Articles

Affichage des articles du 2018

REGRETTITUDES ? LEM 1069

REGRETTITUDES ? 
                             Jacques Grieu


Regrets ou bien remords ? Vaine interrogation ?
Plus souvent qu’on ne croit, on pose la question.
On peut fort bien avoir des regrets sans remords ;
L’inverse n’est pas vrai, ceux qui le disent ont tort.

D’avoir manqué tel film, je le regretterai
Mais c’est sans un remord que je m’en passerai.
J’ai regret d’annoncer le décès d’un ami :
Mais que font les remords dans cette phrase-ci ?

Mieux valent les remords d’avoir grugé untel,
Que des regrets tardifs de l’avoir mis en selle.
Ce n’est pas sans regrets que nous perdons nos vices,
Que ce soit volontaire ou imposé d’office.

La vie est parsemée de pourquoi et comment :
Ce sont bien les seconds les plus intéressants !
Sans regrets on renonce à trouver les premiers,
Et c’est sans un remord qu’on vise les derniers.

Le bienfait consenti un peu étourdiment,
Est souvent regrettable au bout de quelque temps.
Alors que le méfait commis bien posément,
Ne fait aucun remord à son bon artisan.

Vieillir, c’est …

Rétrospection (Exmed)

Rétrospection 
   Les archives écrites, c’est bien. Les mémoires numériques, c’est devenu un outil indispensable. Remèdes imparables contre l’oubli. Mais que faisons-nous, nous les humains avec notre capacité stupéfiante de remodeler ce qui nous est arrivé ? La médecine ne prend guère en compte que les déficits aigus ou chroniques des affections touchant le système neuro-encéphalique. Les amnésies.
Les scientifiques demeurent muets sur notre façon de regarder vers notre passé.  La poésie de Jacques Grieu ne craint pas de monter au créneau avec la LEM 1069 : REGRETTITUDES ? pour stimuler et alimenter nos esprits.


François-Marie Michaut, CO d’Exmed 27-28 mai  2018

Chiffer sans oublier de déchiffrer (Exmed)

Chiffrer sans oublier de déchiffrer

   Rien de plus dépourvu de toute dimension émotionnelle qu’un chiffre. Rêve rationnel jamais abouti de mettre dans le bain numérique tout ce que nous voudrions rigoureux ou même scientifique. Thomas Mesnier, médecin et député, affirme dans un rapport public que 43% des personnes s’adressant aux services hospitaliers d’urgence peuvent tout à fait être soignés par les médecins généralistes. La précision du chiffre peut impressionner les foules. Qui est capable de faire un tel calcul ? La médecine générale ne fait l’objet d’aucun enseignement pour nos confrères hospitaliers. Sur quels critères peuvent-ils alors décider de la pertinence du recours à un métier qu’ils ne connaissent pas ?


   Inversement, peut-on avoir une idée des effets pervers, le nocebo n’est pas un mirage, sur les malades de passer sans nécessité entre les mains des urgentistes ?


    Cessons de nous saouler de chiffrages, d’échelles de graduation des symptômes comme des fins en so…

Cernons nos incertitudes (LEM 1068)

Cernons nos incertitudes
François-Marie Michaut

     N’importe quel médecin, sauf pathologie mentale majeure, vit sa vie de soignant avec la peur constante de passer à côté d’une maladie grave faute de l’avoir diagnostiquée à temps. En médecine, rien - ni le pire, ni le meilleur - n’est jamais certain. De quoi choquer les adeptes du risque zéro et les zélateurs myopes du principe de précaution. Il est possible que cette réalité demeure peu connue de la foule des patients consommateurs. Et que le poids hors norme de cette inévitable incertitude de ce que Dame Réalité nous réserve ne soit jamais pris en compte par ceux dont la fonction, la jalousie, l’intérêt ou le plaisir est de bouffer du médecin comme jadis on bouffait du curé.
    Pas facile à porter, cette incertitude. Donner l’apparence que l’on est sûr de soi est le stratagème habituel des jeunes médecins, espérant ainsi ne pas porter atteinte à la confiance de leurs patients. Illusion, bien entendu. Toute tromperie devient un…

