs en vue de les commercialiser au plus offrant est en train de nous faire changer notre fusil d’épaule.
     
Puissent nos chantres d’une immense banque de données dans le domaine de la santé, avec la complicité active des soignants, comprendre à quel jeu dangereux ils jouent.
Des requins du profit maximum à n’importe que prix sont en embuscade.
Ouvrons les yeux.


François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 13-15 avril 2018

Commentaires

Némo a dit…
Plus que temps de questionner à fond comment le duo Etat-Sécurité Sociale est capable de sécuriser le DMP ( dossier médical partagé ).
Si un professionnel de la santé est autorisé à entrer dans la base de donnée, par quel miracle un tiers ne pourrait-il pas ?
La facebookerisation du DMP est redoutable pour notre liberté à tous. Est-on déjà condamnés ?

Posts les plus consultés de ce blog

Santé, nous Trump t-on (Exmed)

Permaculture et médecine (LEM 1056)