Ça décoiffe, ça décape LEM 968

Lettre d'Expression médicale
LEM n° 968  
http://www.exmed.org/archives16/circu968.html
20 juin 2016

                            





LEM 968 du 20 juin 2016



 Ça décoiffe, ça décape
                     
                           Docteur François-Marie Michaut




   La vie de cette lettre hebdomadaire m’a conduit au fil des années à commenter un certain nombre d’ouvrages. Non pas pour prendre une position de juge, j’en suis bien incapable. Mais pour faire partager à qui veut bien des outils favorisant, à mes yeux, l’enrichissement personnel.
En ces jours de solstice d’été, je vous conjure d’accorder toute votre attention à un livre qui ne ressemble à aucun autre encore écrit à ce jour. Son auteur, vous en avez déjà entendu parler assez souvent sur ce site : il se nomme Philippe Guillemant. Bien connu des milieux scientifiques de pointe depuis des années, et toujours ignoré des médias traditionnels.
Le titre de l’ouvrage : La physique de la conscience (1) nous prend à contre pied. Que vient donc faire cette conscience dans une compréhension scientifique de la réalité dont la physique cherche à percer tous les points encore obscurs ?

Dire que la lecture en est simple, juste pour appâter le lecteur friand de nourriture facile, serait un mensonge. Nous sommes tellement bousculés dans notre façon de voir la réalité où nous vivons, dûment ancrée dans nos cerveaux dès l’école et renforcée par tous les pouvoirs en place, qu’on se sent sonnés comme des boxeurs. Bien qu’ayant déjà lu et commenté ici (LEM 881 http://www.exmed.org/archives14/circu881.html ) le livre La route du temps ( le premier livre de P.Guillemant), il m’a fallu deux lectures pour commencer à prendre toute la mesure de ce qui va devenir, au fil du temps, le paradigme de la compréhension scientifique du réel. Pourquoi ? Parce que, sans aucunement nier ce que  la science nous a déjà appris, au moins depuis Galilée, parvenir à dépasser des impasses touchant à l’absurde (2) est un grand pas en avant. Comprendre qu’on a compris de travers parce qu’on n’avait pas encore, jusqu’à ces toutes dernières années, les outils pour y parvenir est une véritable bombe pour notre culture mondialisée toute entière.
L’aventure de l’esprit qui se trouve ainsi ouverte concerne tous les aspects de notre vie. Continuer à ne pas faire l’effort d’en prendre connaissance, y compris, cela va de soi en logique scientifique, pour contredire ou affiner encore la démarche de Guillemant, c’est accepter de demeurer complice de tout ce qui fonctionne si mal dans le monde que nous avons créé. C’est se contenter de ne pas chercher à comprendre ce que la science constate ( comme les états de mort imminente, les guérisons inexplicables, les médecines traditionnelles et toujours le fameux effet placebo pour rester dans notre domaine ) et ne pouvant en définir la ou les causes, rejette superbement comme des faits n’ayant rien de scientifique.
Guillemant n’est pas un gourou, il n’est chef que de son cheminement personnel, il n’a rien à vendre, ni rien à acheter. C’est ce que j’ai senti à travers les lignes en le lisant, et que j’ai pu confirmer à travers nos différents échanges personnels de courriels. Petite précision, sans doute inutile : nous ne partageons ensemble aucun intérêt matériel.
Pour les lecteurs qui - comme moi - ne sont pas des virtuoses de la physique, ou ne vivent que de leurs lointains souvenirs scolaires - cet ouvrage de 308 pages bourrées d’informations est complété d’un glossaire des termes utilisés des plus utile.
Enfin, cerise sur le gâteau, le vaste mouvement de la pensée des physiciens dont Guillemant est un brillant et modeste fleuron parmi une belle brochette est typiquement français. Nous assistons là, nous si facilement pourfendeurs de la pensée ultra-libérale presque généralisée, à une sortie par le haut de la domination intellectuelle mondiale par le monde anglo-saxon par du fabriqué en France. C’est un événement méconnu des faiseurs d’opinion, et pourtant plein d’espoir pour notre avenir à tous.
   Peut-être manquez-vous encore d’une bonne raison de risquer la lecture de « La physique de la conscience » ? S’ il vous est prouvé, pas par moi, bien entendu, mais par un physicien fondamental et spécialiste de l’intelligence artificielle ( la vraie, pas celle qui imite simplement les performances humaines ) que le point actuel d’avancement des connaissances de sa discipline a atteint un niveau tel qu’il met aux oubliettes du passé la vieille guerre entre la science et n’importe quelle religion, cela ne vaut pas d’être curieux ? Inespéré secours de l’esprit pour lutter à la racine contre tout extrémisme d’où qu’il vienne. Contribution majeure, parce qu’au juste niveau, à un « état d’urgence » enfin compris comme non matériel.

  Alors, mesdames et messieurs des médias, mesdames et messieurs responsables de la formation des esprits et de la conduite des affaires, cessez de faire semblant de n’avoir rien vu et de n’avoir rien compris à ce qui se passe de réellement novateur juste au coin de nos rues bien à nous. Vous avez sous la main une mine de vraies innovations : exploitez-la. Cocorico trop naïf ? Possible, mais tellement moins bête et stérile que ceux des Euro, Tour de France ou JO !
Notes :
Philippe Guillemant, La physique de la conscience, Trédaniel 2015.
Du même auteur, pour ceux qui, en dignes émules de saint Thomas,  souhaitent l’entendre et le voir, consulter le DVD : La route de la conscience.
Un seul exemple bien expliqué par notre auteur. L’infiniment petit est reconnu comme obéissant aux règles de la physique quantique, alors que tout ce qui est dit macroscopique n’est censé pouvoir fonctionner que selon les lois de la mécanique classique. Inadmissible schizophrénie.

 

 Os Court :
 «   L’univers est une machine à faire de la conscience. »

        Hubert Reeves

              

Posts les plus consultés de ce blog

TES complétement fou CO Exmed

Etudiants disparus CO Exmed

Médecine 1927