Plus que l’ombre d’un doute (Exmed)

Plus que l’ombre d’un doute
 Notre camarade Descartes a bien tenté de nous faire rentrer dans la tête l'importance de la notion de doute dans le fonctionnement de notre pensée. Avec un succès, soyons optimistes, partiel. C'est le temps des certitudes qui est sur la sellette de la LEM 1068 : Cernons nos incertitudes. Bonne lecture, critique comme il se doit.

François-Marie Michaut,

CO d’Exmed 22-23 mai  2018

De la justice dans l'air (Exmed)

De la justice dans l’air

C’est devant la Cour de justice de l’Union européenne que doit comparaitre la France pour ne pas avoir respecté les normes de 2008 sur la qualité de l’air ( source : LE MONDE du 17 mai 2018). Les commentateurs adorent qualifier le moindre bobo de «problème de santé publique». Là il s’agirait de la mort de 500 000 personnes en Europe, dont 48 000 pour la France. Pour mémoire, les accidents de la route ont couté la vie en 2017 dans notre pays à 3 693 personnes ( Observatoire interministériel de la sécurité routière ).


   Autant qu’on sache ce qui pourra bien se révéler dans quelques années, notamment avec les effets chroniques des nanoparticules inhalées dont on ignore presque tout.


  «Ah laissez-moi respirer...» chantait la Castafiora des albums de Tintin. Si pouvoir public veut encore dire quelque chose, il est urgent de le prouver avant que nous soyons tous asphyxiés.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 18-20 mai  2018

Former à l’émotion (Exmed)

 Former à l’émotion

   Réponse pavlovienne du ministère à une lamentable affaire de  refus de prendre en compte une demande vitale d’assistance médicale : il faut mieux former les agents hospitaliers chargés de recevoir les appels téléphoniques d’urgence. Mettre en place des techniques plus fines d’analyse et des contrôles plus pertinents, personne ne peut s’y opposer. Seul hic, c’est insuffisant.

   La dimension émotionnelle de toute relation humaine est un élément majeur. Elle est intraduisible en chiffres, en courbes ou en règles de conduite à tenir. Elle n’est mesurable par aucun appareil, et ,faute d’algorithme possible, elle ne peut être produite par aucune machine. Elle n’a rien à voir avec la seule logique. Sans émotion, a-t-on le droit de parler d’intelligence ? Peut-on même évoquer la conscience ou la compétence ? Quelle boite de Pandore avons-nous ouvert en enlevant aux médecins généralistes la responsabilité de gérer les urgences de leurs patients dans leur secteur géograp…

Autotoxicité, dessin (LEM 1067)

Image
Autotoxicité
                                                                              Cécile Bour




Os Court
:
  «   Les remèdes sont eux-mêmes de véritables maux qui usent la nature, et dont il ne faut se servir que dans les pressants besoins.»
 Fénelon (1651-1715)
Lettre d'Expression médicale
LEM n° 1067 sur Exmed
  http://www.exmed.org/archives18/circu1067.html
   14 mai 2018

Savoir ne pas savoir (Exmed)

Savoir ne pas savoir

   Les messages publicitaires télévisés à flux continu pour nous inciter à consommer de multiples médicaments n’y sont certainement pas pour rien. Un simple médicament contre la douleur ou la fièvre n’est jamais anodin pour tout le monde. Les professionnels le savent. Le grand public peu fort bien ne pas le savoir ni même en soupçonner le risque.
Illustration en image, et avec le secours de Fénelon, avec la LEM 1067 de Cécile BourAutotoxicité. Bonne lecture à chacun.


 François-Marie Michaut, CO d’Exmed 14-15 mai  2018

Société dysmédicalisée ? (Exmed)

Société dysmédicalisée ?

