Grippes, carottes et petits pois
 (Exmed)

 

 

Grippes, carottes et petits pois


      
La Cour des Comptes publics de la France vient de nous donner une fessée. La grippe, selon ces comptables, coûte trop cher à la nation. Source JIM du 6 février 2018. Faudrait voire à obliger par la loi tous les soignants à se faire vacciner. Nos vénérables sages ne sont-ils pas débranchés de la réalité ?
La pratique médicale actuelle ne peut pratiquement diagnostiquer rapidement, donc enregistrer épidémiologiquement, que des «syndromes grippaux». Simple ensemble de signes cliniques ne nécessitant aucun examen complémentaire. Une étude menée sur deux ans aux Pays-Bas (Van Beek J. et collaborateurs ) a mené une étude virologique précise. Les virus Influenza ( les seuls contre lesquels on vaccine en partie actuellement) ne sont responsables que de 18,9 % et 34,2 % des prétendues grippes. Les autres ( 60,8 % et 44,7 % ) des syndromes grippaux sont causés par des coronavirus, métapneumovirus, rhinovirus, virus respiratoire syncytial, virus para-influenzae. Pas de vaccins  contre eux. L’association de plusieurs agents infectieux n’a rien de rare.
Soulever un problème en épluchant des comptes n’est en rien critiquable. 
Additionner carottes, petits pois et grippes méritait naguère le bonnet d’âne aux écoliers.
  
   Sauter sans étude rigoureuse et  argumentée d’un problème complexe à une solution qui se veut simple, efficace,  et plus que tout chiffrable, c’est  jouer un jeu dangereux.
     Mélange et confusion des genres, ça, c’est une vraie maladie qui coûte très très cher, et pas seulement en euros, à tout le monde.

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 9-11 février 2018

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Exmed, curieuse clientèle

Santé, nous Trump t-on (Exmed)

Permaculture et médecine (LEM 1056)