     La presse vient de nous en informer. La France n’a jamais compté autant de médecins que maintenant. Coup de canif au spectre pas rassurant du tout des déserts médicaux ? Point du tout, car la population des généralistes, de plus en plus âgés, est en voie de disparition rapide, au bénéfice d’une foule de spécialistes cherchant à devenir salariés. En laissant agir sans réfléchir la seule loi de l’offre et de la demande dans l’hôpital public disposant du monopole de la formation des médecins en France, on est arrivé à cette intenable situation. Le débat doit être ouvert sans plus de détour  que celui sur les chemins de fer ou les avions de ligne. Faut-il faire disparaitre parce que devenue dépassée, donc inutile, la profession de médecin généraliste ? Un bon petit referendum populaire pour sortir de «l’entre soi»  en guise de conclusion, chiche ?

 François-Marie Michaut, CO d’Exmed 9-13 mai  2018

AGITATION (LEM 1066)

                         AGITATION 
                      
                         Jacques Grieu




S’agiter sans raison est-il un mal Français ?
Courir et  s’affairer n’apportent pas la paix !
L’agitatio latin nous a donné le mot
Qui, comme un étendard, proclame bien nos maux.

On confond trop souvent ce qu’est l’agitation
Avec ce que serait la véritable action.
Si pour les pharmaciens la solution s’agite,
Pour les politiciens l’agitation l’effrite.

Pourtant, beaucoup de faits, de choses et de données,
Avant de s’en servir, doivent être agitées.
C’est vrai pour les sodas et les grandes idées,
La soupe, les maracas, les potions et les dés.

Le peuple aussi, nous dit le subtil Talleyrand
Qui des agitateurs ne fut pas un fervent !
L’agitation précède un mouvement de rue :
Souvent devant les bœufs on y mit la charrue !

Agiter bras et jambe assure la santé.
Agiter nos neurones aide à la conserver.
C’est sept fois dans sa bouche où la langue s’agite.
Si c’est quatorze fois on risque des redit…

Centifugeuse (Exmed)

Centrifugeuse LEM 1066

   Il est des moments où le monde qui nous entoure semble soumis à des convulsions incessantes. Et nous avec. Le risque de nous faire phagocyter par le tourbillon des actualités est fort. Remède ?
    Il ne date pas d’hier, mais fonctionne toujours aussi bien, Il porte un nom : la poésie. Voici la LEM 1066 de Jacques Grieu : AGITATION. Salvatrice lecture.

7-8 mai 2018

Défense de... respirer
 (Exmed)

C’est le conseil surréaliste qu’il faudrait donner aux lecteurs du rapport de l’OMS sur la pollution de l’air. Source : Le Monde du 2 mai 2018.

    Juste 7 millions de mort par an : la population de la Serbie rayée de la carte du monde. Faute d’un comburant de qualité pour neuf terriens sur dix,  vers quel avenir courrons-nous, juste pour que nos vitales combustions se réalisent ?

  Ce sont les pays les plus riches, Suède largement en tête, qui peuvent s’offrir l’air le moins malsain. Et, sans surprise, la Chine et l’Inde, suivis par l’Afrique sont les plus touchés.

  Une médecine planétaire de l’air va-t-elle s’imposer ?

 François-Marie Michaut,CO d’Exmed 4-6 mai  2018

Ce que n'est pas l'intelligence artificielle (LEM 1065)

Ce que n’est pas l’Intelligence Artificielle 
                          
                                          François-Marie Michaut
    Hallucinant spectacle que celui du jeune patron de Facebook, avec son allure d’extra terrestre de cinéma,  s’expliquant devant le Congrès américain à propos des détournements de données confidentielles des utilisateurs de son emblématique réseau social. Plates excuses et reconnaissance qu’il y a des failles dans la sécurité mais que nous ne savons pas encore comment y remédier. Qui saura alors ? Marc Zuckerberg affirme que ce sera l’intelligence artificielle qui le fera, cette IA dont tout le monde parle sans trop savoir ce que c’est.
    Pour ceux qui ont peu de temps disponible, je suggère un survol journalistique de ce qu’un professeur de médecine parisien (gynécologie), qualifié d’expert, peut en dire.
  http://www.jim.fr/medecin/videos/e-docs/la_medecine_en_bonne_intelligence_artificielle__170680/document_jim_tube.phtml
Il …

Sans conscience, pas d'intelligence (Exmed)

Sans conscience, pas d’intelligence


   La robotisation croissante de multiples tâches humaines est à la fois admirable et redoutable. La vieille crainte de l’apprenti sorcier, le conte de Goethe de 1797, n’a pas pris une ride. La publicité dont bénéficie de que nous nommons l’intelligence artificielle mérite d’être passée au microscope critique de nos connaissances de 2018. 
  Au passage, même si ça choque encore la majorité des soignants, que notre pensée n’est pas une fabrication de notre cerveau ! Voici la LEM 1065 : Ce que n’est pas l’Intelligence Artificielle. Bonne lecture.

 François-Marie Michaut, CO d’Exmed 2-3 mai  2018

Faire le mai (Exmed)

Image
Faire le mai

   Surprise un matin de 1er  mai. Le tout jeune généraliste que j’étais découvre sur la place de l’église du village, où je venais d’ouvrir mon cabinet, un bric à brac de vieux objets, ferrailles, engins agricoles, carcasses de voitures. Enquête faite, les jeunes du pays durant la nuit avaient « fait le mai». Coutume rurale ancienne pour débarrasser au printemps la  communauté de ce qui n’avait plus d’usage. 


    Finalement, les anciens de la terre n’avaient pas tort. Au lieu d’offrir un brin de muguet ( plante toxique), faire l’effort chaque année de se débarrasser des choses matérielles et intellectuelles qui encombrent inutilement notre environnement professionnel et personnel serait un exercice libérateur. Écologie de l’esprit, pour paraphraser le livre phare de Grégory Bateson en 1972.

 François-Marie Michaut, CO d’Exmed 27 avril - 1er mai  2018

Vous ne prenez pas ma tension, docteur ? (Exmed)

Image
Vous prenez pas ma tension, docteur ?

   Il y a belle lurette la prise de la pression artérielle était un geste systématique de toute consultation chez un médecin généraliste. Le : «vous avez une tension de jeune fille» avait un pouvoir rassurant quasi magique pour nos anciennes. Inversement, une consultation ne comportant pas ce rite médical laissait un aigre sentiment d’abandon au patient. Baromètre de la santé pour beaucoup de famille avant la déferlante internétique.
  Le nombre de sujets actuels ignorant que leur tension pose problème ou qui ont un traitement insuffisant n’aurait-il pas quelque chose à voir avec la disparition accélérée des médecins généralistes en France, tant en vile que dans les campagnes ?

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 25-26 avril 2018

Main intendable (dessin) LEM 1064

Image
Lettre d'Expression médicale

LEM n° 1064 sur Exmed à 
http://www.exmed.org/archives18/circu1064.html
        23 avril 2018
Main intendable
                                                                 Docteur Cécile Bour
Os Court : 
  «   Vraiment malchanceux celui qui cherche et ne trouve nulle part une main tendue pour l’aider à exprimer un besoin. »
 Daniel Desbiens

Télémédecine, un vrai progrès ? (Exmed)

Image
Télémédecine, un vrai progrès ? 
     Comme des gamins, nous sommes fascinés par les discours des marchands de jouets miraculeux. Les médecins de chair et de sang disparaissent de nos vies. Tout le monde semble se réjouir sans réserve, tant le battage médiatique est univoque, de la large utilisation de la télémédecine. Il manque pourtant ce qui commence et ce qui termine tout acte médical digne de ce nom : une poignée de main entre deux personnes humaines.
Voici la LEM 1064, dessinée de sa propre main, par Cécile Bour.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 23-24 avril 2018

La main invisible du Net (Exmed)

Image
La main invisible du Net

   De sérieux nuages sont en train de s’accumuler pour les utilisateurs de ce qui nous est présenté comme des services. Ou des progrès essentiels dans notre vie quotidienne. Pas une semaine sans une annonce sensationnelle de lancement d’un nouveau service, en particulier dans le domaine de ce qui est dit grandiosement de la santé. La philosophe Odile Marcel qui a participé aux débuts de ce site parle fort justement de la technoscience, cet hybride glouton des sciences et des techniques. Pour nous mettre en garde. De toutes parts, on invente et on commercialise le plus vite possible. Avec l’espoir, bien humain, de gagner le mieux possible sa vie.


     Certains économistes pensent que la seule régulation possible des échanges est le fait de la main invisible du marché. Et bien, de grands entrepreneurs (tous ?) de l’internet semblent partager cette croyance en une auto-régulation allant magiquement dans le sens d’un perfectionnement des services de la Toile.
   O…

De sac et de corde
 (Exmed)

Image
De sac et de corde

   Vieille expression française signifiant qui mérite le pire supplice. Un député du parlement européen a interpellé le 17 avril à Strasbourg le président Macron en tenant à la main un rouleau de cordage vert de piètre qualité. Son objectif : mettre ainsi en boîte un dirigeant qui a utilisé l’image d’un premier de cordée dans un de ses discours. Toujours difficile de savoir de qui rient les rieurs, quand il y en a. Pas inutile de donner un coup de chapeau bien mérité à un certain Roger Frison-Roche, alpiniste, journaliste, écrivain, résistant, élu local autour d’un certain : Premier de cordée, publié en 1941. Un bouquin qui a profondément marqué plusieurs générations, ce n’est pas rien.
   Rions de nos outrances en n’oubliant pas qu’il existe beaucoup de paroles purement verbales dans nos échanges. Des mots qui n’engagent pas.

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 18-20 avril 2018

Livraisons (LEM 1063)

Image
Lettre d'Expression médicale LEM n° 1063
 sur Exmed.org http://www.exmed.org/archives18/circu1063.html
        16 avril 2018


Livraisons

                                                                     Jacques Grieu




« L’homme est un livre où Dieu lui-même écrit »,
A dit Victor Hugo ; subtile théorie !
Mais alors, la préface, en est-il bien l’auteur ?
Et pour les ex-libris, Dieu le dessinateur ?
La naissance en serait l’incipit naturel,
Et la mort l’épilogue aux pages si cruelles ?
Car sa propre épitaphe, on ne peut pas la lire,
Sauf si, de son vivant, on a dit quoi écrire …

« Le livre est ma fenêtre ouverte sur le monde »
Prononça un poète à la muse profonde.
Pourtant, poèmes ou livres ont tous le même puits :
Les bons vieux dictionnaires où les mots sont enfouis.
Certains tels des élus, ne brillent qu’en leur titre.
On peut aimer un livre en un petit chapitre,
Ou bien pour sa reliure ou encor son papier,
Ou sa seule préface en détestant l’entier.

« Plutôt qu’un mauvais …

Livres de médecine, où êtes-vous ? (Exmed)

Image
              Livres de médecine, où êtes-vous ?  
  Commenter Aristote et Hippocrate a longtemps été la colonne vertébrale de l’enseignement académique. Et en latin, la langue des intellectuels, s’il vous plait. Puis vint le rouleau compresseur de la pensée scientifique avec ses extraordinaires applications technologiques que nous continuons d’exploiter. Tout cela n’a pu exister depuis 3 siècles, et selon la méthode brillante des encyclopédistes, que grâce à la diffusion de l’écrit. Des comptes rendus, puis des revues et enfin des livres principalement consacrés à la diffusion des enseignements les plus prestigieux. Depuis la deuxième guerre mondiale, l’invasion mondiale de la langue anglaise a fait disparaitre la prolifique presse médicale comme les ouvrages novateurs de langue française. Nous sommes envahis et pervertis par une communication qui est en tout point comparable à celle de nos indispensables notices techniques.

    Mort définitive ou réversible grâce au double miracle …

Fin du far-west numérique (Exmed)

Image
Fin du far-west numérique

Courrier International en fait sa une cette semaine avec le titre «  Géants du net, la fête est finie». Pourquoi le nier, nous avons été emballés comme des enfants par l’idée d’un système de communication autorisant de tout échanger sur la Toile mondiale. Nouveauté technologique sans précédent historique, il nous a fallu expérimenter la valeur de ces « réseaux sociaux». Terme en lui-même trompeur en laissant supposer qu’en publiant n’importe quoi et en brassant très fort, cela ferait naitre «du social», des liens nouveaux entre des personnes éloignées. Naïf enthousiasme, les voyous et les manipulateurs pervers en ont fait leur terrain de jeu.


    Que de grandes sociétés aient surfé habilement sur cette vague n’a rien d’étonnant. Mais la révélation du danger de la constitution de gigantesques bases de données sur chacun des utilisateurs en vue de les commercialiser au plus offrant est en train de nous faire changer notre fusil d’épaule.
     
Puissent nos cha…

Autisme, Parkinson, Alzheimer
 (Exmed)

Image
Autisme, Parkinson, Alzheimer

   Trois affections jadis ignorées du public dont tout le monde parle partout, même au bistrot et à la télé, en ce moment. Mettre un nom sur une maladie a quelque chose de rassurant, mais aussi de trompeur.
Les médecins reconnaissent que mes symptômes ont une cause  bien répertoriée. Rassurant pour moi.  Mais cela n’a jamais voulu dire qu’ils savent exactement ce que c’est que cette cause. Zut.
   Les neurosciences, dans leur état actuel d’avancement, malgré de multiples hypothèses, sont toujours dans l’ignorance de l’étiologie de ces grands maladies du cerveau. Parce que le cerveau, on ne sait pas comment ça marche.

Faire miroiter autre chose, quelles qu’en soient les nobles ( ou ignobles) raisons,  est une tromperie manifeste.


François-Marie Michaut, CO d’Exmed 11-12 avril 2018

Premier de cordée (LEM 1062)

Image
Lettre d'Expression médicale
LEM n° 1062 sur Exmed

        9 avril 2018
                           Premier de cordée

                                                                          François-Marie Michaut


  La curieuse capacité humaine de fabriquer de la connaissance et de la transmettre aux autres n’a rien de banal. Les prothèses numériques de mémoire sans limite, de capacité de calcul et d’ersatz de communications planétaires, les algoritmes devenant  des maitres pour agir, les réseaux dits sociaux qui ne rassemblent rien du tout  ne doivent pas faire illusion. Par une voie demeurée mystérieuse, quelques rares cerveaux  d’Homo sapiens ont l’aptitude de se brancher bien avant les autres sur ce que nous ne connaissons pas encore. On peut se moquer d’eux, faire semblant de ne pas les entendre ou les écouter avec attention sans perdre une miette de son esprit critique. Troisième option choisie ici.



   Notre alpiniste du jour est Philippe Guillemant, l’auteur du livre L…

Ne plus subir (Exmed)

Image
Ne plus subir 
      
Le catéchisme du déterminisme matérialiste ancré dans nos esprits, quoi que nous puissions faire, nous condamne à mort. Et s’il y avait quelque solide raison de comprendre que les choses peuvent être autrement  pour sortir de cet univers hautement dépressiogène ? 

Tel est le pari intellectuel hors du commun présenté par la LEM 1062 : Premier de cordée.

Bonne ascension à chaque internaute.


François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 9-10 avril 2018

L'air des enfants (Exmed)

Image
L'air des enfants  
  
Un colloque a eu lieu à la mairie de Paris le 5 avril 2018 consacré aux conséquences sur la santé de la pollution de l’air des villes. Les dégats respiratoires, cardio-vasculaires et cancéreux sur les adultes sont bien connus. Une étude de Biological Psychiatry montre une relation entre l’air respiré - même aux doses tolérées de polluants- pendant la grossesse et des déficits  du développement cérébral chez les bébés. Aucun traitement curatif n’est possible, chacun le sait.

     Vous claironnez prévention ? Aux actes, responsables.

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 6-8 avril 2018

Docteur, je suis contre (Exmed)

Image
Avant de commencer votre consultation, sachez que je suis totalement contre le diagnostic que vous allez faire et je refuse le traitement que vous allez me prescrire.
Petit dialogue médical aussi imaginaire qu’absurde. 


   Toute allusion au spectacle qu’offre au pays la tentative de traiter les maux bien réels de nos chemins de fer nationaux n’a rien d’imaginaire.

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 4-5 avril 2018

Vous avez dit qualité (dessin LEM 1061)

Image
Lettre d'Expression médicale  LEM n° 1061 sur le site Exmed         2 avril 2018


Vous avez dit qualité ?

                            

Docteur Cécile Bour
 NDLR  : pour reproduire ce dessin, l’autorisation de la créatrice s’impose, ainsi que la mention du site qui l’a déjà publié.




Os Court : 
  «   L’homme de qualité exige tout de soi. C’est un souverain. L’homme sans qualité exige tout des autres. C’est un despote. »
  Louis Pauwels

Croisement sanglant entre deux logiques (Exmed)

Image
Croisement sanglant entre deux logiques

Tout bricoleur le sait à ses dépends. Trop serrez un écrou est une façon garantie de détruire un pas de vis. Se livrer à une chasse sans fin des indices évaluant la qualité des soins médicaux conduit à l’extermination de la médecine de qualité. Cécile Bour nous l’illustre en trois coups de crayons dans la LEM 1061  Vous avez dit qualité ?
Selon quel langage, celui des malades et des médecins, ou celui de la logique bureaucratique ?

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 2-3 avril 2018

Le français n’est plus la langue de la France

Image
Le français n’est plus la langue de la France

    C’est devenu une réalité en Afrique du Sud où l’enseignement considère notre langue, qu’elle diffuse largement, comme un «idiome transnational».  Source : Courrier International du 16 mars 2018. Belle façon de débarrasser la sphère planétaire de la francophonie de sa connotation colonialiste des siècles passés.
   Le moment est venu de réaliser que la langue que nous utilisons, pas toujours très bien d’ailleurs, n’est pas une possession nationale que nous aurions la bonté de prêter aux élites intellectuelles des nations de la planète. Globalisation remarquable d’un outil d’échange qui a réussi à échapper au nombrilisme franco-français : vive la francophonie telle qu’elle poursuit sa propre vie.

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 30 mars - 1er avril  2018

Antisémitisme, ouvrir l’abcès (Exmed)

Image
Antisémitisme, ouvrir l’abcès    Le journal Le Monde du 27 mars 2018 relate le sordide assassinat d’une vieille dame de confession juive. Bien entendu, c’est insoutenable. Pourtant la condamnation comme l’indignation ne vont pas assez loin. Pourquoi sommes-nous profondément et depuis si longtemps antisémites ? Qu’ont donc les gens bercés par la culture hébraïque qui nous fait si cruellement défaut ? Une certaine facilité à s’intégrer au plus haut niveau dans leurs lieux d’exil, avec de brillantes réussites dans les professions accessibles. C’est un fait. D’où la croyance populaire fausse que tous les juifs sont riches, sous entendu parce qu’ils nous volent.


    Personne ne semble prendre en compte que le judaïsme impose à ses fidèles d’envoyer leurs enfants à l’école. Respect absolu du savoir et culture inconditionnelle des livres, de tous les livres sans exception. Sauf anomalie mentale grave, tous les enfants juifs depuis plus de deux mille ans savent lire et ont soif d’apprend…

CONDUCTANCE CONDUITS DE FUMÉE (LEM 1060)

Image
Lettre d'Expression médicale LEM n° 1060   Sur le Site Exmed.org
       26 mars 2018



CONDUCTANCE
   
                         CONDUITS DE FUMÉE

                              
Jacques Grieu




« Conducere », en latin, nous y conduit tout droit :
Avec ou sans permis, les ennuis sont pour soi.
Le malheur est ainsi que tout peut y conduire.
Au volant de la vie, toute erreur peut nous nuire…

Elle s’exprime en « ohms » ou encore en « siemens » :
La « conductivité », ont dit les physiciens,
A pour inverse exact, la « résistivité ».
Résister à conduire est donc à éviter !

Dans la vie, se conduire, est régi  par des lois.
Mais pour conduire autrui fait-on n’importe quoi ?
Les transports en commun sont parfois sympathiques,
Qu’on s’y conduise mal ou en bon catholique…

S’il faut voir pour conduire, « il vaut mieux ne pas boire »,
Nous disent des experts qu’on nous oblige à croire.
Sont-ils des ophtalmos ou bien des œnologues ?
Des experts en lunettes ou bien des sociologues ?

Si l’électricité…

Conduite à tenir (Exmed)

Image
Conduite à tenir

   Non, ce n’est pas un tuyau pratique pour médecin débutant que propose Jacques Grieu dans la LEM 1060 CONDUCTANCE CONDUITS DE FUMÉE ,  juste une balade curieuse et gourmande dans le cheminement des mots qui s’entrechoquent.

    Finalement ce décryptage est fort proche de ce qui se passe pour le médecin qui écoute ce que son patient libre de parler cherche à exprimer avec ses mots à lui.

Et ça, définitivement, ça ne peut entrer dans aucun algorithme.

François-Marie Michaut,
CO d’Exmed 23-25  mars 2018

À quand les 80 pilules par mois ? (Exmed)

Image
À quand les 80 pilules par mois ?Le Parisien du 22 mars 2018 titre : « 10.000 décès par an dus à une mauvaise utilisation des médicaments ». Soit, en France,  environ trois fois la mortalité liée aux accidents routiers. C’est,  si la rigueur du macabre décompte est vérifiée, bien entendu inacceptable pour ce que nous disons sans rougir être l’un des meilleurs systèmes de santé au monde.
  
   Nos pouvoirs publics vont réagir, avec leur subtilité coutumière. Voici deux propositions pour lutter avec efficacité sur ce, pas nouveau du tout, «fléau de santé publique».


   - l’instauration d’un permis à points de prescrire et de délivrer des médicaments pour les médecins et les pharmaciens en fonction de chaque décès constaté sur un registre national obligatoire.

   
- la limitation sur toutes les prescriptions du nombre maximum mensuel de prise d’unités médicamenteuses à 80 par mois.


L’instauration immédiate d’une police sanitaire sur tout le territoire s’impose.

Un tiers en moins en quinze ans (Exmed)

Image
Un tiers en moins en quinze ans

   Tel est le sort de nos oiseaux des champs en France comme en Europe. Source : Le Monde du 20 mars 2018.  Ne pas oublier que les insectes, les invertébrés et les microorganismes fabriquant l’humus subissent la même extermination. 

  La famine, ce vieux fléau que nous pensions disparu, nous menace. Si le système agricole actuel demeure inchangé, la biosphère dont l’humain est un des (redoutables) constituants est menacée de destruction dans bien peu de temps. 


  Acceptons-nous de nous laisser passivement suicider collectivement ?

François-Marie Michaut, CO d’Exmed 20-21  mars 2018

La logique de l’oignon

 (LEM 1059)

Image
Lettre d'Expression médicale
LEM n° 1059
  sur le site Exmed        19 mars 2018